L'art éducatif (long)

Le
FredDecr
L'art éducatif



Proposition du projet de comédie agréable et éducative « L'enquête des
enquêtes » comme outil principal de l'art éducatif. Je vous propose
d'imprimer ce texte.



(Veuillez respecter la synergie de ses outils en vue d'une défense des
principes philosophiques et humains de base. Donc, veillez à la réalisation
de la meilleure version avant d'en faire des versions complémentaires.
Droits du projet offerts à la philosophie fondamentale et ce que ça
implique).



0.. Introduction :


Il n'est pas évident de comprendre qu'il peut exister un art éducatif, pour
la même raison qu'il n'est pas évident de déterminer que la méthode
syllabique en école primaire est évidemment la meilleure solution. En
Janvier, une circulaire du Ministre demande son rétablissement. Les
partisans de la méthode globale pensent que la méthode syllabique est
inadaptée parce qu'elle n'est pas la principale règle de stockage dans le
cerveau. Mais ç'en est une ! Un début de structure, sur laquelle d'autres
viennent se greffer, qui deviennent autonomes. Structure de secours en cas
de problème. Mon raisonnement est simple : Ce qui possède une structure
fonctionne mieux. Même une simple charpente.



Globalement, l'art éducatif est sensé fournir des structures d'appui, ne
serait-ce que des explications alliées à des exemples, des plans, des
résumés, des méthodes de conservation de l'authenticité des protagonistes, l'étude
des domaines rarement étudiés tels que les bases de la pensée difficiles,
abstraites, théoriques, transposées, floues, non terminées, hypothétiques ou
pas tout à fait vrai.



L'art thérapeutique peut fonctionner dans deux sens : A rebrousse poil ou
dans le sens du poil. Une sorte de recoiffage. Elle peut intervenir en
ouvrant une brèche jusque la fonction avec laquelle communiquer. Le meilleur
exemple de levier de cette sorte est le soulignement. L'art thérapeutique
peut communiquer le fait qu'il possède un meilleur cheminement pour arriver
aux buts, après classification des buts, et peut-être communication d'une
reclassification des buts pour mieux atteindre un ensemble de buts
principaux. Puis il propose ce meilleur cheminement. Il peut même exister un
« contrat de travail », qui propose d'habituer, de connecter telle zone du
cerveau à un apprentissage, fourni.



Attention : Tout art suppose de respecter un contrat de confiance avec le
destinataire. C'est un contrat entre des vérités intérieures aux êtres, une
forte pénétration qui ne peut se parler qu'avec le langage de la vérité,
vérités qui ne peuvent communiquer que par présupposés dû à la lourdeur. Des
exemples de vérités intérieures sont l'authenticité, la sincérité, la
spontanéité. La communication avec notre vérité intérieure est sensible, d'où
l'utilisation des messages à base d'amour. Tout contrat rompu est toujours
considéré comme une volonté de mensonge, d'incapacité à toucher suffisamment
juste, donc grave. Une communication sensible doit être volontaire. Mais
toutes les communications doivent respecter le contrat qu'elles définissent.
Sinon, il y a création d'artifices psychologiques, une communication
maquillée involontairement. Il doit y avoir aussi dans la communication une
validation suffisante du contrat et des buts engagés. L'incompréhension de
ce système provoque les formes étranges de l'éducation agressive, qui n'était
sensé marcher qu'avec contrat.



Je propose depuis 1993 à France 2 et France 3 le projet « L'enquête des
Enquêtes ». S'il vous plaît, envoyez votre envie constructive à France 2.



L'enquête des enquêtes est une investigation au cour des opérations de l'esprit
et de celles qui en découlent.



(Parole de l'autorité dans la télé) : Etablissons un état des lieux. La
télévision se fixe sur le parfait, le vérifié, le matériel, le concevable à
l'esprit, et la parole de l'autorité en chaque discipline. En un mot, la
télévision se base sur le certifié.



(Habitude commerciale dans la télé) : Un défaut de la télévision est qu'elle
génère une habitude à son propre résultat, comme le prouve la normalité de l'expression
« Plus de blancheur » au contraire de l'expression « Où est la main de ta
sour ». Pourtant, toutes les deux sont incohérentes, impliquent une
malhonnêteté, et permettent de positiver si on fait abstraction d'une
morale.



(La télé doit propager l'amour) : Une chaîne publique se doit de mettre en
scène les logiques les plus vraies, les plus audacieuses, et rarement
formulées. Elle doit utiliser l'intérêt pour intégrer l'utile. On doit
profiter des moyens de la télévision pour faire avancer le monde.



Je suis là comme d'autres pour vous signaler ce qui est éjecté, pour que
vous en teniez compte, pour vous aider à lutter plutôt qu'à profiter de la
partialité, la simplicité, de la paresse.



1. Présentation du projet


J'ai décidé lorsque j'étais petit de passer, avec mon temps de travail et
mon temps de loisirs, un peu de temps citoyen. J'ai cherché parmi ce qui n'était
pas fait, donc difficile à faire, le plus utile du plus utile. Je me suis
amusé à définir l'émission la plus efficace, n'étant pas compétent pour
définir un cours de Psychologie Appliquée ou d'Extériorisation Contrôlée.



A 10 ans, j'ai donné pour nom à un jeu qui consistait à enquêter avec humour
sur l'eau L'enquête des Enquêtes. Soudain, j'ai eu l'impression que j'allais
réaliser une fois adulte une émission portant ce nom. J'ai d'ailleurs aussi
eu l'impression que c'était Dieu qui m'inspirait cette impression. Puis j'ai
eu l'impression que c'était Dieu qui me donnait l'impression que c'était
lui-même qui m'en donnait l'impression. Puis j'ai trouvé ça si bête que j'ai
oublié.



Ceci dans une émission de télévision ? Les séries habituelles se satisfont
de rouages bien huilés, dans les différents genres. Je propose les rouages d'un
genre rarement abordé, pour que la vulgarisation des sciences abstraites ait
sa place méritée. La philosophie de cette émission est davantage axée sur la
rétribution que sur l'étonnement, restituant l'envie au le devoir, et elle
fait primer la réflexion personnelle sur la morale. On peut remarquer,
contrairement à une idée répandue, que dans les bons films, la réflexion
prime sur l'image.



L'Enquête des enquêtes est une série analysant les concepts, la raison, la
passion et les erreurs. J'ai pris plaisir à concevoir des outils, des
méthodes et une ambiance adaptés aux informations secondaires : Les
hypothèses incohérentes éducatives, la philosophie, l'éthique, la
psychologie, les caractères, les réactions, les profils, et les autres types
de réflexion, et de logique floue. Tout cela saupoudré de mes convictions :
la non-violence, l'amusement, le mystère, l'érotisme logique.



C'est en fait un Sens De La Vie des Monthy Python en un peu moins abstrait,
un peu plus compréhensible, et en série, tirée d'une investigation réelle. C'est
en fait un Il était une fois les informations secondaires. C'est en fait
tout un style, qui peut s'enseigner, et je vais vous l'exposer.



C'est en fait une transmission optimisée de logique. Sa devise : Toute
vérité est bonne à expliquer. Entre s'apercevoir qu'un chien est blessé et
regarder si ce n'est pas trop grave, il n'y a pas grand-chose. Pourtant, on
le fait tout le temps, là, c'est ce que vous êtes en train de faire. On
réfléchit. On pourrait adapter notre réflexion personnelle à une réflexion
plus générale, plus complexe et plus déterminable entretenue par des
professionnels, je parle de la philosophie, mais un cours de logique se
défait de plusieurs pièges de la philosophie. Il cherche des formes de
pensée adaptables à la vie de tous les jours, il ne passe pas 50% de son
temps à démontrer qu'aucune version de la vérité ne résiste aux avancées de
la science et s'adresse à une catégorie particulière d'individus : Des
individus intelligents, intéressés, mais qui préfèrent vaquer à d'autres
activités que de veiller sur les portes de la pensée.



(Méthodes) : L'Enquête des enquêtes décode et décompose ces réflexions, mais
se veut intéressante et rentable y compris aussi par Le captage d'intérêt.
On a l'habitude de définir les méthodes pour faire comprendre la vérité par
les personnifications parlantes, les métaphores qui sont des comparaisons
représentées, les paraboles et allégories qui sont des métaphores continues
et les symboles qui sont des représentations marquantes. J'en ai défini d'autres.

* La récupération calculée des désirs vers des destinations intégrant les
aspects liberté, choix personnel, gain en vertus et même diversité, tout en
poussant vers l'ensemble des voies vertueuses et semi-vertueuses.

* L'exacerbation des rêves afin de protéger ceux-ci,

* Des continuations sur la lancée propres à l'humour qui montrent l'intérêt
ou la bêtise de chaque habitude,

* Ou l'insertion tricheuse des petites choses qui arrangent la vie, qui
permettent de palper les besoins,

* J'appelle Vision 2 une mise dans une hypothèse différente.

L'utilisation des packs éducatifs : L'échange intense, l'élimination des
barrières, l'amour physique, la perception et éliminiation du maquillage
psychologique, l'élimination des produits psychologiques artificiels, l'encouragement,
l'utilisation des outils éducatifs, l'amour mental, les jeux, les jeux d'expression,
l'autorité, la transmission de responsabilité, le naturisme, la sensualité,
l'humour, la transmission d'un sentiment adéquat, le réconfort, la
consolation

Les transmissions qui informent : Les citations, les renvois, la proposition
d'ouvres, la proposition de sélectionneurs d'ouvres.

Les transmissions qui corrigent : Les listes succinctes, les exemples, le
soulignement, le plan, la transmission du taux de fiabilité, les
transformations, l'association avec un élément cosmétique, l'association
avec une définition, les leviers qui permettent de parler à une partie du
cerveau en passant la barrière de l' accès.

Les transformations : La caricature, l'image, la parabole, l'hyperbole, la
reformulation, le flash-back, le style, l'humour, la présentation du
découlement probable sous d'autres hypothèses (plusieurs présentations en
faisant évoluer l'hypothèse en crescendo, plusieurs présentations sous
chaque hypothèse possible, plusieurs présentations à des charnières de l'évolution).

Les soulignements : L'appui, le signalement, l'association avec une émotion,
la répétition, le ralenti, le grossissement.

Les personnalités à l'art éducatif : Roger Carel, François Rollin, la voix
française d'Emmet Brown de Retour Vers Le Futur, Audrey Tautou, Michel
Chevalet.

Les personnalités à la culture éducative : Thierry Ardisson.



(Méthodes) : Bien que les scènes d'enchaînement présentent une histoire, l'émission
est faite pour décomposer un sujet, et utilise pour cela des rubriques
basées sur des entretiens plus ou moins préparés, avec le service de
méditation, en plusieurs fois, en débat, entre connaisseurs, check-up
psychologique ou sondage. Elle utilise aussi des rubriques de mise en scène,
réalisation des Enquêtes, le monde dans une autre hypothèse efficace ou non,
hypothèses successives pour montrer leur réalisme ou leur irréalisme,
enquête dans un lieu imaginaire approprié, transformation humoristique,
extrait de vie, fantasme d'un personnage ou regroupement d'extraits de
documents. Des indicateurs permettent de percevoir ces scènes avec une
confiance adaptée. Il existera aussi des gags, des intermèdes, des clips et
d'autres rubriques. Le scénario est réalisé en enchaînant des séquences n'ayant
pas toujours de rapport scénique entre elles, ou pas toujours de rapport de
sujet. L'histoire principale (interviews, analyses, sondages) est agrémentée
de séquences externes (mises en scènes, reconstitutions, prises de vue), et
les séquences intelligentes sont séparées par des séquences comiques.



Toutes les histoires se déroulent dans la société Les Enquêtes. Les services
de cette société très moderne sont orientés pour l'étude des domaines
immatériels, comme le service de méditation qui relie une équipe de
chercheurs d'idées par une installation propre à l'inspiration, une
séduisante salle obscure au sigle hypnotisant et aux traits phosphorescents.
Elle est aussi équipée d'une serre qui est le salon et le lieu de tournage d'entrevues.
D'autres outils de recherche et d'analyse composent l'émission, afin que
celle-ci et la société suivent des fils conducteurs assez proches. Ses
employés, dont les professions varient entre investigateur, chercheur et
psychologue, sont assez jeunes, délurés et pourtant exigeants en ce qui
concerne le savoir. L'équipe est très attachée à comprendre certains
phénomènes, et ne se rend pas compte qu'elle étudie trop. Ils travaillent
sans peur des grandes idées. Ils possèdent des personnalités variées qui
viennent aider à comprendre les problèmes, chacun ayant sa technique, ses
qualités et ses défauts. Certains personnages comme le balayeur sont là par
contre pour appuyer certains faits par leurs erreurs. Le téléspectateur sera
titillé, puis ses questions seront assouvies par d'autres questions. Il sera
souvent face à l'illusoire rendu lumineux.



Les personnages principaux sont les chefs de service, c'est à dire l'enquêteur
principal, François Limprécis, le directeur, Michel Centrique, et la
coordinatrice du service psychologie, Karine Sekomsy. Ceux-ci travaillent
régulièrement avec un producteur, Thierry Parrier. Tous ont des
personnalités différentes, intellectuel sans fin, inventeur, passionné ou
ambitieux, adaptées aux réflexions sur des idées opposées et des goûts
originaux, qui composent les intrigues de l'histoire. Ces protagonistes se
retrouvent obligés de mener des enquêtes, que ce soit sur la demande d'un
partenaire, comme le Restaurant de la Santé, qui propose à ses clients de
suivre une discussion à énigmes, d'un personnage qui s'avérera être Dieu, de
l'état, des cabinets d'avocats, de questions qu'ils se posent, ou à cause d'un
concurrent.



François est souvent le personnage principal. Il est enquêteur principal,
directeur de la méditation. Râleur, il détaille sans fin les problèmes, et
sa vision de l'amélioration. Il s'exprime de façon sûre, riche et claire. Il
aime les expressions. Il n'a pas la fibre psychologique. Il pourrait être
joué par François Rollin.



Michel est directeur de la société. Ainsi que le veut sa fonction de
supervision, il maîtrise à la fois les réflexions et la psychologie. Mais sa
capacité à être responsable lui vient surtout du fait qu'il a l'intuition
des solutions finales, et des bonnes et mauvaises directions. Mais ce n'est
qu'une intuition, et le devoir de sa société d'étudier aussi les solutions
erronées fait qu'il laisse les autres travailler, son propre travail
consistant surtout à ajouter sa touche globale aux conclusions et à
déterminer les chemins oubliés. Il n'hésite d'ailleurs pas à tester les
directions les plus fortes. Plein d'idées, de ressources imaginatives, lui
aussi a des idées excentriques à cause de ses autres idées, et de ses
réflexions globales. Il aime interroger les gens concernés les plus touchés
car il sait déterminer avec eux beaucoup de choses, et c'est avec eux qu'il
sait le mieux tester ses idées finales. Son style d'humour est de faire
semblant de ne pas tout prendre en compte. Il évite les expressions,
contrairement à François, mais aime les conclusions passe-partout. Il ne
veut jamais parler d'inconscient mais « d'hors-conscience ».



Karine est coordinatrice du service psychologie. Ce personnage sert à
résoudre les enquêtes liées à la nature des gens ; en particulier la cause
des erreurs, mais il faut aussi avouer que l'essence de tous les problèmes
est une question de bien-être des hommes. Impétueuse, plein de ressources
imaginatives, elle ne se rend pas compte que la solution spontanée est la
plus belle mais pas très pointue. Mais l'important en psychologie est-il d'être
très touchant ou de toucher précisément ? De toutes façons, elle a l'intuition
des causes, et détecte de façon étonnante les vrais sentiments, qui d'ailleurs
la touchent facilement. Elle croit aux sciences occultes, ce qui est un
comble pour François. Mais on verra que tous les trois sont prêts à accepter
n'importe quoi pourvu que ce soit logique.



Thierry est sérieux et attentif comme il se doit pour sa responsabilité.
Producteur d'émissions, il est entreprenant mais gâche ses bonnes idées par
son goût pour les détails hors-sujet et la provocation. Cette provocation a
pour but de sympathiser avec la France débrouillarde, mais aussi de laisser
les extrêmes s'enfoncer dans leur propre jeu de morale homogénéisante.



(Relations) : On remarquera que François et Karine sont complémentaires, l'un
n'ayant pas les capacités de l'autre. Michel et François savent faire
avancer ensemble un problème car ils sont de même niveau, mais leurs
discussions sont assez platoniques. Des discussions entre Karine et Michel
ressort un sentiment de passion, de certitude dans l'abstrait, certitude
souvent commune, de force d'âme, et d'absence de faux et de savoir vivre
dicté. Ils ont la même capacité à sortir des sentiers battus, et ont une
même approche des besoins. Mais cette personnalité n'est visible que quand
ils sont ensemble. Lassé des nombreuses histoires d'amour où en fait, on ne
voit que quelques points communs, on aimerait les voir s'unir, mais l'émission
s'amuse à faire réfléchir encore plus le spectateur en ne le faisant pas.



Un enquêteur peut avoir plusieurs personnalités, mais elles ne devront plus
varier.



Outil pour les goûts Outil pour les idées Outil pour les mauvaises idées



Personnalité 1 d'enquêteur: Spécialiste des charlatans qui essayent de
détourner la logique à leur profit, et de créer de l'illogisme. Il sait
déterminer instantanément l'illogisme.



Personnalité 2 d'enquêteur: Spécialiste des experts incohérents qui sait
clarifier l'incompréhensible et insister sur les points utiles.



Personnalité 3 d'enquêteur: Spécialiste des psychanalystes qui sait leur
opposer des raisons et des solutions bien plus sensées et pourtant plus
simples, prises dans le catalogue des Enquêtes.



Personnalité 4 d'enquêteur: Il discute de la psychologie des gens avec des
termes mathématiques.



Personnalité 5 d'enquêteur: Ses discours aboutissent toujours à un sujet
proche de l'amour physique et il finit toujours par une phrase du genre
"Vous aimez l'amour?"



Personnalité 6 d'enquêteur: Elle est la spécialiste du camouflage. Pour cela
elle est toujours plus gaie que la normale, c'est toujours elle qui propose
des choses et elle pose moins de questions que les interrogés (mais sans
rapport avec l'instant). Mais hélas, elle se laisse embarquer dans des trucs
bien complexes alors qu'elle ne voulait que poser des questions et elle ne
dit rien.



Personnalité 7 d'enquêteur: Il sait extrèment bien parler et jouer avec les
enfants pour en tirer des traits psychologiques, mais c'est un gentil
pédophile qui finit par vouloir les toucher partout sur les habits, et les
cadreurs sont obligés de le retenir.



Personnalité 8 d'enquêteur: Spécialiste du terrain. Il n'hésite pas à entrer
dans des styles de vie ou des sectes et à faire le plus difficile. C'est son
métier. On voit son ardeur au travail et son esprit fonceur d'entreprise qui
l'empêche d'hésiter. Ses conclusions peuvent contenirs de fins détails.



Personnalité 9 d'enquêteur: Pas jeune, Il a horreur de l'amour physique pour
lui-même mais l'accepte extrèment bien de ce fait là pour n'importe quelle
situation chez les autres. Il aide bénévolement certains prêtres à établir
des dossiers critiques sur des sujets divers.



Personnalité 10 d'enquêteur: Passionné, quand il est avec des experts
passionnés, ils peuvent s'embarquer dans des hypothèses complètement
farfelues, plus saugrenues que fausses.



Personnalité 11 d'enquêteur: Il tente constamment de faire dévier le sujet
sur des idées politiques qui seraient intéressantes, mais les gens, très
terre à terre, s'en moquent complètement.



Personnalité 12, expert invité: Pendant les entrevues avec d'autres, on voit
exagérément bien sur son visage le choc provoqué par les idées et les sujets
non conventionnels.



Personnalité 13 d'enquêteur: Son humour consiste à faire croire que Les
Enquêtes possède des théories farfelues qu'il invente.



Personnalité 14 d'enquêteur: Très taquine, elle adore tirer de fausses
conclusions gênantes sur la vie privée des gens pour les faire rire. Elle
aime aussi beaucoup chatouiller les gens qui passent près d'elle. De même,
elle n'arrête pas de rire pour un rien, pas de blagues mais de réalités très
pesonnelles.



Personnalité 15 d'enquêteur: Il sait très bien faire le comique, le loubard
ou le saoul pour amuser et tirer des renseignements des autres, mais il
devient extrèmement sérieux lorqu'il sort ou donne ses conclusions.



Personnalité 16 d'enquêteur: Elle tire beaucoup de renseignements des autres
grâce à sa facilité à évoquer son expérience sur n'importe quel sujet, son
extrème sympathie et gentillesse, et compréhensivité.



Personnalité 17 d'enquêteur: Il essaye d'influencer ses interrogés par des
méthodes psychologiques et de s'adapter à leur personnalité mais choisit de
mauvaises méthodes.



Personnalité 18 d'enquêteur: Adore interroger les animaux, bien qu'ils ne
répondent pas. Lui fait semblant qu'il y a eu une réponse.



Personnalité 19 d'enquêteur: Enfonce ceux qui partent sur une mauvaise
théorie en faisant semblant d'y croire aussi, et insiste sur les points
faibles en énonçant lui-même certaines fausses preuves et fausses
directions. Il n'est pas particulièrement aimé.



Personnalité 20 d'enquêteur: Est toujours partant pour inventer des
activités farfelues.



Personnalité 21 d'enquêteur: N'est pas choqué du tout par les choses
bizarres tant qu'elles sont gentilles et peut même en discuter à côté sans
être troublé.



Personnalité 22 d'enquêteur: Il ose sympathiquement des hypothèses pas du
tout farfelues mais que l'interrogé aurait bien souvent caché, et il
continue la discussion dans cette hypothèse.



Personnalité 23 d'enquêteur: La totalité de ses anecdotes sont des
discussions qu'il a eu en interrogeant des fous dans des asiles
psychiatriques, alors qu'il n'y va jamais.



Personnalité 24 d'enquêteur: Il fait des expériences un peu sadiques sur les
réactions des gens, et parfois en les faisant se rencontrer.



Personnalité 25 d'enquêteur: Les gens se mettent toujours à lui poser
beaucoup plus de questions que lui n'en pose. Pourtant ils ne se sont pas
passé le mot.



Personnalité 26 d'enquêteur: Il est attiré et fasciné par les gens qui
commettent des interdictions. Il se permet parfois de faire les mêmes en
même temps et est tout content comme un enfant.



Personnalité 27 d'enquêteur: Il pense qu'il faut apprendre la gentillesse et
ne pas avoir de tabous, et ainsi, sans contrainte interne, la violence se
stabilisera. Il renvient souvent sur ce sujet.



Personnalité 28 d'enquêteur: Ses phrases d'enchaînement n'ont strictement
aucun rapport avec les questions, qui elles ont des rapports entre elles.



Personnalité 29 d'enquêteur: Sans arrêt la tristesse le gagne et il s'arrête
de poser des questions. Il donne à chaque fois un point différent en rapport
avec son malheureux passé qu'on aurait abordé (plus psychologique que
physique)



Personnalité 30 d'enquêteur: Il a toujours envie d'inventer des lois
d'interdiction, des lois d'autorisation, de nouvelles lois sur ses lois car
elle ne vont jamais bien, de nouveaux types de lois comme des lois-conseil,
des lois d'obligation d'enseigner telle chose à ses enfants.



Personnalité 31 d'enquêteur: Sans peur, c'est un peu le reporter d'action
des Enquêtes. Il n'hésite pas à interroger les pires loubards chez eux ou
des prisonniers, en choisissant des cadreurs musclés. A chaque fois il se
prend pour un super-héro différent, et tente un peu de l'imiter, ainsi que
ses réactions.



Ambiance : Ces personnages étudient par exemple l'utilité de la télévision,
avec intelligence, critique ou compliments, dans un genre humoristique,
jeune, audacieux, franc. Avec des exemples de tentatives de conquêtes de
nouveaux territoires psychiques, la présence de tentative de travail
acharné, de relations qui se passent comme prévu.



(But de l'ambiance) : Cette ambiance est calculée pour obtenir un appel
automatique à la perspicacité des téléspectateurs, sans tomber dans le
problème de la grosse tête, de l'incompréhensible, et sans vocabulaire
compliqué, si l'on accepte tout de même qu'il y ait un but d'utilité. Il est
nécessaire de trouver la vérité parmi de nombreux avis et d'aller plus loin
que les connaissances trouvées, avec un sens artistique développant l'entraide,
l'épanouissement et la raison, sans complexes ni artificiel. J'abuse de la
reformulation plutôt que de la répétition, de la division des thèmes par
trois au maximum, et de la circonstancialité sans tâche par rapport aux
buts.



(Producteur) : Et je pense que vous auriez du mal à trouver les auteurs
adaptés au besoin des scénarios. D'où le choix de Thierry Ardisson comme
producteur exécutif.



(But) : Outre l'amusement procuré, l'intérêt de ce divertissement à but de
recherche et de diffusion de logique est de rendre élémentaire le détail des
réflexions et le fonctionnement des modes de vie, qu'ils soient forts,
critiqués ou marginaux, avec leurs conséquences, afin qu'ils puissent être
maîtrisés par les clients. Elle pourrait par exemple éviter les mouvements
de groupe irréfléchis, et axer d'avantage la vie sur la pensée grâce à des
idées posées, ou sur la passion grâce à des illustrations. Pour cela, elle a
pour principe de décomposer les idées, de les essayer dans d'autres
circonstances, de les regrouper et de les reformuler régulièrement. Elle
explique, pose de nouvelles questions au lieu d'annoncer simplement. Elle
met en évidence les erreurs courantes, ainsi que ce qui peut dénaturer les
idées. Il s'agit aussi de faire ressentir ce qui peut l'être par des
reconstitutions, de vraies ou fausses anecdotes ou par des tests. Les
réactions naturelles aux modes de vie se retrouvent intégrées jusqu'au
comportement informel des acteurs, entre autre parce que les scènes frôlent
parfois le vif. Par conséquent, les personnages doivent être tirés de la
personnalité des acteurs, et il doit exister un lien entre la réalité et la
fiction. Il s'agit de fragiliser un instant en s'amusant, mais solidifier
pour toujours la structure même de la pensée. C'est une mission qu'on
devrait exiger de la télévision.

Le but de l'émission est d'attirer le voyou récalcitrant, la femme qui ne se
comprend pas, l'enfant qui risque de perdre ses rêves, pour les obliger à
devenir intelligents et épanouis, en les touchant dans les habitudes, les
amorces et les décisions. Par contre, un réflexe, ça ne s'apprend pas par la
télévision. Il faut toucher l'amorce avant que le réflexe existe. C'est
aussi de réaliser des ouvres de référence, thierryardissoniques.



Les thème abordés sont des cas généraux de la psychologie ou des éléments de
base de la réflexion comme l'utilité, les interdictions, l'excentricité, les
secrets, le cerveau, l'imagination, la personnalité, les besoins, la pensée,
le thème des rencontres, l'économie en général, etc. La société a un ennemi
périodique à sa manière : la psychanalyse. Une histoire est bâtie sur l'un
de ces sujets, partant d'un conflit de raisonnements, les analyses
disponibles étant inadéquates, et nécessitent la révision d'explications et
la recherche d'une solution acceptée. Les découvertes sont disséminées et
liées de façon à produire un suspens continu. La méconnaissance naïve des
protagonistes nous entraînera au début dans des questions qu'on omettait de
se poser par habitude, et leur intelligence nous entraînera ensuite dans des
solutions étonnantes. Une caractéristique est la définition d'un
environnement invraisemblable sur quelques points et on découvre alors l'évolution
dans ces conditions. L'ambiance sera drôle ou passionnée selon le sujet,
intense et aventureuse. Elle joue avec le rêve et l'explication la plus
tenace, de la simplicité déroutante à la sagesse ridicule. Elle préserve la
diversité, l'envie au devoir et l'intégrité des conséquences.



(Préparation) : L'innovation dans les investigations et le remaniement de
théories existantes oblige à réaliser une investigation réelle différente de
celle qui est visible à l'image. L'information sera d'abord recherchée, avec
pour outils l'entrevue non diffusée de personnes concernées ou de
spécialistes, récupération d'idées par sondage, lecture d'interrogations
écrites d'élèves, ainsi qu'étude des sources habituelles. Puis il faudra
analyser l'information, ses liens, ses erreurs et ses caractéristiques, et
orienter la collecte dans de nouvelles directions.



(Recherche des sujets) : Les sujets devront être dans l'objectif longtemps à
l'avance, pour trouver de bons scénarios, de bonnes illustrations, de bonnes
explications, les bonnes ouvres de référence, les bons terrains de sondage
et des gens capables de faire partie d'une équipe pour ce sujet. Des
séquences seront ensuite inventées à partir des idées retenues, enchaînées
suivant un scénario, vérifiées et testées.



L'utilité
Les para-sciences
Les tribus des villes
Le contrôle

Les dieux
Le paradis
Le futur
L'initiation

L'éducation
L'enseignement
La psychanalyse
La psychatrie

La psychologie
La sociologie
La musique
Les rencontres

L'amour
L'économie
Les communautés
Les comportements

La précarité
Les émotions
La sexualité
Le plaisir

Le jeu
Les secrets
L'amour et les enfants
La liberté

Les rêves
Les fantasmes
Les besoins
L'enfance

La majorité
L'aide
La vie en banlieue
La standardisation

L'évolution
La science
L'intelligence
L'imagination

La communication
Le cerveau
La réflexion
La métaphysique

Les extraterrestres
L'impossible
L'excentricité
La loi

La morale
Les erreurs
Le paranormal
L'automatisation

Les humanoïdes
La perversion
Les thérapies
La violence

Le devoir
La personnalité
La politique
La société

Les civilisations
La philosophie
Les interdictions
Le cinéma






Exemple, caricature fonctionnelle de Jésus, tiré de « Les Sentinelles du
Savoir », épisode des « Enquêtes », Frédéric Decr. :



- Michel : C'est fou, vous me dites que vous êtes arrivé là le
premier janvier 2000 !

- Le bonhomme : Oui ! Pour un planétarium abîmé le 23 décembre.

- Michel : Vous seriez donc un Messie !

- Le bonhomme : Hein ? Non ! Qu'est-ce que vous racontez-là ? Bah, c'est
vous qui êtes fou ! (De lui-même à lui-même :) Elle est bien bonne,
celle-là. Vous avez déjà vu un Jésus-Christ qui va à l'asile psychiatrique ?

- Michel : Bah, vous en êtes sorti !

- Le bonhomme : Oui, le 24 janvier 2000. En fait, c'est ce qui était
prévu, mais comme j'étais gentil, ils m'ont fait sortir le 23. Juste après l'éclipse
de Lune.

- Michel : Oui, vous me l'avez déjà dit. Mais pourquoi avoir malmené
le planétarium ?

- Je ne sais pas, j'ai eu une envie soudaine de prendre congé, de
faire des calculs, et j'ai découvert qu'il fallait l'allumer, car j'ai
calculé que dans le cas contraire, j'allais forcément le casser. Ce qui m'a
permis de réfléchir au sens de la vie. Et j'ai trouvé ! Le 1er janvier à
minuit dix.

- Michel : D'où votre intégration à l'hôpital.

- Le bonhomme : Ah, non, ça c'est quand on a découvert que j'avais
cassé le planétarium. En fait, j'ai découvert, expériences incluses, que j'étais
poussé par des croisements d'univers presqu'identiques nécessaires à l'avenir
de mon propre univers, poussé par la perception qu'ont les hommes des
univers, et par la volonté divine.

- Michel : Ah, vous voyez !

- Le bonhomme : Enfin, celle des petits Dieux. Car les plus grands
simulent ce goulot d'étranglement afin d'enseigner à ce qu'il ne se produise
pas.

- Michel : Qu'en pensez-vous, psychiatre ?

- Le psychiatre : Bon, ben, moi, ce qu'il dit est bien possible, car
il ne détecte pas de manifestation de Dieu dans la réalité. Tout ce qu'il a
détecté, c'est un assemblage d'étoiles correspondant à sa propre volonté
lorsqu'il a regardé la carte des étoiles. Bien. Mais en ce qui concerne sa
maladie, je pencherais plus pour une manipulation par un Dieu en vue de l'acceptation
de celle-ci. Voilà. Mais venez-voir (il sourit et fait un signe moqueur de
le suivre) J'ai aussi le Vrai Jésus-Christ.

- Michel acquiesce vivement en ouvrant la bouche et souriant.

Ils arrivent.

- Michel, avec un air moqueur : Vous n'êtes pas Jésus-Christ,
quand-même ?

- L'amoureux de tous : Hein ? Mais si ! Un jour, Dieu me l'a dit. Il
m'a dit : « Je suis Dieu. Tu es Jésus-Christ, mon fils ».

- Michel : Et vous l'avez cru ?

- L'amoureux de tous : Non, je sais bien qui c'est, mon père. Il est
charpentier. Pour se justifier, il m'a raconté une histoire de sexe volant.
Moi, ce que je conçois, ce sont des histoires d'amour. Par exemple :
Aimons-nous les uns les autres. C'est important. Moi je vous aime tous !
Oui, tous ! Oui, je vous aime. Ouiii. Ooh, ouii, je vous aime beaucoup !
Allez, faisons l'amour.

- Michel : Oui, il y a une véritable synergie, dans ce genre d'échange
intense. Ça ce conçoit.

- L'amoureux de tous : Oui, possible. Mais comme je disais avec Dieu
et l'une de mes femmes, l'autre jour, par l'intermédiaire du corps
hologramme qu'il génère à chaque fois qu'il veut me parler, on a dit : « On
fait notre boulot, on monte, et puis on ne s'occupe plus de rien ».

- Michel, d'un air doutant amusé : Vous pourriez le faire
apparaître, cet hologramme ?

Soudain, on frappe à la porte. L'amoureux de tous va ouvrir.

- L'amoureux de tous : Qui êtes-vous ?

- Le gars à la porte : Oh, moi je suis du quartier, je m'occupe des
petites choses de rien, courrier des vieux, poubelles, et (d'un air
agressif) les chiens. Ah ces chiens. Bon, bonne chance !

- L'amoureux de tous referme la porte : Ah oui. Où en étions nous ?
Ah oui. L'hologramme. Mais si vous voulez qu'il vienne, appelez-le vous-même
!

- Michel, d'un air de simuler outrancièrement la timidité : Nooon. J'ose
pas.

- L'amoureux de tous : Allez.

- Michel, avec une autre version du même air : Nooon.

- L'amoureux de tous, énervé : Allez.

- Michel, d'un air timide énervé taquiné : Nooon. Mais au fait, ce n'était
pas l'homme du quartier, Dieu ?

- L'amoureux de tous, énervé, d'un air de comprendre : Mais alors,
alors, ce serait lui l'auteur de l'hologramme.

- Michel : Non, mais vous ne pigez pas ?

- L'amoureux de tous : Hein, non quoi ?

- Michel, avec un clin d'oeil : Comprenez.

- L'amoureux de tous : Ah ! J'ai trouvé ! En fait, Dieu a pris le
contrôle de l'homme du quartier et il faudrait découvrir les messages codés
à l'intérieur de ce qu'il a dit.

- Michel, d'un air ahuri amusé : Mais non ! Il en a simplement pris
l'apparence, et c'était vraiment lui qu'on voyait. Le truc, c'est que si il
prenait sa véritable apparence, on ne le verrait pas.

- L'amoureux de tous : Ohrrr. Je viens d'avoir le moyen de l'éliminer,
celui-là. En aurais-je de nouveau l'occasion ?

- Le psychiatre : Bien la nuit !

- Michel : Hein, comment-ça ?

- Le psychiatre : Ben oui, Dieu, c'est la lumière, le soleil, et le
jour, on ne peut regarder le soleil, donc il faut attendre la nuit.

- Michel : Ou le soir.

- L'amoureux de tous : Bah, il est un peu con, votre ami. Il est
devenu fou ? Non mais, faut arrêter, parce que vous faites le zinzin, là.

- Le psychiatre : Hé, bon, bien vous êtes dans la lune, là ? C'est
moi le psychiatre. C'est vous, là, qui devez arrêter. Voilà.

- L'amoureux de tous : Non mais, comment vous pouvez croire que Dieu
c'est le Soleil ? Tout fond dans le soleil ! Ça va pas la tête ? C'est
gazeux, un soleil ! C'est pas possible du tout. Rien ne peut vivre, dans le
soleil. Jupiter. (Il s'arrête, terrorisé. Il ouvre grand la bouche, puis
dans un lent mouvement, plisse les yeux, ferme le poing qu'il rapproche de
la tête et ferme la bouche). Miiinnnce ! Il m'avait dit de ne. Mince !

- Michel, sans plaisanter : Non mais vous êtes franchement malade,
là, Dieu, Jupiter.

- L'amoureux de tous : Les Jésus-Christs sont souvent malades.

- Soudain, apparaît dans une courte fumée et un « pouf » peu bruyant
Jean-Michel Jarre.

- Zeus : Je suis Zeus. J'aime bien faire des musiques. Vous n'auriez
pas vu Appolon ?

- Michel : Non. (pause) (Air désolé :) Désolé.

- Zeus : Tant pis (pause). Au revoir ! (pouf)

- L'amoureux de tous : Où en étions nous ? Ah oui : Vous disiez que
j'étais fou.

- Le psychiatre : Oui, bon, ben, vous savez, les Jésus-Christ, ne
peuvent exister, voilà, ben, c'est une vue de l'esprit, ça. Bien. Les
Jésus-Christ sont des gens comme les autres, là. A part qu'ils ont plein de
trucs dans le cerveau. Qu'est-ce qui vous différencie d'un autre ?

- L'amoureux de tous : Moi, enfin non, rien. Pourtant, un jour Dieu
m'avait dit.

- Le psychiatre : Il s'est trompé. Il a fait une erreur. Tout le
monde peut faire des erreurs, là. Bon, bien, il faut interpréter tout ce qu'il
dit. Bien. Vous avez l'apparence de Jésus-Christ, vous parlez comme
Jésus-Christ, mais vous n'êtes pas Jésus-Christ. Il a cru que vous étiez
Jésus-Christ, alors que, comme je viens de le démontrer, Jésus-Christ n'existe
pas ! Ah, les Dieux, alors, toujours à croire qu'il existerait un monde. Au
fait, une chose est possible, il est possible que vous soyez l'ami du sosie
de Jean-Michel Jarre. Je dis ça suite à l'apparition, là. C'est pas évident,
quand-même. vous imaginez, tous les deux, là, la transformation des
molécules d'air en être vivant. Franchement, c'est incroyable.

- Michel : Il était peut-être synthétique.

- Le psychiatre : Bon, bah, oui, ça simplifierait les choses.

On sonne à la porte.

- Bonjour, c'est l'facteur. Un recommandé des extraterrestres.

Ils lisent la lettre :

Monsieur,

Suite à des exercices nucléaires sur la face cachée de la Lune, nous avons
détecté une forte présence de radioactivité dans votre appartement, suivi d'une
élimination de la radioactivité par le fameux aspirateur invisible divin.
Avec l'autorisation de Georges W. Bush, nous désirerions procéder nous aussi
à des essais nucléaires dans votre salon. Ne craignez rien, nous connaissons
l'art de nous camoufler. Si vous refusez, nous vous donnerons une clique. Et
si vous n'êtes toujours pas content, je vous serais gré de venir me
remplacer.

- Le psychiatre : Eh, t'entends ?

- Michel : De quoi ?

- Le psychiatre : Heu bah écoute ! Là !

- Quoi.

- T'entends ? Des gens qui chantent.

- Des gens qui chantent ? Bah heu ch'crois pas, non.

- Chiketompaï ketompaompaomp Ça fait ça.

- Et ben heu, ch'sais pas. t'entend. p'tête. des voix.

<Clip de Gérald Genty>



2. Présentation des outils


Une série d'outils et de rubriques permettent de faire aboutir toutes ces
exigences, outre la qualité du scénario.



Le camion de sondages profonds : Il contient tout ce qu'il faut pour bien
filmer sans trop être vu, ceci dans un décor de maison, et tout ce qui peut
être utilisé pour faire un sondage d'une seule personne à la fois. Il doit y
avoir ce qu'il faut pour présenter des documents visuels, pour les stocker
et les retrouver. Il aura un sol mou comme du matelas, avec des coussins
dont quelques-uns chauffés grâce à des tuyaux d'eau, des petits draps qui
traînent, et des pailles sortant de verres fixés donnant de la menthe, dans
une ambiance « content d'être là ». Les sondés seront inconnus du public,
mais ils ne seront choisis que sur des critères d'amitié. Rien à voir avec
le gars super-charismatique choisi par casting et un maximum représentatif
du goût. Ce sera d'avantage non pas « Monsieur » tout le monde mais l'ami
différent, mais choisi pour sa capacité à répondre. Nous n'aurons pas la
moindre honte à inviter 2 fois la même personne pour 2 goûts différents.
Avec eux, nous aurons décidé qu'il est important de faire la clarté sur le
sujet. Il n'aura pas besoin de passer à la télé mais envie de faire
comprendre, de se laisser comprendre, fictivement à l'enquêteur plutôt qu'à
tous, et de laisser le téléspectateur s'insérer dans la complicité. Voici
quelques méthodes d'interrogation : L'objectivité n'est pas ici réalisée de
la manière courante. Il s'agit de rendre libres toutes les voies. On n'hésite
pas à donner quelques arguments pour que le concerné en donne aussi. On peut
décrire soi-même quelque chose de difficile qui pourrait être dit, afin que
le reste soit plus accessible. Il faut gentiment influencer dans le sens
contraire pour vérifier l'existence d'une réalité. Et dans cette condition,
l'impossibilité d'approuver est parfois touchante.



Le Restaurant de la Santé : Il est associé avec Les Enquêtes. Sa spécialité
: la discussion. Ses serveurs posent une énigme après avoir pris commande.
Ils sont formés pour savoir faire avancer la conversation sur ces énigmes,
et en connaissent les solutions possibles. La résolution nous importe plus
que la solution.



Les entrevues : Certaines sont tirées des enquêtes menées pendant la
préparation et filmées par sécurité. Beaucoup d'autres auront été préparées.
On peut les répartir en 3 cas généraux : L'enquêteur aura des questions
toutes faites et connaîtra les réponses possibles, sur les grands points du
sujet. L'assistant connaîtra le sujet à fond. Une fausse entrevue avec une
vraie personne qui trouvera que son scénario est vrai et qui saura le jouer.
Une fausse entrevue avec rien que des acteurs. Dans ce 3ème cas, le
téléspectateur ne devra pas être trompé. Elles se passent à l'endroit le
plus propice.



Tête à tête : Deux experts font avancer les théories avec des idées
valables. On voit toute la passion de leur spécialité. Ils sont fascinés par
ce qu'ils disent. Cette façon de voir peut faire aimer au téléspectateur ce
dont il se servait, et lui permet de jouer avec ce dont il dépendait.



- L'enquêteur : Et vous, croyez-vous que vous avez le droit de diffuser des
théories psychanalytiques du genre : les bébés, en tétant le sein, c'est de
la viande qu'ils recherchent ?

- Le psy : Oh, moi je vais chercher les réponses à mes questions chez les
enquêteurs du coin, (courte pause) aux Enquêtes.

- L'enquêteur : (courte pause) Ah bon ? C'est amusant. (courte pause) C'est
là que je travaille, moi.

- Le psy : (courte pause) Ah bon ? Moi aussi, j'y vais, (courte pause)
parfois.

- L'enquêteur : (courte pause) On m'a demandé d'enquêter à Télé-Thérapie,
alors je suis venu. (courte pause) J'ai traversé.

- Le psy : (courte pause) Oui, c'est bien ici.

- L'enquêteur : (courte pause) C'est bien, ici ?

- Le psy : (courte pause, d'une voix suave :) Oui, c'est bien, ici.

- L'enquêteur : Mais je voudrais savoir : Qu'est-ce que vous pensez des gens
qui affirment en tant que spécialistes des théories invérifiables,
invérifiées, et sadiques en plus, en soutenant que ceux qui n'y croient pas
feraient mieux de venir les consulter ?

- Le psy : Si vous pensez aux psychanalystes, vous exagérez : il n'y a pas
beaucoup de théories sadiques, et celle qui soutient que ceux qui n'y
croient pas refoulent, n'est pas systématique. (courte pause) Sinon je suis
moi-même croyant (pause) En Freud.



Au creux de l'intimité : Il s'agit de faire semblant, d'interroger en ayant
soi-même ce goût, ou de mettre en présence 2 personnes ayant ce goût, pour
faire dire des choses très vraies, très profondes, très intimes. C'est dans
cette rubrique qu'on peut le mieux faire passer des analyses informellement,
donc chargées d'émotion, grâce à l'utilisation de celles-ci dans l'humour ou
ailleurs. C'est rapide, ça ne prend pas la tête, et ça amuse sans même «
distraire ».



Sondage : Les gens de tous les jours pensent des choses étonnantes,
intelligentes comme drôles, sur un problème donné.



« Pourquoi selon vous le naturisme existe ? » Quand on parle pour la
première fois d'un problème à quelqu'un.Il lui vient automatiquement une
première idée sur une résolution possible, parfois bonne.



La mise en scène : Elle peut soit être une vision, basée sur une nouvelle
hypothèse, soit un fantasme ou une illustration de ce qui est dit, soit un
ensemble de scénarios, c'est à dire des solutions différentes à un même
problème. La mise en scène doit amuser et aider à comprendre.

Roland, un acteur connu, ressemblant à François, a pénétré une équipe de
tournage. Il est déguisé en gendarme. Avec un coéquipier, ils ont tendu une
embuscade à un voleur. On l'entend courir. Il va passer par la porte.
Soudain, le coéquipier lui fait un croche-pied. Le voleur s'écroule par
terre. Le gendarme lui marche sur le corps pour qu'il ne puisse plus bouger.
Le voleur lui donne des coups de poings sur les jambes d'un air d'être sûr
que c'est utile, mais le gendarme ne réagit pas. Par contre, ensuite, il lui
donne un coup de pied sur le tibia qui le fait s'abaisser. Mais alors le
gendarme saute sur le voleur une fois. Le voleur crie un coup, mais le
gendarme s'abaisse, et lui fait une brûlure indienne. Le voleur, le visage
crispé, arrive tout de même à amener une main sur celle du gendarme, et le
griffe soudain, volontairement. Le gendarme gifle le voleur. Le voleur tire
sur la manche du gendarme plusieurs fois. Mais apparemment il n'arrive pas à
ses fins. Il tire alors sur une poche du gendarme qui s'arrache. Pendant ce
temps-là, le gendarme a eu le temps de lui mettre les menottes. En se
battant, ils émettaient des petits cris d'efforts, légèrement peinés.

- Le metteur en scène : Coupez !

- Roland interroge son coéquipier en le vouvoyant : La violence attire ! On
laisse le spectateur se mettre à la place d'une personne, avant de la mettre
en danger de mort. Vous n'avez pas peur que d'attirer par la violence, on en
prenne l'habitude ?

- Le coéquipier : Noon, dans la réalité on continue d'avoir peur de petits
riens.

- Le voleur : On sait n'associer la violence qu'à la télé ! En tous cas il
faut savoir.

- Roland : Mais le problème, c'est que vous êtes imitable. Votre réaction
deviendra l'une de celles qu'on connaît. Et généralement, c'est mauvais d'adopter
un comportement violent.

- Le metteur en scène, parlant au coéquipier : Ooh ! on ne va pas tout
supprimer, non plus ! J'ai une idée. Vous, après lui avoir fait un
croche-pied, vous allez sortir au voleur une ritournelle si habile qu'un
problème de conscience l'obligera à se livrer à la police. Et c'est vous
(désignant Roland avec des yeux sadiques) qui allez me l'inventer.



Roland a pénétré une équipe de tournage. Il est déguisé en gendarme. Avec un
coéquipier, ils ont tendu une embuscade à un voleur. On l'entend courir. Il
va passer par la porte. Soudain, Roland lève le bras et fait un signe stop.

- Roland : Vous êtes méchant. (pause) Exprimez-vous un désespoir ? Car toute
méchanceté a une cause. Est-ce une perversité de vos envies, qui consist

  • Partager ce contenu :
Vos réponses Page 1 / 2
Trier par : date / pertinence
FredDecr
Le #10016241
"FredDecr"
L'art éducatif



J'ai travaillé dur pour mettre au point ce projet. J'espère que vous le
respecterez.



----== Posted via Newsfeeds.Com - Unlimited-Unrestricted-Secure Usenet News==----
http://www.newsfeeds.com The #1 Newsgroup Service in the World! 120,000+ Newsgroups
----= East and West-Coast Server Farms - Total Privacy via Encryption =----
fiLou
Le #10016221
olive a écrit :


Trop long.
Plonk.



+1
nicolas
Le #10016101
FredDecr wrote:
L'art éducatif



Trop long. Apprend deja a ecrire, apres tu pourras parler d'education.
nicolas
Le #10016091
fiLou wrote:
olive a écrit :


Trop long.
Plonk.




+1





Super boulet le mec! Il finira pedago a l'educ nat!
fiLou
Le #10016051
nicolas vient de nous annoncer :

Trop long. Apprend deja a ecrire, apres tu pourras parler d'education.



Paille, poutre...
nicolas
Le #10016041
fiLou wrote:
nicolas vient de nous annoncer :

Trop long. Apprend deja a ecrire, apres tu pourras parler d'education.




Paille, poutre...





Poutrelle
FredDecr
Le #10015771
Au lieu de douter, il faudrait essayer...
FredDecr
Le #10015511
L'arrogance est le mal français de la décennie. Exemple : Sur ce forum, on n'a
que des critiques, que ce soit contre la télé publique ou contre mes
propositions d'idées. Mal qui pourrait être atténué télévisuellement par la
mise en évidence de ses paradoxes, des exemples, des caricatures et des
contre-exemples, et des propositions de réactions plus fonctionnelles.
Quelques sketches existent, on pourrait en inventer d'autres. Il faudrait
une "Télé du peuple" par les inconnus. Mais c'est cher.



Oui à une redevance bien employée, même augmentée. Oui à l'idée de Carolis
pour des oeuvres financées par des donateurs, qui peuvent être des
entreprises. Je dirais même mieux : Proposer un fonds éthique de placement.
Reste à ce qu'il y ait une connaissance par les particuliers des organismes
qui investissent les fonds dormants en fonds éthiques, et que l'oeuvre
étudie sa propre utilité.



D'autres maux importants de la France actuelle solubles par la télé : La
bêtise, le manque de philosophie, la solitude, la vie plate, l'étude des
justifications des gênes occasionnées, par contre le manque de connaissance
est déjà trop comblé.



----== Posted via Newsfeeds.Com - Unlimited-Unrestricted-Secure Usenet News==----
http://www.newsfeeds.com The #1 Newsgroup Service in the World! 120,000+ Newsgroups
----= East and West-Coast Server Farms - Total Privacy via Encryption =----
FredDecr
Le #10015501
"FredDecr"
L'art éducatif



Génial, l'idée de France Télévisions de ne pas dépenser d'argent pour les
émissions pour enfants sur France 2, France 3; et de le concentrer sur
France 5. C'est si important, ça ne ressort jamais par l'autre oreille, à
cet âge-là. J'ai une super-proposition : Maintenant que le contenu est vide,
on pourrait peut-être arrêter la diffusion de ces programmes sur France 2 /
France 3 ? (Quand j'écoute France 2 à 8H00 du matin, mon oreille est agacée
par des tas de paroles abrutissantes).

Le plus utile, dans la vie : Les débats d'esprit et de sensibilité.



----== Posted via Newsfeeds.Com - Unlimited-Unrestricted-Secure Usenet News==----
http://www.newsfeeds.com The #1 Newsgroup Service in the World! 120,000+ Newsgroups
----= East and West-Coast Server Farms - Total Privacy via Encryption =----
fiLou
Le #10015461
FredDecr a émis l'idée suivante :
L'arrogance est le mal français de la décennie. Exemple : Sur ce forum, on
n'a que des critiques, que ce soit contre la télé publique ou contre mes
propositions d'idées.



Écrase connard!

Va donc traîner tes guêtres sur un forum québécois, c'est la même
chose, ou parfois pire, car la liberté de parole est plus importante
chez eux.


J'avais lu qu'un sociologue avait étudié notre comportement sur les
forums de discussions et il y avait trouvé de fortes similitudes avec
une époque lointaine dans laquelle les gens lorsqu'ils se croisaient
dans la rue et entamaient une discussion, elle se faisait sur un mode
agressif, avec d'abord des échanges de noms d'oiseaux, puis au fur et à
mesure ils sympathisaient.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme