Test Blacklight Tango Down

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Blacklight Tango Down - Logo

Responsable du médiocre Saw, Zombie Inc. a eu cette année toutes les ressources nécessaires pour finaliser son dernier FPS excessivement proche des Counter-Strike et autres Modern Warfare 2. Pour le studio américain, l’objectif est clair : viser un public large et séduire les joueurs à petit budget.

Un Counter-Strike bis ?

Le jeu est uniquement disponible au format digital afin de respecter cette optique économique et de se décharger de lourdes responsabilités logistiques. On peut se le procurer sur les plateformes suivantes : Games For Windows Live, Playstation Store et pour finir Xbox Live. Le jeu se déroule dans un futur proche, dans une ville de l’ancien bloc soviétique.

Ravagée à cause d’une menace biologique, cette ville a été complètement abandonnée. Elle sera le théâtre d’affrontements opposant les forces gouvernementales du Blacklight aux forces de l’Ordre. L’Ordre, c’est un groupe terroriste visant à imposer sa loi par la violence et le sang, un groupe loin d’être droit et juste.

Blacklight Tango Down - Image 17 Blacklight Tango Down - Image 16

Ce banal contexte servira de base scénaristique et justifiera notre présence à cœur de véritables guérillas urbaines. Blacklight Tango Down a tout du commun FPS compétitif. Étonnamment, ce dernier possède un mode solo exploitant les douze cartes de jeu. Durant ces missions, le joueur sera confronté à des ennemis de l’Ordre contrôlés par l’IA, des missions excessivement linéaires mais heureusement jouables en co-op.

Il ne faudra pas compter sur ces missions pour espérer s’amuser. Elles sont seulement présentes pour servir d’entrainement. Sans surprise, le concept prend toute sa dimension en ligne, face à des joueurs humains. Au total, sept modes de jeu sont présents : Deathmatch, Team Deathmatch, Retrieval (Capture the Flag), Detonation (Search and Destroy), Last Man Standing, Last Team Standing et Domination.

Blacklight Tango Down - Image 19 Blacklight Tango Down - Image 18

Aucune surprise n’est à prévoir au niveau de ces classiques modes qui possèdent relativement peu de différences en termes de gameplay. Ce sont uniquement les objectifs qui changent et les comportements des joueurs, en théorie tout du moins. Malheureusement, le jeu connaît une faible affluence quelle que soit l’heure.

Au final, seuls les deux premiers modes attirent la plèbe, et encore... Pour pouvoir participer à un match, il nous a fallu attendre au minimum cinq minutes pour regrouper seulement six joueurs. Le titre connaît exactement le même problème que Quantum of Solace, jeux qui ont en commun la plateforme Games for Windows Live.

Blacklight Tango Down - Image 20 Blacklight Tango Down - Image 22

Le jeu possède une mécanique huilée inspirée tantôt de Modern Warfare 2, tantôt de Army of Two. Les joueurs auront la possibilité de personnaliser leur armement sous une flopée de traits comme les viseurs optiques, les chargeurs ou encore les barils. Pour les équiper, il sera nécessaire de gagner des niveaux et donc des points d’expérience.

Ces points, on les gagne très simplement en accomplissant des objectifs et en abattant des adversaires.  Ces éléments mécaniques affectent l’efficacité de notre arme. Ainsi, le joueur devra façonner son arme en fonction de son style de jeu. Malheureusement, il existe de fortes disparités entre les différentes catégories d’armes.

Blacklight Tango Down - Image 21 Blacklight Tango Down - Image 23



Galerie d'images

Blacklight Tango Down - Image 24 Blacklight Tango Down - Image 26

Blacklight Tango Down - Image 25 Blacklight Tango Down - Image 27

Blacklight Tango Down - Image 28 Blacklight Tango Down - Image 11

Blacklight Tango Down - Image 12 Blacklight Tango Down - Image 14

Blacklight Tango Down - Image 13 Blacklight Tango Down - Image 15



Sympathique mais incomplet

Blacklight_Tango_Down_CoverLes mitraillettes légères sont les armes les plus efficaces du jeu et les fusils de précision les plus inutiles. Il est difficile de ressentir les différences entre ces armes si ce n’est leur puissance effective. Justement, ces mitraillettes sont anormalement puissantes et offrent une mobilité maximale au joueur. En fin de compte, le choix est vite fait.

