Test Mafia II

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Mafia II - Logo 2

Inaugurée en 2002, la saga Mafia a surpris son monde et pris de court la concurrence qui fut à l’époque représentée par l’incontournable Grand Theft Auto III. Le titre est sorti trois mois seulement après la publication de la version PC de GTA III, un risque qu’à tout de même pris Illusions Softworks. Il a fini par payer et récompenser le travail des développeurs. Mais ces derniers ne se sont plus fait remarquer depuis près de huit ans, bon ou mauvais signe ?

Mafia II ou le retour risqué

Il aura fallu attendre huit longues années avant de voir débarquer la suite de l’incontournable Mafia : The City of Lost Heaven, huit années qui auront permis à la concurrence d’aiguiser longuement ses armes. On pense notamment à Rockstar Games qui, pendant ce laps de temps, a eu l’occasion de se signaler à trois reprises à l’aide de Grand Theft Auto IV, de ses deux DLC et pour finir de Red Dead Redemption.

Revenir sur la plus haute marche du podium est une mission très difficile pour 2K Czech qui porte sur ses épaules une énorme pression. Qu’on se le dise tout de suite, Mafia II ne joue certainement pas dans la même cour que les jeux précités, il cherche avant tout à fournir au public une divertissante aventure inspirée de la mafia new-yorkaise des années 40.

Mafia II - Image 80 Mafia II - Image 79

C’est l’histoire de Vito Scaletta, un immigré sicilien parti au Nouveau Monde pour tenter de quitter définitivement la pauvreté de son Italie natale. Son rêve sera rapidement brisé par les dettes contractées par son père qu’il cherchera logiquement à éponger. Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, le héros cherchera à trouver un équilibre dans sa vie professionnelle.

Mais pour éponger l’énorme dette familiale, ce dernier n’aura d’autre choix que de faire appel à Joe, son ami de toujours, possédant des liens avec la pègre locale. De fil en aiguille, Vito va finir par gravir les échelons de la mafia au prix néanmoins de lourds sacrifices et de belles surprises scénaristiques. Mafia II est un jeu malheureusement linéaire qui ne possède donc quasiment aucune mission secondaire.

Mafia II - Image 77 Mafia II - Image 78

Le titre est divisé en treize chapitres, autrement dit en treize grandes missions scénarisées. Le tout s’enchaine relativement vite et repose sans surprise sur quatre piliers : les fusillades, les combats à mains nues, l’infiltration et pour finir les phases à véhicule. Du grand classique en somme. Ces quatre sections sont toutefois peaufinées et bien équilibrées.

L’ensemble se déroule entièrement à la troisième personne, il comporte des mécanismes de couverture utiles ainsi qu’une énergie régénérative. Mafia II est placé sous le signe du réalisme mécanique, les balles tirées peuvent donc affecter le décor et le détruire par moment, cette destructibilité est toutefois limitée. Vito possède des talents de pugiliste basiques mais efficaces.

Mafia II - Image 76 Mafia II - Image 75

Trois touches sont nécessaires pour mettre à terre l’ensemble de nos opposants : le coup léger, le coup puissant et la garde. Le reste n’est qu’une question de timing et de patience. Ces affrontements très scriptés permettent au joueur de se changer les idées. La conduite fait appel à des véhicules contrôlables, réactifs et variés.

La police fait heureusement preuve d’un plus grand laxisme vis-à-vis des excès de vitesse ou encore des passages aux feux rouges. Il faut désormais se faire violemment remarquer pour avoir sur le dos les forces de l’ordre et donc tuer des personnes ou bien commettre des braquages. Pour semer les forces de l’ordre, il existe deux moyens, changer de vêtements et changer l’apparence du véhicule usité (plaque minéralogique et peinture).

Mafia II - Image 74 Mafia II - Image 73



Galerie d'images

Mafia II - Image 72 Mafia II - Image 71

Mafia II - Image 70 Mafia II - Image 68

Mafia II - Image 69 Mafia II - Image 67

Mafia II - Image 66 Mafia II - Image 65

Mafia II - Image 63 Mafia II - Image 64

Mafia II - Image 62 Mafia II - Image 61

Mafia II - Image 60 Mafia II - Image 59

Mafia II - Image 58 Mafia II - Image 57

Mafia II - Image 56 Mafia II - Image 55

Mafia II - Image 53 Mafia II - Image 54

Mafia II - Image 52 Mafia II - Image 115

Mafia II - Image 114 Mafia II - Image 113

Mafia II - Image 112 Mafia II - Image 111

Mafia II - Image 110 Mafia II - Image 109

Mafia II - Image 108 Mafia II - Image 107

Mafia II - Image 106 Mafia II - Image 104

Mafia II - Image 105 Mafia II - Image 103

Mafia II - Image 102 Mafia II - Image 101

Mafia II - Image 100 Mafia II - Image 99

Mafia II - Image 97 Mafia II - Image 98

Mafia II - Image 96 Mafia II - Image 95

Mafia II - Image 94 Mafia II - Image 93

Mafia II - Image 92 Mafia II - Image 91

Mafia II - Image 89 Mafia II - Image 90

Mafia II - Image 88 Mafia II - Image 87

Mafia II - Image 86 Mafia II - Image 84

Mafia II - Image 85 Mafia II - Image 83

Mafia II - Image 82 Mafia II - Image 81



Mission partiellement accomplie

Mafia II - Jaquette PCEntre deux missions, le joueur aura la possibilité de visiter des magasins de vêtements, des armureries ou encore des garages rendant possible les améliorations mécaniques. Ces enseignes servent uniquement à améliorer la situation matérielle du héros, rien d’autre. Le choix des véhicules change par ailleurs en fonction de l’époque, 1945 et 1951.

Cette dualité temporelle entraine aussi des changements visuels et musicaux. Mais la ville d’Empire Bay reste excellemment bien modélisée et riche en détails. Cette cité inspirée de New York est malheureusement sous-exploitée par les développeurs. En dépit de sa taille et de son ouverture, cette dernière montre rapidement ses limites, la faute à un faible nombre de missions.

En dehors de ces missions, le joueur n’aura quasiment aucune raison de visiter la ville si ce n’est pour collecter les couvertures des magasines Playboy. Au final, le concept ressemble énormément au Parrain 2, il est doté d’une ville pas assez vivante et trop attentiste. Heureusement, la trame scénaristique et les missions proposées sont de qualité et excessivement bien mises en scène.

Les engageantes cinématiques et authentiques dialogues contribuent à la crédibilité du titre qui pèche néanmoins sur plusieurs points. Les épaisses missions sont entrecoupées de passages inutiles et ingrats comme le répétitif retour à la mission qui confèrent au titre une sensation de cloisonnement.

Bien qu’haletantes, ces treize missions peuvent être accomplies en une bonne dizaine d’heures, une durée de vie bien faible. La grande déception provient de la conclusion du jeu qui se veut incomplète à souhait. Elle ne répond qu’à d'infimes questions scénaristiques et laisse les joueurs sur leur faim. Une terrible punition pour les fans qui auront attendu huit ans.

En revanche, doublages, bruitages et bande sonore sont excellents en tout point. 2K Czech a su trouver le bon équilibre entre musiques d’époque et musiques orchestrales contemporaines. Le titre brille aussi par son univers artistique et ses belles prouesses visuelles. Mafia II est loin d’atteindre le niveau d’un Crysis 2, et ce n’est d’ailleurs pas son ambition. Mais son excellente identité visuelle fait de lui un titre plaisant à voir.

Mafia II est un très bon titre qui manque malheureusement de relief et d’innovations. 2K Czech a pleinement joué la carte de la prudence et du conservationnisme, une décision à double tranchant. Le titre remplit relativement bien ses objectifs mais rate néanmoins l’occasion de satisfaire pleinement les fans et de prétendre à un quelconque titre.

 

Configuration de test :

  • Asus Rampage II Extreme
  • INTEL Core i7 920 (2.66Ghz)
  • 4Go DDR3-1600
  • nVidia GeForce 280GTX
  • Samsung SyncMaster T240MD


+ Les plus
  • L'ambiance
  • L'univers sonore
  • Les cinématiques
  • Le moteur graphique
- Les moins
  • Faible durée de vie
  • La ville d'Empire Bay mal exploitée
  • Un système de couverture perfectible
  • Combats à mains nues lassant à force

Notes

  • Graphisme Le moteur propriétaire de Mafia II a été parfaitement développé pour permettre à l’ensemble des supports d’obtenir un excellent rapport qualité visuelle/fluidité. Les artistes ont eux su exploiter cette base technologique afin de bourrer le titre d’innombrables détails et de jolis effets de lumière. Sur PC, la question du moteur PhysX pose quelques problèmes. La technologie de nVidia a été implémentée intelligemment pour permettre de jolis apports visuels qui se montrent néanmoins trop gourmands.
    8/10
  • Bande son L’univers sonore de Mafia II est excellent en tout point, de la bande sonore aux bruitages en passant par les doublages. La richesse et la diversité des radios du jeu permettront aux nostalgiques d’effectuer un petit saut dans le passé. Les jolis thèmes réalisés par 2K Games sont principalement orchestraux et accompagnent les très bonnes cinématiques.
    8/10
  • Jouabilité 2K Czech a fait dans le classique en optant pour un système de couverture ainsi qu’une jouabilité simplifiée et adaptée à notre époque. Les responsables n’ont certainement pas innové en la matière, mais ils ont au moins fait preuve de propreté.
    8/10
  • Durée de vie Il s’agit malheureusement du point faible du titre qui arbore au grand maximum une durée de vie de quinze heures. Ces heures sont heureusement bien remplies et intéressantes.
    7/10
  • Scénario Assez classique dans l’ensemble, le scénario comporte toutefois de belles surprises et des rebondissements poussent le joueur à poursuivre l’aventure. Petite déception au niveau de l’expéditive conclusion qui nous laisse sur une désagréable sensation de bâclage.
    7/10
  • Note générale Adapté aux mœurs actuelles, le concept n’en reste pas moins efficace et captivant à la fois. Ceci dit, il se montre trop statique pour permettre aux fans d’apprécier pleinement ce retour. Cela n’empêche pas Mafia II d’être un très bon titre à conseiller aux fans d’action et de crime organisé. Toutefois, il ne faudra pas s’attendre à un GTA en puissance.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Preview Mafia II
    Extrêmement attendu, le second opus des Mafia a essuyé de multiples reports tapant inévitablement sur les nerfs des fans. Mais ces derniers sont heureusement habitués à prendre leur mal en patience, eux qui auront tout de même ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire