Microsoft vaut toujours plus de 1000 milliards de dollars

Le par  |  9 commentaire(s)
Microsoft-logo

Suite à la publication de ses derniers résultats trimestriels et pour son exercice 2019 décalé, la valorisation boursière de Microsoft demeure au-dessus des 1000 milliards de dollars. Une ombre au tableau est pour les ventes de Xbox.

Microsoft publie les résultats du quatrième trimestre de son exercice 2019 décalé et clos le 30 juin. Le chiffre d'affaires trimestriel progresse de 12 % sur un an à 33,7 milliards de dollars. Le bénéfice net atteint 13,2 milliards de dollars en hausse de 49 %.

Sur l'ensemble de son exercice fiscal 2019, le groupe de Redmond enregistre un chiffre d'affaires de 125,8 milliards de dollars (+14 %) et un bénéfice net de 39,2 milliards de dollars (+137 %). " Ce fut un exercice record pour Microsoft, résultat de nos partenariats étroits avec des entreprises leaders dans tous les secteurs d'activité ", déclare Satya Nadella, le patron de Microsoft.

Satya-Nadella

Dans les échanges après-Bourse, l'action du groupe de Redmond a progressé. La valorisation boursière de Microsoft demeure au-dessus des 1000 milliards de dollars. Un cap qui avait été franchi pour la première fois de son histoire après la publication des résultats du troisième trimestre de ce même exercice 2019.

Après Apple et Amazon, Microsoft était devenu la troisième entreprise privée au monde à dépasser les 1000 milliards de dollars de valeur. Actuellement, Apple et Amazon sont redescendus sous cette barre symbolique.

Dans le détail de ses trois grosses divisions pour le dernier trimestre de son exercice 2019, la division " Intelligent Cloud " (produits serveurs et services cloud, Microsoft Azure…) réalise le plus gros des ventes avec une progression de +19 % sur un an à 11,4 milliards de dollars.

La division " Informatique plus personnelle " (Windows, Microsoft Surface, Xbox, search…) est à 11,3 milliards de dollars (+4 %) et la division " Productivité et entreprise " (Office 365 et Office, LinkedIn, Microsoft Dynamics…) à 11 milliards de dollars (+14 %).

C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. La seule véritable ombre dans ce tableau flatteur pour Microsoft est la baisse de 10 % des revenus du gaming.

En raison d'une diminution pour le volume de consoles Xbox vendues, le chiffre d'affaires du matériel Xbox a chuté de 48 %, tandis que les revenus des logiciels et services Xbox ont diminué de 3 %. Une autre baisse (-8 %) est en outre à souligner pour les revenus Windows OEM non-Pro. Microsoft souligne la concurrence dans l'entrée de gamme. Ou comment ne pas dire… les Chrombooks.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
lepingouinenfoliedestroyer Hors ligne VIP 6155 points
Le #2072751


Il faudrait un mega giga cataclysme pour que cette entreprise cool un jour !
Le #2072756
"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.
Le #2072758
c'est devenu un sacré Monstre tout de même.
Certains choix stratégiques restent discutables, mais vu leur puissance commerciale ... ca passe toujours.

Curieux tout de même de connaitre ce que pense Billou de son empire aujourd'hui.
Le #2072773
BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !
Le #2072785
skynet a écrit :

BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !


La première conséquence c'est qu'il faut s'attendre à une baisse de la qualité de windows (peu d'innovation réelle et de plus en plus de petits / moyens bugs plus ou moins pénibles).

La seconde je pense c'est une transformation à terme de la notion d'ordinateur personnel en terminal client pour services distants. W10 c'est un premier pas vers ça. En gros seuls les nerds auront, à terme, une machine perso avec un OS perso (probablement du linux à terme) pour fonctionner "comme dans l'ancien temps". Les autres utiliseront des services distants dans le cloud avec un terminal très peu configurable.

En tout cas, quand on lit le pdg de MS on lit un peu ça entre les lignes.
Le #2072789
BeetleJuice a écrit :

skynet a écrit :

BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !


La première conséquence c'est qu'il faut s'attendre à une baisse de la qualité de windows (peu d'innovation réelle et de plus en plus de petits / moyens bugs plus ou moins pénibles).

La seconde je pense c'est une transformation à terme de la notion d'ordinateur personnel en terminal client pour services distants. W10 c'est un premier pas vers ça. En gros seuls les nerds auront, à terme, une machine perso avec un OS perso (probablement du linux à terme) pour fonctionner "comme dans l'ancien temps". Les autres utiliseront des services distants dans le cloud avec un terminal très peu configurable.

En tout cas, quand on lit le pdg de MS on lit un peu ça entre les lignes.


D'accord avec cette analyse ....
Le #2072915
skynet a écrit :

BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !


Les licences éducatives refusées, c'est une erreur stratégique majeure. À se demander si ceux qui ont fait de longues études sont tous des cons. Il est évident que la meilleure stratégie ce serait de filer gratuitement des licences éducatives tout simplement parce que si les élèves et étudiants ont été formés sur ces logiciels, ils réclameront à leurs entreprises de les utiliser car ils seront trop fainéants pour se former à autres chose. Et les entreprises leur proposeront ces logiciels car ça leur permettra de ne pas payer de formation et d'avoir des salariés immédiatement efficaces. Refuser ces licences éducatives, c'est en outre ouvrir la porte aux logiciels libres. Donc cette stratégie de refus est clairement incompréhensible sauf par de la pure connerie.
Certains ont bien compris l'intérêt de cette stratégie comme Autodesk qui propose par exemple fusion 360 gratuitement pour les non professionnels ce qui a fait de son logiciel de modélisation un succès à la vitesse de l'éclair, fermant ainsi largement la porte à l'apparition d'un logiciel libre.
Le #2072934
cycnus a écrit :

skynet a écrit :

BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !


Les licences éducatives refusées, c'est une erreur stratégique majeure. À se demander si ceux qui ont fait de longues études sont tous des cons. Il est évident que la meilleure stratégie ce serait de filer gratuitement des licences éducatives tout simplement parce que si les élèves et étudiants ont été formés sur ces logiciels, ils réclameront à leurs entreprises de les utiliser car ils seront trop fainéants pour se former à autres chose. Et les entreprises leur proposeront ces logiciels car ça leur permettra de ne pas payer de formation et d'avoir des salariés immédiatement efficaces. Refuser ces licences éducatives, c'est en outre ouvrir la porte aux logiciels libres. Donc cette stratégie de refus est clairement incompréhensible sauf par de la pure connerie.
Certains ont bien compris l'intérêt de cette stratégie comme Autodesk qui propose par exemple fusion 360 gratuitement pour les non professionnels ce qui a fait de son logiciel de modélisation un succès à la vitesse de l'éclair, fermant ainsi largement la porte à l'apparition d'un logiciel libre.


Ça vient peut être des clients qui voient peut être moins de nécessité à attraper la grosse ficelle de la solution proprio "gratuite".

Or un tel programme promotionnel de fidélisation gratuite n'a d'intérêt que s'il est massivement adopté pour atteindre l'effet que tu décris et avoir un retour sur investissement.

Je crois qu'on en n'est plus tout à fait là pour MS.

Après ce n'est qu'une hypothèse, et je n'ai pas d'info précise sur la réalité mais ça me semblerait finalement cohérent de la part de MS.
Le #2072935
cycnus a écrit :

skynet a écrit :

BeetleJuice a écrit :

"C'est la première fois que les revenus de la division " Intelligent Cloud dépassent ceux de la division " Informatique plus personnelle ", même si la croissance d'Azure a ralenti. "

C'est le chemin suivi par MS et qui explique la sensation / réalité (?) de bugs à répétition dans Windows 10 à chaque maj où tout le monde se demande pourquoi ça devient aussi fréquent au point de se demander s'il faut les faire ou pas !

On voit que MS ne place plus la majorité de ses investissements dans son activité historique mais se tourne vers Office 365 (dans une moindre mesure) mais surtout le cloud et l'IA ce qui explique ses forts investissements pour participer au développement du noyau Linux.


C'est tout à fait ça.
Comme AWS pour Amazon c'est la partie cloud Azure qui permet à l'entreprise de dégager de tels bénéfices.
Je suis en pourparler avec eux pour des licences éducatives, tintin, on paie le même prix que les autres .... Ca devient leur coeur de métier !


Les licences éducatives refusées, c'est une erreur stratégique majeure. À se demander si ceux qui ont fait de longues études sont tous des cons. Il est évident que la meilleure stratégie ce serait de filer gratuitement des licences éducatives tout simplement parce que si les élèves et étudiants ont été formés sur ces logiciels, ils réclameront à leurs entreprises de les utiliser car ils seront trop fainéants pour se former à autres chose. Et les entreprises leur proposeront ces logiciels car ça leur permettra de ne pas payer de formation et d'avoir des salariés immédiatement efficaces. Refuser ces licences éducatives, c'est en outre ouvrir la porte aux logiciels libres. Donc cette stratégie de refus est clairement incompréhensible sauf par de la pure connerie.
Certains ont bien compris l'intérêt de cette stratégie comme Autodesk qui propose par exemple fusion 360 gratuitement pour les non professionnels ce qui a fait de son logiciel de modélisation un succès à la vitesse de l'éclair, fermant ainsi largement la porte à l'apparition d'un logiciel libre.


Oui je sais. Bon, je ne parlais que de AZURE, je peux toujours avoir mon programme éducatif sur les OS et outils de devs, mais il semble que leur plateforme soit devenue leur nouveau bijoux. Du coup si je trouve une offre plus intéressante (OVH, AWS, ...) je n'hésiterai pas.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme