Preview Supreme Commander

Le par Alain L.  |  1 commentaire(s)
Article n° 348 - Preview de Supreme Commander (120*120)

De cet amas de jeux de stratégie en temps réel, Suprême Commander fait figure d'exception conceptuelle, loin des grands préjugés et du moule culturel restrictif à souhait, Gas Powered Games envisage de révolutionner le monde des RTS à l'aide d'un jeu extrêmement attendu de tous, Suprême Commander.

Sous un air de Total Annihilation

D’un nom aguicheur, le nouveau bébé des studios de THQ a débuté sa longue épopée en cette année 2005 (mai-juin) en profitant par ailleurs de l’E3 2005 pour se bâtir une solide et incontestable réputation, à la manière des Crysis et autres Gears of War.

Il aura fallu attendre pas moins d’un an et demi avant qu’une éventuelle beta-test puisse enfin voir le jour sur les PC. Et c’est précisément en ce jour de 24 octobre 2006 que la firme Gas Powered Games s’est enfin décidée à officialiser cette beta-test tant attendue du public.

Supreme Commander - Preview - Image 01   Supreme Commander - Preview - Image 02

Un menu minimaliste, mais relativement efficace

Tout comme Test Drive Unlimited, les joueurs les plus impatients ont duss’inscrire au préalable sur une plateforme de téléchargement des plus connues moyennant une faible mais non négligeable somme d’argent afin de pouvoir accéder à la beta-test de Supreme Commander, Test Drive Unlimited et bien d’autres MMORPG.

Après s’être exonéré de cette courte transaction, le joueur devait nécessairement se procurer  l’installation de cette beta-test qui occupait pas moins d’un giga-octet et quelques poussières. En attendant ce long transfert numérique, je me suis longuement informé sur les nombreuses possibilités stratégiques offertes par le jeu.



Un niveau de complexité rarement vu

Pour la moins limitée, le beta-test de Suprême Commander s’avérait beaucoup plus restreinte dans le concept que son homologue Test Drive Unlimited. Mais le jeu prenait une toute autre dimension dès lors qu’on venait à jouer contre des adversaires humains.

Via la plateforme GPGnet, les joueurs de la planète entière étaient tout bonnement réunis sur un même serveur à l’image de Blizzard, afin sûrement de faciliter la communication et surtout le jeu entre les différents continents.

Supreme Commander - Preview - Image 03   Supreme Commander - Preview - Image 04

L’UCB des Cybrans en pleine action

Durant cette courte beta-test, les joueurs n’ont eu la possibilité que de venir essayer le mode multi-joueurs qui proposait néanmoins d’incarner les trois différents camps du jeu. A commencer par la traditionnelle Fédération Terrienne Unie (United Earth Federation), la nation Cybran et pour finir les Illuminés Aeons.

Supreme Commander - Preview - Image 05   Supreme Commander - Preview - Image 06

Une combinaison parmi tant d’autres

Il est bon de savoir que ces trois différents camps ont été à une époque de leur existence placée sous la même bannière de l’humanité. Mais de nombreuses dissensions ont eu raison de cette union passée, puisqu’aujourd’hui les trois camps se haïssent viscéralement.

Supreme Commander - Preview - Image 07   Supreme Commander - Preview - Image 08

L’affichage des informations militaires et stratégiques

C’est d’ailleurs l’occasion de signaler l’immense fossé qui sépare théorie et pratique. Loin d’être complètement opposés, le coté théorique ne propose qu’une lecture unique du gameplay où il s’agit d’optimiser au mieux notre économie en constante croissance. Alors qu’au contraire, au niveau pratique la gestion économico-militaire sera bien plus ardue et intense dès lors qu’on commence à flirter avec une IA dite difficile.



La stratégie à son apogée

Et je vous avoue aujourd’hui que je n’ai découvert qu’une infime partie de ces stratégies, même après une bonne centaine d’heures de jeu sur une unique carte, je trouve encore le moyen d’y rejouer afin de peaufiner mon « build order » (ordre de construction) à la perfection.

Supreme Commander - Preview - Image 09   Supreme Commander - Preview - Image 10

Vue 3D, vue satellitaire avec en prime une explosion nucléaire

Perfection, c’est un mot qui semble convenir à merveille au jeu, entre un aspect graphique des plus impressionnants et une gestion à grande échelle de la guerre, le hardcore gamer que je suis se trouve véritablement comblé par une telle complexité qui, on l’aura prévenu, en dissuadera plus d’un.

Supreme Commander - Preview - Image 11   Supreme Commander - Preview - Image 12

Une lâche mais mortelle offensive

Bien que le jeu soit adressé à un large public, Gas Powered Games a fait en sorte d’imiter les mythiques titres RTS que sont Warcraft 3 et plus anciennement Starcraft : Brood War. Tout deux, issus des célèbres studios de Blizzard, ils ont su introduire une dynamique de jeu encore jamais vue dans un jeu vidéo.

Supreme Commander - Preview - Image 13   Supreme Commander - Preview - Image 14

La mort de l’UCB ennemi, un vrai désastre écologique

Toujours plus exigeant, le maître d’œuvre Chris Taylor a permis la fusion entre le micro et le macro-management à l’issue de longues et rébarbatives réunions de travail. Dans la bonne  entente, et la collaboration, les développeurs ont abouti à un jeu relativement équilibré malgré les quelques mésententes conceptuelles.



L'UCB, la machine qui vaut des milliards

Aux commandes de l’UCB (Unité de Commande Blindée, Armored Command Unit en anglais), le joueur devra bâtir une immense armée à partir de zéro, ou plutôt à partir de  quelques ressources naturelles présentes dans les environs, à savoir la masse et l’énergie.

Supreme Commander - Preview - Image 15   Supreme Commander - Preview - Image 16

L’UCB de la FTU et ses comparses technologiques de niveau 1,2 et 3

Il s’agit ici d’un concept clé du jeu, peu différent des systèmes économiques présents dans les bons Age of Empires 3, Command and Conquer : Generals et autres Earth 2160, Supreme Commander reprend avant tout le concept imposé dans Total Annihilation.

Supreme Commander - Preview - Image 17   Supreme Commander - Preview - Image 18

Le développement d’une basé avancée, le début de la fin

Alors qu’il s’agissait d’amasser un maximum de ressources minières dans la plupart des jeux et d’équilibrer un tant soit peu le couple consommation / production d’énergie, il nous faudra lors de ce spirituel successeur à Total Annihilation faire preuve d’un grand sens de la prévision.

Supreme Commander - Preview - Image 19   Supreme Commander - Preview - Image 20

L’arrivée d’une USC, unité de soutien au commandement sous la protection d’un champ de force

On ne demande pas de prévoir un incertain avenir dans les années à suivre, mais de développer une certaine qualité de clairvoyance dans le but simple et unique de posséder impérativement une productivité croissante selon le temps. En cas contraire, notre courte et joyeuse épopée aura de grandes chances de conduire à une impressionnante explosion nucléaire, signifiant la mort de l’UCB.

Supreme Commander - Preview - Image 21   Supreme Commander - Preview - Image 22

Nouvelle carte, nouvelle stratégie

Ces UCB sont issus du conflit entre les trois différentes factions. Alors que l’escalade technologique n’est pas prête de s’arrêter, les militaires ont mis au point le concept de quartier général mobile qui servira de base avancée à un seul et unique commandant, vous.



Petit oiseau deviendra grand

Dans cet inextricable conflit prénommé à juste titre la guerre infinie, notre rôle de commandant et de jeune recrue affectera le sort entier de notre peuple pourvu que l’on puisse sortir vivant de nos différentes missions. Outre son rôle de commandement stratégique, l’UCB servira en premier lieu à bâtir des infrastructures dignes des plus grandes guerres.

Supreme Commander - Preview - Image 23   Supreme Commander - Preview - Image 24

L’information, un pilier de la guerre

C’est à partir de cette unique entité que le joueur sera à même de mener ce conflit militaire. A l’aide de nos collègues Commandants et Commandantes notre formation prendra forme durant le mode solo du jeu.

Supreme Commander - Preview - Image 25   Supreme Commander - Preview - Image 26

Le difficile passage au niveau technologique 3

Si les joueurs du monde entier partagent un même schéma stratégique en début de conflit, il n’en sera pas de même après quelques dizaines de minutes qui serviront à orienter le profil de jeu. Entre un jeu rapide et quelque peu bourrin, et une longue partie stratégique de nombreuses options seront à envisager en temps réel si l’on désire surprendre et ne point se faire prendre à son propre jeu.

Supreme Commander - Preview - Image 27   Supreme Commander - Preview - Image 28

Une position de siège soutenue par des renforts incessants

En l’espace de quelques secondes, un conflit peut immédiatement basculer notamment dès lors que notre UCB se fait anéantir. Dans la plupart des cas, cette inutile et tragique perte est due à la faute incontestable du joueur, trop confiant ou trop suicidaire. Pour ma part j’intervertis subtilement les intenses phases d’incursion militaire et les phases de renfoncement logistiques on ne peut plus banales.



Qu'en est-il aujourd'hui '

L’information et la désinformation sont deux points essentiels du jeu, en plus d’être capable de développer une massive industrie de guerre, il faudra entretenir d’importants réseaux d’informations à base de radars longue-portée, sonars et autres unités de reconnaissance.

Supreme Commander - Preview - Image 29   Supreme Commander - Preview - Image 30

La construction en masse des Titans (Robot de siège Tech 3) et d’un Fatboy (Usine mobile Tech 4 Experimental)

L’apport constant d’informations est capital au bon déroulement d’une guerre, en plus d’appréhender sereinement notre ou nos adversaires, ces informations serviront à organiser au mieux les contre-offensives qu’elles soient terrestres, aériennes ou encore marines.

Supreme Commander - Preview - Image 31   Supreme Commander - Preview - Image 32

La mort en quatre chapitres : la détonation, la vague électromagnétique……

Dans le meilleur des cas, ces trois types d’offensives doivent être savamment synchronisées. Ce qui aura pour conséquence logique de déstabiliser l’adversaire voire mieux de le faire définitivement chuter. J’aimerais par ailleurs préciser que cette beta-test n’incluait aucunement de missions solos.

Supreme Commander - Preview - Image 33   Supreme Commander - Preview - Image 34

…… le souffle thermique et l’accalmie.

Conceptuellement fort, le jeu prend une position bien différente au regard des grandes références RTS, mais cela joue bien évidemment en sa faveur tant le jeu reste immense par sa taille, ses ambitions et ses qualités.

Configuration de test :

  • ASUS P5B
  • Intel Core 2 Duo E6600 O/C @ 4Ghz
  • Corsair PC6400 2048Mo XMS2 TwinX (2x1024Mo) Pro
  • nVidia Geforce 7900 GTX
  • SoundMAX HD Audio
  • Maxtor 320Go 7200RPM S-ATA 2 16Mo
  • Iiyama ProLite E430S


  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
CodeKiller offline Hors ligne VIP avatar 8326 points
Le #170169
Pour avoir testé le jeu final je peux assurer que la configuration de test est largement au dessus de ce qui est réellement nécessaire pour une jouabilité "normale" (tout le mone n'est pas hardcore gamer).
Perso voici la mienne :
Athlon XP 3400+
2Go PC3200
GeForce 7800

Avec des détails graphiques par défaut (très haut, autodétection ') le jeux est tout à fait jouable sachant que ma configuration est franchement dépassée surtout pour le processeur qui "ralenti" l'ensemble de la machine.

Sinon, le jeu en lui-même est effectivement un remake de Total Annihilation (Cavedog a fait faillite après avoir sorti Total Annihilation Kingdom, sorte de TA dans un monde heroic-fantasy).
Remake qui reprend trait pour trait tous les aspets de TA, du Commandeur (vrai nom de l'UCB, d'où le nom du jeu...) en passant par le style de construction et des ressources jusqu'au type d'unités.

Bref, que du bonheur !
Reste maintenant à voir si les joueurs auront la possibilité de créer des unités batiments, etc tel que c'était le cas avec TA. A suivre.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire