L'OMS persiste sur le trouble du jeu vidéo

Le par  |  6 commentaire(s)
OMS

Pour l'OMS, le trouble du jeu vidéo entre dans la catégorie des troubles de l'addiction. Un diagnostic pourrait être posé en douze mois.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie sa nouvelle Classification internationale des maladies (CIM-11). Dans une section sur les troubles de l'addiction, il y figure le trouble du jeu vidéo (6C51), que ce soit en ligne ou hors ligne.

Ce trouble du jeu vidéo est caractérisé par la perte de contrôle sur le jeu (fréquence, intensité, durée...), une priorité croissante accordée au jeu qui prend le pas sur d'autres centres d'intérêt et activités quotidiennes, la poursuite ou l'escalade dans la pratique du jeu malgré l'apparition de répercussions négatives.

Toujours d'après l'OMS, les comportements ainsi caractérisés sont d'une gravité suffisante pour entraîner des conséquences importantes sur les activités personnelles, familiales, sociales, éducatives ou professionnelles. Pour poser un diagnostic, ces comportements doivent se manifester de manière évidente sur une période d'au moins 12 mois.

Dans un communiqué, le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (qui représente les éditeurs et développeurs de jeux vidéo) dit s'inquiéter de constater que le terme " trouble du jeu vidéo " est encore présent dans la dernière version de la CIM-11 de l'OMS.

Le syndicat met en avant les valeurs éducatives, thérapeutiques et récréatives du jeu vidéo qui sont " fondées et internationalement reconnues. "

Il ajoute que " le jeu vidéo est pratiqué, de manière raisonnable et en toute sécurité, par plus de deux milliards d'individus à travers le monde. […] Nous encourageons l'OMS à ne pas prendre des mesures qui engendreraient des implications injustifiées de la part des systèmes de santé nationaux, à travers le monde. "

La nouvelle Classification internationale des maladies doit recevoir l'aval de l'Assemblée générale de l'OMS en mai 2019.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2019010
Comment ils défendent leur bizness ! On croierait voir l'industrie du tabac.
Le #2019014
Que je comprenne bien l'affiche : tu as un problème dès lors que t'as les yeux qui ressemblent à des boutons de manette de PlayStation?

Bah ça va alors, je suis laaaarge.... *Retourne enchaîner une 15ème heure sur PUBG*
Le #2019029
Bon, je vais faire l'avocat du diable.

Nier l'existence de l'addiction au jeux vidéos est une dangereuse erreur. Car oui, les jeux vidéos peuvent mener à l'addiction, de la même manière que l'alcool ou les jeux d'argent. Est-ce systématique ? Non. Est-ce que cela concerne la majorité des joueurs ? Non. Est-ce que cela signifie que les jeux vidéos rendent violents ? Non (ce débat est clos depuis un bout de temps).

En revanche, l'addiction aux jeux vidéos, bien que fort peu répandu, est un phénomène réel. Avec cette affirmation, l'OMS ne fait qu'ouvrir la voie à d'éventuels traitements aux personnes souffrantes d'addictions. Et nier l'existence de ce trouble est une aberration, du niveau du climatoscepticisme. Renier quelque chose par simple volonté de ne pas y croire est dangereux, surtout lorsque cela concerne la santé.

"Comment ils défendent leur bizness ! On croierait voir l'industrie du tabac." L'OMS ne vend rien. C'est l'ONU qui leur file des sous, cette déclaration ne va absolument rien changer pour leurs revenus. C'est d'ailleurs plutôt l'inverse, c'est le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, cité dans l'article, qui adopte un comportement rappelant l'industrie du tabac.

La comparaison avec l'alcool est plus que pertinente. On boit tous de temps en temps, peut-être certains moins que d'autres. Sommes-nous tous alcooliques ? Non. Pourtant l'alcoolisme est un phénomène réel. Si, dans le cas du jeux vidéos, le phénomène est certes nettement moins dangereux, ce n'est pas pour autant qu'il faut l'ignorer.

Je dis pas que l'OMS a raison. D'ailleurs ils rencontrent une certaine opposition sur le sujet. J'essaie juste de contrebalancer les commentaires des gens qui hurlent par principe dès qu'ils entendent quelque chose qui ne leur plaît pas, sans chercher à comprendre.

Le bouton -1 est celui de droite si jamais.
Le #2019060
Comment s'étonner puisque, pour la sacro-sainte croissance, plein de produits sont basés justement sur l'addiction qu'ils procurent ? Forcément qu'on trouvera toujours des gens abusivement accrocs, le jeu vidéo n'échappant pas à la règle... Mais on pourra toujours trouver des gens qui sans être maladivement accrocs, auront une pratique tout de même néfaste pour leur santé ou leur entourage.

En tout cas il faut prendre garde que ce ne soit pas un prétexte à médicaliser la chose.
Le #2019079
bonjour je mapelle fred je suis accro aux jeux video , je prefere passer mon temps sur tombraider que de le perdre avec des gens que j apprecie pas forcement
Le #2019083
belaid12002 a écrit :

bonjour je mapelle fred je suis accro aux jeux video , je prefere passer mon temps sur tombraider que de le perdre avec des gens que j apprecie pas forcement


Salut Fred, bienvenu !

Est-ce que tu donnes l'occasion aux gens de t'apprécier ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme