Énorme rachat Linux et open source : IBM craque pour Red Hat

Le par  |  9 commentaire(s)
Red-Hat-IBM

Pour près de 34 milliards de dollars, IBM jette son dévolu sur Red Hat. Une acquisition avec un objectif cloud. Red Hat fera partie de l'équipe Hybrid Cloud d'IBM.

C'est la plus importante acquisition jamais réalisée par IBM et elle concerne l'Open Source avec Red Hat qui se présente comme le premier fournisseur mondial de solutions logicielles open source pour les entreprises.

Principalement centré sur les entreprises et l'hébergement géré dans le cloud, IBM va débourser 190 dollars par action Red Hat pour faire tomber l'éditeur dans son giron. Une valorisation approchant 34 milliards de dollars. Le rachat devrait être finalisé au cours du premier semestre 2019.

Red Hat est surtout connu pour sa distribution Red Hat Enterprise Linux s'adressant au marché de l'entreprise et des serveurs. Pour le grand public, la distribution GNU / Linux communautaire Fedora sous l'égide du projet éponyme bénéficie du soutien de Red Hat.

Avec cette acquisition, il est fait mention d'une approche ouverte du cloud. Elle s'inscrit dans la lignée d'un partenariat annoncé en mai autour de IBM Cloud Private with Red Hat pour fournir aux entreprises une technologie de cloud privé avec une gestion sur l'infrastructure IBM Cloud, et disponible avec Red Hat OpenStack Platform.

Red Hat rejoindra l'équipe de cloud hybride d'IBM en tant que division distincte. La technologie de Red Hat sera exploitée sur plusieurs clouds. Selon IBM, 80 % de la charge de travail des entreprises n'a pas encore migré vers le cloud en raison de la nature propriétaire de ce marché à l'heure actuelle.

" Cela empêche la portabilité des données et des applications dans plusieurs clouds, la sécurité des données dans un environnement multicloud et une gestion cohérente du cloud. "

Avec ce rachat, IBM assure que la gouvernance ouverte de Red Hat ne sera pas remise en question, ainsi que ses contributions open source et sa participation dans la communauté open source. De même, il n'y a pas de remise en question de partenariats avec Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud et autres, en plus de IBM Cloud.

Lors de gros rachats, il est souvent précisé que rien ne change... mais les choses peuvent évoluer quelques années plus tard.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2038537
Ma première distribution Linux, Redhat 4.1... fournie sur CD dans Login en 97 (l'héritier du magazine Amiga Dream). Installé avec bien du mal sur un K6/200 avec fvwm (carte son incompatible de ma carte mère TX97 incompatible, de mémoire, malgré de multiples recompilations du kernel). A l'époque, il fallait lancer startx "à la main" (startx -- -bpp 16 / 24 / 32)... Puis achat de la RedHat 5.1 chez Micro Application (et oui, pas d'ADSL à l'époque... et le 56K était facturé à la minute). Sans compter l'absence de polices vectorielles à l'époque (le rendu des pages web était ignoble).
Bon, je gardais tout de même Windows Nonante Cinq sous le coude
Souvenirs très lointains !!
Le #2038546
Je pensais me tourner vers Linux pour mon prochain ordinateur. J'ai peur qu'il n'y ait bientôt plus de Linux, non contrôlé par une grosse société, quand je me déciderai.
Le #2038557
billgatesanonym a écrit :

Je pensais me tourner vers Linux pour mon prochain ordinateur. J'ai peur qu'il n'y ait bientôt plus de Linux, non contrôlé par une grosse société, quand je me déciderai.


Bof, te voilà une liste non-exhaustive:

* Debian
* Mint
* Archlinux
* Void
* Gentoo
* GuixSD
* NixOS
* Trisquel
* et leurs dérivés

Côté BSD:

* OpenBSD
* FreeBSD
* NetBSD
* DragonflyBSD
* et sûrement d'autres que j'oublie

Enjoy :]

@chriscombs: je pense qu'on a dû avoir le même numéro de Login à l'époque - après j'avais déjà testé Slackware (et ses 40 (!) disquettes )

Pour en revenir à l'article, 34 milliards de $, au temps pour ceux qui pensent que le libre n'a pas de valeur. Par contre, je suis plutôt inquiet pour plusieurs choses:

* Ansible
* CentOS
* OpenShift

Car il ne faut pas se leurrer, IBM, c'est un peu comme Oracle, tout ce qu'ils touchent devient immédiatement un gros tas de caca bourré de licenses. (Bon j'abuse, j'aimerai vraiment bidouiller une grosse mainframe à base de POWER9 sous z/OS un jour )
Le #2038560
billgatesanonym a écrit :

Je pensais me tourner vers Linux pour mon prochain ordinateur. J'ai peur qu'il n'y ait bientôt plus de Linux, non contrôlé par une grosse société, quand je me déciderai.


Avant son rachat Red Hat était déjà une grosse entreprise (+2.4 Mds$ l'an dernier)

En plus, controlé par une grosse société n'a jamais été une mauvaise chose en soit, bien au contraire.
Les soucis de développement de l'offre des OS open source sont essentiellement liés à un manque de cap clairement défini parce que gérés sans grosses sources de financement.
Hormis Mint et certaines autres distributions, celles comme Fedora (gérée par Red Hat), Ubuntu (gérée par Canonical) ou de Mandriva à la grande époque ont été rendues populaires justement par les investissement de ces grosses sociétés.

"Je pensais me tourner vers Linux pour mon prochain ordinateur.": à moins que tu sois sur BSD, a priori ton OS actuel est déjà géré par une grosse (voire très très grosse) société...
Le #2038604
Bientôt il ne restera plus que 3 ou 4 grosses boites d'informatique...
Le #2038616
phebus29 a écrit :

Bientôt il ne restera plus que 3 ou 4 grosses boites d'informatique...


Tout comme il n'existe plus que 4 fournisseurs d'accès à Internet...

Tout comme il y a de moins en moins de chaines de TV indépendantes les unes des autres (copié collé des programmes de l'une vers l'autre) au fur et à mesure des rachats.
Le #2038621
C'est un marqueur économique qui tend à indiquer que le monde de l'entreprise s'ouvre de + en + vers des solutions logicielles open source.
Le #2038644
Pas sûr que ce soit une bonne chose...

W&S...
Le #2038713
lidstah a écrit :

billgatesanonym a écrit :

Je pensais me tourner vers Linux pour mon prochain ordinateur. J'ai peur qu'il n'y ait bientôt plus de Linux, non contrôlé par une grosse société, quand je me déciderai.


Bof, te voilà une liste non-exhaustive:

* Debian
* Mint
* Archlinux
* Void
* Gentoo
* GuixSD
* NixOS
* Trisquel
* et leurs dérivés

Côté BSD:

* OpenBSD
* FreeBSD
* NetBSD
* DragonflyBSD
* et sûrement d'autres que j'oublie

Enjoy :]

@chriscombs: je pense qu'on a dû avoir le même numéro de Login à l'époque - après j'avais déjà testé Slackware (et ses 40 (!) disquettes )

Pour en revenir à l'article, 34 milliards de $, au temps pour ceux qui pensent que le libre n'a pas de valeur. Par contre, je suis plutôt inquiet pour plusieurs choses:

* Ansible
* CentOS
* OpenShift

Car il ne faut pas se leurrer, IBM, c'est un peu comme Oracle, tout ce qu'ils touchent devient immédiatement un gros tas de caca bourré de licenses. (Bon j'abuse, j'aimerai vraiment bidouiller une grosse mainframe à base de POWER9 sous z/OS un jour )


Sans compter tout ce qui est systemd (en gros tout le système ou presque) qui est développé principalement chez Red Hat si je ne m'abuses, et utilisé dans la grosse majorité des distributions maintenant (et qu'on va peut être aussi trouver dans AIX dans quelques temps.. du coup).

Ou alors pas mal de trucs de chez Red Hat vont mourrir, comme d'autres trucs de boîtes rachetées par IBM... (bon après acheter une boîte 35 milliards pour la couler... c'est chaud)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme