Google : la lutte contre le piratage fait des victimes collatérales

Le par Mathieu M.  |  1 commentaire(s)
pirate

Après avoir été longtemps critiqué pour son manque d'entrain à lutter contre le piratage, Google est actuellement pris d'une poussée de zèle, au point de faire parfois prendre des risques aux utilisateurs.

Google a véritablement déclaré la guerre aux sites qui proposent des téléchargements illégaux. Si jusqu'ici Google attendait diverses injonctions et requêtes pour retirer certaines plateformes de ses résultats de recherche, depuis quelques semaines, les choses se sont accélérées.

The-Pirate-Bay-page-accueil

Le géant du web est pris en flagrant délit d'excès de zèle et sanctionne de plus en plus lourdement les grandes plateformes de piratage. Sans procéder à un déréférencement qui ne serait pas prononcé devant la justice, Google applique des sanctions au niveau du classement des résultats sur son propre moteur.

En clair, les sites les plus populaires comme The Pirate Bay, LimeTorrents, Nyaa et d'autres sont désormais relégués au-delà de la première page des résultats de recherche. L'idée est d'assécher les revenus de ces sites en les rendant moins visibles dans les résultats de recherche de Google. Le nombre de visiteurs devrait chuter et les revenus générés par la pub devraient suivre, entrainant la disparition de ces plateformes.

Si en théorie l'idée de Google est bonne, dans la pratique on note déjà des effets pervers, car Google ne fait finalement que déplacer le problème. Ainsi, en changeant le classement des résultats de recherche, on voit d'autres plateformes prendre le relais et profiter sans le vouloir des sanctions opérées sur les ténors du piratage.

Outre le fait que ces plus petites plateformes profitent d'un transfert des utilisateurs depuis les grands sites, on voit également certains petits sites pollués par des malwares être plus largement mis en avant par Google. Ces sites qui ne profitent pas toujours d'une grande popularité se rattrapent souvent en proposant des publicités très agressives avec des trackers ou même en diffusant des malwares et autres virus, volontairement ou non... Le choix de Google entraine donc indirectement des risques pour les utilisateurs qui sont réorientés vers d'autres plateformes qui ne sont pas plus légales, mais plus dangereuses que les grandes plateformes qui prennent souvent soin d'éviter toute mauvaise publicité en chassant les malwares.

Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Le #2101723
Hmmmm ceux qui font la démarche de chercher ne s'arrêtent pas à ce genre de manoeuvre.
Quant aux dommages collatéraux, il faut dire que l'homme moderne est un spécialiste en la matière à vouloir prendre des décisions rapides sous prétexte que réfléchir aux conséquences coutera plus d'argent que de réparer les dégats. Il faut aller vite, vite, vite ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme