Fuites sur la Switch : il plaide coupable du piratage des serveurs de Nintendo (et pire encore)

Le par  |  2 commentaire(s)
nintendo-switch

Il était notamment à l'origine de fuites sur la prochaine sortie de la Nintendo Switch. Le hacker de Nintendo a plaidé coupable. Il avait piraté à plusieurs reprises les serveurs de Nintendo. Le FBI a également découvert qu'il était en possession de contenus pédopornographiques.

Âgé de 21 ans, un Californien a plaidé coupable aux États-Unis du piratage de serveurs de Nintendo et de sa filiale américaine. En 2016, alors qu'il était encore mineur, Ryan Hernandez - avec l'aide d'un complice - avait utilisé une technique de phishing ciblé pour dérober les identifiants d'un employé de Nintendo.

Ces identifiants, ainsi que des certificats électroniques, ont été exploités pour obtenir un accès illicite aux serveurs et télécharger des milliers de documents confidentiels en rapport avec les consoles et jeux vidéo du groupe japonais.

Parmi les documents, des informations préalables à la sortie de la future console Nintendo Switch qui ont été divulguées publiquement. Après cette fuite et une enquête sur le piratage, Ryan Hernandez et ses parents ont été contactés par des agents du FBI en octobre 2017.

Nintendo Switch bundle.

À la suite d'un avertissement et une certaine indulgence en raison de son âge, le " hacker " a fait mine de repentance, mais au moins de juin 2018 à juin 2019, il a continué à accéder de manière illégale via un serveur à des informations confidentielles de Nintendo avec de multiples intrusions. Le ministère américain de la Justice évoque une nouvelle fois le vol d'informations sur des jeux vidéo, consoles de jeu et des outils de développement.

Ryan Hernandez, qui avait utilisé son butin pour son propre intérêt en modifiant des consoles Nintendo et pour un accès à des jeux piratés, s'est vanté de ses exploits sur des plateformes comme Twitter et Discord et a partagé certaines informations volées.

Il a également administré un forum en ligne " Ryan's Underground Hangout " où il discutait avec une communauté de produits Nintendo et de vulnérabilités affectant le réseau de Nintendo. Celui qui agissait en ligne avec le pseudonyme de RyanRocks (ou Ryan West) a reçu la visite du FBI à son domicile en juin 2019.

Avec le matériel saisi, les agents du FBI ont découvert non seulement des milliers de fichiers confidentiels de Nintendo, mais une analyse approfondie de ses appareils a également révélé une utilisation pour l'accès à des contenus pédopornographiques. Plus d'un millier de vidéos et images détenues dans un dossier du nom de " Bad Stuff. "

Selon le département de la Justice des États-Unis, Ryan Hernandez encourt une peine de jusqu'à 5 ans de prison pour fraudes et abus informatiques, et 20 ans de prison pour la détention de contenus pédopornographiques.

D'après les termes d'un accord, une peine recommandée est de 3 ans de prison, le paiement de près de 260 000 $ pour Nintendo et une inscription au fichier des délinquants sexuels. La sentence rendue sera connue en avril.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2090052
What else ... Darwin price winner !
Le #2090096
Encore un qui cherchait la gloire et qui va moisir en prison.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme