VOD et SVOD : une entorse temporaire à la chronologie des médias

Le par Jérôme G.  |  5 commentaire(s)
Cinema salle vide

Le CNC a adopté une mesure d'urgence. Temporaire, elle doit faciliter une première exploitation des films hors des salles de cinéma.

À vocation temporaire, le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) met en place un dispositif pour permettre une première exploitation des films en dehors des salles de cinéma. C'est ainsi une entorse exceptionnelle à la fameuse chronologie des médias.

Le CNC souligne que le dispositif proposé ne remet pas en cause la chronologie des médias, et ne préjuge pas de sa prochaine évolution. C'est une mesure d'urgence prise dans le contexte de la fermeture prolongée des salles avec la pandémie de coronavirus.

" Il serait préjudiciable à la fois pour le public et pour nos créateurs qu'en raison d'un trop grand nombre de films disponibles, les grosses productions notamment américaines privent d'exposition les œuvres plus diversifiées. Il est fondamental que chaque œuvre puisse rencontrer son public ", déclare le président du CNC.

Pour éviter un embouteillage dans les salles

Le CNC parle d'éviter un risque d'embouteillage pour la programmation des salles de cinéma lors de leur réouverture. Des demandes des distributeurs peuvent être déposées auprès du CNC pendant toute la période de fermeture des salles et jusqu'à un mois après la date de réouverture.

salle-cinema

La dérogation exceptionnelle ne concerne pas seulement une sortie en vidéo à la demande à l'acte (VOD) comme cela avait été le cas au printemps 2020, mais l'ensemble des modes de diffusion. Cela comprend donc la SVOD pour les plateformes par abonnement, ainsi que DVD et chaînes de télévision.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Kinekann Connecté Senior icone 317 points
Le #2127131
La chronologie des médias ou comment protéger la médiocrité de la production française... C'est même assumé par le président du CNC puisque, en paraphrasant, "ce serait dommage que le cinéma français (pourri) soit phagocyté par le cinéma américain (plus apprécié)".

Il serait vraiment temps d'abolir cette absurdité.
velocipede Hors ligne Héroïque avatar 538 points
Le #2127136
Je corrige !!! :
"La chronologie des médias ou comment protéger la médiocrité de la production française... C'est même assumé par le président du CNC puisque, en paraphrasant, "ce serait dommage que le cinéma français (pourri) soit phagocyté par le cinéma américain (plus appréciable)"."
saepho Connecté VIP icone 21582 points
Premium
Le #2127140
Kinekann a écrit :

La chronologie des médias ou comment protéger la médiocrité de la production française... C'est même assumé par le président du CNC puisque, en paraphrasant, "ce serait dommage que le cinéma français (pourri) soit phagocyté par le cinéma américain (plus apprécié".

Il serait vraiment temps d'abolir cette absurdité.


Sauf qu'il y a aussi la chronologie pour les films américains ,c'est donc à égalité, où est le problème ?
Kinekann Connecté Senior icone 317 points
Le #2127141
saepho a écrit :

Kinekann a écrit :

La chronologie des médias ou comment protéger la médiocrité de la production française... C'est même assumé par le président du CNC puisque, en paraphrasant, "ce serait dommage que le cinéma français (pourri) soit phagocyté par le cinéma américain (plus apprécié".

Il serait vraiment temps d'abolir cette absurdité.


Sauf qu'il y a aussi la chronologie pour les films américains ,c'est donc à égalité, où est le problème ?


La chronologie des médias intègre à la fois le délai minimal qu'un créateur de contenu doit respecter pour exploiter son produit (ce qui est en soi une restriction de liberté de jouir de sa propriété/création) et une obligation de financement au CNC, donc directement au cinéma français, quelle que soit l'origine du producteur - en quelque sorte, les américains doivent contribuer à la création française, qui mourrait ou devrait s'adapter si elle était soumise à la concurrence.

Il y a donc une double peine pour qui ne s'intéresse pas aux "comédies" foireuses franchouillardes : une partie du tarif payé va vers ce que j'ai choisi délibérément de ne pas regarder et je dois patienter très longuement avant de pouvoir profiter des œuvres qui m'intéressent vraiment. C'est ubuesque! Si une origine au piratage il faut chercher, elle est surement pas loin.

Si on laissait aux producteurs de contenus la liberté d'exploiter leurs œuvres comme ils le souhaitent, sans les surtaxer pour payer la (mauvaise) concurrence, on profiterait de contenus plus rapidement et qu'on peut naïvement supposer moins cher.
saepho Connecté VIP icone 21582 points
Premium
Le #2127160
Kinekann a écrit :

saepho a écrit :

Kinekann a écrit :

La chronologie des médias ou comment protéger la médiocrité de la production française... C'est même assumé par le président du CNC puisque, en paraphrasant, "ce serait dommage que le cinéma français (pourri) soit phagocyté par le cinéma américain (plus apprécié".

Il serait vraiment temps d'abolir cette absurdité.


Sauf qu'il y a aussi la chronologie pour les films américains ,c'est donc à égalité, où est le problème ?


La chronologie des médias intègre à la fois le délai minimal qu'un créateur de contenu doit respecter pour exploiter son produit (ce qui est en soi une restriction de liberté de jouir de sa propriété/création) et une obligation de financement au CNC, donc directement au cinéma français, quelle que soit l'origine du producteur - en quelque sorte, les américains doivent contribuer à la création française, qui mourrait ou devrait s'adapter si elle était soumise à la concurrence.

Il y a donc une double peine pour qui ne s'intéresse pas aux "comédies" foireuses franchouillardes : une partie du tarif payé va vers ce que j'ai choisi délibérément de ne pas regarder et je dois patienter très longuement avant de pouvoir profiter des œuvres qui m'intéressent vraiment. C'est ubuesque! Si une origine au piratage il faut chercher, elle est surement pas loin.

Si on laissait aux producteurs de contenus la liberté d'exploiter leurs œuvres comme ils le souhaitent, sans les surtaxer pour payer la (mauvaise) concurrence, on profiterait de contenus plus rapidement et qu'on peut naïvement supposer moins cher.


Et en même temps, il y a des comédies françaises très bien réussies, et des comédies américaines foireuses... D'ailleurs, un très grand nombre.
Mais les américains ont l'avantage d'un public mondial, alors que les films français ont un public plus limité.
Mais en échange d'autoriser leurs films en France, et donc de s'enrichir sur notre dos, il est normal qu'ils reversent une partie de leur bénéfice à notre pays...

Bcp de pays limitent très fortement les productions étrangères dans leurs pays, et les américains peuvent, au contraire, se déclarer heureux de pouvoir en proposer autant dans notre pays, et surtout, de gagner beaucoup d'argent chez nous !
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire