Cybermalveillance : la plateforme nationale d'aide aux victimes s'ouvre à tous

Le par  |  2 commentaire(s)
cybermalveillance.gouv.fr

Après une phase expérimentale débutée en mai, le dispositif d'aide aux victimes d'actes de cybermalveillance sera opérationnel sur tout le territoire à partir du 17 octobre.

Actuellement réservé à la région Hauts-de-France, le service d'aide aux victimes d'actes de cybermalveillance de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr va s'ouvrir à l'ensemble du territoire national le 17 octobre prochain.

Cette plateforme s'adresse aux particuliers, entreprises (PME) et collectivités territoriales confrontés à des attaques informatiques. Elle remplit une fonction pédagogique, d'observatoire des cyberattaques, et permet la mise en relation de victimes avec des prestataires de services de proximité.

Pour pouvoir être référencés, ces prestataires s'engagent à respecter une charge sur le respect de bonnes pratiques commerciales et publicitaires, la conservation d'éléments de preuve technique pour un dépôt de plainte d'une victime, la remontée d'éléments techniques anonymisés.

Une victime bénéficie d'un accompagnement et d'un parcours dédié pour identifier l'incident de sécurité. Elle est orientée vers les prestataires susceptibles de " restaurer son système. " Les utilisateurs peuvent évaluer la prestation proposée.

cybermalveillance.gouv.fr

Le dispositif avait été incubé par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information et copiloté avec le ministère de l'Intérieur.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1984725
Tiens, ils n'ont pas appelé ça "de l'hygiène douteuse", ça manque de cohérence tout ça .
Le #1984871
L'état qui revend les données des cartes grises ca fait partie des actes de cybermalveillance ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme