Un Mayflower autonome pour traverser l'Altantique en 2020

Le par  |  1 commentaire(s)
mayflower-navire-autonome

Le Mayflower Autonomous Ship partira en septembre 2020 et traversera l'Atlantique grâce à une navigation autonome s'appuyant sur des systèmes d'IA d'IBM.

En septembre 1620, le navire marchand Mayflower est parti de Plymouth en Angleterre et a rejoint le Nouveau Monde avec à bord des colons européens. Les pèlerins du Mayflower sont considérés comme les pères fondateurs des États-Unis.

À l'occasion de l'anniversaire des 400 ans de cette traversée, c'est le Mayflower Autonomous Ship (MAS) qui va partir de Plymouth en Angleterre en septembre 2020 pour rejoindre Plymouth dans le Massachusetts aux États-Unis.

Sans équipage à bord, le MAS sera un trimaran autonome disposant d'un système de propulsion hybride utilisant le vent et l'énergie solaire, avec également un groupe électrogène diesel de secours. D'une longueur de 15 mètres pour 5 tonnes, le MAS sera capable de naviguer à des vitesses d'environ 20 nœuds (près de 37 km/h).

mayflower-autonomous-ship-propulsion
Conçu par l'organisme de recherche marine ProMare et avec le concours des universités britanniques de Plymouth et de Birmingham, le Mayflower Autonomous Ship s'appuiera sur des systèmes d'intelligence artificielle d'IBM avec notamment des données de capteurs lidar - déjà au centre des attentions pour la voiture autonome - et radar.

" Nous utilisons actuellement des données réelles de la baie de Plymouth Sound pour entraîner la technologie IBM PowerAI Vision à la reconnaissance de navires, débris, baleines et autres dangers apparaissant sur les caméras vidéo embarquées du MAS ", explique IBM.

" Lorsqu'un danger est détecté, MAS utilisera le logiciel IBM Operational Decision Manager pour l'aider à décider quoi faire. Il peut s'agir d'un changement de cap ou, en cas d'urgence, d'exploiter rapidement de l'énergie supplémentaire de son générateur de secours. "

Quand cela sera nécessaire pour des raisons de connectivité, des dispositifs à bord stockeront et traiteront les données en local sur le MAS. À chaque retour de connectivité, il y aura une connexion au cloud d'IBM et une synchronisation des systèmes.

Le projet MAS permettra de tester les technologies d'IA en mer. Le navire sera également équipé d'instruments scientifiques pour recueillir des données sur la cybersécurité maritime, la surveillance des mammifères marins, l'analyse des microplastiques dans l'océan, la cartographie du niveau de la mer, sans compter des expériences de réalité virtuelle et augmentée qui seront proposées.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2082138
Bien, si il n’y a personne à bord je vais me preparer pour intercepter ce bijou et le garder pour moi
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme