Production d'électricité : la part du nucléaire à 50%... ce ne sera pas pour 2025

Le par  |  6 commentaire(s)
EDF nucléaire

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot fait une croix sur 2025 pour porter à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité en France.

Ce matin, RTE (Réseau de Transport d’Électricité ; filiale d'EDF) a présenté son nouveau bilan prévisionnel. Il explore les scénarios d'évolution du mix électrique entre 2018 et 2035, tout en assurant la sécurité de l'approvisionnement en électricité.

Pour RTE, il sera " difficile de combiner l'objectif pour 2025 de 50 % de nucléaire dans la production d'électricité fixé par la loi de transition énergétique, et la réduction des émissions de CO2 du secteur électrique. "

Selon le scénario étudié par RTE, il faudrait fermer 23 à 27 réacteurs nucléaires pour atteindre cet objectif en 2025, avec dans tous les cas la mise à l'arrêt de réacteurs n'ayant pas atteint les 40 années de fonctionnement.

Cela " conduit systématiquement à une augmentation des émissions de CO2 du système électrique français. " Ces émissions " atteignent des niveaux compris entre 38 et 55 millions de tonnes de CO2 par an ", écrit RTE en évoquant le développement de nouvelles centrales à gaz et le maintien des centrales au charbon, dont la production augmente.

Au sortir du Conseil des ministres, Nicolas Hulot a déclaré qu'il sera " effectivement difficile de tenir l'objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire d'ici 2025, sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles. " Hors, le ministre de la Transition écologique et solidaire réitère vouloir fermer d'ici 2022 des centrales à charbon pour lutter contre le réchauffement climatique.

En clair, la date de 2025 est à oublier. Nicolas Hulot demande de prendre le temps d'évaluer une date non pas raisonnable mais " réaliste. " Dans tous les cas de figure, il faudra que la croissance des énergies renouvelables suive.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1987536
En même temps l'objectif était vachement optimiste.

Enfin voilà, le nucléaire français a encore de beaux jours devant lui.
Le #1987544
"Selon le scénario étudié par RTE, il faudrait fermer 23 à 27 réacteurs nucléaires pour"

"Au sortir du Conseil des ministres, Nicolas Hulot a déclaré qu'il sera " effectivement difficile de tenir l'objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire d'ici 2025, sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles."

"en évoquant le développement de nouvelles centrales à gaz et le maintien des centrales au charbon, dont la production augmente."

50 % de nucléaire supprimer pour rajouter 50 % de groupes électrogènes diesel

Le solaire la nuit est inutilisable,alimenter une ville la nuit avec des batteries chargées le jour faut pas réver

Non mais c'est sérieux cet article ?Demain je me fais ministre et ingénieur
Le #1987549
Un écolo qui vient de se manger le dur mur de la réalité....sans nucléaire retour au charbon et au gaz avec une pollution digne de l'Allemagne ou la Pologne....

https://www.electricitymap.org/?wind=false&solar=false&page=map
Le #1987554
C'est irréaliste, même pour 2030...

Surtout qu'on veut à tout prix nous faire rouler électrique...

On aurait l'air fin, si on devait choisir entre recharger la voiture ou chauffer l'appart' en hiver...
Le #1987610
lebonga a écrit :

C'est irréaliste, même pour 2030...

Surtout qu'on veut à tout prix nous faire rouler électrique...

On aurait l'air fin, si on devait choisir entre recharger la voiture ou chauffer l'appart' en hiver...




La poste a eu des socuis avec les berlingo électrique:

En Hivers, pas possible de mettre le chauffage dans les voitures.... sinon, pas assez de jus pour faire les tournées....

Le #1987824
Le gouvernement choisit donc de maintenir à grands coups de milliards des réacteurs obsolètes dont 17 ont bientôt 40 ans, au lieu d'investir massivement cet argent et plus encore dans les énergies renouvelables, austérité oblige.

Le problème sera donc pire dans 15 ans, sans parler d'un potentiel Fukushima bis avec l'accélération des phénomènes climatiques extrêmes pour les centrales en bord de mer.

Après on demandera aux contribuables de rembourser la méga dette d'EDF...
http://www.liberation.fr/futurs/2017/02/14/la-facture-du-nucleaire-met-les-comptes-d-edf-sous-haute-tension_1548430

Bravo.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme