L'accès à des contenus illicites via les réseaux sociaux pour 16% des internautes

Le par  |  3 commentaire(s)
pirate

L'Hadopi a publié une étude en rapport avec l'accès à des contenus audiovisuels et sportifs illicites par le biais des réseaux sociaux.

D'après une étude publiée par l'Hadopi et réalisée par l'institut Ifop, 16 % des internautes ont recours au moins une fois par mois aux réseaux sociaux pour un accès illicite à des films, séries TV, ainsi que des retransmissions sportives en direct.

L'étude a eu lieu en ligne entre février et mars 2019 auprès d'un échantillon de plus de 1 500 internautes français de 15 ans et plus, avec un sur-échantillon de 822 consommateurs illicites via les réseaux sociaux. Son périmètre a concerné quatre réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Reddit et YouTube qui a été rangé dans cette catégorie.

Pour 8 % des internautes, l'accès aux contenus se fait de manière directe sur les réseaux sociaux (page Facebook et YouTube par exemple), tandis que pour 12 % c'est en cliquant sur des liens trouvés sur les réseaux sociaux.

hadopi
Il est à souligner une mise en échec d'outils de reconnaissance de contenus comme Content ID pour YouTube et Rights Manager pour Facebook. Son ampleur est difficile à cerner, mais elle peut notamment s'expliquer par un manque d'empreintes numériques pour des contenus.

D'après l'étude, " le sport est davantage consommé à partir de liens sur Facebook, Twitter et Reddit, tandis que les films et séries sont davantage consommés directement sur YouTube. " Une telle pratique des réseaux sociaux est en tout cas présentée comme récente.

" Le fait d'accéder à des contenus via des plateformes reconnues induit en erreur les internautes sur la licéité de ces usages ", écrit l'Hadopi. Sans toutefois omettre que des sites illicites en quête de notoriété se servent sciemment des réseaux sociaux.

Complément d'information
  • Piratage : Hadopi constate mais sanctionne rarement
    La Commission HADOPI peine toujours à faire preuve de son efficacité face au piratage en France. De plus en plus critiquée il faut admettre que l'institution placée sous perfusion constate bien les actes de piratage, mais ne sanctionne ...
  • Piratage de Sony : des informations sur la surveillance Hadopi
    Le piratage de Sony Pictures amène son lot de surprise, et la publication des informations subtilisées au fil des jours étonne par l'ampleur du piratage qu'elle sous-entend, mais aussi par leur contenu.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2081278
" Le fait d'accéder à des contenus via des plateformes reconnues induit en erreur les internautes sur la licéité de ces usages "


Tant de naïveté, c'en est presque attendrissant...
Le #2081302
Kiriito a écrit :

" Le fait d'accéder à des contenus via des plateformes reconnues induit en erreur les internautes sur la licéité de ces usages "


Tant de naïveté, c'en est presque attendrissant...




Après, il y a d'autres choses qui sont plus compliqués, comme par exemple avec google image, vu que tu as accès à plein de photos/images, tu penses que tu peux les utiliser comme tu veux.

Va expliquer à certains que pour utiliser une image trouvé sur google, tu dois payer 500€...
Le #2081358
Kiriito a écrit :

" Le fait d'accéder à des contenus via des plateformes reconnues induit en erreur les internautes sur la licéité de ces usages "


Tant de naïveté, c'en est presque attendrissant...


Ce qu'il faut comprendre: "on peut pas les foutre au tribunal, car on ne peux pas prouver qu'ils ont sciemment violé les droits d'auteur".
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme