Microsoft déploie un data center sous-marin au nord de l'Écosse

Le par  |  41 commentaire(s)
Microsoft-Projet-Natick-Ecosse

Dans le cadre d'un projet de recherche, un petit data center de Microsoft a été immergé à proximité d'un archipel en Écosse. Pour une solution de refroidissement et turbinant à l'énergie renouvelable.

En matière de solutions de refroidissement pour les data centers, Microsoft mène un projet de recherche baptisé Natick avec l'idée d'une immersion au fond de la mer. Cela doit permettre une économie d'énergie servant au refroidissement des serveurs. Cette semaine, la firme de Redmond a présenté la deuxième phase de ce projet.

La première phase a démontré la faisabilité du concept avec une preuve de concept qui a opéré pendant une centaine de jours. La deuxième phase se concentre sur l'aspect logistique, environnemental et économique.

Mesurant 12,2 mètres de long, un cylindre avec une structure triangulaire à sa base pour son positionnement au fond de l'océan a été immergé près de l'archipel des Orcades au nord de l'Écosse, non loin de la côte. Il enferme une douzaine de racks contenant un total de 864 serveurs.

Ce data center a été assemblé et testé en France par Naval Group avant son déploiement par convoi maritime. " Il a été conçu pour rester immergé pendant cinq ans sans intervention directe et sera en activité pendant un an afin d'évaluer ses performances en conditions réelles d'utilisation ", écrit le groupe industriel français.

Un câble sous-marin se charge de l'alimentation en électricité du data center et du transport des données vers la côte. Il est question d'énergie renouvelable avec un parc éolien et en tirant également parti de l'énergie marémotrice grâce aux installations aux Orcades.

" Les data centers offshore rapprochent le cloud des populations, réduisant le délai de latence et améliorant la réactivité. […] L'installation sous-marine nous permet de réduire les besoins énergétiques liés au refroidissement de près de 95 % ", commente Ben Cutler, responsable du projet Natick chez Microsoft Research.

Par contre, en cas de panne... c'est forcément compliqué.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 5

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2017156
Bon projet, bonne idée!! Cela apporte une solution au refroidissement des data centers, et du coup pas de bruit!

''" Il a été conçu pour rester immergé pendant cinq ans sans intervention directe et sera en activité pendant un an afin d'évaluer ses performances en conditions réelles d'utilisation "
Le #2017157
Toujours cette embrouille du Premier Principe de Carnot ! Qui a consisté généralement au cours des âges à cacher la poussière sous le tapis. Les data center qu'on imagine "propres" ne le sont pas: énorme consommation d'énergie électrique (et ce n'est pas le vent ou le soleil qui suffira pour la fournir) + refroidissement aussi énorme et permanent qu'il faut effectuer. L'idée de mettre sous l'eau est intelligente (en apparence), car si cela se multiplie, c'est un nouveau problème, sans même aborder le problème de la corrosion en eau de mer (surtout de mer chaude)....etc....
Le #2017158
lobo14 a écrit :

Toujours cette embrouille du Premier Principe de Carnot ! Qui a consisté généralement au cours des âges à cacher la poussière sous le tapis. Les data center qu'on imagine "propres" ne le sont pas: énorme consommation d'énergie électrique (et ce n'est pas le vent ou le soleil qui suffira pour la fournir) + refroidissement aussi énorme et permanent qu'il faut effectuer. L'idée de mettre sous l'eau est intelligente (en apparence), car si cela se multiplie, c'est un nouveau problème, sans même aborder le problème de la corrosion en eau de mer (surtout de mer chaude)....etc....


Le problème de la corrosion dans l'eau salée est maitrisée depuis longtemps.

Cela dit...on ne saura pas ce qui est rejeté ''à la mer''.
Le #2017159
Le #2017164
Narcos a écrit :

lobo14 a écrit :

Toujours cette embrouille du Premier Principe de Carnot ! Qui a consisté généralement au cours des âges à cacher la poussière sous le tapis. Les data center qu'on imagine "propres" ne le sont pas: énorme consommation d'énergie électrique (et ce n'est pas le vent ou le soleil qui suffira pour la fournir) + refroidissement aussi énorme et permanent qu'il faut effectuer. L'idée de mettre sous l'eau est intelligente (en apparence), car si cela se multiplie, c'est un nouveau problème, sans même aborder le problème de la corrosion en eau de mer (surtout de mer chaude)....etc....


Le problème de la corrosion dans l'eau salée est maitrisée depuis longtemps.

Cela dit...on ne saura pas ce qui est rejeté ''à la mer''.


Maîtrisée ? C'est vite dit ! Des études sont encore en cours :

http://www.corrodys.com/laboratoire-corrosion-biocorrosion/equipement/probleme-corrosion/corrosion-marine-boucle-essais/

Et de ton avis pour ce qui est des rejets.
Lobo14 a raison, les principes de Carnot + la poussière sous le tapis
Anonyme
Le #2017169
L'écosystème local va beaucoup apprécier le réchauffement de l'eau, non ?
Le #2017171
Ulysse2K a écrit :

Narcos a écrit :

lobo14 a écrit :

Toujours cette embrouille du Premier Principe de Carnot ! Qui a consisté généralement au cours des âges à cacher la poussière sous le tapis. Les data center qu'on imagine "propres" ne le sont pas: énorme consommation d'énergie électrique (et ce n'est pas le vent ou le soleil qui suffira pour la fournir) + refroidissement aussi énorme et permanent qu'il faut effectuer. L'idée de mettre sous l'eau est intelligente (en apparence), car si cela se multiplie, c'est un nouveau problème, sans même aborder le problème de la corrosion en eau de mer (surtout de mer chaude)....etc....


Le problème de la corrosion dans l'eau salée est maitrisée depuis longtemps.

Cela dit...on ne saura pas ce qui est rejeté ''à la mer''.


Maîtrisée ? C'est vite dit ! Des études sont encore en cours :

http://www.corrodys.com/laboratoire-corrosion-biocorrosion/equipement/probleme-corrosion/corrosion-marine-boucle-essais/

Et de ton avis pour ce qui est des rejets.
Lobo14 a raison, les principes de Carnot + la poussière sous le tapis


les techniques de dessalement sont coûteuses, ca c'est vrai . Mais fonctionnelles Ulysse. Les métaux utilisés et autres matériaux sont traités anti-corrosion. Si tu voyais au Canada.
Le #2017173
Il va bien falloir provisionner les baies de disques en spare. Ce serait con de devoir remonter le bousin pour un problème de ce type !
Le #2017174
Sicyons a écrit :

L'écosystème local va beaucoup apprécier le réchauffement de l'eau, non ?


Première chose à laquelle j'ai pensé...
Une petite dizaine comme ça et l'impact sur les courants marins risque de devenir non négligeable... Sans parler de l'impact localisé...

Des idées pareilles franchement...

La maison brûle... Bah remets une bûche !
Le #2017178
faut arrêter avec vos délires, on rejette de l'eau chaude depuis la révolution industriel, les centrales nucléaires le long des cotes par exemple comme Fukushima

c'est pas des datacenter qui vont modifier les courants marin, a la limite cela pourrais perturber l'écosysteme locale...ou pas en faite parceque j'imagine que ces datacenter serons mis dans des endroits déjà très perturber par l'homme.

cela dit la solution ultime serait de les mètres dans les régions froide groeland, antartique, mer de barens...

j'ai par le passé travaillé sur un super calculateur uppsala en suede, en hiver le refroidissement ne consomme presque rien (il faut juste ventiler l'air frai de dehors)

on utilise aussi pour les machines des portes froide de chez bull (cocoriquo) et du refroidissement a base de gaz fréon dans les composants, le refroidissement a fait d'énorme progrès
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme