2018 s'inscrit dans une série d'années exceptionnellement chaudes

Le par  |  11 commentaire(s)
terre

L'année 2018 entre dans le lot des années les plus chaudes jamais enregistrées. En l'occurrence, après 2016, 2017 et 2015.

D'après les données du Copernicus Climate Change Service (C3S) du Centre Européen de Prévisions Météorologiques à Moyen Terme, dont le rôle est de fournir des prévisions météorologiques numériques auprès des États membres, l'année 2018 a été plus chaude que la moyenne climatologique de 1981-2010.

Le réchauffement le plus prononcé a eu lieu au-dessus des régions arctiques. Si la plupart des terres ont été concernées, et notamment en Europe, le nord-est de l'Amérique du Nord ainsi que certaines régions centrales de la Russie et de l'Asie centrale ont par contre connu des températures annuelles inférieures à la moyenne.

C3S-anomalie
En 2018, la température moyenne globale à la surface de la terre a été de 14,7 °C, soit proche du record de 2016 (14,9 °C). " Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, 2018 étant la quatrième la plus chaude, non loin de la température de la troisième année la plus chaude en 2015."

Le C3S ajoute que la température moyenne des cinq dernières années était de 1,1 °C supérieure à la moyenne préindustrielle. En outre, il y a une augmentation de 0,1 °C tous les cinq à six ans depuis le milieu des années 1970.

Tout comme l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le C3S rapporte que les concentrations en CO2 dans l'atmosphère ont continué d'augmenter en 2018, soit de 2,5 ± 0,8 ppm par an (parties par million).

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2046480
Cette année, je n'étais pas du tout dans Noël :

- Gilets Jaunes non stop.
- Pas de neige ou de verglas, que dalle !
Le #2046483
5 min svp, je fais du pop corn.
Le #2046490
Quelle chaleur ?? L'hiver a commencé 2 mois plus tôt !!!!! Arrêtez de mesurer la température de vénus ! On a eu le mois de janvier en novembre !
Le #2046511
mart666 a écrit :

Quelle chaleur ?? L'hiver a commencé 2 mois plus tôt !!!!! Arrêtez de mesurer la température de vénus ! On a eu le mois de janvier en novembre !


Il y avait de la glace, neige et verglas dans la région Ile-de-France en Novembre-Décembre 2018.
Mon grand frère au canada m'a envoyé une photo remplit beaucoup de neiges à quelques centimètres d'hauteurs les mêmes mois.
Le #2046515
LauXy a écrit :

mart666 a écrit :

Quelle chaleur ?? L'hiver a commencé 2 mois plus tôt !!!!! Arrêtez de mesurer la température de vénus ! On a eu le mois de janvier en novembre !


Il y avait de la glace, neige et verglas dans la région Ile-de-France en Novembre-Décembre 2018.
Mon grand frère au canada m'a envoyé une photo remplit beaucoup de neiges à quelques centimètres d'hauteurs les mêmes mois.


Il faut avoir une vision globale ... On parle de la planète toute entière la.
Le #2046522
Ce qui me fait rire : c'est que je lis un article qui parle d'année chaude alors que j'ai -8° dehors
Réchauffement climatique les gars !
Le #2046530
Quelle merde ces fausses nouvelles réchauffistes. Elles ne sont là que pour offrir de belles et payantes paies aux chercheurs plus capitalistes qu'environnementalistes.
Le #2046603
Ah, cela faisait au moins 1 bon mois qu'on n'avait pas eu une fake news climastrologique dans un article météo !

Comme d'habitude, les températures les plus élevées sont là où on ne les mesure pas (aux pôles en particulier [1]).

En conclusion on a droit au classique argument fallacieux d'une corrélation fortuite, entre un gaz trace inoffensif support de la vie et des températures truquées à la hausse, élevé en opération de propagande causale.

Et même si toute cette caricature de science était crédible, selon les alarmistes eux-mêmes, si on réduisait maintenant à zéro toutes les émissions (ce qui est impossible puisque 95% proviennent des océans), la température théorique diminuerait de ~0.07 en 2050 et de 0.17 °C en 2100 -- autant dire impossible à mesurer vu que l'erreur est un d'un ordre de grandeur supérieure.

Laissons ces bouffons travailler dur à faire persister leurs illusions.

[1] https://realclimatescience.com/wp-content/uploads/2017/10/NOAAFakerySeptember2017.gif
Le #2046612
Encore un mot pour dire que la température étant une unité intensive (en physique), il est anti-scientifique d'en faire des moyennes. Mais comme il faut bien remettre en perspective la pseudoscience alarmiste, autant utiliser leur "méthode" :

1/ le C3S ne maintient pas de série climatique donc leur opinion sur le sujet vaut 0 exactement ;
2/ prendre en compte seulement 4 années n'a aucune justification et donc valeur scientifique ;
3/ la série satellite de l'UAH montre seulement un maigre +0.2 °C en 2018, autant dire un ordre de grandeur inférieur à la variabilité naturelle, plaçant 2018 loin derrière les années à épisodes ENSO.

Rien d'alarmant donc, vous pouvez reprendre une activité normale et vivre, c'est à dire émettre du CO², la Nature vous dit merci !

[1]
Le #2046744
tmtisfree a écrit :

Encore un mot pour dire que la température étant une unité intensive (en physique), il est anti-scientifique d'en faire des moyennes. Mais comme il faut bien remettre en perspective la pseudoscience alarmiste, autant utiliser leur "méthode" :

1/ le C3S ne maintient pas de série climatique donc leur opinion sur le sujet vaut 0 exactement ;
2/ prendre en compte seulement 4 années n'a aucune justification et donc valeur scientifique ;
3/ la série satellite de l'UAH montre seulement un maigre +0.2 °C en 2018, autant dire un ordre de grandeur inférieur à la variabilité naturelle, plaçant 2018 loin derrière les années à épisodes ENSO.

Rien d'alarmant donc, vous pouvez reprendre une activité normale et vivre, c'est à dire émettre du CO², la Nature vous dit merci !

[1]


"La température étant une unité intensive (en physique), il est anti-scientifique de [...]"

La température en physique se mesure localement, c'est à dire sur une région de l'espace suffisamment petite pour qu'elle puisse y être considérée homogène. C'est uniquement dans le cas où elle est homogène qu'on peut la voir comme une mesure intensive.

En thermodynamique, la température est toujours mesurée dans un système fermé donné et on découpe éventuellement l'espace en petits systèmes qu'on peut considérer isolés où la température est donc considéé homogène.

Quand on mesure la température sur terre on ne peut plus considérer de systèmes fermés isolés, la température n'est plus homogène (sic !!), et parler d'intensivité pour la température est pour le coup non pas anti scientifique, c'est juste une grosse bêtise (un peu comme le reste de ce que tu as dit si je peux me permettre).

Comme j'ai vu ton historique, je crois qu'il n'est pas utile de me répondre.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme