Test Portal 2

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Portal 2 - Logo

Créée en 2007, la série Portal a connu un foudroyant succès dû en partie à son concept novateur. Le premier opus affichait toutefois une durée de vie excessivement faible. En développant une suite, Valve Software avait clairement pour objectif de quintupler ce nombre et de proposer aux joueurs une aventure palpitante. Ce développement aura tout de même pris plus de quatre ans, une éternité dans le monde des jeux vidéo.

Une véritable suite

Portal 2 est finalement sorti en ce mois d’avril 2011 sur trois supports que sont PC, PS3 et Xbox 360. Il s’agit sans surprise d’une suite directe tâchant non seulement de reprendre le contexte scénaristique mais aussi de diversifier le concept. Le titre est divisé en deux modes distincts, le mode solo et le mode coopératif. Dans le mode solo nous incarnons à nouveau Chell, héroïne du premier volet.

Cette dernière se retrouve à nouveau enfermée malgré elle dans les locaux d’Aperture Science qu’elle devra quitter sans plus tarder. Durant son aventure, elle rencontrera deux personnages notables : Wheatley, une nouvelle personnalité artificielle et GlaDOS, l’antagoniste de Portal et tenante des lieux. Le premier personnage offre un véritable bol d’air à la série de par ses répliques hilarantes et sa gestuelle expressive.

Portal 2 - Image 56 Portal 2 - Image 55

De retour, le second personnage dévoilera au cours de l’aventure une personnalité différente du premier épisode, une personnalité évolutive et franchement surprenante. Deux autres personnages sont régulièrement cités et indirectement présents, Cave Johnson, PDG de Aperture Science et sa secrétaire Caroline. Le mode solo est divisé en neuf différents chapitres qui vous occuperont au minimum durant cinq bonnes heures.

Portal 2 est bien différent de son prédécesseur, au lieu de nous faire participer à une succession de tests organisés, cette suite nous offre un nouveau regard sur Aperture Science. Le premier Portal ressemble au film Cube, il nous plonge dans un univers propre, excessivement stérile et organisé. Le joueur n’a que rarement l’occasion de comprendre véritablement sa situation.

Portal 2 - Image 57 Portal 2 - Image 54

Portal 2 partage de nombreuses similitudes avec le film Cube Zero. En plus de nous pousser à résoudre des énigmes, le jeu nous offre l’occasion de découvrir l’envers du décor. L’ensemble se déroule de nombreuses années plus tard, dans des locaux d’Aperture Science ravagés par le temps et par la nature qui a fini par reprendre ses droits.

Afin de progresser au sein des salles de test ainsi que dans les locaux de la société américaine, le joueur aura à sa disposition l’incontournable générateur de portails aussi connu sous le nom de « Portal Gun ». Il peut générer deux portails qui permettent à son propriétaire de se déplacer rapidement dans l’espace. Ces portails peuvent aussi transporter des flux de matière.

Portal 2 - Image 53 Portal 2 - Image 52

Les énigmes proposées se compliquent avec le temps, des restrictions apparaissent au fur et à mesure. Ainsi, le public aura rapidement l’occasion de se confronter aux tourelles automatiques, aux lasers ainsi qu’aux mares hautement toxiques. Mais le plus grand ennemi du joueur reste le vide qu’il devra absolument éviter sous peine de recommencer la partie au dernier point de sauvegarde.

La situation se corsera aussi via l’introduction de nouveaux outils comme les trampolines, les prismes optiques, les tunnels anti-gravité, les ponts énergétiques, les plateformes hydrauliques ainsi que les gels. Le public devra prendre en compte toutes ces données et tâcher de trouver une solution parmi tant d’autres. La grande force du concept est d’offrir une multitude de solutions, pas forcément celles dégotées par les développeurs d’ailleurs.

Portal 2 - Image 50 Portal 2 - Image 51



Galerie d'images

Portal 2 - Image 49 Portal 2 - Image 48

Portal 2 - Image 47 Portal 2 - Image 44

Portal 2 - Image 45 Portal 2 - Image 46

Portal 2 - Image 43 Portal 2 - Image 42

Portal 2 - Image 41 Portal 2 - Image 40

Portal 2 - Image 37 Portal 2 - Image 38

Portal 2 - Image 39 Portal 2 - Image 36

Portal 2 - Image 34 Portal 2 - Image 35

Portal 2 - Image 33 Portal 2 - Image 32

Portal 2 - Image 31 Portal 2 - Image 30

Portal 2 - Image 29 Portal 2 - Image 28

Portal 2 - Image 27 Portal 2 - Image 82

Portal 2 - Image 81 Portal 2 - Image 80

Portal 2 - Image 79 Portal 2 - Image 78

Portal 2 - Image 76 Portal 2 - Image 77

Portal 2 - Image 75 Portal 2 - Image 74

Portal 2 - Image 73 Portal 2 - Image 70

Portal 2 - Image 71 Portal 2 - Image 72 

 Portal 2 - Image 72 Portal 2 - Image 69

Portal 2 - Image 68 Portal 2 - Image 67

Portal 2 - Image 66 Portal 2 - Image 65

Portal 2 - Image 64 Portal 2 - Image 62

Portal 2 - Image 63 Portal 2 - Image 61

Portal 2 - Image 60 Portal 2 - Image 59

Portal 2 - Image 58

Portal 2 - Image 106 Portal 2 - Image 107

 Portal 2 - Image 104 Portal 2 - Image 103

Portal 2 - Image 102 Portal 2 - Image 105

Portal 2 - Image 101 Portal 2 - Image 100

Portal 2 - Image 96 Portal 2 - Image 97 

Portal 2 - Image 99 Portal 2 - Image 98

Portal 2 - Image 95 Portal 2 - Image 94

Portal 2 - Image 93 Portal 2 - Image 92

Portal 2 - Image 91 Portal 2 - Image 88

Portal 2 - Image 89 Portal 2 - Image 90

Portal 2 - Image 87 Portal 2 - Image 86

Portal 2 - Image 85 Portal 2 - Image 84

Portal 2 - Image 83 Portal 2 - Image 108



Une attente récompensée

Portal 2 - Jaquette PCTout est une question d’observation et d’exploitation. Mais arranger les objets dans le bon ordre n’est pas suffisant, il est aussi nécessaire d’avoir de bons réflexes pour éviter par exemple de tomber dans un ravin. Les salles visitées sont autrement plus larges et spacieuses. Du coup, le joueur doit prendre le temps pour analyser la situation et ordonner ses mouvements. Il se doit aussi d’exploiter les particularités liées aux portails.

Portal 2 surprend, il a beau posséder un concept identique, il dépaysera à coup sûr le joueur grâce à son l’alternance entre salles de test et couloirs d’employés. Ces visites permettent d’offrir aux joueurs un maximum d’informations sur le rôle d’Aperture Science. Plus timoré, le mode co-op se contente lui de divertir efficacement les joueurs et leur offrir des puzzles à difficulté variable.

Ce mode est divisé en cinq chapitres, il vous faudra en moyenne cinq heures pour en faire le tour. Comme son nom l’indique, le mode en question permettra à deux joueurs humains d’interagir et de résoudre ensemble des énigmes. Elles exploitent parfaitement la présence des deux joueurs et de leurs quatre portails. Les deux robots que nous incarnons Atlas et P-Body peuvent communiquer via des gestes prédéfinis ainsi que des indices visuels.

Les indices permettent d’attirer l’attention d’un joueur sur un point précis ou encore d’effectuer un décompte. Ceci dit, rien ne vaut un bon vieux micro qui malgré un certain temps de latence permet une communication efficace et directe. Les énigmes disponibles ont l’avantage de pousser le public à partager leurs idées et travailler ensemble leurs réflexes. Elles sont franchement bien conçues mais ont pour défaut d’être fixes.

Du coup, la durée de vie du jeu se voit très limitée car une fois trouvé la solution d’une énigme le joueur n’a pas vraiment de raison de revenir sur ses pas si ce n’est pour découvrir les quelques secrets disséminés par-ci, par-là. Le mode coop se déroule après la campagne solo et apporte quelques précisions sur le scénario. Toutefois, il n’est pas indispensable de finir le mode solo avant de se pencher sur le co-op.

Portal 2 est toujours équipé du Source Engine, un moteur toujours d’actualité et adapté aux supports next-gen. A défaut d’être précises, les textures se veulent adaptées et variées. Les jeux de lumière et les effets spéciaux sont eux de grande qualité. Du côté sonore, Valve Software a mis le paquet. Bruitages, bande sonore et doublages sont excellents. Les voix françaises sont propres, toutefois elles sont en peu en retrait par rapport aux voix originales qui sont elles excellentes.

Valve Software a réussi son pari, il a permis à la saga Portal de voler de ses propres ailes et de ne pas dépendre de titres comme Team Fortress 2 et Half-Life : Episode Two. En plus d’être doté d’une durée de vie honnête, l’ensemble complexifie intelligemment le concept et répond à de nombreuses questions laissées en suspens. Que demander de plus ?

En prime sont inclus dans la galerie d'images des clichés panoramiques afin que vous vous fassiez une bonne idée de la taille des environnements.

Configuration de test :

  • Asus P8P67 Deluxe
  • Intel i7 2600K
  • 12Go DDR3-1600
  • nVidia GeForce 260GTX
  • Samsung SyncMaster T240MD
  • Creative Sound Blaster X-Fi Titanium
  • Sennheiser PC 360 G4ME


+ Les plus
  • Le mode co-op jouissif
  • La diversité des situations
  • Puzzles variés et novateurs
  • La durée de vie enfin correcte
- Les moins
  • Moteur agé
  • Une fin un peu brusque

Notes

  • Graphisme Le Source Engine commence à montrer des signes de faiblesses matérialisées sous la forme de textures imprécises et de nombreux chargements. Heureusement, le level-design et les jeux de lumières permettent au titre de s’en sortir plus qu’honorablement.
    8/10
  • Bande son Valve Software a toujours su présenter des univers sonores de haut vol et Portal 2 ne fait pas exception. Les thèmes sonores sont dynamiques, les bruitages plein d’autorité et les doublages parfaitement adaptés. Mention spéciale au thème final d’inspiration classique.
    9/10
  • Jouabilité Portal 2 est un jeu simple d’apparence et accessible à tous. Ses courts et clairs tutoriaux permettent aux joueurs de profiter sereinement de l’aventure.
    8/10
  • Durée de vie Le jeu vous occupera entre dix à quinze heures de jeu, une durée de vie honorable pour un titre du genre. Toutefois, ce chiffe pourra être difficilement revu à la hausse du fait de l’absence de classements en ligne ou bien d’énigmes dynamiques.
    7/10
  • Scénario Les responsables nous ont réservé une véritable surprise en dégotant un scénario et des dialogues plus cohérents que jamais. Ils s’imbriquent parfaitement et offrent un maximum d’informations sur l’univers Portal, trop selon certains. Ceci dit, cette abondance est la bienvenue, se contenter d’offrir des bribes d’informations et nous balader une nouvelle fois aurait été plus difficile à avaler.
    8/10
  • Note générale Depuis quelques années, Valve Software se contente de nous servir du réchauffé et d’apporter de timides améliorations à ses titres vidéoludiques. Portal 2 se différencie de Left 4 Dead 2, il possède il est vrai un concept et un moteur graphique identique. Mais il est doté de franches évolutions et de situations nouvelles. Par ailleurs, les responsables n’ont pas été avares en détails scénaristiques et en dialogues qui font de Portal 2 une excellente suite qui vaut largement le détour.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire