Piratage informatique : les USA inculpent deux Chinois intéressés par la recherche sur le coronavirus

Le par Jérôme G.  |  0 commentaire(s)
cyber

Les États-Unis inculpent deux individus de nationalité chinoise pour des attaques informatiques sur une période de plus de dix ans. Ils auraient aussi agi pour le compte des renseignements de la Chine, et récemment pour essayer de voler des travaux de recherche sur le Covid-19.

Âgés de 34 et 33 ans et de nationalité chinoise, Li Xiaoyu et Dong Jiazhi sont désormais recherchés par le FBI. Ils viennent d'être inculpés par les États-Unis pour leur participation dans une campagne de piratage informatique pendant plus de dix ans jusqu'à aujourd'hui.

Conspiration pour obtenir un accès non autorisé à un système informatique et dégâts informatiques, vol de secrets commerciaux, fraude électronique ou encore vol d'identité aggravé sont parmi les charges retenues à leur encontre.

Ils auraient pris pour cible des entreprises dans une dizaine de pays occidentaux en plus des États-Unis, notamment dans le domaine de la haute technologie. Dans au moins un cas, ils auraient cherché à extorquer de la cryptomonnaie à une victime en menaçant de publier en ligne du code source dérobé.

En plus des attaques visant des entreprises, les deux individus auraient également pris pour cible les comptes en ligne d'organisations non gouvernementales, de militants pour la démocratie et les droits de l'Homme aux États-Unis, en Chine et à Hong Kong.

Plus récemment, ils seraient partis en quête de vulnérabilités de sécurité - souvent connues ou nouvellement annoncées - sur des réseaux informatiques d'entreprises qui participent à la recherche sur le Covid-19, pour développer des tests de dépistage, vaccins ou traitements.

fbi-cyber-most-wanted-li-xiaoyu-dong-jiazhi
" Dans certains cas, ils ont agi pour leur propre profit personnel, et dans d'autres cas au profit du ministère chinois de la Sécurité d'État ou d'autres agences gouvernementales chinoises ", écrit le ministère de la Justice des États-Unis qui souligne des centaines de victimes, le vol de téraoctets de données, ainsi qu'une menace dite sophistiquée et prolifique pour les réseaux informatiques américains.

S'ils sont poursuivis, Li Xiaoyu et Dong Jiazhi risquent chacun une peine de plus de 40 ans de prison. Cependant… ils se trouveraient actuellement en Chine. Peu probable qu'ils soient arrêtés ou jugés aux États-Unis.

Rappelons que la semaine dernière, les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni ont accusé un groupe de cyberespionnage, qui serait lié aux services de renseignement de la Russie, de cyberattaques contre des centres de recherche sur le Covid-19.

" La Chine a maintenant pris place, aux côtés de la Russie, de l'Iran et de la Corée du Nord, dans ce club honteux de nations qui offrent un havre de paix aux cybercriminels, en échange de quoi ces derniers travaillent sur appel au profit de l'État, ici pour nourrir la faim insatiable du Parti communiste chinois pour la propriété intellectuelle durement acquise par des entreprises américaines et d'autres non chinoises, y compris la recherche sur le Covid-19 ", déclare John Demers, procureur général adjoint de la division de la sécurité nationale du ministère américain de la Justice.

La Chine va apprécier cette énième mise en accusation…


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire