Le piratage audiovisuel représente une préjudice estimé à 1,35 milliard d'euros par an

Le par  |  48 commentaire(s)
pirate

Selon une étude publiée par le cabinet EY ce jeudi, le piratage de contenu audiovisuel représenterait un manque à gagner de plus de 1,35 milliard d'euros pour les chaines de télévision.

Le bilan publié par le cabinet EY note une stabilisation du piratage des contenus audiovisuels sur l'année 2016 en précisant que "Le piratage des contenus audiovisuels en France représente un coût économique et social significatif (État, créateurs, diffuseurs, salariés) et ne diminue pas malgré le développement de l'offre légale, d'où l'importance de renforcer franchement les actions pour accroître la lutte contre le piratage".

Zone téléchargement

Selon les estimations, 13 millions de Français ont consommé du contenu vidéo de façon illégale l'année passée, soit 27% des internautes. Le téléchargement direct représente encore le gros de ce type de consommation, devant le streaming tandis que le P2P tend à reculer. 2,5 milliards de contenus auraient ainsi été piratés l'année passée, ce qui a un impact sur la vente de DVD, la VOD ainsi que les chaines de télévision payantes.

On estime le préjudice à plus de 1,35 milliard d'euros, EY précisant que si l'on réinjectait cette somme dans l'économie légale, cela pourrait représenter 2000 emplois directs tout en générant 430 millions d'euros de recettes fiscales ainsi que 265 millions d'euros pour les ayants droit ainsi que pour soutenir la création de contenus.

Popcorn Time

Malgré tout, le piratage ne semble pas impacter la fréquentation des salles obscures. Le cabinet EY note malgré tout que pour lutter contre le piratage, la "fermeture isolée de sites illégaux ne suffit pas". Est particulièrement pointé du doigt le très populaire Zone-téléchargement, mis à terre par la gendarmerie nationale et revenu sur le devant de la scène quelques jours après.

Selon le cabinet, si les sanctions sont inefficaces, la valorisation de l'offre légale pourrait de son côté créer une réelle différence et amorcer un changement dans la consommation des utilisateurs.75% des utilisateurs se disent ainsi favorables à basculer vers une offre légale si elle se montre pertinente dans les contenus proposés et financièrement raisonnable et accessible. Rappelons que l'offre légale est encore et toujours actuellement lourdement handicapée par la loi dite de la chronologie des médias qui impose des délais importants entre les sorties en salles et les sorties DVD/VOD/ diffusion sur les chaines de télévision.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 5

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1953878
J'imagine qu'ils comptent genre :

Un truc piraté = forcément un truc qui n'a pas été acheté.

Qu'ils ne résonnent pas comme :

Le gars a piraté un truc car il n'a pas les moyens de l'acheter.
Le #1953882
FRANCKYIV a écrit :

J'imagine qu'ils comptent genre :

Un truc piraté = forcément un truc qui n'a pas été acheté.

Qu'ils ne résonnent pas comme :

Le gars a piraté un truc car il n'a pas les moyens de l'acheter.


C'est une analyse.
Pour 60 millions d'habitant, cela ne représente que 22€/personne et par an.
Si on fait un calcul en se disant que "seulement" 1/4 des gens téléchargent, cela représente donc 90€ environ par personne...

La plupart des gens peuvent se permettre de payer 8€/mois pour acheter, donc le chiffre de 1,35 milliard me semble cohérent.

PS: je pense que les téléchargements représentent bcp plus que ces 1,35 milliard, mais je ne connais pas le nombre de téléchargement chaque année en France.
Si quelqu'un a une idée...
Le #1953884
saepho a écrit :

FRANCKYIV a écrit :

J'imagine qu'ils comptent genre :

Un truc piraté = forcément un truc qui n'a pas été acheté.

Qu'ils ne résonnent pas comme :

Le gars a piraté un truc car il n'a pas les moyens de l'acheter.


C'est une analyse.
Pour 60 millions d'habitant, cela ne représente que 22€/personne et par an.
Si on fait un calcul en se disant que "seulement" 1/4 des gens téléchargent, cela représente donc 90€ environ par personne...

La plupart des gens peuvent se permettre de payer 8€/mois pour acheter, donc le chiffre de 1,35 milliard me semble cohérent.

PS: je pense que les téléchargements représentent bcp plus que ces 1,35 milliard, mais je ne connais pas le nombre de téléchargement chaque année en France.
Si quelqu'un a une idée...


Plutôt d'accord avec toi.

Mais on pourrait se demander aussi : la redevance TV, c'est un vol qu'ils estiment à combien par an ?
Le #1953887
Moi qui travaille dans une grosse production de longs métrage je peux vous dire que ce constat est bidon.

Je ne conteste pas le fait que le piratage puisse créer un manque à gagner global dans l'industrie du cinéma et de la musique ... mais l'argent je peux vous le garantir ne va en aucun cas aux employés ...

Et de la à estimer un nombre d'emplois fictifs qui "pourraient" être créer si le piratage n'existait pas ... je dis non.

Je pense que ce sont les ayants droit deja ultra riches ... qui seraient encore plus riches sans le piratage.

Les autres petites mains comme moi qui contribuent pourtant largement à la création d'un long métrage ... resteront à jamais sans aucun droit.

97% des personnes ayant contribué de très près ou de loin à la création d'un film ne perçoivent aucune royalties.

Est ce normal ?
Le #1953888
Certes il y a un manque à gagner énorme... Mais le chiffre d'affaire des sociétés de productions serait encore plus faible sans le piratage.

C'est bien grâce au piratage que des tonnes de gens ont vu les premiers Mad Max... Pour ensuite aller voir Fury Road au cinéma. Idem pour Star Wars.

Je pense que le piratage a "créé" beaucoup de cinéphiles qui sont maintenant de grands consommateurs, de cinéma comme de blu-ray. Et j'en suis un.

@sandramcc Remballe ton commentaire marxiste, c'est bien à cause du piratage que Creative Assembly a failli mettre la clef sous la porte.
Le #1953889
FRANCKYIV a écrit :

J'imagine qu'ils comptent genre :

Un truc piraté = forcément un truc qui n'a pas été acheté.

Qu'ils ne résonnent pas comme :

Le gars a piraté un truc car il n'a pas les moyens de l'acheter.


Bien sûr qu'ils comptent comme ça et présentent ces chiffres farfelus à ceux qui font les lois, ça permet de faire vivre Hadopi.

Perso je suis pour la survie d'Hadopi, ça rassure nos amis des majors et comme ça ils nous laissent tranquilles sur le DDL
Le #1953892
Je suis économiste. Je n'ai pas fait d'étude sur le sujet mais je sais que si j'en faisais une j'arriverai à la conclusion que le marché des biens culturels est un marché particulier dans la mesure où ce marché est par nature monopolistique avec en outre des rendements systématiquement croissants. Un tel marché ne peut aucunement conduire à une situation collectivement optimum sans des règles de fonctionnement particulière. Notamment des règles encadrant drastiquement les prix. Sans quoi une rente de situation n'apparaît nécessairement, rend expliquant une bonne partie du piratage et des rémunérations parfois exorbitantes comme celle de certains footballeurs, de certains acteurs, de certains chanteurs, etc. Et que els hommes les plus riches au monde produisent de l"immatériel dans un cadre largement oligo ou monopolistique. Au final, loin de trouver un manque à gagner par le piratage, on ne peut trouver que du surprofit. Tout autre discours c'est se foutre du monde. Mais les liens entre les producteurs de biens culturels et les politiques sont tellement fort que toute réforme n'est pas envisageable.
Le #1953894
Je pense que oui
Le #1953895
jujubibi a écrit :

Certes il y a un manque à gagner énorme... Mais le chiffre d'affaire des sociétés de productions serait encore plus faible sans le piratage.

C'est bien grâce au piratage que des tonnes de gens ont vu les premiers Mad Max... Pour ensuite aller voir Fury Road au cinéma. Idem pour Star Wars.

Je pense que le piratage a "créé" beaucoup de cinéphiles qui sont maintenant de grands consommateurs, de cinéma comme de blu-ray. Et j'en suis un.

@sandramcc Remballe ton commentaire marxiste, c'est bien à cause du piratage que Creative Assembly a failli mettre la clef sous la porte.


Créative Assembly, c'est quoi ?

Pardon de te dire cela mais avec ou sans piratage ... ce qui est nul et anodin, restera nul et anodin.

Un groupe, un film, un chanteur de pacotille qui gagne peu ... ou qui engrange peu de spectateur en salle ... perd donc peu ... avec le piratage. Et des études prouvent même l'inverse ! Grâce au piratage ces artistes méconnus peuvent espérer être écoutés ou vus...

Les blockbusters ou disques d'or perdent un peu plus à cause du piratage ... mais gagnent deja tellement ...

Bref.


Le #1953896
Et le vol de toute la profession audiovisuelle en France, gavée de subventions et qui bouffe à elle seule un quart du chomdu ? Et le racket du CNC déjà dénoncé par Melville en son temps (60's) ? Je parle même pas de la nullité d'organisme comme la Sacem qui datent de l'union soviétique et qui ne servent pas vraiment le musicien de base en terme de service...

Bref, continuez à pirater, vous ne faites dans le fond que récupérer ce que l'on vous vole tous les jours !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]