Nous pouvons aussi affecter les compétences de notre personnage comme la résistance aux balles ou la capacité à courir via des dog-tags. L’ensemble possède une dernière particularité, le Hyper Reality Visor. Il s’agit pour faire simple de lunettes permettant de voir à travers les murs, de distinguer les objectifs et les opposants.

Équiper ces lunettes offre un avantage certain mais nous laisse en contrepartie vulnérable. Cette compétence est temporaire et pas forcément utile sur le terrain. Vu le rythme de jeu intense, il paraît bien suicidaire de l’équiper mis à part pour camper sagement. Les cartes sont compactes et riches en couvertures, une conception intelligente.

Elles manquent en revanche d’inspiration et se montrent très carrées. Nous avons plus l’impression de nous retrouver dans une arène fermée que dans les ruelles désertes d’une ville. Ceci dit, le Unreal Engine 3 a été bien exploité par les développeurs. Malgré la légèreté du jeu, ceux-ci ont pu réaliser des ensembles visuels et acoustiques plus que corrects pour un jeu de la sorte.

Le jeu a beau être développé sur PC, il n’en reste pas moins un portage incomplet. Il est impossible durant les parties de discuter au travers de textes, de rejoindre des parties en cours ou de créer des serveurs dédiés. Les réglages graphiques sont quant à eux très basiques et ceux de la souris mal calibrés. Un comble pour un jeu proclamant exploiter les capacités de chacun des supports.

Blacklight Tango Down se repose sur des acquis, des bases bien trop classiques pour espérer attirer les joueurs en manque d’action et d’adrénaline. Le concept est pourtant intéressant tout comme son prix. Malheureusement, les serveurs sont arpentés par de trop rares joueurs, une rareté extrêmement préjudiciable.


Configuration de test :

  • Asus Rampage II Extreme
  • INTEL Core i7 920 (2.66Ghz)
  • 4Go DDR3-1600
  • nVidia GeForce 280GTX
  • Samsung SyncMaster T240MD


+ Les plus
  • La personnalisation des armes
  • Le rythme
  • Le prix
- Les moins
  • La faible affluence des serveurs
  • Déséquilibre des armes
  • Portage brutal

Notes

  • Graphisme Uniques et propres, niveaux et armes jouissent d’un bon niveau de détails. Les artistes ont su canaliser l’énergie du Unreal Engine 3 et l’adapter pour les besoins d’un jeu modeste.
    7/10
  • Bande son Tout juste dans la moyenne, l’univers sonore fait acte de présence et remplit timidement son rôle.
    6/10
  • Jouabilité Après quelques réglages souris, le jeu devient appréciable. Mais les grandes inégalités entre les armes rendent le concept trop simplet.
    7/10
  • Durée de vie En théorie, on pourrait y passer des heures et des heures. En pratique, l’affaire se corse et la durée de vie dépend singulièrement de l’affluence des serveurs. À l’heure de notre test, elle est extrêmement faible, les joueurs passeront probablement plus de temps à chercher des joueurs qu’à jouer.
    5/10
  • Note générale En l’état actuel des choses, il paraît bien difficile de recommander le jeu en dépit de son faible coût d’une quinzaine d’euros. Les développeurs pourront très bien rééquilibrer le tout via de salvateurs patchs, mais tout cela a de faibles chances d’affecter notablement l’affluence des serveurs qui se montre faible à souhait. Pour un fan de FPS, rien n’est plus frustrant que de ne pas trouver rapidement des parties. Dommage…
    6/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Blacklight Tango Down PS3
    Dans le domaine du FPS, de nombreuses références ont déjà taillé leur part du gâteau. De plus en plus tournés vers le multijoueur, ces jeux de tir regroupent une durée de vie relativement conséquente. Bien conscient de ce détail, ...
  • Preview Blacklight Tango Down
    Les jeux à la Counter-Strike peinent à séduire les propriétaires de consoles souvent à la recherche de simplicité et d’accessibilité. Fort de ce constat, Ignition Entertainment a pris les devants et a tenté de mettre sur pied un ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire