Mars 2020 : la NASA testera pour la première fois un drone autonome Mars Helicopter

Le par  |  5 commentaire(s)
Mars Helicopter vignette

La NASA vient de le confirmer : un drone autonome Mars Helicopter accompagnera le rover Mars 2020 pour l'épauler dans son exploration mais aussi démontrer la possibilité d'utiliser des engins volants dans l'atmosphère ténue de la planète rouge.

Après avoir fait rouler des rovers à la surface de Mars sur des durées allant bien au-delà des missions prévues, la NASA veut s'attaquer à une autre première : faire voler des engins dans l'atmosphère pourtant très légère de la planète rouge.

L'agence spatiale américaine a annoncé que le rover Mars 2020 sera accompagné d'un drone volant autonome baptisé Mars Helicopter pour la mission dont le lancement est prévu en juillet 2020.

Le drone sera ainsi une première mondiale et démontrera la possibilité de faire voler des engins dans l'atmosphère martienne. Quatre ans de travaux ont été nécessaires pour concevoir un drone de 1,8 Kg équipé de pales contraroratives tournant à 3000 tours / mn, soit 10 fois plus vite que ce qui est nécessaire sur Terre. C'est qu'à la surface de Mars, la densité de l'atmosphère équivaut à celle de la Terre à 30 000 mètres d'altitude.

  

L'engin est équipé de batteries Li-Ion rechargées par des panneaux solaires embarqués, avec un dispositif de maintien en température pour résister aux froides nuits martiennes.

Mars Helicopter constituera une partie annexe et indépendante de la mission Mars 2020, dont l'échec (toujours possible) ne remettrait pas en cause les objectifs principaux d'exploration et recherche de traces éventuelles de formes de vie du temps où de l'eau liquide affleurait à la surface de la planète.

Mars Helicopter 01

Puisqu'il ne sera pas possible de piloter le drone depuis la Terre, les communications demandant plusieurs minutes pour être échangées, un mode autonome est prévu pour mener les différents vols d'essai, dont le premier devra permettre un décollage vertical jusqu'à 3 mètres de hauteur et maintenir cette position pendant 30 secondes.

Des vols plus en plus longs et sur de plus grandes distances seront ensuite prévus sur les 30 jours de test prévus. Si les essais sont menés avec succès, ils serviront de base pour déployer des drones autonomes (la Nasa propose déjà le terme de marscopter) capables de donner une vue d'ensemble de l'environnement et de mieux préparer l'itinéraire des rovers au sol, et pour atteindre des zones hors d'accès, dans de futures missions, en complément des cartographies du sol martien par les orbiteurs.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2013129
Faire voler des hélicos à des millions de km de la terre alors qu'il y a 100 ans on savait même pas faire ça sur terre, c'est une avancée de la science fulgurante

Chapeaux messieurs !
Le #2013140
Impressionnant !
Ne reste plus qu'à savoir si le "supercopter" va se crasher comme une quiche (ou non).
Le #2013143
Asubakatchin a écrit :

Impressionnant !
Ne reste plus qu'à savoir si le "supercopter" va se crasher comme une quiche (ou non).


Si les vents sont trop forts, c'est à craindre...
Le #2013166
Je pense que les ingés sont bien au courant des conditions de vol sur Mars, atmosphère moins dense et grosses tempêtes potentielles. Pour ces dernières, on arrive encore assez bien à les prévoir si je ne m'abuse grâce aux satellites qui tournent autour de Mars
Le #2013259
Finnegan a écrit :

Je pense que les ingés sont bien au courant des conditions de vol sur Mars, atmosphère moins dense et grosses tempêtes potentielles. Pour ces dernières, on arrive encore assez bien à les prévoir si je ne m'abuse grâce aux satellites qui tournent autour de Mars


Chuis d'ac', mais bon quand on voit les prévisions météo sur terre, j'espère que ce ne sont pas les mêmes qui feront les prévisions martiennes...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme