Parcoursup succède à APB

Le par  |  9 commentaire(s)
parcoursup

Après l'échec de la plateforme Admission Post-Bac, c'est la plateforme Parcoursup qui prend sa succession. Une ouverture aujourd'hui, d'abord pour prendre connaissance du dispositif.

L'année dernière, la Commission nationale de l'informatique et des libertés avait mis en demeure le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation après une plainte déposée en 2016 contre la plateforme Admission Post-Bac (APB).

Sans remettre en cause le recours à des algorithmes pour les décisions, APB avait été pointée du doigt pour un traitement uniquement automatisé de certaines données, un manque de transparence et d'information.

Au-delà du cas de la Cnil, la plateforme APB avait été décriée pour un tirage au sort visant à départager des candidats à l'entrée de certaines filières. Un tirage au sort qui n'existe plus avec Pacoursup qui prend la succession de APB.

Le ministère de l'Éducation national annonce aujourd'hui l'ouverture de Parcoursup. Toutefois, c'est une ouverture à visée informative. Ce n'est qu'à partir du 22 janvier et jusqu'au 13 mars que les lycéens ou étudiants en réorientation pourront formuler leurs vœux sur cette plateforme en ligne d'admission en première année des formations de l'enseignement supérieur.

Du côté des nouveautés notables, il n'y a pas de classement par ordre de préférence pour les vœux, et avec un maximum de dix vœux. Des sous-vœux (dans une limite de vingt) pourront aussi être formulés afin de postuler à des formations similaires.

Par ailleurs, un candidat devra répondre à des " attendus ", soit pour l'essentiel des connaissances et compétences jugées nécessaires pour réussir dans une formation universitaire. Une " fiche Avenir " rendant compte des résultats du lycéen et d'appréciations sera analysée pour les formations demandées.

Cette mesure est considérée par certains comme une sélection déguisée à l'entrée à l'université.

Complément d'information
  • Ventes jeux vidéo France : merci APB
    Petite déception sur la semaine du 28 juin au 4 juillet dernier, avec la disparition de Demon's Souls du top 5 des meilleures ventes de jeux vidéo en France. On constatera également que quasiment rien n'a changé dans ces classements ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1995731
ParcourSup est tellement différent d'APB que pour le personnel qui le gère on s'y connecte avec le même login, le même mot de passe qu'APB et le même nom d'application.... "APB"

Seule différence avec avant: les écoles ne peuvent plus savoir ce que les étudiants veulent faire en priorité, mais on leur garantit que "ce sera mieux pour eux qu'avant" à grand renfort de com' sur pronote.
Le #1995734
All Points bulletin, un sacré échec ce MMO
Le #1995738
H4ken a écrit :

All Points bulletin, un sacré échec ce MMO


La version "Reloaded" sur pc a fait un carton au début et durant un peu moins d'un an, avant que le jeu soit envahi de tricheur et d'achat premium et d'armes surpuissante à parfois plus de 15 euros l'unité
Le #1995752
Cette mesure est considérée par certains comme une sélection déguisée à l'entrée à l'université.

Bin encore heureux. Le bac assurait auparavant cette sélection en éliminant les tarés. Aujourd'hui même les tarés ont le bac. Il faut bien à un moment se demander si les élèves que l'on veut transformer en étudiants peuvent suivre les cours (voire veulent).
Le #1995769
Mouhai ; une usine à gaz chasse l'autre...
Le #1995787
lebonga a écrit :

Mouhai ; une usine à gaz chasse l'autre...


Oui, mais en fait, Il n'y a pas de solution miracle.
Tu as 400 000 lycéens qui veulent rentrer dans le supérieur et en face tu as chaque école qui a un nombre de places limitées.

Actuellement APB est juste le nom du service informatique qui

- agglomère les données des lycéens (résultats de première et terminale) ainsi que les vœux.
- applique les algorithmes de tri de chaque école.

Il n'y a pas moyen de faire autrement vu que les écoles ne doivent pas détenir l'ensemble des données confidentielles des étudiants (il peut y avoir cependant des accès individuels).

La seule différence entre ce qui était fait l'année dernière et ce qui va être fait c'est :

- le nom du système ( sic !)
- l'impossibilité pour les écoles de connaître l'ordre des vœux des élèves (ça facilite pas la chose ! )

Alors certains se demanderont comment on faisait avant APB. Bin avant APB les écoles n'avaient pas le temps de lire tous les dossiers papier, mais elles mentaient, et chacun acceptait son sort (de toute façon y avait pas internet pour râler).

Le problème n'est pas la réponse informatique mais le désengagement de l'état dans les universités qui créée, au fil du temps, des filières appelées politiquement "filières en tension" (en gros, à l'abandon).
Le #1995790
delbre a écrit :

lebonga a écrit :

Mouhai ; une usine à gaz chasse l'autre...


Oui, mais en fait, Il n'y a pas de solution miracle.
Tu as 400 000 lycéens qui veulent rentrer dans le supérieur et en face tu as chaque école qui a un nombre de places limitées.

Actuellement APB est juste le nom du service informatique qui

- agglomère les données des lycéens (résultats de première et terminale) ainsi que les vœux.
- applique les algorithmes de tri de chaque école.

Il n'y a pas moyen de faire autrement vu que les écoles ne doivent pas détenir l'ensemble des données confidentielles des étudiants (il peut y avoir cependant des accès individuels).

La seule différence entre ce qui était fait l'année dernière et ce qui va être fait c'est :

- le nom du système ( sic !)
- l'impossibilité pour les écoles de connaître l'ordre des vœux des élèves (ça facilite pas la chose ! )

Alors certains se demanderont comment on faisait avant APB. Bin avant APB les écoles n'avaient pas le temps de lire tous les dossiers papier, mais elles mentaient, et chacun acceptait son sort (de toute façon y avait pas internet pour râler).

Le problème n'est pas la réponse informatique mais le désengagement de l'état dans les universités qui créée, au fil du temps, des filières appelées politiquement "filières en tension" (en gros, à l'abandon).


Ne pas connaitre l'ordre des choix des élèves par les écoles je trouve ça con quand même. En tant qu’école si j'ai deux étudiants équivalent et qu'un a mis mon école en premier et l'autre en 4ème je vais préférer prendre celui qui l'a mise en première ... Pourquoi ? Certainement parce-que son choix à des raisons :
Des amis, une proximité, un terrain connu, une détermination bref plein de raisons pour lesquelles un élève "mérite" plus une place qu'un autre une ses notes et son dossier mis de côté. Je comprend pas trop pourquoi il ont enlevé ce critère.
Le #1995792
"Ne pas connaitre l'ordre des choix des élèves par les écoles je trouve ça con quand même. "

C'est clair ! Il y a un mensonge sur la "simplicité" apparente que ça apporte aux élèves et aux familles alors que dans la réalité ça complique les choix cornéliens que doivent faire les écoles qui sont, en plus, obligées de surbooker pour remplir. Le système précédent permettait une souplesse, un peu plus de prévisibilité statistique pour les écoles et ça allait évidemment dans le bon sens pour les futurs étudiants.

Bin, de toutes façons, on verra bien à la rentrée prochaine, l'avenir dira.
Le #1996284
À l’ENSM, pas de changements, elle n'est pas sur Parcoursup.

Pour la formation des officiers de la marine marchande, les admissions se font toujours sur le site de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme