Test de Netflix

Le par Rénald B.  |  3 commentaire(s)
Netflix

C’est à grand renfort de publicité que Netflix, le géant américain de la vidéo à la demande par abonnement, débarque en France, Belgique et Suisse. L’occasion de le passer au crible pour voir si la révolution annoncée est bien au rendez-vous.

Présentation

En mai 2014, Netflix annonçait officiellement son arrivée dans plusieurs nouveaux pays européens. Après le Royaume-Uni, l’Irlande, le Danemark, la Finlande, la Norvège, la Suède et les Pays-Bas (en 2013), Netflix indiquait en effet vouloir offrir ses services en France, Allemagne, Autriche, Suisse, Belgique et Luxembourg.

NetflixLancé aux Etats-Unis en 2008, Netflix n’a cessé de gagner des parts de marché, jusqu’à devenir un véritable ogre de la VoD par abonnement (ou SVoD pour "Subscription Video on Demand »). D’aucuns taxant même le groupe d’être à l’origine d’une large du part du trafic internet outre-Atlantique. La société peut ainsi se targuer d’avoir plus de 50 millions d’utilisateurs (dont 70% aux Etats-Unis) répartis dans plus de 40 pays, ce qui se traduit pas près d’un milliard d’heures visionnées mensuellement. Netflix est tout bonnement le leader mondial dans son secteur et a su se faire un nom avec son large catalogue mais aussi ses contenus originaux.

Avant même d’arriver dans l’Hexagone ainsi qu’en Belgique et Suisse, Netflix a fait couler beaucoup d’encre. Entre craintes pour certains et enthousiasme pour d’autres, Netflix peut-il révolutionner la VOD dans nos contrées, voire même changer profondément notre manière de consommer des séries et des films ?

Plus pragmatiquement, quelles offres et quelles limitations pour quels tarifs, quels sont les meilleurs moyens d’y accéder, que peut-on (et pourra-t-on) trouver dans la catalogue du service, quelles sont les alternatives et quelle place la production made in Netflix a-t-elle…

Autant de questions auxquelles nous répondons dans notre dossier de test complet de Netflix.

Netflix_Chromecast_Appli_Android_d 



Les tarifs

Netflix a fait ses débuts en France et en Allemagne le 15 septembre, puis en Suisse le 18 septembre et en Belgique le 19 septembre. Les luxembourgeois doivent, eux, encore patienter. Un comble quand on sait que le service de Netflix en Français est précisément localisé au Luxembourg.

Le voici donc prêt à se livrer à vous sur petits ou grand écrans, les moyens d’y accéder étant très variés, comme nous le verrons.

Un mois d’essai gratuit vous permettra de jauger le catalogue, l’ergonomie de son interface et de voir tout simplement si votre débit est suffisant.

Pour bénéficier de cet essai gratuit, il faut choisir entre 3 offres. Elles se distinguent les unes des autres par la qualité du flux (définition) et le nombre d’écrans pouvant y accéder simultanément. Netflix précise qu’on peut changer d’offre à tout moment.

Le principe est simple puisque Netflix est un service d’abonnement en ligne permettant d’accéder à un catalogue de films et de séries. On ne paye plus à l’unité consommée mais en réglant un montant fixe prélevé mensuellement.

La grille tarifaire est la suivante :

    • 7,99€/mois pour un accès illimité au service en SD (définition standard) sur un seul écran
    • 8,99€/mois pour un accès illimité au service en HD sur 2 écrans
    • 11.99€/mois pour l’abonnement illimité au service en HD et Ultra HD/4K sur 4 écrans

tarifs Netflix 

Si le premier mois est gratuit, il est nécessaire de saisir votre numéro de carte bancaire ou de renseigner votre compte PayPal. Il faudra donc bien penser à résilier votre abonnement dans les 30 jours si vous désirez stopper l’aventure dès le premier mois.

A vous de trouver chaussure à votre pied, ou plutôt définition adaptée à votre bande passante. Pour la SD, Netflix recommande un débit minimum de 0,5 Mb/s mais précise qu’il est plutôt recommandé de disposer de 1.5 Mb/s tandis que 3 Mb/s sont plutôt indiqués pour atteindre la qualité en SD.

Pour la HD (720p et plus), il faudra plutôt 5 Mb/s tandis que l’Ultra HD requiert 25 Mb/s (une marge assez importante par rapport aux 15 Mb/s escomptés pour accéder à cette définition).

Il faut bien penser à paramétrer la qualité du streaming sur « Elevée » pour accéder à la HD (depuis « Paramètres de lecture » dans votre profil).

Un paramètre essentiel si vous disposez d’un abonnement Internet avec plafond pour les données (forfait mobile typiquement). Le paramètre de qualité du streaming peut-être réglé suivant 4 valeurs et est associé à une consommation en Go par heure (Netflix indique par ailleurs que l’application effective d’un changement de qualité peut prendre jusqu’à 8 heures) :

    • faible : jusqu’à 0.3 Go (2400 Mb) par heure
    • moyenne : qualité vidéo standard, jusqu’à 0.7 Go (5600 Mb)
    • élevée : qualité vidéo optimale, jusqu’à 3 Go (24 000Mb) par heure pour la HD et 7 Go (56 000 Mb) pour l’Ultra HD/4K
    • auto : s’ajuste automatiquement pour offrir la meilleure qualité possible en fonction de la bande passante actuelle de votre connexion internet

Cela se traduit par les débits maximum suivants :

    • 0.67 Mb/s (faible)
    • 1.56 Mb/s (moyenne)
    • 6.67 Mb/s (HD en qualité optimale)
    • 15.56 Mb/s (Ultra HD / 4K en qualité optimale)

Enfin, on notera que tout a été fait pour aider les brebis égarées qui ne seraient pas familières avec ce genre de service. Ainsi, un centre d’aide est accessible depuis le site de Netflix avec des Questions-Réponses (FAQ), tandis qu’un numéro de téléphone permet de joindre un centre d’appel en 0800 et qu’un service de chat est accessible par les clients « de 11h00 à 23h00 ».

 



L’interface

L’interface de Netflix est plutôt dépouillée. On note avant tout qu’on ne peut prendre connaissance du catalogue qu’après s’être abonné.

L’i interface bien que simple est très ergonomique et complète. De surcroît, elle offre quasiment les mêmes fonctionnalités pour tous les nombreux clients disponibles.

Avant d’accéder au catalogue, l’utilisateur précise au moins 3 contenus (parmi une liste) qui sont utilisés par l’algorithme de Netflix pour vous proposer d’autres contenus en rapport avec vos goûts.

L’utilisateur peut également choisir d’associer son compte Netflix à son profil Facebook. Une composante sociale qui permet de voir les contenus « likés » par vos amis. une section consacrée aux contenus à succès sur Facebook est d’ailleurs présente sur la page d’accueil.

Vos goûts ne sont toutefois pas exposés au grand jour sur Facebook mais restent cantonnés à Netflix.

Le contenu que vous regardez est par ailleurs synchronisé sur tous les autres clients qui vous permettent d’accéder au service. Vous commencez à regarder une série sur votre HDTV et pouvez aussitôt la reprendre là où vous aviez arrêté sur votre terminal mobile.

NEtflix France Netflix 3 

Notons enfin que les fans de VO ou de VOSTFR ne seront pas déçus puisque des options permettent de changer de langue (Français ou Anglais pour les séries US par exemple) et d'incruster des sous-titres.

Netflix_Langues_Sous-titres 



Comment y accéder

Sur ordinateur, Netflix exploite le plugin Silverlight de Microsoft mais on peut également choisir (dans « Paramètres de lecture » depuis votre profil) d’opter pour le lecteur HTML5.

Le plugin de Silverlight largement utilisé par les autres acteurs de la VOD assure une sécurisation des flux contre le piratage. De son côté, le lecteur HTML5 est exploité avec différentes librairies jouant ce rôle de sécurisation. Il devient ainsi possible d’accéder à Netflix depuis certaines distributions Linux comme Ubuntu à l’aide du navigateur internet Chrome de Google.

On peut donc y accéder sur un PC sous Windows, OS X, Chrome OS (Chromebooks) et donc Ubuntu.

Mais, il existe une cohorte d’autres clients permettant d’y accéder. C’est l’un des points forts de Netflix.

Seul ombre au tableau, sa quasi-absence (pour l’heure) des boxes de nos FAI qui préfèrent privilégier leurs propres offres. La donne devrait toutefois rapidement changer puisque Bouygues a conclu un accord avec Netflix et proposera d’accéder à l’application Netflix via sa box dès novembre 2014. Les autres opérateurs (Orange, Free…) devraient logiquement suivre. Numéricable a pour l’instant préféré contre-attaquer Netflix en lançant le même jour (c’est-à-dire le 15 septembre) une offre baptisée « LaBox Séries », nom de code « Series-Flix ». La promesse d’un service gratuit et illimité proposé aux quelques 380 000 abonnés fibre de l’opérateur mais qui s’est dégonflée comme un soufflet. En rien comparable à Netflix, il ne s’agit que d’un agrégateur de contenus permettant d’accéder à du contenu déjà disponible (télévision de rattrapage) via LaBox. Pire, les séries non diffusées nécessitent de mettre la main à la poche pour les regarder (par exemple 2.49 euros pour un épisode de House of Cards).

Si l’application Netflix n’est pas (encore) présente sur les box de nos FAI, tout a été mis en oeuvre pour que vous puissiez y accéder via votre HDTV. Ainsi, si vous disposez d’une TV connectée avec magasin d’applications (LG, Panasonic, Philips, Samsung, Sharp, Sony ou Toshiba), il est fort à parier que vous pouvez installer l’application Netflix. Autre moyen d’arriver à ses fins : via son Home Cinéma (LG, Panasonic, Samsung ou Sony) ou son lecteur Blu-Ray (LG, Panasonic, Samsung, Sony ou Toshiba).

Netflix-appareils 

L’application n’est en revanche pas présente sur la version du Google Play associée aux Google TV comme nous avons pu nous en rendre compte avec le boîtier Sony Google TV.

Netflix_Sony_Google_TV_a Netflix_Sony_Google_TV_b 

Si ce n’est pas le cas, peut-être que vous possédez une console de jeu vidéo de salon. Netflix est disponible sur les magasins virtuels des PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One, Wii et Wii U.

A noter cette dernière se distingue en exploitant le GamePad (manette avec écran tactile associée à la Wii U) pour offrir des fonctionnalités supplémentaires et exclusives.

On peut ainsi utiliser le GamePad pour naviguer sur l’interface de Netflix et sélectionner un contenu à regarder. Ensuite, durant la diffusion du programme, ce second écran peut être utilisé pour accéder à des informations supplémentaires sur le contenu en cours de diffusion. Enfin, le GamePad permet de regarder du contenu de Netflix directement sur son écran (même lorsque le téléviseur est utilisé).

Mais, Netflix existe également sous forme d’application mobile pour les principales différentes plates-formes mobiles. Elle est présente sur les stores virtuels d’iOS, d’Android, de Windows Phone et de Fire OS (tablettes Kindle Fire en France comme la Kindle Fire HDX 8.9"). Elle n’est en revanche pas présente sur le BlackBerry World. Qu’à cela ne tienne puisqu’il suffit de procéder comme expliqué dans notre test du BlackBerry Z30 pour y accéder sur un terminal mobile sous BlackBerry 10.

Nous avons ainsi installé Netflix sur un BlackBerry Z30.

Netflix_BlackBerry_Z30_a Netflix_BlackBerry_Z30_c 

Netflix_BlackBerry_Z30_f Netflix_BlackBerry_Z30_g 

Netflix_BlackBerry_Z30_k Netflix_BlackBerry_Z30_j (1) 

Notons que l’application Netflix pour Android est compatible avec le dongle HDMI Chromecast de Google.

Netflix_Google_Chromecast Netflix_Chromecast_Appli_Android_b 

Netflix_Chromecast_Appli_iOS_d 

Télécharger Netflix pour Fire OS (Amazon App Shop).

Télécharger Netflix pour Android.

Télécharger Netflix pour iOS.



4K/Ultra HD et qualité globale

Mine de rien, Netflix est le premier service à proposer du contenu en définition Ultra HD / 4K en France.

Rappelons que l’Ultra HD offre un définition de 3840 par 2160, soit 8.29 millions de pixels. C’est 4 fois plus que la 1080p/Full HD (1920 par 1080 pixels, soit plus de 2 millions de pixels).

Une quantité de pixels qui nécessite une bande passante, nous l’avons vu, de 15 Mb/s minimum (Netflix précisant que 25 Mb/s assure un confort de vision optimum).

Il faut également disposer d’un HDTV Ultra HD (Sony, LG ou Samsung) qui soit compatible avec l’offre de Netflix. La société indique les appareils éligibles sur son centre d’aide.

Netflix_sur_TV_connectée_Samsung 

Dans le cadre de ce test, nous avons pu accéder au catalogue 4K proposé par Netflix en France mais n’avons pu le visualiser dans sa définition, faute de débit adéquat.

Pour l’heure, il se limite à la série culte Breaking Bad avec la totalité des 5 saisons proposées dans cette définition.

Netflix_Catalogue_4K 

House of Cards, l’autre série proposée en 4K par Netlfix, n’est pas disponible au catalogue puisque les droits ont été cédés durant un temps au groupe Canal+.

Autant le dire, l’offre à 11.99€/mois apparaît dès lors peu attractive pour le moment, sauf si vous désirez vous offrir Breaking Bad en 4K en mode binge-watching ou encore si c’est l’accès simultané via 4 écrans qui vous intéresse.

Avec un mode auto qui mesure en temps réel votre débit, Netflix adapte le streaming privilégiant la fluidité à la définition. Autrement dit, il n’y a pas de freeze ou d’interruptions lorsqu’on regarde une vidéo.

On pourra regretter qu’il n’y ait pas de mode hors-connexion comme le propose OCS. Celui-ci permettrait de télécharger un contenu afin de le regarder ultérieurement sans connexion.

Ajoutons que la qualité sonore n’est pas en reste puisque certains titres sont disponibles en Dolby Digital Plus 5.1 Surround.



Le contenu, la révolution annoncée ?

Les premiers pas sur Netflix nous mènent vers une page d’accueil « personnalisée » à ses propres goûts (suivant les contenus indiqués dans la phase initiale).

Plusieurs catégories regroupent du contenu par thématiques : les plus gros succès sur Facebook, les plus visionnés sur Netflix, mais aussi par genres : action, gore, documentaire, comédies… Aucun film très récent puisque Netflix doit respecter la réglementation de chronologie des Médias qui oblige les services de VoD par abonnement à diffuser un film seulement 36 mois après l’obtention du visa d’exploitation, préalable à sa diffusion en salle.

On pourra également regretter que les grands classiques du cinéma soient absents même si on en trouve tout de même quelques-uns (Quai des orfèvres d’Henri-Georges Clouzot ou dans un tout autre genre Orange Mécanique de Stanley Kubrick…).

Chaque film est documenté avec une fiche renseignant sur les acteurs, la date de sortie, la durée, la note, le réalisateur… Depuis cette même fiche, on peut « Regarder », « Ajouter à ma liste », « Recommander à un ami » (de Facebook) et « Evaluer ce titre ».

Les séries US ont également leur propre section avec du plus ou moins récent (Homeland, Breaking Bad, Penny Dreadful (avec Eva Green et Josh Hartnett), Fargo, Hannibal, Dexter, Top of The Lake, The Killing (versions US et danoise), Orphan Black, Dracula, American Horror Story…) et du plus ancien (Prison Break, Firefly…).

Enfin, il y a les séries made by Netflix telles que Orange is The New Black, Hemlock Grove, Bojack Horseman (une série d’animation pour adultes) et Lilyhammer (produite avec la chaîne norvégienne NRK1) . Oubliez toutefois House of Cards puisque des accords d’exclusivité avaient été signés avec Canal+ avant l’arrivée de Netflix dans l’Hexagone.

Netflix-Android-5 Netflix-Android-4 

Les fans d’anims japonais ne sont pas en reste avec du Saint Seiya, Fullmetal Alchemist : Brotherhood, Akira et autre Dragon Ball Z.

Les documentaires sont également présents avec notamment l’excellent Apocalypse récemment diffusé sur France 2.

Familial avant tout, Netflix s’adresse aussi aux enfants avec l’espace Kids qui leur est intégralement dédié. Un espace qui est accessible depuis les profils, ce qui s’avère pratique pour que vos chères têtes blondes ne zappent pas sur un film gore au détour d’une recherche.

Un système de recommandation vient vous épauler dans vos recherches dans le catalogue plutôt bien fourni de Netflix. Il est auto-alimenté avec le contenu que vous visualisez. Regardez un film (Fog de John Carpenter par exemple) et une catégorie « Parce que vous avez regardé Fog » est créée avec du contenu censé vous intéresser (Gremlins, La nuit de tous les mystères, Darkness…). L’utilisateur peut aussi utiliser des filtres (par ordre alphabétique, date de sortie…) pour isoler du contenu .

Enfin, n’oublions pas que Netflix est synonyme de binge-watching (pratique qui consiste à regarder un écran durant une lognue période) puisque les séries sont proposées d’emblée par saison complète.



Les productions originales, l’atout de Netflix ?

Si Netflix s’est fait un nom avec la richesse de son catalogue et la qualité de son service, le groupe s’est également forgé une solide réputation dans la production de séries où l’excellent Orange is the new black côtoie le moins bon (Hemlock Grove).

Netflix-Android-2 

La première d’entre elles fut Lilyhammer coproduite avec la chaîne norvégienne NRK1. Ont suivi House of Cards, Bad Samaritans, Hemlock Grove, Orange is the new black, Turbo FAST et BoJack Horseman.

Netflix n’hésite pas non plus à mettre la main à la poche pour récupérer des séries arrêtées par leur network ou leur chaîne câblé d’origine. Ce fut le cas avec la saison 2 de The Problem Solverz, la saison 4 de Arrested Development, la saison 6 de Star Wars : The Clone Wars, la saison 4 de The killing et la saison 8 de Trailer Park Boys.

Des mini-séries, documentaires et films sont aussi produits ou co-produits par Netflix.

Pour Netflix, c’est une manière d’alimenter son catalogue et de se distinguer des autres services de SVoD.

Les projets ne manquent pas avec de nombreuses annonces faites pour 2015 et ensuite : séries Marco Polo, Narcos, Sense8, Marvel’s Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist

Netflix produira aussi une série 100% française. Baptisée Marseille, il s’agira d’une fiction politique se déroulant à... Marseille avec comme réalisateur Dan Frank (notamment scénariste des séries Carlos, Les Hommes de l’Ombre et Résistance).



Quelles alternatives

Elles ne manquent pas et n’ont pas attendu Netflix pour proposer des services complets. Il y a CanalPlay de Canal+ (7.99 euros), Pass M6 de M6 (7.99 euros), OCS d’Orange (12 euros par mois), FilmoTV (9.99 euros), Jook Vidéo du groupe AB (6.99 euros)...

Des prix situés dans une même fourchette pour des services qui sont différents dans leur proposition. Le catalogue est plus ou moins étoffé et tandis que certains ne proposent pas de séries (FilmoTV), d’autres ne proposent pas de films (Pass M6).

Chaque acteur essaye de différencier son offre : OCS en diffusant du contenu 24 heures chrono après les Etats-Unis (Saison 9 de 24 heures récemment), d’autres en proposant des concerts (Jook Vidéo) ou bien en s’adressant directement aux cinéphiles.

Mais si vous recherchez les films récents, il faudra plutôt vous tourner vers la VoD (MyTF1 VoD, Pluzz VàD, iTunes Store, Vidéo Future, Google Play..). Les offres ne manquent pas et les tarifs sont assez variés.



Conclusion

En débarquant dans l’Hexagone, Netflix annonçait vouloir révolutionner la SVoD. Force est de constater qu’il n’y a pas de véritable rupture avec les autres offres concurrentes. Netflix a toutefois des points forts qui ne doivent pas être négligés. A commencer par son puissant moteur de recommandations, nerf de la guerre avec des catalogues qui ne cessent de grossir.

Les fans de séries y trouveront leur compte mais le catalogue de Netflix ne pourra étancher la soif des plus gros consommateurs avides de suivre les toutes dernières séries. Côté films, chronologie des médias oblige, il ne faudra pas compter sur Netflix (et sur la SVoD) en général pour regarder des films récents (moins de 36 mois). Mais ce n’est pas nouveau.

Netflix, c’est aussi du contenu en 4K même si l’offre en France est encore famélique et un accès via de multiples moyens (terminaux mobiles, ordinateurs, consoles de jeux vidéo…).

Si la révolution n’est peut-être pas au rendez-vous, l’arrivée de Netflix en France devrait contribuer à animer le marché de la SVoD en France. Au final, c’est le consommateur qui devrait en sortir gagnant.



  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Dragrubis offline Hors ligne Vétéran avatar 1418 points
Le #1809779
Euh en même une bonne partie des consurents en france souffre d'un défaut énorme : la rétention. Quand on veut voir une série sur Netflix on a la saison 1 à ... alors que sur OCS par exemple on a parfois que la première et/ou la dernière saison ça fait bizaare d'avoir la saison 1 et la saison 5 d'une série mais aucune des 2, 3 et 4...

L'arrivée de Netflix n'est pas une révolution mais force est de constaté qu'ils ont fait bougé pas mal de chose depuis leur annonce d'arrivée (comme cette connerie de chronologie qui doit etre revue.... mais malheureusement pas assez encore...)

La SVOD devrait pouvoir diffusé des film passé 15 mois pas 36...
mart666 offline Hors ligne VIP icone 12581 points
Le #1809822
Ouin, mais non. Je paye déjà 10$/mois pour avoir téléchargements illimités, et tant qu'à avoir du 3go/h en 1080p, je préfère les prendre en format 25-50go, image plus nette et audio en meilleure qualité (souvent DTS HDMA, ou TrueHD).

Peut-être que pour 7,99$ pour "1 écran" par mois ils me permettraient de les télécharger en format blu-ray, et pas d'attente de 36 mois, ça m'intéresserait de m'abonner.

Mais dans le cas actuel, non merci.
mutex offline Hors ligne Héroïque avatar 762 points
Le #1815480
Précisons tout de même qu'en VOD les films sont dispos 4 mois après leur sortie (OCS , Canalplay...)
OCS fait du US+24 (le lendemain de la diffusion aux US) et non pas du 24 heures chrono comme c'est écrit dans l'article, avec Game Of Thrones, The Walking Dead..., gràce à un accord exclusif avec la chaine américaine HBO.
Canal+ Séries fait pareil, ainsi que TF1 et M6, avec cependant moins de choix.
Et Netflix arrive dès novembre 2014 sur la livebox d'Orange.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire