Les logiciels libres recommandés par l'État

Le par  |  19 commentaire(s)
tux-lit-journal

La mise à jour annuelle du SILL a été publiée. Les logiciels libres recommandés par l'État pour les administrations.

Le socle interministériel des logiciels libres 2018 (SILL 2018) a été publié cette semaine. Il s'agit pour rappel des recommandations de l'État français en matière de logiciels libres pour l'administration. Il n'a pas de caractère obligatoire.

Validé par la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication de l'État, le document de quatre pages se présente sous la forme d'un tableau avec un classement selon le type d'utilisation.

Le document concerne le poste de travail, la gestion de parc, l'exploitation de serveurs, les bases de données et les environnements de développement.

SILL-2018-1 SILL-2018-2

SILL-2018-3 SILL-2018-4

Dans son rapport public annuel 2018, au chapitre des politiques publiques et pour amplifier la modernisation numérique de l'État, la Cour des comptes évoque la promotion du logiciel libre comme un levier pour " renforcer l'attractivité de l'État comme employeur. "

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2001200
Des paroles, des paroles des paroles....!!!!


==>https://scinfolex.com/2017/12/08/les-logiciels-produits-par-les-administrations-sont-passes-en-open-source-par-defaut-et-voici-pourquoi/

A titre d'exemple, la Bulgarie impose l'Open Source pour le développement des logiciels de son administration.

Najat Valaud Belkacem a imposé Windows dans les écoles.............................
Le #2001204
Le #2001219
Narcos a écrit :

Des paroles, des paroles des paroles....!!!!


==>https://scinfolex.com/2017/12/08/les-logiciels-produits-par-les-administrations-sont-passes-en-open-source-par-defaut-et-voici-pourquoi/

A titre d'exemple, la Bulgarie impose l'Open Source pour le développement des logiciels de son administration.

Najat Valaud Belkacem a imposé Windows dans les écoles.............................


Les écoles, c'est compliqué. Ethiquement parlant, je considère qu'il vaut mieux du logiciel libre à tous les étages, d'autant plus dans l'apprentissage et le développement des connaissances, donc à l'école.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face : les entreprises utilisent du logiciel propriétaire à tout va. Quand l'alternative libre fait aussi bien (MS Office et LibreOffice), perso je n'ai pas trop à redire ; mais le recruteur, si y'a pas marqué Word-Excel sur le CV, c'est poubelle.

De manière générale, tu enseignes pour que les élèves aient un socle de connaissances commun (ce que le logiciel libre peut parfaitement apporter dans l'informatique), puis (à plus haut niveau) pour qu'ils se servent de leurs compétences dans leur futur.

Et quand y'a même pas d'alternative sérieuse comme Solidworks (pour les SSI / prépa) ou Matlab dans les sciences (et je parle de Matlab avec toutes ses toolboxes, pas juste le truc principal), là tu fais comment pour valoriser ce que t'enseignes ?
D'une part, un monde professionnel dominé par Logiciel A ne donne pas envie aux étudiants de maitriser Logiciel B (équivalent mais dont tout le monde se fout). D'autre part, à un niveau où les compétences sont faites pour te rendre attractif comme travailleur, tu ne vas pas faire l'impasse sur le Logiciel A, sinon t'es foutu.

Bref, le logiciel libre pour la base de l'informatique, oui. Mais c'est impossible de faire qu'avec du logiciel libre à l'échelle d'une vie professionnelle humaine. Ne serait-ce que parce que les logiciels spécifiques demandent du temps, de l'investissement, et des cerveaux pour être créés, et il faut rémunérer ça. Du moins, avec le modèle de logiciel actuel, c'est le cas.

Après, on trouve des entreprises qui commencent à amorcer un tournant dans leur façon de concevoir le logiciel-service : Microsoft, bien sûr, ou Google avec ses services associés à Android. La base est open-source (AOSP), mais ce qui la rend intéressante pour tout le monde, c'est le service propriétaire développé par dessus.

Bref, c'est des évolutions de la société et du mode de production des logiciels, et c'est intrinsèquement lié à ce qu'on veut faire apprendre. Et les changements des deux côtés n'ont pas la même vitesse ni la même inertie. Donc, c'est très compliqué...
Le #2001220
Bowdel, je viens de tilter.
Ils peuvent pas balancer la feuille de calcul, au lieu de 4 screenshots beaucoup trop grands?
Vous êtes sérieux les mecs ?
Le #2001221
Yattoz a écrit :

Narcos a écrit :

Des paroles, des paroles des paroles....!!!!


==>https://scinfolex.com/2017/12/08/les-logiciels-produits-par-les-administrations-sont-passes-en-open-source-par-defaut-et-voici-pourquoi/

A titre d'exemple, la Bulgarie impose l'Open Source pour le développement des logiciels de son administration.

Najat Valaud Belkacem a imposé Windows dans les écoles.............................


Les écoles, c'est compliqué. Ethiquement parlant, je considère qu'il vaut mieux du logiciel libre à tous les étages, d'autant plus dans l'apprentissage et le développement des connaissances, donc à l'école.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face : les entreprises utilisent du logiciel propriétaire à tout va. Quand l'alternative libre fait aussi bien (MS Office et LibreOffice), perso je n'ai pas trop à redire ; mais le recruteur, si y'a pas marqué Word-Excel sur le CV, c'est poubelle.

De manière générale, tu enseignes pour que les élèves aient un socle de connaissances commun (ce que le logiciel libre peut parfaitement apporter dans l'informatique), puis (à plus haut niveau) pour qu'ils se servent de leurs compétences dans leur futur.

Et quand y'a même pas d'alternative sérieuse comme Solidworks (pour les SSI / prépa) ou Matlab dans les sciences (et je parle de Matlab avec toutes ses toolboxes, pas juste le truc principal), là tu fais comment pour valoriser ce que t'enseignes ?
D'une part, un monde professionnel dominé par Logiciel A ne donne pas envie aux étudiants de maitriser Logiciel B (équivalent mais dont tout le monde se fout). D'autre part, à un niveau où les compétences sont faites pour te rendre attractif comme travailleur, tu ne vas pas faire l'impasse sur le Logiciel A, sinon t'es foutu.

Bref, le logiciel libre pour la base de l'informatique, oui. Mais c'est impossible de faire qu'avec du logiciel libre à l'échelle d'une vie professionnelle humaine. Ne serait-ce que parce que les logiciels spécifiques demandent du temps, de l'investissement, et des cerveaux pour être créés, et il faut rémunérer ça. Du moins, avec le modèle de logiciel actuel, c'est le cas.

Après, on trouve des entreprises qui commencent à amorcer un tournant dans leur façon de concevoir le logiciel-service : Microsoft, bien sûr, ou Google avec ses services associés à Android. La base est open-source (AOSP), mais ce qui la rend intéressante pour tout le monde, c'est le service propriétaire développé par dessus.

Bref, c'est des évolutions de la société et du mode de production des logiciels, et c'est intrinsèquement lié à ce qu'on veut faire apprendre. Et les changements des deux côtés n'ont pas la même vitesse ni la même inertie. Donc, c'est très compliqué...


Ton analyse est recevable, mais il faut planter pour récolter, et pas se cantonner a une vision a court terme. Dans dix ans ou plus....aucune garantie nous confirme que MS sera toujours leader. De plus, c'est a cet age la qu'il faut apprendre. Le CV viendra bien plus tard. Perso j'ai appris MS Office seul et sans problème.

L'important n'est pas de convaincre, mais de donner a réfléchir
Le #2001222
Le #2001225
Je vois bien un OS comme celui ci pour les écoles:

==>https://linuxmint.com/pictures/screenshots/sylvia/cinnamon.png
Le #2001226
Yattoz a écrit :

Narcos a écrit :

Des paroles, des paroles des paroles....!!!!


==>https://scinfolex.com/2017/12/08/les-logiciels-produits-par-les-administrations-sont-passes-en-open-source-par-defaut-et-voici-pourquoi/

A titre d'exemple, la Bulgarie impose l'Open Source pour le développement des logiciels de son administration.

Najat Valaud Belkacem a imposé Windows dans les écoles.............................


Les écoles, c'est compliqué. Ethiquement parlant, je considère qu'il vaut mieux du logiciel libre à tous les étages, d'autant plus dans l'apprentissage et le développement des connaissances, donc à l'école.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face : les entreprises utilisent du logiciel propriétaire à tout va. Quand l'alternative libre fait aussi bien (MS Office et LibreOffice), perso je n'ai pas trop à redire ; mais le recruteur, si y'a pas marqué Word-Excel sur le CV, c'est poubelle.

De manière générale, tu enseignes pour que les élèves aient un socle de connaissances commun (ce que le logiciel libre peut parfaitement apporter dans l'informatique), puis (à plus haut niveau) pour qu'ils se servent de leurs compétences dans leur futur.

Et quand y'a même pas d'alternative sérieuse comme Solidworks (pour les SSI / prépa) ou Matlab dans les sciences (et je parle de Matlab avec toutes ses toolboxes, pas juste le truc principal), là tu fais comment pour valoriser ce que t'enseignes ?
D'une part, un monde professionnel dominé par Logiciel A ne donne pas envie aux étudiants de maitriser Logiciel B (équivalent mais dont tout le monde se fout). D'autre part, à un niveau où les compétences sont faites pour te rendre attractif comme travailleur, tu ne vas pas faire l'impasse sur le Logiciel A, sinon t'es foutu.

