L'invite de commandes sous Windows XP

Le par Claude L.  |  7 commentaire(s)
Article n° 161 - L'invite de commandes sous Windows XP(C) (120*120)

MS-DOS (Microsoft Disk Operating System) né en 1981, a contribué à l'essor des micro-ordinateurs PC. L'invite de commandes qui en découle, est peu connue et/ou utilisée par les utilisateurs surtout depuis l'arrivée de Windows 98, ce phénomène s'est encore plus accentué avec la venue de Windows XP. Si vous ne vous êtes jamais attardé sur son utilisation, ce dossier, volontairement simpliste, va vous permettre de mieux faire connaissance.

Préambule - historique

Préambule

Ce dossier permettra à ceux qui ne connaissent pas Ms-DOS de le découvrir. Volontairement, des pans entiers sont ignorés. Le but est que vous puissiez vous débrouiller avec les commandes de base et de les utiliser pour vos tâches courantes.


Un peu d'histoire

Ms-DOS (Microsoft Disk Operating System) est un système d'exploitation dont la fonction de base concerne principalement la gestion des fichiers.

En 1981, lors du lancement du PC (Personal Computer), IBM avait demandé à Digital Research, créateur de CP/M de porter son système sur le PC, mais devant le peu d'empressement de son directeur Gary Kildall, elle s'était adressée aussi chez Microsoft.

ImageMicrosoft, réputé pour ses interpréteurs BASIC, mais n'ayant rien dans ses cartons pour écrire rapidement un DOS porta son choix sur le QDOS (Quick and Dirty Operating System) créé par une petite firme de Seattle, qu'elle lui rachète pour quelques milliers de dollars et améliore petit à petit.

La version pour à IBM s'appellera PC-DOS. IBM commercialisera le PC avec trois systèmes d'exploitation (payants) au choix de l'utilisateur :

  • PC-DOS
  • CP/M 86
  • PC/IX, une sorte de clone d'UNIX.


PC-DOS faisant plus de 2/3 des ventes de systèmes pour PC, Microsoft demanda et obtint qu'il soit facturé d'emblée avec chaque PC vendu. La « taxe Microsoft » était née.

Ms-DOS est longtemps resté la base des systèmes d'exploitation grand public. En 1995, date d'apparition de Windows 95, il perdit en théorie son statut de système d'exploitation. Mais en réalité, l'interface graphique était simplement lancée par-dessus le DOS au démarrage. Il est resté une sous-couche des versions grand-public de Windows (Windows 98 et Me) jusqu'à la sortie de Windows XP. Le DOS en était alors à sa version 8.

Windows XP possède toujours une « invite de commande » (command prompt), dont les commandes sont héritées de celles de Ms-DOS et qui permet d'exécuter des programmes Windows en mode texte, ainsi que des programmes Ms-DOS grâce à un émulateur intégré. Cependant, cet interpréteur (cmd.exe) n'est pas celui de Ms-DOS à proprement parler (command.com) et certains anciens programmes DOS ne peuvent s'exécuter dans ce mode.

Parallèlement, un autre DOS a existé : DR-DOS, l'héritier de CP/M distribué par Digital Research, qui fut ensuite racheté par Novell. Ms-DOS n'étant plus supporté par Microsoft, un autre DOS a été développé, il s'agit de FreeDOS, un logiciel libre.

Détails plus complet ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/MSDOS

../..



L'invite de commandes - Partie 1

Utilisation de l’interpréteur de commandes de Windows XP

Le Shell est un environnement dans lequel s’exécute un système d'exploitation et lui donne une apparence visuelle compréhensible pour l’utilisateur. En mode graphique sous Windows c'est l'Explorateur (explorer.exe) qui assure cette tâche.

En Invite de commandes, ce programme fournit une communication directe entre l'utilisateur et le système d'exploitation. L'interface utilisateur non graphique propose un environnement dans lequel vous exécutez des applications et utilitaires basés sur les caractères. Elle exécute des programmes et affiche leurs sorties à l'écran en utilisant des caractères.

L'interpréteur de commandes de Windows XP utilise Cmd.exe (c:\windows\system32), qui charge les applications et dirige le flux d'informations entre les applications, afin de convertir l'entrée de l'utilisateur sous une forme que le système d'exploitation peut interpréter.

Accessible par le bureau en cliquant sur: Démarrer -Exécuter.


Image


Dans la zone de texte, tapez: cmd et validez avec OK ou en tapant sur la touche ENTER du clavier (Entrée ou Return) pour exécuter le programme cmd.exe.
Accessible aussi en cliquant sur : Démarrer - Tous les programmes – Accessoires - Invite de commandes.

shell-cmd

Une fenêtre s'affiche avec un message:

Microsoft Windows XP [version 5.1.2600]
(C) Copyright 1985-2001 Microsoft Corp.

La ligne de commande est du genre: C:\Documents and Settings\claude>_

  • C: est le premier disque dur ou la première partition du système.
  • \Documents and settings contient les espaces réservés aux comptes des utilisateurs inscrits sur le PC.
  • \claude est donc le dossier de mon espace personnel.
  • Le caractère > (plus grand que) est l'invite d'attente d'une commande.
  • Le caractère _ (underscore clignotant) est le curseur de la ligne de commande

A chaque fois que vous exécuterez l’invite de commandes, ce sera par défaut l’emplacement de départ dans l’arborescence du disque dur lors de l’exécution de cmd.exe.

explo-claude

Une astuce pour qui veut ouvrir un Shell avec le clic droit: Cliquer ici.


Propriétés

Par un clic droit dans la barre de titre de la fenêtre d’invite de commandes, choisissez : Propriétés.


Image


Les dimensions par défaut de la fenêtre sont de 80 caractères en largeur et de 25 lignes en hauteur. On peut changer ces valeurs dans le volet : Configuration Taille de la fenêtre.

Pour personnaliser l’affichage dans la fenêtre, utilisez les options dans les volets Polices et Couleurs.

Les options intéressantes sont : Options d’édition. Cochez comme dans la photo ci-dessus. Cela vous permettra d’utiliser le copier/coller dans cette fenêtre de ou vers un autre programme s’exécutant sous Windows ou dans une autre fenêtre d’invite de commandes.

Pour copier de cette fenêtre : sélectionnez avec la souris la zone de texte et clic droit.
Pour coller dans cette fenêtre : placez le curseur au début du texte à insérer et clic droit.

Activez la case à cocher Mode insertion pour insérer le texte au niveau du curseur et ainsi repousser vers la droite les caractères suivants pour ne pas écraser les caractères situés à droite du curseur.

Validez les modifications par OK et cochez selon le cas pour appliquer les modifications uniquement à la fenêtre en cours ou pour toutes les futures fenêtres de l’invite de commandes.

../..



L'invite de commandes - Partie 2

Utilisation du clavier

Le déplacement du curseur (underscore clignotant) dans le texte de la ligne de commandes est géré par les flèches gauche et droite du clavier. Les flèches vers le haut et le bas permettent de se déplacer dans l’historique des commandes précédentes, ce qui évite de les retaper à chaque fois.

L’appui sur la touche F7 du clavier affiche une fenêtre avec la liste des commandes tapées précédemment. Alt + F7 supprime l'historique des commandes.

Les réglages par défaut de la taille de la mémoire tampon de l’historique des commandes sont en général suffisants. On peut augmenter la taille et éventuellement cochez : Supprimer les doublons pour l’optimiser.

Utiliser les flèches Haut et Bas du clavier pour choisir la commande à exécuter et appuyez sur la touche Enter.

Le contenu de l’historique est effacé lors de la fermeture de la fenêtre d’invite de commandes.

  • Backspace (retour arrière) pour effacer le caractère situé à la gauche du curseur.
  • Origine (home) déplace le curseur en début de ligne.
  • Fin (end) déplace le curseur en fin de ligne.
  • Echap (esc) efface la commande.
  • F1 copie un caractère de la commande précédente.
  • F2 insère le texte de la commande précédente jusqu'au caractère spécifié sans inclure ce dernier.
  • F3 copie la commande précédente.
  • F4 supprime les caractères depuis la position courante du curseur jusqu'à celui spécifié.
  • F5 copie la dernière commande à partir de la position du curseur.
  • F6 place un caractère de fin de fichier à l’endroit de la position du curseur.
  • F8 permet de tourner en boucle dans l’historique sur la ligne de commande.
  • F9 demande le Nr de la commande (commence à 0), valider deux fois enter pour exécuter la commande.
  • On peut quitter F7 et F9 avec la touche Echap (esc).

La ligne de commande est exécutée lors de la frappe sur la touche ENTER (Entrée ou Return).
Pour stopper temporairement une commande, taper Ctrl+S. L’appui sur n'importe quelle touche relancera l'exécution.
On peut interrompre l’exécution d’une commande avec la combinaison des touches Ctrl + C.

La commande cls efface l’écran.

La commande exit permet de fermer la fenêtre de l’invite de commande.


La complétion

Le système peut compléter les commandes que vous tapez :

  • Dans le Shell, sur la ligne de commande, tapez: cd m et ensuite sur la touche Tab du clavier. S’afficheront successivement à chaque appui sur la touche tab les répertoires commençant par la lettre m. De même le caractére générique * peut être utilisé aussi: cd pro*.

  • Même principe pour les fichiers, taper : cd c:\windows et enter.
    Taper n et autant de fois que nécessaire sur tab pour que l’exécutable notepad.exe soit affiché sur la ligne de commande et valider par enter pour le lancer. Plus il y aura de lettres entrées sur la ligne de commande et plus la recherche sera rapide.

  • Pour Windows 2000, il faut l’activer, voir l’astuce ici.


Caractères spéciaux

  • Slash : / associé à chaque paramètre d’une commande.
  • Antislash : \ utilisé dans la description du chemin à parcourir dans l’arborescence du disque dur.
  • Pipe : | option de commandes.
  • Joker ou caractère générique : * et/ou '
  • Les parenthèses permettent de grouper différentes commandes.
  • Les caractères  , ; = séparent les différents paramètres dans une commande.
  • Deux && conditionnent l'exécution d'une commande si la commande précédente a réussi.
  • Deux barres verticales || est la condition inverse de la précédente.
  • Le signe > permet d’envoyer une commande vers un fichier texte ou une imprimante.
  • Le signe < permet de récupérer d’un fichier texte une commande.


Lorsqu’une commande est exécutée, le système vérifie :

  • Si un chemin\répertoire est inclus : l'interpréteur vérifie si le fichier existe dans le répertoire spécifié. Sinon, un message d'erreur s’affiche : [Nom_du_Programme] n'est pas reconnu en tant que commande interne ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

  • Si aucun chemin\répertoire de spécifié : l'interpréteur vérifie sa présence dans le répertoire courant. Sinon, il passe à l'étape suivante.

  • L'interpréteur vérifie la présence du programme dans chaque emplacement défini dans la variable d'environnement path. Si il n’est pas trouvé, le même message d'erreur apparaît.

../..


Aides disponibles

L’aide accessible dans le Shell

Utilisons la commande help avec en paramètre dir comme exemple.

Tapez sur la ligne de commande : help dir et validez (en minuscules ou majuscules). Un espace entre help et dir est indispensable. La commande help suivie du nom d’une commande permet d’afficher une aide sur ses paramètres.

Image


Une autre façon de l’obtenir est de taper : nom de la commande + un espace suivi de  /' (dir /').

Tapez : dir /' Et validez.


Plutôt que d’énumérer ici toutes les options de la commande dir, utilisez ce qui existe déjà dans l’aide de Windows XP.
Cliquez sur : DémarrerAide et support.
Dans la zone de texte Rechercher, tapez le nom de la commande (dir) et validez par OK.
Les résultats de la recherche seront affichés dans la partie de gauche.
Il suffit de cliquer sur le second résultat pour que le détail s’affiche à droite.

aide-xp


Comme vous pouvez le constater, les paramètres d’une commande peuvent être nombreux.

La façon d’écrire une commande avec ses paramètres optionnels fonctionne selon le même principe pour toutes les commandes.

Lisez la description de la syntaxe de cette commande. Il y a en bas de la page des exemples. Testez-les dans votre Shell. Elles sont sans danger pour votre système.

Dans le Shell, retapez la commande help seule et validez.

Une liste de 71 commandes s'affiche avec pour chacune un bref résumé.
Il en existe beaucoup d’autres qui ne sont pas listées ici, utilisées pour la gestion du réseau, des utilisateurs, de la sécurité du système, des supports de stockage, des fichiers, effectuer des tâches automatisées à l’aide de petits fichiers « scripts » à certains moments, etc.


../..



Supports de stockage et fichiers

Les supports de stockages

Les lecteurs de disquettes sont désignés par les lettres A et B.
Le premier disque dur ou la première partition est désigné par C, les suivants par D, E,  etc.

Immédiatement après le dernier disque dur, commence l’attribution des lettres des supports de stockages amovibles comme les lecteurs CD-DVD, clé USB, les disques durs externes, etc.

Le caractère deux-points (:) suit immédiatement la lettre de l’unité.


Les fichiers

Un fichier est un ensemble d'informations stockées sur un support, disquette ou disque dur ou cdrom, etc.

Chaque fichier est constitué de deux parties: le nom du fichier et l’extension séparés par un point: compta-2006.txt. Il n'y a pas d'espace entre la lettre de l'unité et le nom du fichier : A:comptabi.txt.

Sous Ms-DOS, la longueur des noms des fichiers et de dossiers étaient limités au format 8.3. Il fut utilisé jusqu’à la version Windows 3.1. Lors de la sortie de Windows 95 cette restriction a disparu et sous Windows XP, les noms de fichiers peuvent contenir jusqu'à 255 caractères.
http://support.microsoft.com/default.aspx'scid=kb%3Bfr%3B142982

Les noms de fichiers ne doivent pas contenir les caractères suivants :

  • & ( ) ^ ; | , \ / : * ' " < > et l’espace.

On ne peut avoir qu'un seul fichier portant un nom donné dans un répertoire donné. Les extensions de fichiers : .BAT, .COM, .EXE, .SYS sont réservées pour le système, il ne faut pas les utiliser pour nommer vos fichiers de travail.


Organisation du disque dur

Sous Windows XP, avec l'explorateur Windows, on peut visualiser facilement le contenu des disques durs, avec les dossiers, sous-dossiers et les fichiers grâce à l’interface graphique et se déplacer en utilisant la souris.

En invite de commande, c’est un peu différent. Les dossiers sont appelés répertoires, les sous-dossiers des sous-répertoires. Avec les fichiers, l’ensemble se nomme une arborescence de disque.


Afficher l’organisation des disques et leurs contenus

Pour afficher les répertoires et les fichiers, il faut utiliser la commande DIR. Comme déjà dit, elle possède beaucoup de paramètres et je ne les détaillerai pas tous. Voici pour moi les paramètres les plus simples à utiliser :

  • dir /w/p, cela affiche en premier les répertoires (encadrés par des [ ]) ; ensuite les fichiers, le tout en colonnes par ordre alphabétique et en plusieurs pages si nécessaire.

Tapez cette commande pour changer de répertoire:

  • cd \windows\system32 et validez.
La ligne de commande affiche:
  • C:\WINDOWS\system32>
  • Tapez : dir et validez. Bien sûr, c'est inexploitable tel qu'affiché, trop de lignes et trop rapide.
  • tapez : dir /w/p et validez. Voilà, c'est exploitable, il suffit d'appuyer sur n'importe quelle touche pour passer à l'écran suivant.
dir-w-p

On peut encore améliorer la recherche.
Imaginons que vous recherchez tous les fichiers DLL du sous-répertoire system32.
  • Tapez : dir *.dll et validez, bon c’est pas mal mais…
  • Tapez : dir *.dll /w et validez, c’est déjà mieux mais…
  • Tapez : dir *.dll /w/p et validez, ah ben là c’est mieux mais…


Pour trouver un fichier , il faut utiliser les caractères génériques et ainsi encore affiner la recherche, voici les principales combinaisons possibles :

  • Tapez : dir f'''''''.dll et validez. Tous les fichiers commençant par la lettre f et comportant 8 caractères avec l’extension dll sont affichés.
  • tapez : dir f'''''''.* et validez. Tous les fichiers commençant par la lettre f et comportant 8 caractères avec n’importe qu’elle extension sont affichés.
  • Tapez : dir f''''''''.d'' et validez. Tous les fichiers commençant par la lettre f et comportant 8 caractères avec l’extension de 3 caractéres commençant par la lettre d sont affichés.
  • Tapez : dir *.do* et validez. Tous les noms de fichiers avec l’extension commençant par les lettres do sont affichés.

En résumé, le ' représente 1 caractère et le * tous les caractères.


On peut combiner toutes les commandes précédentes en une seule :

  • dir /d g:\ftp\download\sons\sonswave\r*.wav /w/p.

Elle va afficher tous les fichiers avec l’extension WAV dont le nom commence par R et qui sont de n’importe quelle longueur se trouvant dans le sous-répertoire SONSWAVE du disque dur G (si votre disque G existe !!).

Voilà, le principal est dit, encore une fois, exercez-vous et utilisez l’aide.

NB : Si un nom de répertoire contient un espace, par exemple : « sons wave », il faut l’encadrer par des “ “ :

  • dir /d g:\ftp\download\sons\“sons wave“\r*.wav /w/p.
  • ou dir /d g:“\ftp\download\sons\sons wave\“r*.wav /w/p

Prenez l’habitude en ligne de commande de créez des noms de fichiers ou des noms de répertoires sans espace, choisissez de séparer les mots avec le underscore ou le trait d’union. Cela vous évitera bien des problèmes.

La commande tree permet d’afficher l’arborescence d’une manière pseudo-graphique, je la trouve peu pratique, mais testez quand même. La commande help est votre amie.

../..



Se déplacer dans l'arborescense

Comment se déplacer en invite de commande dans l’arborescence

Revenez dans le Shell, si vous avec suivi ce dossier, votre ligne de commandes devrait être :

  • C:\WINDOWS\system32>

Ce qui se traduit par :

  • vous êtes sur le disque dur C:
  • Dans le sous répertoire \system32 du répertoire \WINDOWS.


La commande pour se déplacer dans l’arborescence est cd (change directory).

  • Tapez : cd \ (attention à l’espace entre d et \) et validez, vous êtes revenus à la racine du disque dur.
  • Votre ligne de commande est : C:\>
Remarquez que le signe \ (back slash) sans rien après, désigne la racine du disque C:.

C:\   racine (ou D:\, ou ......)
 |
 |_WINDOWS  
enfant de la racine et parent de tous ses sous-répertoires.
 |          |
 |          |_system32  enfant de Windows et parent de fonts.
 |          |          |
 |          |          |_Fonts 
enfant de system32
 |          |
 |          |_system
 |          |
 |          |_etc.…
 |
 |_Documents and Settings
enfant de la racine et parent de tous ses sous- répertoires.
 |           |
 |           |_etc.…
 |_etc.....

Déplacez-vous dans le répertoire « WINDOWS », tapez :

  • cd Windows et validez. Remarquez qu’il n’y a pas de back slash (\) puisque le répertoire WINDOWS est un enfant de la racine et donc directement lié à : C:\.
  • La ligne de commande devient : C:\WINDOWS>.

Le répertoire WINDOWS contient un grand nombre de sous-répertoires enfants, pour aller dans le sous-répertoire \system32, par exemple, il suffit de taper :

  • cd system32 et de valider. Remarquez ici aussi que le back slash n’est pas nécessaire puisque system32 est un enfant de WINDOWS et donc directement lié aussi.
  • La ligne de commande devient : C:\WINDOWS\system32>

Pour se déplacer dans un autre répertoire enfant de la racine ou dans un autre répertoire parent, par exemple « Documents and Settings » à partir d’où nous sommes, la ligne de commande sera :

  • C:\WINDOWS\system32>cd \documents and settings et validez.

Cette fois, le back slash est obligatoire puisque le déplacement change de répertoire enfant de la racine. C’est aussi obligatoire pour se déplacer entre des répertoires parents.

  • La ligne de commande devient : C:\Documents and Settings>


Pour se déplacer sur un autre disque, il suffit de taper sa lettre suivie de 2 points: d: et de valider. De cette façon vous serez toujours à la racine du disque lors du premier déplacement. Vous pouvez aussi directement taper le « chemin » :

  • cd /d d:\jeux\pendu. Le paramètre : /d signifiant disque suivi d’un espace et de la lettre du disque avec le chemin.
  • Si vous revenez sur le disque précédent, en tapant c: , celui de départ donc, vous reviendrez au même endroit dans l’arborescence (\documents and settings).
  • De même si vous retournez sur le disque d: vous serez toujours dans \jeux\pendu. Ms-DOS conserve en mémoire le dernier répertoire visité sur chaque disque.

Il est possible de remonter vers la racine d’un niveau à la fois dans l’arborescence en utilisant : cd .. (Deux points). Ce qui est quand même plus pratique que de retaper à chaque fois le « chemin » complet.

Ayez le réflexe d’utiliser l’aide, tout ça peut paraître un peu compliqué, mais ça ne l’est pas. Exercez-vous à vous déplacer dans les arborescences de vos disques.

../..



Gérer le contenu du disque

Gérer l’organisation des disques et leurs contenus

Avertissement : Déplacer – supprimer – renommer des répertoires et ou des fichiers est toujours une tâche à risques, surtout dans le répertoire WINDOWS, donc soyez prudent.

  • Editer : edit
  • Créer : md      
  • Renommer : ren
  • Déplacer : move*
  • Supprimer : rmdir*
  • Copier : copy xcopy* 
  • Afficher : type more  
  • Imprimer : print prn
  • Formater : format (attention !!!)


*Remarque :

  • la commande move déplace les fichiers, le paramètre -y autorise d’annuler la demande de confirmation de remplacement d'un fichier existant, à utiliser avec précaution donc. Le déplacement de fichiers cryptés d'une partition NTFS vers une partition non NTFS est impossible, il faut utiliser la commande copy avec le paramètre /d.

  • La commande xcopy32 est capable de gérer les noms longs des fichiers, alors que xcopy ne le peut pas.

  • Le paramètre /s de la commande rmdir (rd) supprime tous les fichiers, les sous répertoires du dossier et le dossier spécifié dans la commande.


Voilà une panoplie qui permet de gérer le contenu du système. La même commande peut servir pour des manipulations sur les fichiers et ou des répertoires. Parfois il existe une commande avec deux noms possibles.

Encore une fois, je ne détaillerai pas toutes les options. Utilisez l’aide intégrée dans Windows XP comme expliqué plus haut ou celle de la ligne de commande. N’hésitez pas à exécuter un second Shell pour vous faciliter la tâche.

Pour vos essais, créez 3 répertoires parents de la racine et nommez-les test-1 test-2 test-3, ensuite déplacez-vous dans test-1.

Tapez ces commandes en validant à chaque fois :

  • cd c:\               pour revenir à la racine du disque C.
  • md test-1        crée le premier répertoire parent.
  • md test-2        crée le second répertoire parent.
  • md test-3        crée le troisième répertoire parent.
  • cd test-1         se déplacer dans le répertoire test-1

Maintenant, il nous faut un fichier exemple pour utiliser certaines commandes.
Soit vous en créez un avec le Notepad sous Windows que vous enregistrerez sous test.txt dans le dossier test-1, soit nous le faisons en ligne de commande avec l’éditeur.

Là, je sens que j’ai éveillé votre curiosité, bigre ! Un éditeur en ligne de commande. Ok alors, allons-y !

Tapez : edit et validez:

editeur-cmd

L’écran du Shell va se modifier pour faire place à l’éditeur en mode texte.

  • Un menu en haut est accessible avec la touche alt, appuyez dessus, remarquez qu’une lettre dans chaque option de menu a changé de couleur. Si vous tapez alt+f  le menu fichiers s’ouvre.
  • On peut se déplacer dans les menus avec le pavé directionnel et valider son choix avec la touche entrée.
  • Le « underscore » est en attente en haut à gauche.
  • La touche F1 du clavier propose une aide.
  • Inutile de cliquer avec la souris dans les menus, cela ne fonctionne pas.
  • Le copier/coller fonctionne parfaitement en l’utilisant comme dans la ligne commande.

Tapez le texte que vous voulez, cela n’a aucune importance et quelques lignes suffiront.

Sauvegardons notre fichier :

  • Tapez : alt+f, sélectionnez Enregistrer sous et validez.
  • Dans le nouveau panneau qui s’est ouvert, tapez le nom du fichier : test.txt.
  • Plus bas, est indiqué l’endroit où nous sommes (c:\test-1) et en dessous vous pourriez choisir un autre endroit pour enregistrer ce fichier.
  • Utilisez la touche tab pour parcourir les options du panneau, arrêtez-vous sur OK et validez pour l’enregistrer.
  • Fermez l’éditeur par alt+f+q.

Un dir vous montrera le fichier qui vient d’être enregistré avec l’éditeur.

Commencez par découvrir les commandes renommercopier - déplacer en utilisant uniquement le fichier exemple et les trois répertoires créés auparavant. Quand elles seront assimilées, testez imprimer - supprimer. Bien sûr, il y a des règles à respecter. A vous de les découvrir.


Transférer des données vers le Presse-papier

Cette commande permet de rediriger vers le presse-papiers de Windows XP le résultat d’une commande. L'astuce est expliquée ici.

  • Tapez : dir | clip
  • Avec Notepad, ouvrez un nouveau document, cliquez sur EditionColler pour importer le résultat.

Pour envoyer dans le presse-papier le contenu du fichier test.txt :

  • Tapez : clip < test.txt
  • Ou clip < c:\test-1\text.txt si vous n’êtes pas dans le répertoire qui contient text.txt.


La redirection

Avec certaines commandes, on aimerait bien parfois garder une trace du résultat, c’est possible, en utilisant la redirection.
Par défaut, Ms-DOS suppose que l'entrée d'une commande provient du clavier et que la sortie est envoyée sur l'écran. Cependant, il est possible de rediriger le flux d'entrée et de sortie, l'entrée peut être lue à partir d'un fichier et la sortie peut être envoyée dans un fichier.

Le caractère >  permet de diriger la sortie d'une commande vers un fichier (si il existe, il sera écrasé).

  • Tapez : dir c:\ > repertoire.txt Le résultat est enregistré dans le fichier repertoire.txt.

Deux caractères >>  permettent de diriger la sortie d'une commande à la fin d'un fichier plutôt que de l'écraser.

  • Tapez : dir c:\test-1 >> repertoire.txt. Le résultat est enregistré à la fin du fichier répertoire.txt.

Le caractère <  permet d’inverser le sens du flux vers une commande, des données provenant d'un fichier.

  • Tapez : more < repertoire.txt. Le contenu du fichier repertoire.txt va s’afficher à l’écran.

Vous pouvez lire le fichier repertoire.txt avec l’éditeur en mode texte ou avec la commande:

  • more « nom-fichier ».


Un mot sur la commande format. Si vous voulez tester, utilisez une disquette. De grâce ne formatez pas bêtement votre disque dur avec la commande qui tue : format c:

../..



Variables d'environnement

Les variables d’environnement

Peut être avez-vous déjà vu ce mot barbare sur le net ou dans notre forum. Je vais tenter de vous expliquer simplement le pourquoi du comment.

Dans tout environnement, une quantité d'informations circulent dans l’ordinateur. Des données s’échangent entre les applications et la mémoire par l’intermédiaire du système d’exploitation. Certaines valeurs doivent être disponibles en permanence, pour les différencier il faut les nommer et coller une valeur à ces noms. Ces valeurs nommées sont appelées des variables.

Le programmeur, durant la conception de son programme peut questionner ces variables d’environnement, les lire, les stocker, et ainsi connaître l’endroit où enregistrer un fichier dans le  répertoire temporaire (c:\temp) par exemple. Autre avantage, son application pourra fonctionner sur un autre système, puisque par défaut, Windows crée les mêmes noms de variables d’environnement système sur chaque PC.

Quand vous installez une application, des variables d’environnement sont créées aussi, ainsi que des clés dans la base de registre.

Dans l’invite de commandes, tapez : path et validez. Plusieurs lignes s’affichent, avec dedans des « chemins » de programmes installés sur votre système.

  • PATH=C:\Perl\bin\;C:\WINDOWS\system32;C:\WINDOWS;C:\WINDOWS\System32\Wbem; C:\PROGRA~1\ULTRAE~2;C:\Program Files\Support Tools\;C:\Program Files\Microsoft Visual Studio\Common\Tools\WinNT;C:\Program Files\Microsoft Visual Studio\Common\MSDev98\Bin;C:\Program Files\Microsoft Visual Studio\Common\Tools;C:\Program Files\Microsoft Visual Studio\VC98\bin


Remarquez que chaque « chemin » est séparé par un ; et que le nom de la variable est PATH suivi du signe =.


On peut afficher toutes les variables avec Windows XP, en parcourant ainsi :

  • Clic droit sur le Poste de travail et choisir Propriétés.
  • Cliquez sur l'onglet Avancé, cliquez sur le bouton Variables d'environnement:


variables



Deux groupes de variables sont visibles, celles de l’utilisateur, c'est-à-dire les vôtres (de votre compte utilisateur) et celles du système. Parcourez celles du bas, vous trouverez PATH avec le début affiché. C’est la même que celle obtenue dans le Shell.

Les variables système sont communes à tous les utilisateurs d'un même PC, mais les variables utilisateur ne sont valables que pour un seul utilisateur. Il est possible qu'une même variable apparaisse donc deux fois avec une valeur différente dans chaque groupe. Par défaut, la variable utilisateur sera utilisée.

  • C:\WINDOWS\system32 indique aux applications que les DLL (entre autre) sont disponibles dans ce répertoire.
  • C:\TEMP désigne l’endroit où sont enregistrés temporairement certains fichiers.
  • WINDIR « dit » aux applications où se trouve le système Windows (c:\Windows).


Retournez dans le Shell, de n'importe quel emplacement, si vous tapez :

  • cd %windir% c’est équivalent à exécuter la commande : dir C:\WINDOWS\system32

Tapez : set et validez. La liste de toutes les variables est affichée.


-----------------------


Pour le fun, créons des variables d’environnement perso:

  • Tapez : set tuto=c\test-1\ et validez.
  • Tapez : set et validez. Vérifiez que la nouvelle variable tuto est bien là.
Pour n’afficher qu’une variable recherchée, utilisez : echo %tuto% et validez. Echo renvoi vers l’écran la variable extraite grâce aux caractères % (ils sont obligatoires, pour délimiter le nom de la variable).
  • Tapez : cd c:\ et validez pour revenir à la racine de l’arborescence.
  • Maintenant, tapez : cd %tuto% et validez. Vous êtes directement envoyé dans le répertoire \test-1.

Autre exemple, tapez :

  • set variable=*.doc *.txt et validez.
  • dir %variable% et validez.
%variable% équivaut à taper deux fois la commande dir, une fois pour les fichiers doc et une fois pour les fichiers txt.

Là je suis sûr que vous entrevoyez des possibilités avec ces variables. Ceux qui utilisent  intensivement la ligne de commande peuvent gagner beaucoup de temps.

La variable tuto sera effacée lors de la fermeture du Shell. Pour quelle soit disponible en permanence, le plus simple est de le faire avec Windows XP. Si vous êtes Administrateur, ajoutez la variable dans le groupe système en utilisant le bouton Nouveau.

Inutile de vous dire, je pense, qu’il vaut mieux ne pas modifier la valeur de ces variables sans savoir ce que vous faites, sinon vous risquez d’avoir quelques sueurs froides pendant l’utilisation de vos applications.

Voilà, j’espère que les variables d’environnement sont moins mystérieuses. Cette explication est simpliste, mais c’est voulu comme ça, car la plupart d’entre vous n’auront jamais à les manipuler.  Mais au moins vous savez qu’elles existent.

Cliquez ici pour un petit exercice à effectuer sur les variables.

../..



Commandes diverses

Les commandes réseau

Ecrire 15 pages sur ces commandes ne serait pas trés utile et vous seriez vite lassés. Voici les principales et les plus utiles. Lancez votre Shell et testez-les, lisez l’aide, c’est le meilleur moyen d’apprendre.

  • ping permet de tester la liaison de votre PC avec un autre appareil du réseau interne ou externe : -ping www.google.fr ou ping 66.249.93.104

  • ipconfig affiche les informations de la carte réseau installée sur le PC. Le paramètre /all montre les caractéristiques de la carte et de la connexion.

  • tracert : détermine l'itinéraire emprunté entre le PC et l’appareil distant. Sans paramètre, la commande affiche l'aide.
    -tracert www.google.fr ou tracert 66.249.93.104

  • nbtstat : affiche les statistiques du protocole NetBIOS sur TCP/IP (NetBT), les tables de noms NetBIOS associées au PC et aux PC distants, ainsi que le cache de noms NetBIOS. Sans paramètre, la commande affiche l'aide.

  • nslookup affiche des informations sur le DNS. Disponible si le protocole TCP/IP est installé. Tapez d’abord nslookup et après le > tapez ' pour afficher les options de la commande.

  • netstat affiche les statistiques du protocole ainsi que les connexions réseau TCP/IP en cours.
Dans le Shell, tapez : net help et validez. Toutes les commandes spéciales réseau sont listées ainsi qu’une explication pour obtenir de l’aide sur celles-ci.



Les commandes disque dur

  • chkdsk vérifie l’état d’un disque et affiche un rapport d’état.
  • chkntfs affiche ou modifie la vérification du disque au démarrage.
  • recover récupère (si possible) les informations d’un disque défectueux.
  • Convert transforme une partition fat32 en partition ntfs, l’inverse n’est pas possible sauf avec un utilitaire comme Partition Magique.


Les commandes concernant les applications et les processus
  • taskkill arrête les applications ou les processus. Pour connaître l’ID d’un processus, utilisez la commande tasklist : elle affiche toutes les applications et tous les processus en cours. La commande tasklist n’est disponible que sous Windows XP PRO.

  • Il y a sur le Web, des freewares qui font cela beaucoup mieux. Je pense notamment à Process Explorer de SysInternals : Télécharger Process Explorer.

  • driverquery /v /fo list affiche la liste de tous les pilotes installés et de leurs propriétés.


Les commandes diverses
  • cls efface l’écran. Il n’y a pas de paramètre.
  • date affiche ou modifie la date courante. Sans paramètre, la date sera affichée, pour ne pas la modifier, appuyez sur Entrée.
  • time affiche ou modifie l’heure du PC. Sans paramètre, l’heure actuelle est affichée. Pour ne pas la modifier, tapez sur Entrée.
  • echo affiche des messages ou active/désactive l’affichage des commandes. Pour afficher un message, tapez : echo « Message ». Pour activer ou désactiver l’affichage des commandes, tapez : echo on ou off. Sans paramètre, s’affiche l’état de la commande.
  • hostname affiche le nom complet PC. Il n’y a pas de paramètre.
  • mem affiche la quantité de mémoire utilisée et libre pour l’invite de commande.
  • print imprime un fichier au format texte.
  • start démarre une nouvelle fenêtre pour exécuter un programme ou une commande.
  • systeminfo affiche les infos de la configuration système. Il faut être administrateur.
  • title définit le titre de la fenêtre de l’invite de commandes.
  • ver affiche le n° de version de Windows XP. Il n’y a pas de paramètre.
  • vol affiche le nom et le numéro de série du disque dur.
  • type affiche le contenu d'un fichier.


Compression et décompression de fichiers

Sur les disques durs NTFS, la commande compact sait compresser des fichiers ou des répertoires. La façon de compresser est différente de celle utilisée dans les fichiers ZIP ou RAR. La commande expand décompresse les fichiers.

Sur le cdrom de Windows XP, dans le dossier \i386, Les fichiers ont une extension à deux caractères + le underscore : xxxxxxxx.dl_ correspond à : xxxxxxxx.dll. Lors de la décompression, l’extension sera automatiquement renommée. Les archives de fichiers .cab sont gérées aussi.



Exécuter des programmes

La commande start permet le lancement de programmes en invite de commandes ou à partir d'un fichier de commande (batch). Avec l’aide, lisez les différents paramètres possibles.
  • Tapez : start explorer.exe et validez. L’explorateur de fichier est lancé.
Dans un fichier batch (.bat), qui est un fichier au format texte, on pourrait écrire une ligne pour exécuter un ou des programmes.

Dans l’exemple ci-dessous, Outlook Express et l’explorateur Windows seront lancés. Copiez la phrase (en gras ci-dessous) dans un fichier texte et sauvegardez-le sous : test.bat.
  • start /min msimn.exe && start /min explorer.exe. Les deux && permettent de chaîner les commandes start et d’autoriser l’exécution de la suivante si la précédente a réussi.
  • Une icône spéciale est attribuée, l’extension .bat est considérée par Windows comme étant un fichier spécial avec une extension réservée, comme les .sys - .com - .exe.
Dans la ligne de commande, tapez :
  • start /min /belownormal test.bat et validez. La commande start va lire et exécuter dans le fichier batch test.bat la ligne de commande et une invite va apparaître dans la barre des tâches. Les possibilités sont nombreuses.

L’utilitaire Tâches planifiées d’XP utilise cette technique mais avec des options plus nombreuses et plus simple à utiliser qu’en ligne de commandes.

Nous voici arrivés au terme de ce dossier. Certes incomplet, mais si j’ai réussi à éveiller votre curiosité sur ce monde souterrain, pourquoi pas en poursuivre son apprentissage et ainsi utiliser toute sa puissance.


  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
ericle offline Hors ligne Vénéré avatar 2843 points
Le #169811
Bien !
Il y a d'autres dossiers mais pas aussi complet quoi qu'il faudrait un bouquin sur le sujet !
J'ustilse la barre de commnde que j'ai même en raccourcis sur mon bureau !

Ca fait peur au client quant on part la dedans ! Faut voir leur tête ! Moi cela me fait marrer d'envoyer un simple ping ou un ipconfig (truc) devant eux !
Tu gagnes des galons avec cela !

Bravo et merci !
debians offline Hors ligne Vétéran avatar 1361 points
Le #169812
Windows 95 n'a JAMAIS été une surcouche de DOS.
Il utilisait le DOS pour démarrer, et point barre, aucune instruction du DOS n'était utilisée après ça.

Les légendes urbaires ont la vie dure...
krazyme offline Hors ligne Héroïque avatar 612 points
Le #169814
Sous Windows95, le systeme d'exploitation etait bien DOS
D'ailleurs il suffisait de demarrer DOS sans interface, et pour acceder a Windows de taper WIN, comme sous... Window 3.1. 95 n'etait qu'une interface graphique tres performante (encore que), certes, mais juste ca

Ensuite ca donne un coup de vieux de voir un tutoriel sur la ligne de commande.
Avant Win95 (encore lui) on etait oblige de connaitre tout ca rien que pour installer un windows
superpok offline Hors ligne Héroïque avatar 652 points
Le #169815
tu devrais preciser que pour utiliser clip, il faut clip.exe.
http://www.generation-nt.com/astuces/lire/189/copier-le-resultat-d--une-commande-dans-le-presse-papiers/


sinon ,
'clip' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.
Anonyme
Le #169816
superpok, merci, c'est un oubli. je rectifie.
Diddlpower offline Hors ligne Vétéran avatar 1331 points
Le #169818
Quand vous dite qu'au moment de la sortie de XP le MS-DOS etait à a sa version 7, il y a une erreur car MS-DOS 8 est sorti en 2000 avec Windows ME.
loloemr offline Hors ligne Vétéran avatar 2133 points
Le #169846
J'avoue avoir bien rigolé en voyant ce dossier. Sans faire de provocation abusive, je remarque juste simplement que tous les gens qui ralent parce que les Linuxiens utilisent les terminaux. Pourtant c'est tellement plus simple pour administrer un PC.

Et franchement je préfère dicter une ligne de commande à un newbie du style sudo apt-get install thunderbird (1 min avec les fautes de frapppes) plutôt que de lui dire :"va téléchargez le fichier, double-cliques et répond au 25 questions" . Bien sûr c'est personnel, mais je sais qu'en utilisant les dépots de la distribution, il a moins de chance de chopper un virus ou un spyware.

En tout cas, la ligne de commande a de beaux jours devant elle !!!
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire