La France et l'Intelligence Artificielle : relever le défi de la compétitivité, aujourd'hui et demain

Le par  |  7 commentaire(s)
intelligence-artificielle-IA

La campagne présidentielle 2017 a permis de mieux appréhender les enjeux économiques liés à la nécessité impérieuse de réduire les dépenses de l'Etat et d'accompagner la montée en compétitivité et en innovation de notre industrie. Dans cette perspective, l'Intelligence Artificielle, prélude à un nouveau paradigme, est vouée à jouer un rôle décisif. La récente mise en place de la DSN a permis, à cet égard, de familiariser les entreprises avec une toute nouvelle génération d'assistants digitaux intelligents, source d'optimisation des processus et de gain de compétitivité.

Tribune libre par Thomas Bourgeois, Président-Directeur Général de Dhatim


L'économie au cœur de la campagne présidentielle
Rarement une élection présidentielle n'a autant fait participer les électeurs à la gestion de notre dette et à la manière de réduire nos déficits. Avec un secteur industriel, laminé par les délocalisations, qui a su capter l'attention de certains candidats, la compétitivité de notre industrie et, plus largement, l'économie s'est invitée au cœur des débats. L'opportunité nous a donc été donnée, notamment lors du débat du deuxième tour, d'assister à la vulgarisation de certaines notions que nous avions oubliées depuis l'Université comme « la place de l'Etat dans la régulation des acteurs économiques », « le protectionnisme et les barrières douanières » ou même « de l'écu à l'euro : l'évolution des échanges monétaires européens ». Vous avez dit pédagogie ?

Les économies budgétaires : cheval de bataille de deux « grands candidats »
Jamais les citoyens n'auront été autant éduqués à la nécessité de renforcer notre compétitivité, élément essentiel pour devenir un acteur global fort, aux côtés de nos partenaires européens et mondiaux. L'autre fait marquant est la manière dont les économies budgétaires, notamment au premier tour, ont été placées au cœur même des débats. La capacité à redresser les finances de notre pays a été utilisée comme un cheval de bataille majeur par deux des « grands » candidats. Des infographies, publiées dans la presse, ont même classé les candidats selon le niveau d'économies publiques qu'ils se proposaient de réaliser au long de leur quinquennat.

business-intelligence

Du choc de simplification à la DSN
Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Au travers du choc de simplification, lancé en 2013, l'Etat a choisi de faire de la diminution de la complexité administrative et normative un outil au service de l'amélioration de la relation avec les citoyens et compétitivité des entreprises. Entrée en vigueur en janvier 2017, après une année de phase pilote, la DSN ou déclaration sociale nominative veut simplifier la gestion annuelle des entreprises. Côté entreprise, la mission est complexe car elle conduit les DRH à contrôler chaque mois, pour chaque employé, un volume de données beaucoup plus important, de l'ordre du million de lignes d'écritures. Autre écueil, contrairement aux procédures de simplifications précédentes, le défi de la simplification est ici à double tranchant : chaque donnée erronée étant passible d'une amende de dix euros, en cas de redressement, les entreprises s'exposent à des pénalités exponentielles.

Un nouveau paradigme technologique transformer la DSN en opportunité
La DSN serait-elle un Game Changer ? Peut-être bien car elle préfigure un changement de paradigme où la complexité et l'échelle des données contraignent le gestionnaire RH, pour être efficace, à capitaliser sur une assistance d'outils de nouvelle génération. Dans ce domaine, le potentiel de l'Intelligence Artificielle de machine learning, couplé au Big Data, est gigantesque. Avec ces outils, ce sont des milliards de lignes de données, inaccessibles à l'être humain de par leur nombre et leur diversité, qui deviennent exploitables. En comprenant les données dans le détail, les robots logiciels réalisent des millions de contrôles et d'actions par jour. Déjà utilisés par les fonctions Achat et Comptabilité, ils permettent de réduire les coûts jusqu'à 30% selon les départements et les catégories de dépenses. Les gestionnaires peuvent ainsi se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée et augmenter leur performance. S'agissant de la DSN, les entreprises qui essaient de s'adapter aux exigences de l'administration avec les outils informatiques habituels le font à leurs risques et périls… et en pénalisant potentiellement leurs salariés. En effet, les données transmises via cette DSN serviront de base au futur impôt prélevé à la source et au calcul des retraites. Les erreurs sur chaque déclaration sont donc cumulées de mois en mois, ainsi que les pénalités encourues en cas de contrôles.

Une meilleure compétitivité pour les entreprises à l'ère de la mondialisation
La DSN est un cas unique où une contrainte légale conduit les entreprises à se doter d'outils uniques en leur genre. Les Directions des Ressources Humaines sont ainsi entrées, sans s'en rendre compte, dans l'ère de l'Intelligence Artificielle, du Machine Learning, et du Big data. Désormais familiarisées avec une nouvelle génération d'assistants digitaux intelligents, elles ont tous les atouts en main pour optimiser leurs processus et gagner en compétitivité, un atout essentiel dans cette ère de mondialisation et de concurrence.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1975797
Quand je lis de telles absurdités, désolé, mais je ne peux rester sans réagir. Vous êtes exactement dans la propagande selon laquelle les problèmes de dette publique seraient générés par des dépenses excessives de l'Etat alors qu'il n'en est rien. Vous oubliez le système des réserves fractionnaires, la monnaie scripturale, la privatisation de l'argent public à taux non nul... Et que la compétitivité serait le problème de la France. En gros vous faites le jeu du mondialisme. Pour celles et ceux qui veulent réellement comprendre le monde, la finance et arrêter de se faire entuber par ce type de message. Come with me dans la Zone ! https://www.chamanzone.com/read-blog/58_la-finance-et-son-arnaque.html
Le #1975799
Phenixlecoq a écrit :

Quand je lis de telles absurdités, désolé, mais je ne peux rester sans réagir. Vous êtes exactement dans la propagande selon laquelle les problèmes de dette publique seraient générés par des dépenses excessives de l'Etat alors qu'il n'en est rien. Vous oubliez le système des réserves fractionnaires, la monnaie scripturale, la privatisation de l'argent public à taux non nul... Et que la compétitivité serait le problème de la France. En gros vous faites le jeu du mondialisme. Pour celles et ceux qui veulent réellement comprendre le monde, la finance et arrêter de se faire entuber par ce type de message. Come with me dans la Zone ! https://www.chamanzone.com/read-blog/58_la-finance-et-son-arnaque.html


Tu n'as pas tort mais quand notre niveau de scolarité est en chute libre, quand la finance s'approprie la moindre de nos richesses économiques (sans réaction de notre part), quand la jeunesse rêve plus au "partage" virtuelle que de son avenir professionnel... Ne faudrait-il pas une entité logique pour donner le coup de scalpel douloureux et nécessaire au redressement ?

Je ne suis pas très chaud de cette perspective mais j'avoue que les solutions sont de plus en plus restreintes. Les doux rêves de la gauche ne peuvent rien apporter (quand une bourse est vide, elle le reste si on ne fait rien), la droite abonde et favorise les nantis, alors ? On fait quoi maintenant ?
Le #1975813
Ulysse2K a écrit :

Phenixlecoq a écrit :

Quand je lis de telles absurdités, désolé, mais je ne peux rester sans réagir. Vous êtes exactement dans la propagande selon laquelle les problèmes de dette publique seraient générés par des dépenses excessives de l'Etat alors qu'il n'en est rien. Vous oubliez le système des réserves fractionnaires, la monnaie scripturale, la privatisation de l'argent public à taux non nul... Et que la compétitivité serait le problème de la France. En gros vous faites le jeu du mondialisme. Pour celles et ceux qui veulent réellement comprendre le monde, la finance et arrêter de se faire entuber par ce type de message. Come with me dans la Zone ! https://www.chamanzone.com/read-blog/58_la-finance-et-son-arnaque.html


Tu n'as pas tort mais quand notre niveau de scolarité est en chute libre, quand la finance s'approprie la moindre de nos richesses économiques (sans réaction de notre part), quand la jeunesse rêve plus au "partage" virtuelle que de son avenir professionnel... Ne faudrait-il pas une entité logique pour donner le coup de scalpel douloureux et nécessaire au redressement ?

Je ne suis pas très chaud de cette perspective mais j'avoue que les solutions sont de plus en plus restreintes. Les doux rêves de la gauche ne peuvent rien apporter (quand une bourse est vide, elle le reste si on ne fait rien), la droite abonde et favorise les nantis, alors ? On fait quoi maintenant ?


Soit on attend la révolution du frigo vide et plus de carburant à mettre dans la bagnole. Soit on devient citoyen constituant en espérant ne pas être exterminé dans le grand chaos qui semble venir, afin de ne pas une nouvelle fois se faire baiser par des professionnels de la politique en conflit d'intérêts permanent vis à vis des pouvoirs financiers qui les mènent au pouvoir par le financement de leurs campagnes, et à qui ils doivent allégeance une fois élus. Ces élus qui se nomment « démocrates » écrivent les constitutions à notre place, nous petits électeurs ayant perdu toute souveraineté. Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir. La prochaine chute boursière, compte tenu des "quantitative easing", ou autres assouplissements quantitatifs, ou encore planche à billets pour les nuls, qui représentent chaque année l'impression de plusieurs milliards de monnaie de singe sans aucune valeur (puisque monnaie n'étant plus indexée sur un équivalent or) servant à nous faire croire que l'économie va bien alors que toutes les bulles sont maintenues artificiellement par l'injection massive de monnaie de papier cul dans les actions des grandes entreprises et des banques, cette prochaine chute dans ces perspectives pourrait et sera sans doute sanglante. A ce moment là, internet et le virtuel seront devenus de simples souvenirs pour les survivants. Et si nous avons un peu de chance et que les grands possédants de ce monde planqués dans leurs bunkers ne nous ont pas quasiment tous pulvérisés avec leurs ogives nucléaire pour se défendre d'une révolte contre eux qui arrive à grands pas, alors, peut-être, nous retrouverons la voie de la sagesse pour l'humanité. Néanmoins, comme « l'homme n'est heureux que de vouloir et d'inventer » nous dîmes notre cher Émile-Auguste Chartier dit Alain, alors nous pouvons déjà dire que la paix comme la guerre sont condamnés à rester cycliques.
Le #1975840
Ça aurait été pas mal d'expliquer ce que c'est DSN au début... parceque dès l'introduction et tout du long de larticle c'est DSN par ci, DSN par là.. mais pas de définition... je suppose que c'est "déclaration sociale nominative", mais bon...

Par ailleurs, le site de la société de l'auteur de l'article (Dhatim) est entièrement en anglais -
perso, je m'en fiche mais pour une société française je trouve que c'est ballot...
Le #1975843
Phenixlecoq a écrit :

Ulysse2K a écrit :

Phenixlecoq a écrit :

Quand je lis de telles absurdités, désolé, mais je ne peux rester sans réagir. Vous êtes exactement dans la propagande selon laquelle les problèmes de dette publique seraient générés par des dépenses excessives de l'Etat alors qu'il n'en est rien. Vous oubliez le système des réserves fractionnaires, la monnaie scripturale, la privatisation de l'argent public à taux non nul... Et que la compétitivité serait le problème de la France. En gros vous faites le jeu du mondialisme. Pour celles et ceux qui veulent réellement comprendre le monde, la finance et arrêter de se faire entuber par ce type de message. Come with me dans la Zone ! https://www.chamanzone.com/read-blog/58_la-finance-et-son-arnaque.html


Tu n'as pas tort mais quand notre niveau de scolarité est en chute libre, quand la finance s'approprie la moindre de nos richesses économiques (sans réaction de notre part), quand la jeunesse rêve plus au "partage" virtuelle que de son avenir professionnel... Ne faudrait-il pas une entité logique pour donner le coup de scalpel douloureux et nécessaire au redressement ?

Je ne suis pas très chaud de cette perspective mais j'avoue que les solutions sont de plus en plus restreintes. Les doux rêves de la gauche ne peuvent rien apporter (quand une bourse est vide, elle le reste si on ne fait rien), la droite abonde et favorise les nantis, alors ? On fait quoi maintenant ?


Soit on attend la révolution du frigo vide et plus de carburant à mettre dans la bagnole. Soit on devient citoyen constituant en espérant ne pas être exterminé dans le grand chaos qui semble venir, afin de ne pas une nouvelle fois se faire baiser par des professionnels de la politique en conflit d'intérêts permanent vis à vis des pouvoirs financiers qui les mènent au pouvoir par le financement de leurs campagnes, et à qui ils doivent allégeance une fois élus. Ces élus qui se nomment « démocrates » écrivent les constitutions à notre place, nous petits électeurs ayant perdu toute souveraineté. Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir. La prochaine chute boursière, compte tenu des "quantitative easing", ou autres assouplissements quantitatifs, ou encore planche à billets pour les nuls, qui représentent chaque année l'impression de plusieurs milliards de monnaie de singe sans aucune valeur (puisque monnaie n'étant plus indexée sur un équivalent or) servant à nous faire croire que l'économie va bien alors que toutes les bulles sont maintenues artificiellement par l'injection massive de monnaie de papier cul dans les actions des grandes entreprises et des banques, cette prochaine chute dans ces perspectives pourrait et sera sans doute sanglante. A ce moment là, internet et le virtuel seront devenus de simples souvenirs pour les survivants. Et si nous avons un peu de chance et que les grands possédants de ce monde planqués dans leurs bunkers ne nous ont pas quasiment tous pulvérisés avec leurs ogives nucléaire pour se défendre d'une révolte contre eux qui arrive à grands pas, alors, peut-être, nous retrouverons la voie de la sagesse pour l'humanité. Néanmoins, comme « l'homme n'est heureux que de vouloir et d'inventer » nous dîmes notre cher Émile-Auguste Chartier dit Alain, alors nous pouvons déjà dire que la paix comme la guerre sont condamnés à rester cycliques.


"Et si nous avons un peu de chance" ... Il va même en falloir beaucoup et les probabilités ne sont guère de notre côté.

Je te rejoins aussi sur le fait que l'effondrement économique et social sont cycliques et, visiblement, nous arrivons au 360° de notre roue.

D'un autre côté, l'espoir peut encore être permis car la mondialisation apporte tellement de déboires et les gens sont tellement acculés financièrement que l'on voit apparaître une nouvelle économie : la reprise des petits commerces de proximités, de l'artisanat local, etc... Nul doute que l'emploi va en prendre un sale coup (ce qui est déjà le cas de toute manière) mais notre Histoire prouve qu'il faut parfois des "drames" pour que tout puisse renaître.

Bref, je ne vois pas l'avenir d'un bon oeil et je crois que ce sont les petits (qui pourront courber le dos face à la tempête) qui subsisteront. On verra.
Le #1975925
Ulysse2K a écrit :

Phenixlecoq a écrit :

Ulysse2K a écrit :

Phenixlecoq a écrit :

Quand je lis de telles absurdités, désolé, mais je ne peux rester sans réagir. Vous êtes exactement dans la propagande selon laquelle les problèmes de dette publique seraient générés par des dépenses excessives de l'Etat alors qu'il n'en est rien. Vous oubliez le système des réserves fractionnaires, la monnaie scripturale, la privatisation de l'argent public à taux non nul... Et que la compétitivité serait le problème de la France. En gros vous faites le jeu du mondialisme. Pour celles et ceux qui veulent réellement comprendre le monde, la finance et arrêter de se faire entuber par ce type de message. Come with me dans la Zone ! https://www.chamanzone.com/read-blog/58_la-finance-et-son-arnaque.html


Tu n'as pas tort mais quand notre niveau de scolarité est en chute libre, quand la finance s'approprie la moindre de nos richesses économiques (sans réaction de notre part), quand la jeunesse rêve plus au "partage" virtuelle que de son avenir professionnel... Ne faudrait-il pas une entité logique pour donner le coup de scalpel douloureux et nécessaire au redressement ?

Je ne suis pas très chaud de cette perspective mais j'avoue que les solutions sont de plus en plus restreintes. Les doux rêves de la gauche ne peuvent rien apporter (quand une bourse est vide, elle le reste si on ne fait rien), la droite abonde et favorise les nantis, alors ? On fait quoi maintenant ?


Soit on attend la révolution du frigo vide et plus de carburant à mettre dans la bagnole. Soit on devient citoyen constituant en espérant ne pas être exterminé dans le grand chaos qui semble venir, afin de ne pas une nouvelle fois se faire baiser par des professionnels de la politique en conflit d'intérêts permanent vis à vis des pouvoirs financiers qui les mènent au pouvoir par le financement de leurs campagnes, et à qui ils doivent allégeance une fois élus. Ces élus qui se nomment « démocrates » écrivent les constitutions à notre place, nous petits électeurs ayant perdu toute souveraineté. Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir. La prochaine chute boursière, compte tenu des "quantitative easing", ou autres assouplissements quantitatifs, ou encore planche à billets pour les nuls, qui représentent chaque année l'impression de plusieurs milliards de monnaie de singe sans aucune valeur (puisque monnaie n'étant plus indexée sur un équivalent or) servant à nous faire croire que l'économie va bien alors que toutes les bulles sont maintenues artificiellement par l'injection massive de monnaie de papier cul dans les actions des grandes entreprises et des banques, cette prochaine chute dans ces perspectives pourrait et sera sans doute sanglante. A ce moment là, internet et le virtuel seront devenus de simples souvenirs pour les survivants. Et si nous avons un peu de chance et que les grands possédants de ce monde planqués dans leurs bunkers ne nous ont pas quasiment tous pulvérisés avec leurs ogives nucléaire pour se défendre d'une révolte contre eux qui arrive à grands pas, alors, peut-être, nous retrouverons la voie de la sagesse pour l'humanité. Néanmoins, comme « l'homme n'est heureux que de vouloir et d'inventer » nous dîmes notre cher Émile-Auguste Chartier dit Alain, alors nous pouvons déjà dire que la paix comme la guerre sont condamnés à rester cycliques.


"Et si nous avons un peu de chance" ... Il va même en falloir beaucoup et les probabilités ne sont guère de notre côté.

Je te rejoins aussi sur le fait que l'effondrement économique et social sont cycliques et, visiblement, nous arrivons au 360° de notre roue.

D'un autre côté, l'espoir peut encore être permis car la mondialisation apporte tellement de déboires et les gens sont tellement acculés financièrement que l'on voit apparaître une nouvelle économie : la reprise des petits commerces de proximités, de l'artisanat local, etc... Nul doute que l'emploi va en prendre un sale coup (ce qui est déjà le cas de toute manière) mais notre Histoire prouve qu'il faut parfois des "drames" pour que tout puisse renaître.

Bref, je ne vois pas l'avenir d'un bon oeil et je crois que ce sont les petits (qui pourront courber le dos face à la tempête) qui subsisteront. On verra.


Puisses-tu avoir raison
Le #1976263
Y a des choses à faire:

la base étant l'éducation, il faut un plan d'investissement massif dans ce secteur (paraît que l'argent coûte pas cher et qu'on peut même emprunter à taux négatif). La traque de l'évasion fiscale des grands groupes numériques (google, amazon, fb, airbnb, uber, ms, apple etc) ça pourrait aider pas mal aussi.

Dans ce plan éducatif on peut commencer par faire en sorte de recruter des profs compétents en rémunérant correctement (comme en Allemagne par exemple) pour attirer autre chose que des jambons. Dans certains collèges ça recrute via le bon coin ou même ebay (si si !).

On peut (on doit) créer un capes et une agrégation d'informatique et une matière à part entière (c'est pas en étant utilisateur débile de produits qu'on comprend quoi que ce soit à ce qui se passe ou qu'on devient acteur économique prépondérant). On peut très bien diminuer la part d'enseignement du latin et du grec dans la foulée (faut faire des choix raisonnés dans la vie).

Quant à l'article, il est obsure, novlang et charabiesque.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]