Bref, le logiciel libre pour la base de l'informatique, oui. Mais c'est impossible de faire qu'avec du logiciel libre à l'échelle d'une vie professionnelle humaine. Ne serait-ce que parce que les logiciels spécifiques demandent du temps, de l'investissement, et des cerveaux pour être créés, et il faut rémunérer ça. Du moins, avec le modèle de logiciel actuel, c'est le cas.

Après, on trouve des entreprises qui commencent à amorcer un tournant dans leur façon de concevoir le logiciel-service : Microsoft, bien sûr, ou Google avec ses services associés à Android. La base est open-source (AOSP), mais ce qui la rend intéressante pour tout le monde, c'est le service propriétaire développé par dessus.

Bref, c'est des évolutions de la société et du mode de production des logiciels, et c'est intrinsèquement lié à ce qu'on veut faire apprendre. Et les changements des deux côtés n'ont pas la même vitesse ni la même inertie. Donc, c'est très compliqué...


Pour moi il faut apprendre les deux mondes au cours de sa scolarité.
Le #2001227
Narcos a écrit :

http://www.cnll.fr/news/le-cnll-se-rejouit-de-la-circulaire-ayrault-sur-les-logiciels-libres/

http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/open-source-et-logiciel-libre-la-circulaire-du-premier-ministre-0912.shtml

Aucun résultat....


Ça demande du temps. Mais sans ce genre d'initiative au départ, les choses ne peuvent pas évoluer. L'impact de sa circulaire n'est clairement pas visible, mais ça veut pas dire que ça n'a eu aucune conséquence. Soyons positifs !
Le #2001233
delbre a écrit :

Yattoz a écrit :

Narcos a écrit :

Des paroles, des paroles des paroles....!!!!


==>https://scinfolex.com/2017/12/08/les-logiciels-produits-par-les-administrations-sont-passes-en-open-source-par-defaut-et-voici-pourquoi/

A titre d'exemple, la Bulgarie impose l'Open Source pour le développement des logiciels de son administration.

Najat Valaud Belkacem a imposé Windows dans les écoles.............................


Les écoles, c'est compliqué. Ethiquement parlant, je considère qu'il vaut mieux du logiciel libre à tous les étages, d'autant plus dans l'apprentissage et le développement des connaissances, donc à l'école.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face : les entreprises utilisent du logiciel propriétaire à tout va. Quand l'alternative libre fait aussi bien (MS Office et LibreOffice), perso je n'ai pas trop à redire ; mais le recruteur, si y'a pas marqué Word-Excel sur le CV, c'est poubelle.

De manière générale, tu enseignes pour que les élèves aient un socle de connaissances commun (ce que le logiciel libre peut parfaitement apporter dans l'informatique), puis (à plus haut niveau) pour qu'ils se servent de leurs compétences dans leur futur.

Et quand y'a même pas d'alternative sérieuse comme Solidworks (pour les SSI / prépa) ou Matlab dans les sciences (et je parle de Matlab avec toutes ses toolboxes, pas juste le truc principal), là tu fais comment pour valoriser ce que t'enseignes ?
D'une part, un monde professionnel dominé par Logiciel A ne donne pas envie aux étudiants de maitriser Logiciel B (équivalent mais dont tout le monde se fout). D'autre part, à un niveau où les compétences sont faites pour te rendre attractif comme travailleur, tu ne vas pas faire l'impasse sur le Logiciel A, sinon t'es foutu.

Bref, le logiciel libre pour la base de l'informatique, oui. Mais c'est impossible de faire qu'avec du logiciel libre à l'échelle d'une vie professionnelle humaine. Ne serait-ce que parce que les logiciels spécifiques demandent du temps, de l'investissement, et des cerveaux pour être créés, et il faut rémunérer ça. Du moins, avec le modèle de logiciel actuel, c'est le cas.

Après, on trouve des entreprises qui commencent à amorcer un tournant dans leur façon de concevoir le logiciel-service : Microsoft, bien sûr, ou Google avec ses services associés à Android. La base est open-source (AOSP), mais ce qui la rend intéressante pour tout le monde, c'est le service propriétaire développé par dessus.

Bref, c'est des évolutions de la société et du mode de production des logiciels, et c'est intrinsèquement lié à ce qu'on veut faire apprendre. Et les changements des deux côtés n'ont pas la même vitesse ni la même inertie. Donc, c'est très compliqué...


Pour moi il faut apprendre les deux mondes au cours de sa scolarité.




Mais y-a-t-il une volonté politique ? En plus, nos dirigeants n'y comprennent strictement rien dans le monde numérique. Autant parler physique nucléaire à des enfants de 2 ans

En fait, ils sont plus préoccupés à savoir comment ils vont terminer leur carrière (à l'Europe comme d'hab) que de se soucier de l'apprentissage des générations futures.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme