Netflix : un emprunt de 2 milliards de dollars pour financer des contenus

Le par  |  4 commentaire(s)
Netflix

Le service de SVOD Netflix va faire grossir encore plus sa dette avec dans l'idée de financer des contenus et continuer d'attirer de nouveaux abonnés.

Netflix a annoncé lundi son intention de lever aux alentours de 2 milliards de dollars supplémentaires dans le cadre d'une émission obligataire (en dollars et en euros). Cet endettement contracté auprès des investisseurs servira notamment à financer l'acquisition et la production de contenus.

Avec la concurrence de par exemple Amazon et celle à venir de The Walt Disney Compagny qui souhaite lancer un service de vidéo à la demande par abonnement en son nom fin 2019, Netflix compte bien capitaliser sur son avance en la matière.

Le service de streaming de Disney pourrait du reste ne pas être totalement étranger à l'annulation des séries Marvel " Iron Fist " et " Luke Cage ", même si Disney (propriétaire de Mavel) assure ne pas avoir l'intention de déloger ses séries Mavel de Netflix.

Netflix

La stratégie d'emprunt pour la production de ses contenus n'est pas une nouveauté pour Netflix qui avait prévu d'y consacrer 8 milliards de dollars cette année, dont un milliard pour l'Europe. Ce devrait être plus au final. En avril dernier, Netflix avait déjà réalisé une levée de 1,9 milliard de dollars sur le marché obligataire.

Avec son nouvel emprunt, la dette totale de Netflix devrait dépasser la barre des 10 milliards de dollars. Le prix de la conquête d'abonnés ? Pour le troisième trimestre, les investisseurs ont été rassurés avec l'annonce de 137 millions d'abonnés (dont plus de 130 millions d'abonnés payants) et un chiffre d'affaires de près de 4 milliards de dollars.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2037785
Il ne manque plus qu'une chose du coup : que l'État adapte l'exception culturelle française aux nouvelles conditions et normes du marché, et on pourra enfin proposer une alternative crédible aux consommateurs. (Comprendre par là que le streaming et compagnie se retrouvera limité si un prix accessible est pratiqué pour un catalogue de qualité)
Le #2037798
Un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars... sur quelle période ?
Parce qu'avec 130 millions d'abonnés payants, 4 Mds $ sur une année, ça ferait seulement 2.50$ par abonné par mois, ça me semble peu...
Le #2037801
Fox1977 a écrit :

Un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars... sur quelle période ?
Parce qu'avec 130 millions d'abonnés payants, 4 Mds $ sur une année, ça ferait seulement 2.50$ par abonné par mois, ça me semble peu...


la période est indiqué dans le début de la phrase "Pour le troisième trimestre"
Le #2037833
MaGts495 a écrit :

Il ne manque plus qu'une chose du coup : que l'État adapte l'exception culturelle française aux nouvelles conditions et normes du marché, et on pourra enfin proposer une alternative crédible aux consommateurs. (Comprendre par là que le streaming et compagnie se retrouvera limité si un prix accessible est pratiqué pour un catalogue de qualité


C'était justement le débat de ce matin sur France Inter avec le nouveau ministre de la culture.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-23-octobre-2018
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme