Cyberattaques : l'UE va riposter par des sanctions

Le par  |  4 commentaire(s)
cyberattaque

L'Union européenne évoque la menace de représailles diplomatiques conjointes, dont des mesures restrictives, face à des cyberattaques.

Les ministres des affaires étrangères des 28 pays États membres de l'Union européenne ont adopté la mise en place d'un cadre pour une réponse conjointe aux cyberattaques. Une boîte à outils dite cyberdiplomatique face aux actes de cybermalveillance.

" L'UE est préoccupée par la capacité et la volonté accrues d'acteurs étatiques et non étatiques à poursuivre leurs objectifs par des activités cybermalveillantes. De telles activités sont susceptibles de donner lieu à une réponse conjointe de l'UE ", écrit le Conseil européen dans un communiqué.

Si les ministres réaffirment leur attachement à des " moyens pacifiques " pour régler des différends dans le cyberespace, ils évoquent la possibilité de faire pleinement usage de mesures diplomatiques, y compris des mesures restrictives.

" La réponse diplomatique de l'UE aux actes de cybermalveillance fera pleinement usage des mesures relevant de la politique étrangère et de sécurité commune. […] Une réponse conjointe de l'UE face aux actes de cybermalveillance serait proportionnée à la portée, l'échelle, la durée, l'intensité, la complexité, la sophistication et l'incidence de la cyberactivité. "

Des mesures de représailles comme par exemple des restrictions économiques au niveau de l'importation et de l'exportation ? Encore faudra-t-il identifier avec certitude l'assaillant, ce qui demeure un exercice très délicat.

Le ton monte alors que plusieurs processus électoraux ont fait l'objet de cyberattaques diverses et variées lors des campagnes. Le cas du crypto-ransomware WannaCry, qui a notamment touché des hopitaux britanniques, est aussi mentionné.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1969321
Bon, au moins l'Europe se bouge enfin dans ce domaine sensible.
Même s'il va être compliqué de retrouver exactement l'assaillant ça le fera réfléchir à deux fois quand même (quand les états sont derrière).
Le #1969322
"Encore faudra-t-il identifier avec certitude l'assaillant, ce qui demeure un exercice très délicat." ... Mais non, c'est d'une facilité déconcertante, voyons ! Il suffit d'attendre un peu et le cybercriminel va poster lui-même ses exploits sur un réseau social. C'est d'ailleurs en grosse partie comme cela qu'on les chope. L'orgueil les dénonce
Le #1969355
J'espère que ce n'est pas qu'un voeux pieu... Et surtout, que des moyens plus conséquents seront alloués aux cyberflics (qui ne sont pas légion)...
Le #1969389
Rassurant de voir qu'ils semblent prendre conscience de ce genre de menaces. Après, des mesures diplomatiques sous-entendent forcément que l'on a prouvé le lien avec un état plutôt qu'une initiative individuelle. Pas gagné.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]