Un satellite chinois pour traquer les émissions de dioxyde de carbone

Le par  |  6 commentaire(s)
terre

La Chine a lancé un satellite afin de surveiller les émissions de gaz à effet de serre et aider à réduire l'empreinte carbone.

Après le Japon en 2009 et les États-Unis en 2014, la Chine est le troisième pays à lancer un satellite d'observation des émissions de CO2. Un lancement par une fusée chinoise Longue Marche 2D qui a eu lieu cette semaine depuis la base de Jiuquan dans le désert de Gobi.

Pesant 620 kg et en orbite à 700 km au-dessus de la Terre, le satellite TanSat dispose notamment d'un instrument haute résolution de spectroscopie proche infrarouge pour mesurer l'absorption par le CO2 et d'un instrument pour compenser les erreurs de mesure.

En développement pendant près de six ans, TanSat peut observer les changements dans la concentration en dioxyde de carbone atmosphérique avec une précision de 1 %. Dans le cadre d'une mission de trois ans, des mesures seront prises tous les 16 jours.

Tansat-vue-artiste

Vue d'artiste ; crédit : Chinese Academy of Sicences

Si la Chine va pouvoir surveiller les gaz à effet de serre avec son propre satellite, l'agence de presse Xinhua écrit qu'il s'agira aussi de vérifier si d'autres pays " respectent leurs engagements " en matière de réduction des gaz à effet de serre suite à l'accord de Paris sur le changement climatique.

L'accord ambitionne de limiter l'élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, et ultérieurement à 1,5 °C.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1940182
en lisant l'article je me pose une simple question, est ce que les lancements (nombreux ces derniers temps) de satellites dans l'espace génèrent beaucoup de gaz à effets de serre eux aussi?
Le #1940190
Normalement, non, pas trop puisqu'aujourd'hui c'est, il me semble, essentiellement du combustible type Hydrogène/Oxygène liquides, non ?
Le #1940210
Plutôt que de surveiller ce que font les autres, ils feraient mieux de mettre du pognon dans la lutte antipollution chinoise, d'abord... Y'a du boulot...
Le #1940235
Zlandicae a écrit :

Normalement, non, pas trop puisqu'aujourd'hui c'est, il me semble, essentiellement du combustible type Hydrogène/Oxygène liquides, non ?


On utilise du propergol essentiellement :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Propulsion_%C3%A0_propergol_solide

Mais bon, je ne pense pas que ce soit significatif face à :

- L'empreinte carbone pour produire ces satellites
- La pollution globale chinoise
- La pollution globale américaine

Bref, on y est jusqu'au cou !


Anonyme
Le #1940240
Ulysse2K a écrit :

Zlandicae a écrit :

Normalement, non, pas trop puisqu'aujourd'hui c'est, il me semble, essentiellement du combustible type Hydrogène/Oxygène liquides, non ?


On utilise du propergol essentiellement :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Propulsion_%C3%A0_propergol_solide

Mais bon, je ne pense pas que ce soit significatif face à :

- L'empreinte carbone pour produire ces satellites
- La pollution globale chinoise
- La pollution globale américaine

Bref, on y est jusqu'au cou !


Plus que surveiller, ils veulent monitorer leur pollution......la Chine ne peut que polluer si elle veut garder sa croissance.......triste constat
Le #1940327
De l'argent jeté par les fenêtres. Les instruments sur les satellites sont incapables de différentier le CO² provenant des différentes sources, et donc les émissions humaines sont justes estimées selon des modèles dont personne ne sait s'ils ont un quelconque rapport avec la réalité.

De la pure escroquerie politico-scientifique.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]