Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail

Le par  |  4 commentaire(s)
intelligence artificielle ia

Le potentiel que représentent les applications d'intelligence artificielle (IA) dans le monde du travail de demain est à la fois excitant et effrayant. Oui, l’IA appliquée au secteur de l’emploi fait peur, mais elle est aussi porteuse de solutions d’avenir. Quels sont les risques réels de l'intelligence artificielle ? L’IA est-elle une menace pour l’emploi ? Comment l’IA peut-elle transformer positivement l'industrie des ressources humaines ?

Tribune Libre par Aude Barral, Co-fondatrice de CodinGame

Remarque : les propos tenus ici n'engagent pas la rédaction de GNT mais constituent un avis éclairé de la part d'un expert dans son domaine que nous avons jugé opportun de vous faire partager. Il ne s'agit pas d'un article promotionnel, aucun lien financier ou autre n'existant entre cette société et GNT, le seul intérêt étant de vous apporter un éclairage intéressant sur un domaine particulier.

Il y a un mythe autour de l'intelligence artificielle : très complexe à créer et à manipuler, elle serait réservée à une poignée de scientifiques éclairés. En réalité, il suffit de quelques connaissances fondamentales en programmation pour créer une IA très simple. Aujourd’hui, de plus en plus de développeurs souhaitent se former à l’IA et ses différentes verticales.

L’IA se démocratise. Autre mythe, les IA pourraient sortir de leur cadre pour prendre le pouvoir sur le genre humain. Soyons clairs, les IA sont programmées pour être autonomes et efficaces dans les tâches qui leurs sont confiées, et seulement celles-ci. Principalement orientées vers l’exécution de tâches répétitives, les IA sont encore loin de pouvoir penser comme nous.

L’IA conduira-t-elle à une suppression massive d’emploi ? La plupart des études corroborent que beaucoup de métiers sont voués à disparaître. Cependant, un grand nombre de nouveaux métiers nécessitant des compétences en IA vont parallèlement voir le jour : data scientist, programmeur linguistique, etc. Des emplois seront aussi créés autour de compétences nécessaires pour gérer et maintenir les IA, prévenir les risques liés à l’utilisation des données personnelles, améliorer la communication entre les humains et les machines.

Dans le recrutement tech innovant, l’IA peut apporter des changements très positifs à nos sociétés, à condition qu’elle soit utilisée avec éthique et prudence, surtout dans le secteur des ressources humaines qui touche avant tout à l’humain. Voici 4 changements majeurs que l'intelligence artificielle apporte à nos activités :

1) Trouver le bon développeur pour le bon poste, instantanément

Un ensemble de plus en plus complexe de critères de compétences constituent aujourd’hui le portfolio d’un développeur. Technologies maîtrisées, localisation, soft skills, recherche active ou passive, sont autant d’informations qui gagnent à être intelligemment traitées pour permettre le meilleur “matching” entre les candidats et les postes à pourvoir, en temps réel. Le temps gagné à la fois pour le recruteur et le candidat est considérable lorsque les profils les plus susceptibles de correspondre à une offre sont automatiquement mis en relation.

2) La réduction des biais cognitifs

Une IA ne peut pas être influencée par des informations relatives au statut social, au genre, aux aspects physiques ou aux origines des candidats. De même, à l’inverse des humains, elle ne pourra pas arbitrairement ressentir un “feeling” pour un candidat, jusqu’à influencer positivement ou négativement l’issue du recrutement. La probabilité de discrimination s’en trouve considérablement réduite.

intelligence-artificielle-IA

3) L’amélioration de l’expérience candidat

L'IA peut faire une différence grâce à des robots capables d’assister et d’encourager les candidats tout au long du processus d’embauche. Un recueil des souhaits et une planification automatisée des différentes phases du processus de recrutement (entretiens, tests techniques) sont aussi déterminants côté recruteurs. Les IA sont toujours disponibles si les candidats ou les recruteurs ont besoin d'information ou d'aide. Or, pour l’un comme pour l’autre, maintenir en parallèle plusieurs processus d'embauche est éreintant. En permettant aux candidats de n'avoir à parler qu'à un seul intermédiaire, un assistant artificiel simplifie beaucoup les communications.

4) Des tests techniques adaptatifs

Aujourd’hui, on observe une grande disparité dans les formations qui conduisent au métier de développeur. Une IA est capable d’analyser comment un programmeur a complété son test technique pour en tirer des informations permettant d’orienter la suite du test, d’en adapter le contenu et de qualifier plus rapidement les compétences. L’objectif ? Obtenir des tests plus courts, et plus pertinents. L’IA est utile pour comparer les résultats du test complété et proposer une évaluation relative à une population globale de référence.

L’intelligence artificielle va modifier structurellement le monde du travail. Dans le secteur du recrutement et des ressources humaines qui sont avant tout basées sur un facteur-clé, l’humain, si des bénéfices évidents peuvent être d’ores et déjà entrevus, restons vigilants sur ce que nous confierons à des robots. Continuons à utiliser l'intelligence artificielle comme un outil d’aide à la décision parmi d’autres, en conservant le garde-fou que représente la prise de décision humaine finale.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2070812
"Une IA ne peut pas être influencée par des informations relatives au statut social, au genre, aux aspects physiques ou aux origines des candidats. "

Les sets de données étant souvent biaisés, les IA les utilisant héritent de ces problèmes de biais. C'est un gros sujet actuellement.

"3) L’amélioration de l’expérience candidat"

Il me semble que la meilleure expérience passe au contraire par un maximum de phases d'interaction humaines.
Le #2070827
Il y a un mythe autour de l'intelligence artificielle : très complexe à créer et à manipuler, elle serait réservée à une poignée de scientifiques éclairés. En réalité, il suffit de quelques connaissances fondamentales en programmation pour créer une IA très simple.

Une routine basique devient donc une IA très simple.
---
Une IA ne peut pas être influencée par des informations relatives au statut social, au genre, aux aspects physiques ou aux origines des candidats.

C'est pourtant le problème que rencontre IBM sur sont IA.

https://www.lebigdata.fr/ibm-million-visages-ia-raciste

----

L’IA conduira-t-elle à une suppression massive d’emploi ? La plupart des études corroborent que beaucoup de métiers sont voués à disparaître. Cependant, un grand nombre de nouveaux métiers nécessitant des compétences en IA vont parallèlement voir le jour : data scientist, programmeur linguistique, etc

Donc les dix milles à cents milles ouvriers d'une usine d'assemblage se retrouvant "potentiellement" au chômage auront tous droit a une formation avec un emploi garanti en fin de formation pars leur employeur ?, en prenant en compte que toutes les usines d’assemblages à travers le monde vont faire de même ?... j'aime bien le monde des bisounours avec le pouvoir de l'arc-en-ciel tout devient possible.
Le #2070846
drahus a écrit :

Il y a un mythe autour de l'intelligence artificielle : très complexe à créer et à manipuler, elle serait réservée à une poignée de scientifiques éclairés. En réalité, il suffit de quelques connaissances fondamentales en programmation pour créer une IA très simple.

Une routine basique devient donc une IA très simple.
---
Une IA ne peut pas être influencée par des informations relatives au statut social, au genre, aux aspects physiques ou aux origines des candidats.

C'est pourtant le problème que rencontre IBM sur sont IA.

https://www.lebigdata.fr/ibm-million-visages-ia-raciste

----

L’IA conduira-t-elle à une suppression massive d’emploi ? La plupart des études corroborent que beaucoup de métiers sont voués à disparaître. Cependant, un grand nombre de nouveaux métiers nécessitant des compétences en IA vont parallèlement voir le jour : data scientist, programmeur linguistique, etc

Donc les dix milles à cents milles ouvriers d'une usine d'assemblage se retrouvant "potentiellement" au chômage auront tous droit a une formation avec un emploi garanti en fin de formation pars leur employeur ?, en prenant en compte que toutes les usines d’assemblages à travers le monde vont faire de même ?... j'aime bien le monde des bisounours avec le pouvoir de l'arc-en-ciel tout devient possible.


Et puis tout le monde sait que la majorité de ces personnes travaillant dans ces usines d'assemblage ayant perdu leur emploi se reconvertiront aisément à un métier plus intellectuel. Ce n'est pas leur faire injure, car on a besoin de ces personnes aussi, mais si elles font ces métiers c'est qu'il y a une raison. Elles ne sont pas débiles au point de préférer un métier harassant à un métier de bureau moins fatiguant et mieux payé. J'ai faux ?
Le #2070875
troll: <<<vous inquiété pas, la pression sur ces gens les pousserons au suicide et cela réglera le probleme du chômage.

Par contre je suis inquiet pour mes bénéfices APRR et Lotus, car que ces chômeurs reste en vie ou pas je m'en moque, je veux par contre que la consommation augmente.
Il vas falloir créer des voitures autonomes qui prennent l'autoroute, et des robots qui font caca et qui achète du PQ.>>>

Sérieusement si l'ia détruits pleins d'emploies cela veut dire que les gens aurons moins d'argent pour consommer et donc infine moins d'argent dans la poche des actionnaires...sauf a la limite pour les produits de première nécessité qui resterons stable.

Donc Amazon par exemple devrait vraiment réfléchir avant de casser la branche sur l'arbre qui la fait vivre. et trouver une alternative qui permettras a une majorité de sans emploies (aujourd'hui la france supporte bien 10% de chomeurs mais si dans 20ans ils sont 50% sa vas être dure de financer les allocations) de consommer, assez pour rassurer les marché et assez aussi pour que ces gens puisse bien vivre et éviter une révolte (c'est pas bon car si les gens sortent dans la rue ils vont en 1er lieux couper les tètes des dirigeants et celle des plus riches)

ce que je veux dire c'est ce que ce système qui profite aujourd’hui au plus riche risque de creuser leurs tombe dans 40ans

Apres je vois bien la colonisation de Mars comme la solution universelle au chomage.
Quand les européens ont découverts l'amérique cela a crée pleins d'emploies, des marins pour transporter les ressources, les esclaves et les soldats, des conquistador pour pacifier l'amérique et ammaser les ressources...etc.
Pour la conquête de Mars cela pourrais être assez similaire, on y enverrais les taulard et les chômeurs, la seul différence c'est que sur Mars il n'y a pas d’indigène a piller et qu'il n'ya pas jusqu'a preuve du contraire de ressources précieuses a vendre à la terre.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme