La blockchain, nouvel ange-gardien des sociétés d'assurance ?

Le par Jérôme G.  |  13 commentaire(s)
Blockchain

Une tribune de Pierre-Olivier Desaulle, Directeur Général Europe Hiscox, à propos de la blockchain et son intérêt pour les sociétés d'assurance

pierre-olivier-desaulleNée avec l'avènement du bitcoin et des crypto-monnaies, la blockchain - technologie d'enregistrement des transactions sur un grand livre sécurisé - peut trouver des applications dans tous les secteurs d'activités. Elle doit contribuer pleinement à la révolution que connaît aujourd'hui le marché de l'assurance et représente à l'évidence une belle opportunité pour réinventer notre industrie.

Big data, dématérialisation ou encore machine learning, la digitalisation a créé un séisme dans de nombreux pans de l'économie et le marché de l'assurance est en train d'en subir les secousses. A la base de l'assurance, nous avons le principe de la mutualisation des risques. Cependant, les tendances récentes ont vu émerger une individualisation et une ultra personnalisation grandissante de l'assurance, où chacun peut être assuré et payer en fonction de son profil spécifique. Parmi les révolutions que connaît le marché de l'assurance, il en est une qui touche à la corde sensible de la confiance et de la sécurisation des transactions et du contrat : la blockchain.

La blockchain permet l'enregistrement de toutes les informations relatives à chacune des transactions effectuées par les utilisateurs sur un grand livre commun, au travers d'une base de données publique, infalsifiable et entièrement sécurisée. Elle nous ramène ainsi aux sources de l'assurance, dans le café de Mr Lloyd où les clients pouvaient inscrire sur le tableau noir au vu de tous les engagements pris sur les navires et leurs cargaisons. Nul besoin de faire appel à un tiers de confiance pour sécuriser et garantir les transactions. L'assurance entre pairs (peer-to-peer) redevient possible. Comme son nom l'indique, cela fonctionne comme une chaîne : chaque utilisateur connecté au réseau reçoit l'historique des échanges effectués via les nœuds de stockage, le met à jour et transmet la dernière version à l'utilisateur suivant. Cette technologie s'avère en réalité une belle opportunité pour l'industrie de l'assurance.

Il devient possible de repenser l'identification de l'assuré (KYC), la contractualisation, le paiement, les échanges d'information et d'intégrer des chaînes tant au stade de la prise de garantie qu'à celui de l'exécution du contrat et de la prise en charge d'un sinistre. La blockchain nous donne l'opportunité d'améliorer l'expérience client et de réduire sensiblement les coûts opérationnels. Par ailleurs, elle accélère les processus de décision et de remboursement car le réseau est bien plus réactif. Même les transactions complexes deviennent plus simples à gérer. Dans cette économie du partage, chaque utilisateur du réseau participe à la sécurisation des transactions et peut fiabiliser les données et les partager en un temps record. Il est donc indéniable que cette tendance va amener les assureurs à repenser leur business model.

Finance, art, location de voiture ou encore plateformes de réservation, la blockchain s'est insinuée dans de nombreux secteurs et est considérée par certains comme l'une des plus grandes avancées dans le domaine informatique de ces dernières années. L'assurance, qui est généralement peu réceptive aux changements, est en train de vivre l'arrivée en force de cette technologie une véritable rupture. Les sociétés d'assurances doivent aujourd'hui être capables de s'adapter à ces technologies émergentes, au risque de se laisser distancer.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1892427
Ah, tous ces fantasmes au sujet de la blockchain magique.....
On oublie, pour ne citer qu'elles, les problématiques de stockage et de qui va miner bénévolement pour sécuriser tout ça....
skynet offline Hors ligne VIP icone 80965 points
Le #1892432
Je découvre quelque chose aujourd’hui, je ne connaissais pas du tout.

Merci pour l'article.
HyDzy offline Hors ligne Héroïque avatar 898 points
Le #1892441
J'ai cru lire transactions et temps record. On doit pas parler du blockchain bitcoin. =)
catseye offline Hors ligne Vétéran avatar 1498 points
Le #1892446
"La blockchain permet l'enregistrement de toutes les informations relatives à chacune des transactions effectuées par les utilisateurs sur un grand livre commun, au travers d'une base de données publique, infalsifiable et entièrement sécurisée."

Le genre de phrase qu'il ne faut jamais, au grand jamais, écrire (ou prononcer).

"Comme son nom l'indique, cela fonctionne comme une chaîne : chaque utilisateur connecté au réseau reçoit l'historique des échanges effectués via les nœuds de stockage, le met à jour et transmet la dernière version à l'utilisateur suivant. Cette technologie s'avère en réalité une belle opportunité pour l'industrie de l'assurance."

Cette 'technologie' ou plutôt technique existe juste depuis quoi .. 10 ans au bas mot ... c'est bien que ces dinosaures sortent de leur grotte de temps en temps, ça doit être le réchauffement climatique qui les pousse dehors ...
Vikingfr offline Hors ligne Vénéré avatar 3682 points
Le #1892458
bugmenot a écrit :

Ah, tous ces fantasmes au sujet de la blockchain magique.....
On oublie, pour ne citer qu'elles, les problématiques de stockage et de qui va miner bénévolement pour sécuriser tout ça....


c'est clair. La blockchain bitcoin dépasse déjà 70Go. A un moment donné, les utilisateurs finiront par migrer vers des clients légers, et le risque d'une attaque "51%" augmentera tellement que le système s'effondrera.
Rymix offline Hors ligne VIP icone 14536 points
Le #1892460
bugmenot a écrit :

Ah, tous ces fantasmes au sujet de la blockchain magique.....
On oublie, pour ne citer qu'elles, les problématiques de stockage et de qui va miner bénévolement pour sécuriser tout ça....


C'est une question en effet
Synclinal offline Hors ligne Héroïque icone 812 points
Le #1892478
Si les vrais ordinateurs quantiques voient le jour et se généralisent, théoriquement, il sont capables de casser n'importe quel cryptage. Qu'en serait-il des blockchain ?
FRANCKYIV online Connecté VIP icone 52511 points
Premium
Le #1892486
Pas sûr d'avoir tout compris ...
Vikingfr offline Hors ligne Vénéré avatar 3682 points
Le #1892488
Synclinal a écrit :

Si les vrais ordinateurs quantiques voient le jour et se généralisent, théoriquement, il sont capables de casser n'importe quel cryptage. Qu'en serait-il des blockchain ?


La blockchain n'est pas chiffrée, les transactions y sont publiques, c'est justement le but. Mais celui qui dépasserait les 50% de puissance de calcul d'une blockchain pourrait alors modifier ou annuler des transactions car il deviendrait la "référence". Ce qui empêche cela d'arriver, c'est le prix. Il a été estimé que pour acheter et alimenter en énergie les machines capable d'avoir 51%, il faudrait 5000 milliard de dollars...
L'an dernier, il "suffisait" de 300 millions, c'était à la portée d'un pays ou d'un milliardaire
Anonyme
Le #1892496
Vikingfr a écrit :

Synclinal a écrit :

Si les vrais ordinateurs quantiques voient le jour et se généralisent, théoriquement, il sont capables de casser n'importe quel cryptage. Qu'en serait-il des blockchain ?


La blockchain n'est pas chiffrée, les transactions y sont publiques, c'est justement le but. Mais celui qui dépasserait les 50% de puissance de calcul d'une blockchain pourrait alors modifier ou annuler des transactions car il deviendrait la "référence". Ce qui empêche cela d'arriver, c'est le prix. Il a été estimé que pour acheter et alimenter en énergie les machines capable d'avoir 51%, il faudrait 5000 milliard de dollars...
L'an dernier, il "suffisait" de 300 millions, c'était à la portée d'un pays ou d'un milliardaire


Sauf que là tu parles de la blockchain de Bitcoin, pas de la blockchain du projet de l'assureur X ou Y qui mine sa blockchain +/- tout seul juste parce que ça lui fait du fashion-buzz...

Par ailleurs, tu es sûr de tes chiffres pour les 5000 milliards ? Ca me paraît énorme comparé à la valeur de l'ensemble des bitcoins possibles (au cours actuel, autour de 10 milliards) et donc peu rationnel car cela signifierait que les mineurs minent à perte, et pas qu'un peu !

@Vikinfr "A un moment donné, les utilisateurs finiront par migrer vers des clients légers, et le risque d'une attaque "51%""
=>A partir du moment ou un utilisateur ne mine pas, ça ne change pas grand chose qu'il soit sur un client lourd ou un client léger
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire