Dossier : présentation de la distribution openSuSE

Le par Mathieu D.  |  12 commentaire(s)
Article n° 190 - A la découverte d'openSuSE (120*120)

Dans ce dossier consacré à openSuSE nous ferons une brève présentation de SuSE Linux pour ensuite présenter les différentes fonctionnalités offertes par openSuSE.

Introduction

Apparue en mars 1994, la distribution SuSE (pour Software und System-Entwicklung en Allemand, ou Logiciel et Système de Développement dans la langue de Molière) était alors basée sur Slackware et SLS. Cette distribution Linux n'a cessé d'évoluer depuis, devenant avec Red Hat et Debian une des plus reconnues tant par les entreprises que par les particuliers. Entre temps, la société SuSE est rachetée par Novell en 2003, ce dernier en a d'ailleurs fait la promotion notamment depuis la signature d'un partenariat avec IBM en 2005 et plus récemment en signant un accord avec Microsoft.

En août 2005, Novell lance openSuSE: un projet communautaire OpenSource, un peu à la manière de Red Hat avec le projet Fedora Core.

Aujourd'hui, il existe trois versions de SuSE plus ou moins bien distinctes :
  • openSuSE
  • SuSE Linux Entreprise Server (SLES)
  • SuSE Linux Entreprise Desktop (SLED)

openSuSE
Apparu en août 2005, il s'agit d'un projet communautaire dont le contenu est totalement Open Source, mais qui n'exclut pas pour autant d'ajouter des logiciels propriétaires. Cette distribution est gratuite, c'est de celle-ci que traitera ce dossier.

SuSE Linux Entreprise Desktop
Basée sur openSuSE, cette version conçue pour les entreprises inclut beaucoup moins de paquetages afin de fournir un système le plus stable et le plus performant possibles, certains paquetages ne sont d’ailleurs pas Open Source. Il faut compter entre 70 et 100€ pour acquérir SLED, le prix varie selon le media choisi (image ISO téléchargée depuis Internet ou DVD).


SuSE Linux Entreprise Server
Apparue fin octobre 2000, cette version se destine comme son nom l'indique aux serveurs, cette version est payante et nettement orientée entreprises, cette version intègre des logiciels propriétaires. SLES est payante, son prix est autour des 350€ mais varie suivant le support souscrit. Une nouvelle version sort environ toutes les années et demie mais cela peut varier jusqu’à deux ans.




Au cours de ce dossier nous allons dans un premier temps présenter l’installation. Nous présenterons ensuite les bureaux KDE et GNOME avec les ajouts de SuSE; divers cas d’utilisation seront décrits ( bureautique, multimédia et internet ) pour terminer par un rapide comparatif avec d’autres distributions.

Vous l’aurez compris ce dossier va traiter d’une utilisation du type « station de travail » et non « serveur ». Les logiciels présentés ici sont disponibles dès l’installation standard d’openSuSE dans sa dernière version au moment où sont écrites ces lignes, à savoir la 10.2. Quand cela ne sera pas le cas, nous donnerons les liens nécessaires pour se procurer ces logiciels additionnels...

../..


Installation

OSS peut être installée via différents types d’installations, dans le même genre que pour Debian : on peut en effet télécharger un DVD, 5 CD-ROM, ou encore un seul CD-ROM qui ira chercher les fichiers nécessaires suivant le mode choisi sur Internet. Bref, on a le choix du support d’installation ! Le contenu des fichiers est sous forme d’une image ISO que l’on pourra récupérer via divers protocoles (http, ftp, bittorrent).

Dans notre cas, nous avons téléchargé openSuSE dans sa version x86_64 sur un DVD. Si vous pensez qu’un DVD de 3,7 Go représente beaucoup, sachez, à titre de comparaison, que l’installation complète de Debian tient sur deux DVD pour un total d’environ 8 Go, Windows Vista dans sa version 64 bits tiens lui aussi sur un unique DVD pour un total d’environ 3,5 Go. On a donc un système dont l’installation est dans la norme de ce qui se fait actuellement sans tomber dans l’extrême...



Une petite SuSE pour la Bonne Année '!


Le processus d’installation est très simple : il suffit de se laisser guider. Après avoir choisi la langue d’installation et accepté la licence, une détection rapide de votre configuration sera effectuée afin de vérifier si c’est une mise à jour d’un système SuSE existant ou une installation complète que vous souhaitez effectuer).

Après validation du fuseau horaire vous allez être amenés à choisir un environnement de bureau : si vous souhaitez disposer de KDE et GNOME dès la fin de l’installation, il vous faudra choisir l’un d’eux, l’ajout du second environnement à l’installation s’effectuera lors de la prochaine étape...


    

Choix de l'environnement de bureau et des paquetages

L’étape suivante en question a pour but de valider les « paquetages » que vous avez choisis. En réalité, il s’agit d’une sélection qui s’effectue par défaut en fonction de l’environnement de bureau que vous avez choisi (ou non si vous avez sélectionné « Mode Texte » en cliquant sur le bouton [Autre] à l’étape précédente). Si vous souhaitez donc ajouter, ou même retirer, des paquetages sélectionnés, il vous suffit de cliquer sur « Logiciels » sur la page récapitulative pour arriver sur une page vous permettant de choisir manuellement vos paquetages.

Dans le cas où Windows est déjà installé, il faudra vérifier dans les options de partitions en mode Expert que Suse ne compte pas écraser ce dernier...

Une fois cette étape validée, l’assistant procèdera à l’installation des paquetages, cette procédure est plus ou moins rapide en fonction des éléments que vous avez sélectionnés et de la rapidité de votre ordinateur, comptez environ 35 minutes pour un environnement KDE avec les paquetages par défaut.




Installation des paquetages

../..


Installation (suite)



Viendront ensuite la saisie du mot de passe root (super-utilisateur ayant tous les pouvoirs), du nom de machine et du domaine (si existant). Rappelons qu’un mot de passe doit contenir au moins 8 caractères, des lettres majuscules et minuscules, des caractères spéciaux et des chiffres pour prétendre à être « sûr ». L’écran suivant concernera le paramétrage du réseau : si vous souhaitez utiliser VNC ou SSH pour prendre à distance le contrôle de votre système, c’est à ce moment que la configuration s’effectuera.




L’étape de configuration du réseau passée, vous avez la possibilité d’ajouter des sources pour le gestionnaire de paquetages, le dépôt Open Source est sélectionné par défaut, nous vous invitons à sélectionner également le dépôt Non-Open Source qui vous permettra de profiter du navigateur Opera ainsi que de Java. D’autres dépôts pourront être rajoutés par la suite comme expliqué dans ce tutoriel.




../..


Installation (suite)

Vous serez ensuite invités à ajouter un utilisateur local, par défaut la case « Login automatique » est cochée, pour des raisons élémentaires de sécurité il est recommandé de décocher cette case... On cochera également la case « Recevoir les messages du système » qui nous permettra d’être averti en cas de problème critique.




Quelques étapes ne nécessitant pas d’être détaillées ici suivent, la dernière est en revanche plus intéressante dans le sens où c’est au cours de celle-ci qu’on validera la configuration matérielle détectée par l’assistant d’installation. Par expérience, il vaut mieux ne pas modifier ce qui a été détecté et se consacrer à la bonne reconnaissance des périphériques une fois le système installé.




Un message vous indiquant que l’installation est achevée s’affiche puis le système démarre une fois cliqué sur le bouton [Terminer], vous pouvez désormais saisir votre nom d’utilisateur et mot de passe pour profiter d’openSuSE.




../..


KDE

K Desktop Environnement, plus connu sous le nom de KDE, est ici intégré dans sa version 3.5.5. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’intégration est excellente et très soignée !

On notera la présence d’un nouveau menu « SuSE » dont la navigation par onglets est très intuitive, et qui fait penser en certains points à un autre système d’exploitation dont l’éditeur arbore une pomme en guise de logo. Au menu des ressemblances, notons également que le Poste de travail s’affiche lui aussi sous une forme très proche d’un autre système d’exploitation qui n’est pour l’instant pas disponible au grand public mais qui le sera à compter du 29 janvier...

Certes, SuSE fait penser à d’autres systèmes d’exploitation, mais est-ce si grave que cela '! Force est de constater que tous les systèmes d’exploitation modernes se ressemblent, alors pourquoi reprocher à SuSE de récupérer des fonctionnalités bien pratiques de Mac OS X ou de Windows Vista si cela permet d’améliorer le confort de l’utilisateur (ou « l’expérience utilisateur » en anglais mal traduit) '


 

Poste de travail KDE et menu SuSE


L’accent va être volontairement mis sur les applications de KDE, des applications de GNOME seront présentées au passage. Aujourd’hui, presque toutes les applications pour GNOME fonctionnent pour KDE et vice-versa, libre à vous d’adopter ensuite l’environnement qui correspond le mieux à vos goûts et besoins !

La suite bureautique OpenOffice.org en version 2.0.4 est intégrée à KDE ainsi que GNOME. Novell participe en partie au développement de cette suite en y intégrant par exemple un support VBA accru pour les macros provenant de documents sous Excel. KOffice est également disponible, mais cette suite est optimisée uniquement pour KDE et ne conviendra donc pas aux utilisateurs utilisant plusieurs environnements de bureau, KOffice est cependant beaucoup plus limité en terme de fonctionnalités qu’OpenOffice.org !


    

OpenOffice.org Writer


Au niveau « Multimédia » ( terme commercial très en vogue il y a quelques années signifiant en fait que votre ordinateur est capable de lire plusieurs formats de fichiers ), l’excellent lecteur audio Amarok est présent ( dont on pensera à changer le moteur pour pouvoir lire les fichiers MP3 et WMA ), ainsi qu’un lecteur moins connu qui se nomme Helix Banshee (normalement prévu pour GNOME). RealPlayer est également présent en version 10. On pourra graver notre musique avec K3B ou encore Amarok.


    

Amarok et Helix Banshee

../..


KDE (suite)

La lecture de vidéo n’est pas en reste avec les lecteurs Totem et Kaffeine, dont il faudra cependant rajouter là aussi des codecs pour que ces derniers lisent les vidéos aux formats DivX ou WMV... VLC n’est en revanche pas installé, si on souhaite utiliser ce lecteur alternatif bien pratique il faudra se le procurer et l’installer par soi-même.


    

Totem et Kaffeine


Les photos et images en tous genres ne sont pas en reste avec la présence de digiKam qui vous permettra de gérer vos albums photo numériques, tout comme F-Spot ou encore Gwenview qui est lui aussi très réussi.


    

digiKam et Gwenview


L’édition d’images est également au rendez-vous, en témoigne la présence du populaire GIMP, mais également Krita comme éditeur bitmap. L’édition vectorielle est également possible au travers de Skencil et Karbon14. Il est également possible de faire de l’édition vidéo avec Kino.


    

GIMP et Kino

../..



KDE (suite)

La navigation sur Internet est possible avec le navigateur Konqueror directement intégré à KDE. Pour les puristes, sachez que ce navigateur passe le test Acid2. Le désormais célèbre fureteur de la fondation Mozilla est également présent, j’ai nommé Firefox dans sa version 2.0. Il est également possible d’installer Opera pour peu que l’on ait accepté d’ajouter les dépôts non Open Source au gestionnaire de paquets (ou paquetages) de Yast2.


    

Konqueror et Firefox


Si vous n’utilisez pas Firefox pour suivre les fils RSS vous pourrez toujours utiliser Akregator ou encore Liferea (même si là aussi ce dernier est plus pour GNOME normalement...).


Akregator


Le client de courrier électronique Kmail est proposé, on lui préfèrera Evolution (prévu pour GNOME) qui offre des fonctionnalités proches de celles de Microsoft Outlook. On pourra également installer le client de messagerie Thunderbird via le gestionnaire de paquets si on le désire.


KMail

../..


KDE (suite)

Les adeptes des discussions sur Internet seront également comblés par la présence Kopete et de Konversation (si l’on se permet de classer IRC dans cette catégorie). Gaim peut également être utilisé sous KDE même si ce dernier est optimisé pour GNOME.

Ktorrent est disponible pour ce qui est de BitTorrent, ce dernier vous permettra en effet de télécharger les dernières versions de vos distributions Linux favorites ou encore des démos jouables de jeux vidéo...

Quelques jeux sont également présents, il est encore regrettable que les éditeurs de jeux-vidéo ne rendent pas compatibles ces derniers avec Linux, s’il est possible de faire fonctionner la plupart d’entre eux au travers de Wine (disponible dans le gestionnaire de paquets) cela reste au prix de performances dégradées !


    


Comme nous venons de le constater en passant en revue les programmes fournis avec KDE, il est possible de tout faire avec ce dernier. Bien entendu, si vous n’êtes pas satisfaits, libre à vous d’ajouter d’autres programmes ou de créer les vôtres ! Il sera également possible de retirer définitivement certains programmes dont on n’a pas l’utilité et ce sans que cela impacte sur la stabilité du système.

Beaucoup de programmes prévus pour GNOME fonctionnent très bien sur KDE, voyons désormais s’il en va de même dans l’autre sens...

../..


GNOME

GNU Network Object Model Environnement, alias GNOME est intégré à OSS dans sa version 2.16.1. En général, on compare KDE à Windows, pour GNOME c’est à Mac OS qu’il est souvent comparé. Au niveau de la consommation mémoire, GNOME est plus léger que KDE, d’ailleurs par habitude on a tendance à dire que KDE est dédié aux utilisateurs et que GNOME lui se tourne plus vers les Administrateurs en dépit de son apparence sobre et de sa faible consommation mémoire. A titre indicatif, sachez que le peu de fois où un serveur Linux possède une interface graphique, c’est l’environnement GNOME qui est utilisé.


    

Bureau GNOME et Exlorateur d'applications


Sous GNOME, nous allons retrouver les mêmes applications que sous KDE, ce qui changera ici sera tout ce que l’on pourrait qualifier de « forme », tandis que le « fond » (les applications) reste inchangé. Ce qui changera principalement par rapport à KDE concerne les fenêtres et leurs habillages, les menus, ainsi que le navigateur de fichiers (Konqueror pour KDE et Nautilus pour GNOME). On saluera d’ailleurs le fait qu’il n’est plus nécessaire de modifier la configuration de Nautilus pour que ce dernier ouvre les dossiers dans la fenêtre en cours et non dans une nouvelle (cela faisait un peu penser à un système d’exploitation vieux de 12 ans maintenant...).

XGL est intégré à SuSE, on ne présente plus ce serveur graphique basé sur OpenGL qui permet d’avoir des animations et effets 3D très fluides en utilisant un minimum de ressources (contrairement à DirectX !). On pourra personnaliser à souhait les effets en se rendant dans le panneau de contrôle.


    

Centre de contrôle de GNOME et Nautilus


Comme c’est le cas pour KDE, l’environnement GNOME est ici très soigné, on retrouve un menu SuSE dans le même style que précédemment. En revanche nous vous conseillons d’ajouter au tableau de bord la « Barre des menus » sans quoi vous risquez de courir sans cesse après vos applications...

../..



Les apports de SuSE

Qu’est-ce qui différencie openSuSE des autres distributions Linux ' A cette question, il y a beaucoup de réponses, on pourrait également se poser une autre question sur le sens propre du mot « distribution ».


Mire de login


Petit rappel :

GNU/Linux est un système d’exploitation dont le code source est ouvert (Open Source), c'est-à-dire qu’il est possible à tout un chacun de modifier, copier et redistribuer librement et en toute légalité tout ou partie des logiciels intégrés, tant que cela respecte la licence avec laquelle est distribué ledit logiciel (la plus courante étant la licence GPL).

On a pour habitude, par abus de langage, de parler de système d’exploitation Linux alors que l’on devrait parler système GNU/Linux. En effet, Linux ne constitue que le noyau du système : c'est-à-dire la couche qui permet de faire communiquer les logiciels avec les périphériques, quant à lui GNU représente l’ensemble de ces logiciels, qu’il s’agisse de l’éditeur de texte, du terminal ou encore de l’environnement de bureau et du serveur X (partie en charge de l’interface graphique).


IPCop : GNU /></a><br /></div><br /></div><div align=


Pour en revenir à ce qui caractérise une distribution GNU/Linux, on pourrait dire qu’il s’agit de l’ensemble des logiciels qui sont fournis avec le noyau (ces logiciels ne sont pas forcément Open Source, ni gratuit, ni les deux !) et de la façon dont tous ces éléments interagissent en harmonie entre eux.

Ce bref rappel passé ( pour plus d’informations consulter le site de la Free Software Fundation ), nous allons pouvoir passer à ce qui caractérise notre distribution openSuSE :

  • Tout d’abord la présence d’un menu « SuSE » sur les deux environnements de bureau que nous avons traités, ce menu bien pratique facilite grandement la prise en main et offre un gain de temps non négligeable pour accéder aux applications.



Bureau KDE avec menu SuSE

../..


Les apports de SuSE (Suite)

  • Vient ensuite ce qui fait que SuSE est à la fois un système qui convient aux débutants et aux experts : YaST2. Ce logiciel ( accessible uniquement en super-utilisateur ) vous permet de tout configurer, installer et désinstaller sur votre système au sein d’une interface graphique très simple. On retrouvera un gestionnaire de paquets et de mises à jour, les différents outils permettant d’installer et configurer le matériel, les outils systèmes courants de l’administrateur (gestionnaire de disques, sauvegarde et restauration du système, gérer les groupes et compte utilisateurs, etc...), mais également une liste non exhaustive de services réseaux dont la mise en place sera facilitée par le mode graphique.


    
Accueil et gestionnaire de paquets de YaST2


Ce logiciel est une véritable perle dans le sens où il facilite toutes les procédures tant redoutées par les débutants lorsque ces derniers effectuent le « grand saut » depuis Windows ou Mac OS. Il permet également aux personnes plus à l’aise de gagner du temps lors de certains cas d’utilisation. On pourrait presque justifier le choix de SuSE pour YaST2 à lui tout seul...

  • SuSE supporte les paquets de type RPM, mais également DEB (directement avec SMART, ou en les convertissant avec alien, en effet APT a été retiré dans cette version). Ceci facilitera grandement l'installation de paquets non disponibles directements depuis le gestionnaire de YaST2.

  • Un petit module de mise à jour est également présent et peut être intégré aux tableaux de bord respectifs de vos environnements de bureau pour vous signaler la présence de nouvelles mises à jours et effectuer ces dernières. Cela évite de surveiller constamment les mises à jour ou d’avoir à écrire un script s’en chargeant à votre place...


Ces quatres détails constituent les principales différences entre openSuSE et les autres distributions GNU/Linux disponibles actuellement. Avant de terminer, citons également l’installation simplifiée comme nous l’avons vu, ainsi que le choix des paquets par défaut et supplémentaires.

../..



Conclusion

openSuSE dans sa version 10.2 fait très fort, la version précédente était déjà bien aboutie, là on manque de superlatifs pour qualifier le travail accompli par la communauté avec la complicité des développeurs de Novell.

C’est un système stable, proposant toutes les fonctions que l’on attend aujourd’hui d’un système d’exploitation moderne, tout cela servi par une ergonomie intuitive et efficace. Il y a bien quelques choses qui manquent par-ci par-là, mais après tout cela dépend de ce que l’on attend de son système d’exploitation, libre à chacun de d’adapter openSuSE a ses besoins, et c’est relativement aisé.




Gageons qu'avec le récent accord signé avec Microsoft, la future version de SuSE s’enrichira en fonctions permettant la compatibilité avec Windows, qu’il s’agisse de Vista ou des versions précédentes. Ou encore que ces améliorations seront proposées dans la version actuelle au travers des mises à jour.


logo suse


Après cette rapide vue d’ensemble on peut dire que l’ensemble atteint son objectif : proposer un système d’exploitation GNU/Linux gratuit au même niveau que Microsoft avec Windows.

Si vous souhaitez faire le grand saut et que vous rencontrez des problèmes, faites une recherche sur le wiki officiel, ou alors n'hésitez pas à venir poser vos questions sur le forum francophone (non-officiel) d'openSuSE ou encore sur le forum de GNT ;-)


  • Partager ce contenu :
Vos commentaires Page 1 / 2
Trier par : date / pertinence
zuranox offline Hors ligne Héroïque avatar 687 points
Le #170082
Euh faut pas confondre, KDE reprend des fonctionnalités de Vista (il me semble que KDE est disponible depuis un bout de temps, Vista se fait attendre :relaxed

Fin de la parenthèse j'ai pas tout lu dans le détails (un peu préssé par le temps) mais l'article me paraît intéressant et il est agréable de voir que l'on parle de GNU/Linux en dehors de sites spécialisés.
Legion.nux offline Hors ligne Vétéran avatar 2121 points
Le #170083
A noter que le Menu "A la Suse" tant plebicite durant l'article est egalement dispo sur d'autres distribs comme notamment Debian ou sa concubine Ubuntu
panurge offline Hors ligne VIP avatar 8290 points
Le #170084
Bravo !

En complément, je me permet d'ajouter quelques petits programmes fort utile au quotidien ( sous KDE )
Katapult : Lanceur d'applications : http://kde-apps.org/content/show.php'content=33985
Kim : manipulation d'image au clic droit : http://kde-apps.org/content/show.php'content=11505
Basket : Blocs toutes notes : http://kde-apps.org/content/show.php'content=10020
et bien sur SuperKaramba qui offre une multitude de gadget pour le bureau : http://www.kde-look.org/index.php'xcontentmode=38&PHPSESSID=84b4e01441929a71be410c0e383f93b2

amusez vous bien
Canardo offline Hors ligne Vétéran avatar 1611 points
Le #170085
Merci pour ce dossier, très intéressant. Cependant deux éléments qui m'intéressent vivement sont passés un peu vite à mon goût :

- "l?excellent lecteur audio Amarok est présent ( dont on pensera à changer le moteur pour pouvoir lire les fichiers MP3 et WMA )"
=>il serait intéressant de préciser comment changer ce moteur.

- "La lecture de vidéo n?est pas en reste avec les lecteurs Totem et Kaffeine, dont il faudra cependant rajouter là aussi des codecs pour que ces derniers lisent les vidéos aux formats DivX ou WMV"
=>il serait intéressant de préciser comment installer ces fameux codecs.

PS : si qqn à un lien ou des infos, ce serait sympa de l'écrire dans les commentaires. Merci.
zippy offline Hors ligne Vétéran avatar 1549 points
Le #170086
"s?il est possible de faire fonctionner la plupart d?entre eux au travers de Wine (disponible dans le gestionnaire de paquets) cela reste au prix de performances dégradées !"

c'est faux! avec la plupart des jeux supporté les performance sont améliorer!
Liberté offline Hors ligne Vétéran avatar 1193 points
Le #170087
Canardo>
Le probléme est au niveau légale, on ne sait plus si avec les lois en vigeur on peut étre condamné pour expliqué comment utilisé ces formats qui sont propriétaires.
Théoriquement on doit acheté une licence d'utilisation qui vient avec les logiciels, ce qui n'est pas possible avec un logiciels libre qui devrait alors disposé d'accord d'accords spécieaux pour que leurs utilisateurs puissent utiliser ces formats(sans avoir a aquerir de licence suplémentaires).
zippy>
il faut pas rêver non plus, et cela arrive aprfois grace a toutes les fonction compatibles qui n'ont pas encore été implémenter. Pour avoir une compatibilité optimal il faut aussi copier les defauts de windows lors de l'émulation.
marsupilami54 offline Hors ligne Vétéran avatar 1353 points
Le #170088
Je relirai ce dossier plus en détails c'est sûr .
Ma seule question sera : Existe-il une version Live Cd ou pas' Je n'en ai pas vu sur leur site .
disposant que d'un seul Pc , déjà en dual boot ( et surtout plus de place pour accueillir une autre distro ) j'aimerais me faire une idée
Jerome..o offline Hors ligne Vétéran avatar 2195 points
Le #170089
Dommage que l'essentiel de la présentation du bureau concerne KDE alors que toutes les grosses distributions s'orientent à présent vers GNOME qui devient plus pratique et beaucoup plus agréable dans l'utilisation que KDE.

KDE fait maintenant office de décharge avec 1 milliard d'outils inutiles et là la comparaison avec Windows est parfaitement exacte. ATTENTION cela reste mon avis et ne concerne que moi.

Un conseil aux débutantx, orientez-vous sur des docs qui parlent du véritable environnement de bureau par défaut.
Canardo offline Hors ligne Vétéran avatar 1611 points
Le #170090
marsupilami54 >oui oui, une version LiveCD existe. Du moins pour la 10.1 il y en avait une.
yazid offline Hors ligne Héroïque avatar 624 points
Le #170093
Salut à tous ,
Je remercie bien l 'editeur de ce document precieux , personellemnt je suis un admirateur du monde linux , j ai eu l' occasion de travailler sur redHat Fedora Core , sur OpenSuse 10.2 et enfin sur Debian.Je dois reconnaitre la puissance de Fedora et la conviavilité de Suse.Mais je dois dire que Debian Ubuntu possede les 2 qualités .Enfin un conseil pour tous , c'est que il faut s'habituer sur une seule distribution , et les trois que j'ai cité constitut les plus puissantes distributions que la communauté linux a jamais connu avec une prefence personnelle pour Debian Ubuntu .
Et si on fait un comparatif entre ces 3 distrubutions ca sera vraiment geniale.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire