Piratage de logiciels : nouvelle baisse en France

Le par  |  18 commentaire(s)
pirate

L'utilisation des logiciels sans licence serait une nouvelle fois en baisse en France. De l'ordre de 32 % des logiciels installés sur les ordinateurs français n'auraient pas de licence conforme.

La BSA | The Software Alliance - qui défend les intérêts d'éditeurs de logiciels - a publié sa traditionnelle étude The BSA Global Software Survey. Menée en partenariat avec IDC, elle quantifie le volume et la valeur de logiciels sans licence conforme installés dans plus d'une centaine de pays.

Dans le monde, le taux d'utilisation de logiciels sans licence sur les ordinateurs personnels a été établi à 37 %, ce qui représente une baisse de deux points par rapport à la précédente étude menée en 2016. En dépit de cette baisse, la BSA estime que le piratage de logiciels " reste très étendu. "

Pour la France, ce taux de piratage est annoncé à 32 %, avec également une baisse de deux points. En Europe et au cours de plus d'une décennie, la France est le pays crédité de l'une des plus fortes baisses. Le taux d'utilisation de logiciels sans licence y est passé de 47 % en 2015 à 32 % en 2018.

BSA-2018-infographie
" Bien que le pourcentage reste plus élevé en France que la moyenne en Europe de l'Ouest, il est important de garder en mémoire la tendance en baisse au cours des dix dernières années ", déclare André Jahel, Président du comité de BSA France.

Il souligne divers facteurs expliquant ce phénomène comme " la baisse des ventes d'ordinateurs aux consommateurs, l'augmentation des souscriptions au Cloud et aux logiciels en SaaS. " Selon lui, les efforts d'éducation de la BSA ont aussi joué un rôle.

Avec ce taux de piratage de 32 % en France, le manque à gagner pour les éditeurs de logiciels serait de 1,66 milliard d'euros (1,97 milliard de dollars).

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2017597
Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.
Le #2017601
Dans un premier temps c'est extrêmement bon signe, dans un second temps... les logiciels "payant" n'ont rien de plus à proposés que le concurrent "gratuit", à part le service SAV ou la garantie du fonctionnement.

De plus j'ajoute que 3/4 des logiciels "shareware" gratuits sont disponible un peu partout, y compris sur Smartphone et les Stores virtuels comme le store de Microsoft sous Windows 10, ce qui contribue largement à la diminution des logiciels "piratés".

Mais aussi, le chiffre de 32% en France n'est pas exact, si je puis-me permettre, comment ont-ils ces chiffres? En fonction de l'installation? Car il m'est arrivé d'avoir à télécharger un logiciel "piraté" sur un site de Warez, qui, mon anti-virus le supprime car, cheval de troie détecté dans le fichier. Il n'y a donc pas d'usage du logiciel vu qu'il est vérolé.

Je ne pense pas que la BSA y est pour beaucoup dans cet histoire de diminution.
Le #2017603
yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Il est vrai que j'ai pas mal de logiciels (soit open source, soit "closed source") gratuits.

Mais bon, je ne peux me passer de certains logiciels payants encore !
(gros jeux vidéos, camtasia studio, etc ....).
Le #2017604
yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Quand j'avais une vingtaine d'années j'étais admiratif de gros logiciels (photoshop, dreamweaver, msvc, mathematica, autocad) que je ne pouvais évidemment pas me payer. Je les piratais, tout comme mon windows (toujours la version pro évidemment). En fait, comme tous mes amis de l'époque, on ne faisait que les parcourir, on se servait principalement de fonctions ultra basiques mais voilà, on collectionnait des softs quoi et il nous fallait toujours les dernières versions bien entendu.

En vieillissant, je me suis rendu compte qu'en fait ce que j'utilisais de ces logiciels ne justifiait absolument pas toutes ces manipulations frauduleuses. J'ai aussi remarqué que sur le fond, ces logiciels n'apportaient pas grand chose si ce n'est une meilleure finition, un aspect esthétique qui faisait rêver mais qui ne faisait pas grand chose de plus sur le plan algorithmique que la concurrence libre.

Dans le même temps, plus jeune, je ne prenais pas le temps de fouiller un soft, de le maîtriser complètement, et je m'arrêtais souvent à ma première impression (look & feel). Aujourd'hui, j'utilise un nombre de softs beaucoup plus limité qui répondent à TOUS mes besoins, et je les connais par cœur.

Cela fait maintenant 15 ans que je n'ai pas eu besoin de softs proprio, donc aucune envie de pirater un soft, de me prendre la tête avec des keygens, des véroles et tout le bordel que ça ramène.

Je suis persuadé que ce qui m'est arrivé pourrait concerner une grande majorité des utilisateurs du numérique mais faire cette démarche n'est pas si évidente et rien n'incite à le faire dans le monde dans lequel on vit.
Le #2017607
yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Moi aussi je participe à la baisse, je suis passé sur Linux Mint 18.3 Sylvia 64bit
Avec le noyau Linux 4.17.0.041700.

J'ai gardé Windows 7 pour les logiciels (gratuits) de partitionnement et sauvegarde EaseUS (excellents).
Le #2017614



le manque à gagner pour les éditeurs de logiciels serait de 1,66 milliard d'euros






Toujours ce raisonnement à la con. Non, s'ils devaient les payer 99% des pirates n'utiliseraient pas ce logiciel donc pas de manque à gagner. Mieux, le piratage protège ces logiciels. pourquoi ? Si absence de piratage, les ex pirates se reporteraient sur du logiciel libre ou vendu à un prix en accord avec son coût de production (extrêmement faible vu que les rendements sont quasi parfaitement croissants). Des concurrents extrêmement menaçants arriveraient donc sur le marché. Et ils finiraient par faire faire faillite aux sociétés actuellement dominantes. Le piratage bloque le développement rapide de ces concurrents.
Le #2017632
delbre a écrit :

yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Quand j'avais une vingtaine d'années j'étais admiratif de gros logiciels (photoshop, dreamweaver, msvc, mathematica, autocad) que je ne pouvais évidemment pas me payer. Je les piratais, tout comme mon windows (toujours la version pro évidemment). En fait, comme tous mes amis de l'époque, on ne faisait que les parcourir, on se servait principalement de fonctions ultra basiques mais voilà, on collectionnait des softs quoi et il nous fallait toujours les dernières versions bien entendu.

En vieillissant, je me suis rendu compte qu'en fait ce que j'utilisais de ces logiciels ne justifiait absolument pas toutes ces manipulations frauduleuses. J'ai aussi remarqué que sur le fond, ces logiciels n'apportaient pas grand chose si ce n'est une meilleure finition, un aspect esthétique qui faisait rêver mais qui ne faisait pas grand chose de plus sur le plan algorithmique que la concurrence libre.

Dans le même temps, plus jeune, je ne prenais pas le temps de fouiller un soft, de le maîtriser complètement, et je m'arrêtais souvent à ma première impression (look & feel). Aujourd'hui, j'utilise un nombre de softs beaucoup plus limité qui répondent à TOUS mes besoins, et je les connais par cœur.

Cela fait maintenant 15 ans que je n'ai pas eu besoin de softs proprio, donc aucune envie de pirater un soft, de me prendre la tête avec des keygens, des véroles et tout le bordel que ça ramène.

Je suis persuadé que ce qui m'est arrivé pourrait concerner une grande majorité des utilisateurs du numérique mais faire cette démarche n'est pas si évidente et rien n'incite à le faire dans le monde dans lequel on vit.


tout est presque dit.

J'ajoute que parfois, le logiciel proprio est nécessaire (certains n'ont pas d'équivalent vu la somme de travail - et de suivi - qu'ils représentent, certains coutent si peu cher que le cout de la formation pour basculer vers un soft différent permet d'acheter 10 licences).

De plus, notre génération d'informaticiens éduquent aussi leurs enfants à "moins" pirater et à mieux "cerner" les besoins et les qualité d'un logiciel (entre le jeu original, le clone chinois, le clone aspirateur à données...), voire à rémunérer les créateurs de logiciels.

L'un dans l'autre, tout ça va fortement influencer les besoins du pirate. Et OUI, un logiciel piraté n'est pas forcément une vente de moins (parfois c'est le cas, mais en général, c'est juste une question de confort). Assez d'accord avec la régulation automatique de l'écosystème dont parle @cycnus
Le #2017641
delbre a écrit :

yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Quand j'avais une vingtaine d'années j'étais admiratif de gros logiciels (photoshop, dreamweaver, msvc, mathematica, autocad) que je ne pouvais évidemment pas me payer. Je les piratais, tout comme mon windows (toujours la version pro évidemment). En fait, comme tous mes amis de l'époque, on ne faisait que les parcourir, on se servait principalement de fonctions ultra basiques mais voilà, on collectionnait des softs quoi et il nous fallait toujours les dernières versions bien entendu.

En vieillissant, je me suis rendu compte qu'en fait ce que j'utilisais de ces logiciels ne justifiait absolument pas toutes ces manipulations frauduleuses. J'ai aussi remarqué que sur le fond, ces logiciels n'apportaient pas grand chose si ce n'est une meilleure finition, un aspect esthétique qui faisait rêver mais qui ne faisait pas grand chose de plus sur le plan algorithmique que la concurrence libre.

Dans le même temps, plus jeune, je ne prenais pas le temps de fouiller un soft, de le maîtriser complètement, et je m'arrêtais souvent à ma première impression (look & feel). Aujourd'hui, j'utilise un nombre de softs beaucoup plus limité qui répondent à TOUS mes besoins, et je les connais par cœur.

Cela fait maintenant 15 ans que je n'ai pas eu besoin de softs proprio, donc aucune envie de pirater un soft, de me prendre la tête avec des keygens, des véroles et tout le bordel que ça ramène.

Je suis persuadé que ce qui m'est arrivé pourrait concerner une grande majorité des utilisateurs du numérique mais faire cette démarche n'est pas si évidente et rien n'incite à le faire dans le monde dans lequel on vit.


Plutôt d'accord avec ça, sauf pour un point.
Quand on travaille on fait souvent partie d'un écosystème. Si tes amis, tes collègues te balancent des XLSX ou des PSD, tu sais bien que tu peux pas les reprendre à 100%, que ça pose beaucoup de problèmes. Pareil si toi tu envoies du Libreoffice ou une image avec des calques.

Si on reste à bosser tout seul dans son coin, je suis d'accord que le libre peut nous satisfaire pour vraiment beaucoup de choses.
Le #2017645
yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


le même argument depuis 15 ans.
Linux s'impose de + en plus chez les particuliers.

Heuuu non, il est toujours au plus bas niveau.
Même si ça s'est améliorer avec le temps, faut reconnaitre que Linux n'arrive pas a s'adapter au besoin du grand public.
Sur des trucs infimes ils pourraient faire basculer la balance, mais des ayatola du libre s'oppose à tout.

Vers 2015 Canonical a voulus faire un smartphone Linux.
La taulé qu'ils ont pris, surtout les commentaire comme quoi le matos devait être open source ..... Bref, ca a été un massacre.

D'une manière général, il n'y a pas de décision pyramidale et ca avance trop lentement.
La communauté Linux est encore sur la guerre OS PC de bureau alors qu'elle est finis de longtemps, c'est MS qui à gagné.
Le #2017646
skynet a écrit :

delbre a écrit :

yam103 a écrit :

Y'a aussi la montée de l'open-source, non ?
Depuis que je suis passé sur linux, je n'ai presque plus piraté. Il y avait encore VMWare, mais que j'ai vite remplacé par Virtualbox. Pas besoin d'avoir des logiciels piratés.

Cela m'a étonné de découvrir il n'y a pas longtemps que Microsoft est tellement aux abois qu'ils fournissent Windows et Office, et qu'ils laissent facilement l'accès au faux serveur KMS.


Quand j'avais une vingtaine d'années j'étais admiratif de gros logiciels (photoshop, dreamweaver, msvc, mathematica, autocad) que je ne pouvais évidemment pas me payer. Je les piratais, tout comme mon windows (toujours la version pro évidemment). En fait, comme tous mes amis de l'époque, on ne faisait que les parcourir, on se servait principalement de fonctions ultra basiques mais voilà, on collectionnait des softs quoi et il nous fallait toujours les dernières versions bien entendu.

En vieillissant, je me suis rendu compte qu'en fait ce que j'utilisais de ces logiciels ne justifiait absolument pas toutes ces manipulations frauduleuses. J'ai aussi remarqué que sur le fond, ces logiciels n'apportaient pas grand chose si ce n'est une meilleure finition, un aspect esthétique qui faisait rêver mais qui ne faisait pas grand chose de plus sur le plan algorithmique que la concurrence libre.

Dans le même temps, plus jeune, je ne prenais pas le temps de fouiller un soft, de le maîtriser complètement, et je m'arrêtais souvent à ma première impression (look & feel). Aujourd'hui, j'utilise un nombre de softs beaucoup plus limité qui répondent à TOUS mes besoins, et je les connais par cœur.

Cela fait maintenant 15 ans que je n'ai pas eu besoin de softs proprio, donc aucune envie de pirater un soft, de me prendre la tête avec des keygens, des véroles et tout le bordel que ça ramène.

Je suis persuadé que ce qui m'est arrivé pourrait concerner une grande majorité des utilisateurs du numérique mais faire cette démarche n'est pas si évidente et rien n'incite à le faire dans le monde dans lequel on vit.


Plutôt d'accord avec ça, sauf pour un point.
Quand on travaille on fait souvent partie d'un écosystème. Si tes amis, tes collègues te balancent des XLSX ou des PSD, tu sais bien que tu peux pas les reprendre à 100%, que ça pose beaucoup de problèmes. Pareil si toi tu envoies du Libreoffice ou une image avec des calques.

Si on reste à bosser tout seul dans son coin, je suis d'accord que le libre peut nous satisfaire pour vraiment beaucoup de choses.


oui mais là tu parles d'une cible qui pirate bcp moins: les entreprises.
Avec les activations par le net, les documents qui sortent vers les clients etc.... y'en a assez peu qui piratent encore (il y a 15 ans y'avait des autocad & autres crackés de temps en temps - enfin y'avait 1 licence achetée pour 2 ou 3 installées... maintenant c'est quasi seulement chez l'étudiant / la formation).

Enfin de ce que je constate.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme