Vaccins Covid-19 : accès limité à des documents lors de la cyberattaque de l'Agence européenne des médicaments

Le par Jérôme G.  |  0 commentaire(s)
vaccin

Lors de la cyberattaque de l'AEM, l'agence indique que seul un nombre limité de documents ont été consultés de manière illégale.

Le 9 décembre, l'Agence européenne des médicaments (AEM) a indiqué avoir été la victime d'une cyberattaque. En charge de l'évaluation scientifique des vaccins contre la Covid-19 pour l'Union européenne et leur autorisation de mise sur le marché, l'AEM a informé des avancées de l'enquête en cours.

L'AEM a fait appel à l'expertise d'une entreprise spécialisée dans la cybersécurité, en plus d'une collaboration avec les forces de l'ordre et autres organismes. Pour le moment, l'enquête a révélé qu'un " nombre limité de documents appartenant à des tiers ont été illégalement consultés. "

" Les tiers concernés identifiés à ce stade ont été contactés et dûment informés ", ajoute l'AEM, sans toutefois préciser de quelles entreprises il s'agit.

Des documents pour les vaccins de BioNTech-Pfizer et Moderna

Il n'y a toutefois pas de grand mystère. Après la médiatisation de la cyberattaque, l'entreprise allemande de biotechnologie BioNTech avait confirmé un accès illégal à des documents stockés sur un serveur de l'AEM et en rapport avec son vaccin BNT162b2 contre la Covid-19. Il est fabriqué et distribué par le groupe pharmaceutique américain Pfizer.

coronavirus
C'est du reste hier que l'AEM a donné son feu vert pour le vaccin développé par BioNTech et Pfizer, via une autorisation de mise sur le marché conditionnelle. " Notre évaluation approfondie signifie que nous pouvons garantir aux citoyens de l'UE la sécurité et l'efficacité de ce vaccin et qu'il répond aux normes de qualité nécessaires. […] Nous continuerons de recueillir et analyser des données sur la sécurité et l'efficacité de ce vaccin afin de protéger les personnes qui le prennent dans l'UE. "

À travers l'Union européenne, les vaccinations débuteront le 27 décembre, comme en France par exemple avec un déploiement progressif, après l'autorisation de la Commission européenne, de la Haute Autorité de Santé.

Lors de la cyberattaque ayant touché l'AEM, certains documents échangés dans le cadre de discussions en amont de la soumission du candidat vaccin contre la Covid-19 de l'entreprise américaine de biotechnologie Moderna (ARNm-1273) avaient également fait l'objet d'un d'accès illégal.

L'Agence européenne des médicaments assure que la cyberattaque n'a pas altéré son fonctionnement et le calendrier de ses évaluations de vaccins et traitements contre la Covid-19.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire