Radical Heights : Cliff Bleszinski appelle Epic Games à arrêter de lui voler ses développeurs

Le par  |  6 commentaire(s)
Radical Heights 1

Les jeux de Battle Royale ont le vent en poupe ces derniers mois, et un ancien d'Epic Games va prochainement lancer son propre jeu baptisé Radical Heights.

Cliff Bleszinski, ancien employé d'Epic Games en veut résolument à son ancien employeur. Récemment, il interpellait le studio dans un Tweet, lui indiquant "Hey, Epic Games, vous pourriez arrêter de débaucher mon équipe ?". L'ancien développeur a ainsi récemment fondé Boss Key, son propre studio et développe rien de moins qu'un concurrent à Fortnite.

Radical Heights 1

Baptisé Radical Heights, le titre est un Battle Royal lancé en early access et en accès gratuit sur Steam. Le titre reprend le concept que l'on connait tous : les joueurs sont propulsés dans une zone de combat délimitée et amenés à s'entre-tuer jusqu'à ce qu'un seul ne survive. Le titre propose toutefois quelques éléments funs et un environnement coloré qui rappelle les années 1980, on pourra ainsi passer une partie de son temps à faire du BMX et des figures acrobatiques.

Reste à savoir si Boss Key aura les épaules pour faire de son titre un véritable concurrent à Fortnite. Une semaine après son lancement, le titre rassemble une moyenne de 5000 joueurs simultanés, pas de quoi faire de l'ombre aux ténors du genre pour le moment, mais c'est un bon début...

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2010133
Le jeu est sympa et prometteur j'ai pu faire une 15ène de parties mais il est en extreme early access. Beaucoup beaucoup de bugs, un moteur graphique des années 2012, et une optimisation inexistante. Il faut vraiment attendre quelques mois pour savoir ce qu'ils vont en faire et si le studio va tenir après la catastrophe LawBreakers ... surtout avec cette concurrence acharnée. Bientôt Crytek débarque avec du lourd sur le secteur des BR.
Le #2010136
A savoir que qu'un dev a répondu qu'il va ou il veut et que c'est un peu dégradant de se voir traité comme une marchandise, les salariés n'appartiennent pas à une entreprise, et ne peuvent donc être "volés"
Le #2010137
LinuxUser a écrit :

A savoir que qu'un dev a répondu qu'il va ou il veut et que c'est un peu dégradant de se voir traité comme une marchandise, les salariés n'appartiennent pas à une entreprise, et ne peuvent donc être "volés"


Pourtant dans le tweet original il parle d’arrêter de tenter de débaucher son personnel et pas de lui voler ?
Le #2010138
FFFeu a écrit :

LinuxUser a écrit :

A savoir que qu'un dev a répondu qu'il va ou il veut et que c'est un peu dégradant de se voir traité comme une marchandise, les salariés n'appartiennent pas à une entreprise, et ne peuvent donc être "volés"


Pourtant dans le tweet original il parle d’arrêter de tenter de débaucher son personnel et pas de lui voler ?


Voici ce dont je parle:

"With all due respect, assuming that Epic is the one starting contact / poaching is a bit presumptuous. We all had our own reasons for making the choice to leave BKP for Epic, and to act like we are commodities being stolen is a bit hurtful. We are people first and foremost.
— William McCarroll (@NerdbloggerWil) 14 avril 2018"

Mais effectivement dans le tweet qui a tout déclenché, il dit bien "hire away"
Le #2010141
LinuxUser a écrit :

FFFeu a écrit :

LinuxUser a écrit :

A savoir que qu'un dev a répondu qu'il va ou il veut et que c'est un peu dégradant de se voir traité comme une marchandise, les salariés n'appartiennent pas à une entreprise, et ne peuvent donc être "volés"


Pourtant dans le tweet original il parle d’arrêter de tenter de débaucher son personnel et pas de lui voler ?


Voici ce dont je parle:

"With all due respect, assuming that Epic is the one starting contact / poaching is a bit presumptuous. We all had our own reasons for making the choice to leave BKP for Epic, and to act like we are commodities being stolen is a bit hurtful. We are people first and foremost.
— William McCarroll (@NerdbloggerWil) 14 avril 2018"

Mais effectivement dans le tweet qui a tout déclenché, il dit bien "hire away"


D'accord De toutes façon cette manie qu'on les patrons des boites de parler de tout sur twitter ou autre pour se la jouer à la cool c'est saoulant a force. Qu'est ce que les gens ont a faire de savoir que certain employés se sont fait approchés par un concurrent ? Ce sont leurs affaires et surtout les affaires privés des dits employés. Je comprend que l'employé ait ressenti le besoin de recadrer les choses, j'aurais sans doute eu envie de faire pareil.
Le #2010145
FFFeu a écrit :

LinuxUser a écrit :

FFFeu a écrit :

LinuxUser a écrit :

A savoir que qu'un dev a répondu qu'il va ou il veut et que c'est un peu dégradant de se voir traité comme une marchandise, les salariés n'appartiennent pas à une entreprise, et ne peuvent donc être "volés"


Pourtant dans le tweet original il parle d’arrêter de tenter de débaucher son personnel et pas de lui voler ?


Voici ce dont je parle:

"With all due respect, assuming that Epic is the one starting contact / poaching is a bit presumptuous. We all had our own reasons for making the choice to leave BKP for Epic, and to act like we are commodities being stolen is a bit hurtful. We are people first and foremost.
— William McCarroll (@NerdbloggerWil) 14 avril 2018"

Mais effectivement dans le tweet qui a tout déclenché, il dit bien "hire away"


D'accord De toutes façon cette manie qu'on les patrons des boites de parler de tout sur twitter ou autre pour se la jouer à la cool c'est saoulant a force. Qu'est ce que les gens ont a faire de savoir que certain employés se sont fait approchés par un concurrent ? Ce sont leurs affaires et surtout les affaires privés des dits employés. Je comprend que l'employé ait ressenti le besoin de recadrer les choses, j'aurais sans doute eu envie de faire pareil.


Oui, plutôt que de blamer Epic, il devrait se demander pourquoi ses employés préfèrent une autre entreprise, il y a différents leviers sur lesquels jouer:

- Cadre de travail
- Ambiance
- Management
- Rémunération (of course) et avantages divers
- Intérêt des taches
- etc...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme