Test : Intel NUC, le PC ultra miniaturisé

Le par Rénald B.  |  2 commentaire(s)
Intel_NUC_s

Afin d'insuffler un nouvel élan aux PC de bureau, Intel a dévoilé le NUC (Next Unit of Computing) de la même manière que le standard des ultrabooks avait été initié pour contrer l'offensive des tablettes. Ce PC ultra miniaturisé est-il de nature à relancer les ventes de PC et trouvera-t-il un second souffle avec cette année le lancement des processeurs Haswell dotés de processeurs graphiques de haute volée et sa variante moins onéreuse ? C'est ce que nous allons voir dans notre test.

Introduction

Le NUC pour Next Unit of Computing est apparu en décembre 2012 avec un nouveau format de carte mère afin de redynamiser le secteur des PC de bureau et de donner des idées aux constructeurs de PC. Intel va plus loin dans la miniaturisation que VIA avec le format mini ITX (carré de 17 cm).

Les ventes de PC ont baissé en 2012 entrainant dans leur sillage les constructeurs de PC et les fabricants de processeurs comme Intel. La firme de Santa Clara ne reste toutefois pas attentiste. D'une part, elle lance une contre-offensive dans le secteur de la mobilité face à la technologie ARM avec l'introduction de la plate-forme Atom "Silvermont" qui hérite de la finesse de gravure 22 nm, de la stratégie "tic-tac" de mise à jour annuelle, des MOS "3D" TriGate et de performances rehaussées.

D'autre part, 2013 sera l'année des Haswell, la 4ème génération de processeurs Core i qui ont pour tâche d'alimenter les ventes de PC. Mais Intel a également écouté les critiques qui ont suivi le lancement du NUC avec l’introduction en février 2013 d’une version bon marché grâce à l’utilisation d’un processeur Celeron 847 cadencé à 1.1 GHz. Cette déclinaison baptisée DCCP847DYE affiche un tarif de 169€ sur notre comparateur (gigabit ethernet, 1 port HDMI et 3 ports USB 2.0).

Intel_NUC_h Intel_NUC_f 

Intel joue également la carte de la séduction dans le secteur des ordinateurs portables avec la gamme des ultrabooks qui correspond à un cahier des charges très précis. Sont visés l'autonomie (avec le "one day use" en ligne de mire) et la mobilité grâce à un poids et un volume réduits au minimum.

Mais la société omnipotente a aussi les moyens de promouvoir les ventes de PC de bureau en lançant un nouveau format. C'est ainsi que le NUC a été dévoilé lors de l'IDF 2012. Il a en commun avec les ultrabooks son volume réduit et le processeur Core i ULV (Ultra Low Voltage) qu'il embarque.



Description

Le modèle que nous avons eu le privilège de tester est le DC3217BY. Doté d'une interface Thunderbolt, il se différencie ainsi de l'autre modèle au doux nom DC3217IYE doté de deux ports HDMI, du gigabit ethernet et de 3 ports USB 2.0.

Le DC3217BY embarque un processeur Core i3-3217U caractérisé par une enveloppe thermique de 17 Watts particulièrement adaptée à l'environnement confiné du boîtier du NUC qui ne mesure que 116.6mmx112.0mmmx39mmm et au petit ventilateur intégré. Il s'agit d'un processeur Ivy Bridge bénéficiant de la finesse de gravure de 22 nm.

Doté de deux coeurs cadencés à 1.8 GHz, il intègre le processeur graphique HD Graphics 4000 dont la fréquence varie entre 350 et 1050 MHz. Si l'Hyper-Threading, l'AVX (extension au jeu d'instructions) et la virtualisation (VT-x) sont bien supportés, on ne trouve pas le Turbo Boost, le support des instructions AES-Ni permettant une amélioration de l'algorithme de chiffrement AES ou de VT-d.

Avec un tarif de 225 dollars, il est en large partie responsable du prix du NUC donné à 310€ sur notre comparateur.

Intel_NUC_z Intel_NUC_ab 

Le NUC, c'est donc un boîtier ultra miniaturisé dans lequel niche un nouveau format de carte mère sur laquelle le Core i3-3217U est soudé. C'est le premier bémol de la machine puisqu'il ne sera pas possible de le changer en cas de défaillance, ce qui est plutôt paradoxal étant donné la philosophie affichée pour le NUC.

Le petit PC d'Intel se veut en effet modulable à volonté de sorte que l'utilisateur peut créer sa propre configuration en choisissant la barrette mSATA de son choix pour la mémoire flash (à placer sur un port mSata idoine) et les barrettes RAM de son choix tant qu'elles sont compatibles. Pour ces dernières, il est nécessaire de choisir de la mémoire DDR3 SO-DIMM (16 Go maximum).

Intel_NUC_m 

Attention, malgré sa ressemblance avec un port mini PCI-Express (appelé également Mini Card), le brochage du mSATA dédié au SATA est différent de celui d'un port Mini Card.

Enfin, un port faisant la moitié de la taille d'un slot mini PCIe laisse le loisir à l'utilisateur d'installer la carte WiFi/Bluetooth idoine.

Dans la boîte du NUC, on trouve :

  • le boîtier du NUC avec la carte mère pré-installée
  • un manuel de montage
  • un support VESA 75 afin de le fixer derrière un moniteur ou une HDTV
  • une alimentation ac/dc séparée de 65 W

Pour cette dernière, il faudra acquérir le câble à trois broches permettant de connecter l'alimentation au secteur.

Intel_NUC_o 

Sur le panneau arrière du NUC (modèle DC3217BY testé), on trouve un port RJ45 Gigabit Ethernet, un port HDMI, deux ports USB 2.0 (un troisième est disponible en façade), un port Thunderbolt et une prise jack pour y connecter l'alimentation fournie.

Intel_NUC_r Intel_NUC_s 

Un port Kensington permettra de sécuriser la petite machine à un antivol.

On note l'absence regrettable de sortie audio, ce qui signifie que le périphérique d'affichage devra disposer de ses propres enceintes.

Enfin, vous l'aurez noté, le NUC ne possède pas de ports USB 3.0 ou firewire. Sur la version Thunderbolt testée (DC3217BY), on pourra toutefois y adjoindre un réplicateur de ports tels que le Thunderbolt Express (au tarif toutefois élevé).

Les instructions fournies rendent le démontage et la "personnalisation" du NUC très abordable par une personne non spécialisée. Toutefois, le bât blesse puisqu'il faudra additionner les prix des différents composants à celui du NUC.

On notera aussi que la version testée arbore un dessus rouge fait de plastique tandis que le modèle DC3217IYE (sans Thunderbolt) dispose d'un dessus noir en aluminium.



Configuration

Bien évidemment, les composants que vous sélectionnerez (mémoire et SSD) auront un rôle sur les performances du NUC (ainsi que sur le prix final). Dans le cas de notre test, nous avons opté pour une barrette de 2 Go de mémoire vive de marque Corsair (à 20€), une carte combo WiFi n/Bluetooth 4.0 Intel Centrino 6235ANHMW à 27€ sur notre comparateur et un SSD Intel 520 Series (format mSATA) dont la capacité peut varier de 30 Go (53€) à 240 Go (278€).

Intel_NUC_w 

Avec un SSD Intel 525 mSATA de 120 Go (à 154€), la facture s'élève alors à 509€ auxquels il faudra ajouter les prix d'une souris, d'un clavier et d'un moniteur.

Intel_NUC_n Intel_NUC_l 

Pour installer Windows 8, il faudra disposer d'un SSD d'au moins 64 Go et ajouter le tarif de la licence (voir notre partie consacrée à l'installation de Windows 8 OEM).

Le démarrage se montre très rapide (une dizaine de secondes tout au plus) grâce au SSD.

Si le Core i3-3217U du NUC n'est pas un processeur haut de gamme, on était en droit d'attendre des bonnes performances grâce aux deux coeurs et au support de l'HyperThreading (4 coeurs virtuels).

C'est le cas de cette machine qui se montre très véloce dans les tâches bureautiques ainsi que pour le décodage de flux vidéo HD. Toutefois, le processeur graphique HD 4000 ne permet pas d'en faire une machine de jeux à cause d'un faible framerate en 1080p.

Le chipset présent sur la carte mère est le QS77 Express. Il assure les entrées/sorties avec une enveloppe thermique maximale de seulement 3.6 watts. Son tarif de 54 dollars vient alourdir le tarif du NUC. On notera qu'il supporte l'USB 3.0 alors qu'il n'y a aucun port compatible sur la machine.



Performances

En fait, le NUC se révélera adapté à ceux qui désirent en faire un ordinateur de bureau discret aux performances solides. Mais, il se révèle aussi parfaitement adapté à un usage de type Media Center. Toutefois, on a noté lors de nos tests de benchmark une propension à solliciter le ventilateur. Mais dans son utilisation "normale" (décodage de vidéo 1080p par exemple), la machine reste très silencieuse, le ventilateur étant très peu sollicité.

Cependant, avec sa fréquence maximale de 1.8 GHz, le Core i3-3217U est peut-être un peu juste pour certaines applications. Mais, le NUC se serait mal accommodé du TDP des 65 Watts du Core i5-3475S par exemple. Il n'y a pas de mystère : les performances accrues (avec une fréquence pouvant atteindre ici 3.6 GHz, ses 4 coeurs et une fréquence comprise entre 650 MHz et 1.1 GHz pour le HD Graphics 4000) se font sur l'autel de la consommation électrique et donc d'une dissipation thermique plus adaptée, synonyme de plus de bruit et d'un boîtier plus volumineux.

Intel_NUC_s 

Les processeurs Haswell répondront peut-être en partie à cette problématique grâce notamment à l'intégration du chipset directement dans la puce. Mais c'est vraisemblablement la génération suivante gravée en 14 nm qui permettra de réduire notablement la consommation électrique à performances égales (et donc le besoin de dissipation thermique). Par ailleurs, l'annonce officielle de la nouvelle plate-forme Atom "Silvermont" laisse entrevoir l'utilisation possible de ces futurs SoC (Bay Trail pour cet usage par exemple) dans de telles machines. Leurs prédécesseurs moins performants sont d'ailleurs largement utilisés dans les set-top-boxes.

Il obtient une note de 3736 au test de benchmark PCMark 7, 4745 au test 3DMark06 et P614 au 3DMark 11.



Installation de Windows 8 ou d'une distribution Linux

Si vous désirez installer Windows 8 sur le NUC, il faut avoir à l'esprit que les versions boîtes (DVD) de Windows 8 sont des mises à jour (il faut donc disposer de Windows XP minimum).

Afin d'installer l'OS sans version déjà installée de Windows, il faudra acquérir un DVD OEM de Windows 8 (à partir de 90€ pour la version 32 bits non pro). Cette version OEM est également appelée "Windows 8 System Builder". Notons qu'il vous faudra acquérir cette version si vous désirez exploiter Windows 8 depuis une machine virtuelle.

Il est alors nécessaire d'en faire une image ISO pour l'installer depuis une clé USB avec l'utilitaire Microsoft.

Enfin, si vous désirez installer un OS gratuit de type distribution Linux (Ubuntu, Gentoo, openSuse, Arch Linux, Debian…), vous pourrez passer par l'utilitaire UNetbootin (disponible sous Linux et Windows). Il permet de créer une version bootable de l'OS sur une clef USB.

Intel_NUC_h Intel_NUC_e 



Que manque-t-il au NUC ?

Le NUC est une machine qui remplit sa fonction à merveille, à savoir offrir les performances d'un PC de bureau avec un encombrement minimum.

Les gamers passeront toutefois leur chemin puisque ce n'est pas le processeur graphique HD Graphics 4000 qui leur permettra de jouer dans les meilleures conditions.

Bien que son positionnement pourra déboussoler, il a les arguments pour séduire des clients potentiels même si son prix pourrait les freiner dans leur ardeur. Intel l'a d'ailleurs bien compris et propose une version avec processeur Celeron 847 au tarif de 165€ (version DCCP847DYE) sur notre comparateur.

Intel a développé un format de carte mère plus petit que celui d'une carte mini ITX grâce à l'utilisation de composants pour ordinateurs ultraportables de type ultrabook.

On regrettera toutefois l'absence de sortie audio, de ports USB 3.0 ou firewire et le processeur soudé à la carte mère.

On souhaite qu'Intel corrige le tir pour les prochaines versions. Il est d'ailleurs difficile de comprendre pour quelle raison il n'y a pas de support natif de l'USB 3.0 sur un ou plusieurs ports du NUC alors que le chipset mobile Intel QS77 Express supporte cette version de l'USB.

On imagine en effet qu'Intel renouvellera sa gamme de NUC avec les processeurs Haswell. Auquel cas, la machine gagnera indéniablement en performances. On pense notamment aux performances graphiques améliorées grâce au GPU Gen2 ou Gen3 suivant le modèle adopté de Core i-xxxU. On espère d'ailleurs que ce dernier supportera le Turbo Boost contrairement au Core i3-3217U.

Dans ce cas, le NUC méritera alors bien son nom de "Next Unit of Computing" car il pourrait bien être votre prochain PC.

Intel_NUC_g 



Conclusion

On ne peut que louer la tentative d'Intel avec le NUC qui vise à promouvoir et à renouveler le PC de bureau. Paradoxalement, c'est avec des composants d'ultrabook qu'Intel a développé ce PC de bureau ultra miniaturisé. Mais si le NUC oscille entre le format Mini ITX et le Rapsberry Pi pour la taille, il s'écarte ostensiblement de ce dernier pour son tarif (une version moins onéreuse avec Celeron 847 est toutefois disponible). Les composants intégrés sont toutefois d'un autre acabit et Intel pourrait transformer cet essai avec une version intégrant un processeur Haswell pour la performance ou bien un Atom Silvermont pour la rapport performance/watt mais surtout le prix (la machine étant alimentée via le secteur). La copie serait alors des plus séduisantes même si l'utilisateur lambda n'est pas forcément enclin à sélectionner des composants, les commander puis les monter lui-même avant d'installer l'OS.



+ Les plus
  • miniaturisation
  • compacité
  • faible volume sonore
  • performances
- Les moins
  • prix
  • connectique (manque l'USB 3.0, une sortie audio...)
  • faible échauffement (grâce au TDP de 17 watts du Core i3-3217U)
  • absence de prise secteur pour l'alimentation
  • coût d'un SSD mSATA

  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
pemmore offline Hors ligne Vétéran avatar 1437 points
Le #1313092
On n'est pas bien loin des volumes des nettops itx à base d'intel atom d525, qui marchent très bien et conso mini et sans ventilos alim 12 v.
Reste une info importante pour la carte graphique
est-ce que le pipeline burst est not in line comme sur les intel atom ou in line comme sur les amd e-350 ou 450.
car le pîpeline not in line handicape considérablement la video.
(les 2 cores graphiques fonctionnant l'un après l'autre)
Psyko offline Hors ligne Héroïque avatar 862 points
Le #1345332
le NUC Kit DC53427HYE corrige le problème de connectique son et usb3 (1 seul port mais c'est toujours pas mal) avec en prime un I5!
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire