1er octobre 2017, les 50 ans de la TV couleur en France

Le
Thierry VIGNAUD
Aujourd'hui c'est le 50e anniversaire de l'inauguration de la télévision en
couleur en France, le 1er octobre 1967, limité à l'époque à la 2e chaîne qui
diffusait en 625 lignes, contrairement à la 1ere qui été en 819 lignes.

La presse a ressorti quelques articles de l'époque, c'est notamment le cas du
Figaro
http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2017/09/29/26010-20170929ARTFIG00208-les-debuts-difficiles-de-la-television-en-couleur.php

ou de Télérama
www.telerama.fr/television/il-y-a-50-ans,-les-francais-%28et-telerama%29-decouvraient-la-tele-couleur,n5235239.php
(avec une carte de l'Europe de 1967 des actuels et futures prévisions systèmes
de couleurs en Europe et il y aura des modifications par la suite)

Wikipedia recense à travers le monde les diverses dates d'arrivée de la
télévision couleur par pays
https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_the_introduction_of_color_television_in_countries

--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Pascal
Le #26446251
"Thierry VIGNAUD" a écrit dans le message de groupe de discussion :

Aujourd'hui c'est le 50e anniversaire de l'inauguration de la télévision en
couleur en France, le 1er octobre 1967, limité à l'époque à la 2e chaîne qui
diffusait en 625 lignes, contrairement à la 1ere qui été en 819 lignes.
La presse a ressorti quelques articles de l'époque, c'est notamment le cas
du
Figaro
http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2017/09/29/26010-20170929ARTFIG00208-les-debuts-difficiles-de-la-television-en-couleur.php
ou de Télérama
www.telerama.fr/television/il-y-a-50-ans,-les-francais-%28et-telerama%29-decouvraient-la-tele-couleur,n5235239.php
(avec une carte de l'Europe de 1967 des actuels et futures prévisions
systèmes
de couleurs en Europe et il y aura des modifications par la suite...)
Wikipedia recense à travers le monde les diverses dates d'arrivée de la
télévision couleur par pays
https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_the_introduction_of_color_television_in_countries
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et oui le temps passe bien vite...
J'étais enfant et me souviens très bien de la TV couleur en vitrine ou dans
les foires expo.
Au début la famille n'avais pas la TV couleur, mais j'avais bien repéré sur
la "2 ème chaine couleur"
les émission diffusées en couleur, on voyait des liserés, et des brillances
tramées dans l'image.
(C'était la sous porteuse SECAM, que le TV noir & blanc laissait passer car
il n'en avait rien à faire!)
A l'époque je ne le savais pas.
Mélody TV, diffuse pour fêter ce cinquantenaire "Amont tour" première
émission de variétés en couleur
avec en introduction le fameux "Et voici la couleur le jour fixé et à
l'heure dite" que l'on voit sur le lien "Télérama"
Pascal
François Guillet
Le #26446267
Thierry VIGNAUD a écrit :
Aujourd'hui c'est le 50e anniversaire de l'inauguration de la télévision en
couleur en France, le 1er octobre 1967, limité à l'époque à la 2e chaîne qui
diffusait en 625 lignes, contrairement à la 1ere qui été en 819 lignes.
La presse a ressorti quelques articles de l'époque, c'est notamment le cas du
Figaro
http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2017/09/29/26010-20170929ARTFIG00208-les-debuts-difficiles-de-la-television-en-couleur.php

Médiocre article bien qu'ils soit plutôt étoffé par rapport aux autres
media qui traitent le sujet. Ils disent au début que l'obstacle a été
"prix prohibitif et méfiance des consommateurs". "Prix prohibitif",
oui, méfiance, non, tout le monde aurait voulu la couleur à l'époque
mais n'en avait pas les moyens. D'ailleurs ils insistent bien, mais
plus loin, sur le coût prohibitif du TV.
Ils affirment aussi : "le procédé français SECAM fournit une image très
supérieure au NTSC américain, ou au PAL européen". Au NTSC américain,
oui (Never Twice Same Color :-)), mais contre le PAL, c'est faux.
Le PAL a plus d'avantages. Le SECAM a été un standard plus politique
que technique, il fallait que la France se distingue et se protège du
reste du monde, comme avec le 819 lignes. Ensuite il a fallu abandonner
le 819 lignes, et si plus tard on n'a pas abandonné aussi le SECAM qui
posait des problèmes (notamment pour l'enregistrement), plusieurs pays
de l'Est l'ont fait, qui sont repassés en PAL après la chute du mur de
Berlin.
ou de Télérama
www.telerama.fr/television/il-y-a-50-ans,-les-francais-%28et-telerama%29-decouvraient-la-tele-couleur,n5235239.php
(avec une carte de l'Europe de 1967 des actuels et futures prévisions
systèmes de couleurs en Europe et il y aura des modifications par la
suite...)

ou Ouest-France, plus factuel, et qui aborde le côté politique :
https://www.ouest-france.fr/medias/france-televisions/le-choc-casimir-etait-orange-il-y-50-ans-la-tele-francaise-prenait-des-couleurs-5280354
François Guillet
Le #26446271
Pascal avait énoncé :
...
Et oui le temps passe bien vite...
J'étais enfant et me souviens très bien de la TV couleur en vitrine ou dans
les foires expo.

itou.
Qu'est-ce que ça paraissait beau par rapport à ce qu'on avait à la
maison. Et il m'arrivait d'entrer dans ces magasins, humer ce parfum de
l'électronique mystérieuse des postes qui chauffaient...
:-)
Steph
Le #26446279
François Guillet dit dans news:59d11cb5$0$4810
$:
Pascal avait énoncé :
J'étais enfant et me souviens très bien de la TV couleur en


vitrine ou dans
les foires expo.

itou.
Qu'est-ce que ça paraissait beau par rapport à ce qu'on

avait à la
maison.

[mode: grincheux]
C'est étrange, mais mon souvenir diffère largement des vôtres.
Peut-être parce que j'étais déjà adulte ? J'ai immédiatement
haï la télé couleur (et mon sentiment n'a pas vraiment changé.
Rien ne vaut un beau noir et blanc bien composé et bien
éclairé que ce soit d'ailleurs sur papier, ou sur écran petit
ou grand). Pour en revenir à 1967 et aux premiers postes
exposés à la vue du public dans le hall de la jeune "maison"
de l'ORTF d'abord, puis dans les magasins, les images étaient
atroces - en partie à cause de la médiocre définition
verticale par rapport à celle à laquelle nous étions habitués,
en partie à cause de la mauvaise qualité intrisèque des
premiers postes "SECAM" et de leur calibrage colorimétrique,
impression aggravée par la comparaison de postes côte à côte,
diffusant la même image, dont jamais deux n'avaient les mêmes
couleurs ! Je ne parle pas du prix des postes qui représentait
six mois à un an de salaire moyen...
Par la suite ça c'est un peu amélioré, mais franchement, la
couleur, en soi, c'est vulgaire. Exception faite d'émissions
d'art (peinture) et de programmes animaliers ou similaires
pour lesquels la couleur représente un plus certain, mais
quelle proportion de spectateurs regardent justement ces
programmes-là ? Sans doute pas autant qu'on pourrait le
souhaiter ;=)
--
Steph
bilou
Le #26446299
"François Guillet" news:59d11b7d$0$3433$
. Ensuite il a fallu abandonner
le 819 lignes, et si plus tard on n'a pas abandonné aussi le SECAM qui
posait des problèmes (notamment pour l'enregistrement), plusieurs pays de
l'Est l'ont fait, qui sont repassés en PAL après la chute du mur de
Berlin.

Pour avoir fait l'essai je peu dire que le SECAM était parfaitement
enregistrable sans aucune modification sur un magnétoscope
noir et blanc pro dont le fond de panier comportait au moins
3 emplacements vides pour l'adaptation PAL NTSC.
Sinon parmis les points faibles de la couleur a l'époque il y avait
aussi la consommation électrique triple des récepteurs.
Le retard de la duplication de la première chaîne a du jouer un rôle
aussi tout en grevant lourdement le prix des récepteurs couleur.
(duplication des convergences)
Consommer 3 fois plus pour une image moins bonne en noir et blanc.
François Guillet
Le #26446624
Steph avait énoncé :
François Guillet dit dans news:59d11cb5$0$4810
$:
Pascal avait énoncé :
J'étais enfant et me souviens très bien de la TV couleur en vitrine ou
dans les foires expo.


itou.
Qu'est-ce que ça paraissait beau par rapport à ce qu'on avait à la
maison.

[mode: grincheux]
C'est étrange, mais mon souvenir diffère largement des vôtres.
Peut-être parce que j'étais déjà adulte ? J'ai immédiatement
haï la télé couleur (et mon sentiment n'a pas vraiment changé.
Rien ne vaut un beau noir et blanc bien composé et bien
éclairé que ce soit d'ailleurs sur papier, ou sur écran petit
ou grand). Pour en revenir à 1967 et aux premiers postes
exposés à la vue du public dans le hall de la jeune "maison"
de l'ORTF d'abord, puis dans les magasins, les images étaient
atroces - en partie à cause de la médiocre définition
verticale par rapport à celle à laquelle nous étions habitués,
en partie à cause de la mauvaise qualité intrisèque des
premiers postes "SECAM" et de leur calibrage colorimétrique,
impression aggravée par la comparaison de postes côte à côte,
diffusant la même image, dont jamais deux n'avaient les mêmes
couleurs ! Je ne parle pas du prix des postes qui représentait
six mois à un an de salaire moyen...
Par la suite ça c'est un peu amélioré, mais franchement, la
couleur, en soi, c'est vulgaire. Exception faite d'émissions
d'art (peinture) et de programmes animaliers ou similaires
pour lesquels la couleur représente un plus certain, mais
quelle proportion de spectateurs regardent justement ces
programmes-là ? Sans doute pas autant qu'on pourrait le
souhaiter ;=)

Ajourd'hui la mode, dans l'habillement ou l'ameublement, c'est le noir
et blanc, et ça fait des années que ça dure, bizarre pour une mode.
C'est sans doute le côté tristounet de l'époque qui veut cette
grisaille. Ca ne me plait pas et ça ne m'a jamais plu.
Certes les TV couleurs des années 60 avaient des tas de défauts,
notamment celui de la convergence des couleurs RVB, ça bavait, mais je
ne me souviens pas avoir noté de différences flagrantes de couleurs
entre postes, sauf d'intensité.
Une image TV couleur peut vraiment être assimilée à une image N&B (bien
sûr en luminance 625 lignes on avait moins de définition qu'en 819),
barbouillée de couleur de définition bien moindre (chrominance 4 fois
moins de définition il me semble). Donc le résultat ne pouvait jamais
être d'une grande finesse.
Cependant on vit dans un monde en couleur, pas en noir et blanc. Je
pense que (presque) tout le monde préfère un ciel bleu à un ciel gris,
avoir la couleur à la télé est naturel et compensait de loin la perte
de définition. Vous voyez la couleur comme vulgaire, moi je la vois
comme la vie, et le N&B comme une forme de snobisme, qui s'est vu aussi
parfois au cinéma à une époque où la couleur était déjà devenu
courante.
Préférer le N&B à la couleur me semble du même genre que cette nouvelle
vogue du rejet du CD pour le vinyle, venant soit des nostalgiques de
leur jeunesse, soit de jeunes pour qui c'est tout nouveau tout beau, oh
la belle pochette, mais qui n'ont jamais eu à subir les craquements, le
pleurage, la mauvaise séparation D/G, ou s'en amusent tandis que les
puristes de l'époque s'en arrachaient le cheveux...
François Guillet
Le #26446625
Il se trouve que bilou a formulé :
"François Guillet" news:59d11b7d$0$3433$
. Ensuite il a fallu abandonner
le 819 lignes, et si plus tard on n'a pas abandonné aussi le SECAM qui
posait des problèmes (notamment pour l'enregistrement), plusieurs pays de
l'Est l'ont fait, qui sont repassés en PAL après la chute du mur de Berlin.

Pour avoir fait l'essai je peu dire que le SECAM était parfaitement
enregistrable sans aucune modification sur un magnétoscope
noir et blanc pro dont le fond de panier comportait au moins
3 emplacements vides pour l'adaptation PAL NTSC.
Sinon parmis les points faibles de la couleur a l'époque il y avait
aussi la consommation électrique triple des récepteurs.
Le retard de la duplication de la première chaîne a du jouer un rôle
aussi tout en grevant lourdement le prix des récepteurs couleur.
(duplication des convergences)
Consommer 3 fois plus pour une image moins bonne en noir et blanc.

Oui, c'est plus le 819 lignes que le SECAM qui a posé problème. Les
deux 819/625 lignes obligeaient à faire une usine à gaz, et
multipliaient les problèmes. Par exemple quand on règlait la hauteur
d'image en 625 lignes pour qu'elle soit bien cadrée, elle dépassait ou
était trop étroite en 819. Un autre problème, ou le même, était que la
THT n'avait pas tout à fait le même niveau en 625 et 819, du fait que
le transfo THT marchait à la fréquence ligne... Bref une mauvaise bonne
idée le 819 lignes.
Le problème du secam était moins technique que commercial : on était
les marginaux. Donc encore une fois on a dû payer, et pour le secam
dont la production bénéficiait de moins d'économie d'échelle, et pour
le double standard puisqu'il a fallu aussi mettre le PAL dans nos
enregistreurs, les enregistrements partout ailleurs étant en PAL.
Bruno91
Le #26446632
Bonjour / Bonsoir François Guillet
Steph avait énoncé :
François Guillet dit dans news:59d11cb5$0$4810
$:
Pascal avait énoncé :
J'étais enfant et me souviens très bien de la TV couleur en
vitrine ou dans les foires expo.


itou.
Qu'est-ce que ça paraissait beau par rapport à ce qu'on avait à la
maison.

[mode: grincheux]
C'est étrange, mais mon souvenir diffère largement des vôtres.
Peut-être parce que j'étais déjà adulte ? J'ai immédiatement haï la
télé couleur (et mon sentiment n'a pas vraiment changé. Rien ne vaut
un beau noir et blanc bien composé et bien éclairé que ce soit
d'ailleurs sur papier, ou sur écran petit ou grand). Pour en revenir
à 1967 et aux premiers postes exposés à la vue du public dans le
hall de la jeune "maison" de l'ORTF d'abord, puis dans les magasins,
les images étaient atroces - en partie à cause de la médiocre
définition verticale par rapport à celle à laquelle nous étions
habitués, en partie à cause de la mauvaise qualité intrisèque des
premiers postes "SECAM" et de leur calibrage colorimétrique,
impression aggravée par la comparaison de postes côte à côte,
diffusant la même image, dont jamais deux n'avaient les mêmes
couleurs ! Je ne parle pas du prix des postes qui représentait six
mois à un an de salaire moyen...
Par la suite ça c'est un peu amélioré, mais franchement, la couleur,
en soi, c'est vulgaire. Exception faite d'émissions d'art (peinture)
et de programmes animaliers ou similaires pour lesquels la couleur
représente un plus certain, mais quelle proportion de spectateurs
regardent justement ces programmes-là ? Sans doute pas autant qu'on
pourrait le souhaiter ;=)

Ajourd'hui la mode, dans l'habillement ou l'ameublement, c'est le noir
et blanc, et ça fait des années que ça dure, bizarre pour une mode.
C'est sans doute le côté tristounet de l'époque qui veut cette
grisaille. Ca ne me plait pas et ça ne m'a jamais plu.
Certes les TV couleurs des années 60 avaient des tas de défauts,
notamment celui de la convergence des couleurs RVB, ça bavait, mais je
ne me souviens pas avoir noté de différences flagrantes de couleurs
entre postes, sauf d'intensité.
Une image TV couleur peut vraiment être assimilée à une image N&B
(bien sûr en luminance 625 lignes on avait moins de définition qu'en
819), barbouillée de couleur de définition bien moindre (chrominance 4
fois moins de définition il me semble). Donc le résultat ne pouvait
jamais être d'une grande finesse.
Cependant on vit dans un monde en couleur, pas en noir et blanc. Je
pense que (presque) tout le monde préfère un ciel bleu à un ciel gris,
avoir la couleur à la télé est naturel et compensait de loin la perte
de définition. Vous voyez la couleur comme vulgaire, moi je la vois
comme la vie, et le N&B comme une forme de snobisme, qui s'est vu
aussi parfois au cinéma à une époque où la couleur était déjà devenu
courante.
Préférer le N&B à la couleur me semble du même genre que cette
nouvelle vogue du rejet du CD pour le vinyle, venant soit des
nostalgiques de leur jeunesse, soit de jeunes pour qui c'est tout
nouveau tout beau, oh la belle pochette, mais qui n'ont jamais eu à
subir les craquements, le pleurage, la mauvaise séparation D/G, ou
s'en amusent tandis que les puristes de l'époque s'en arrachaient le
cheveux...

Et on pouvait entendre le début de la plage suivante avant même son
début.
--
Bruno
Steph
Le #26446637
François Guillet dit dans news:59d3f106$0$31625
$:
(ciseaux...)
.... Vous voyez la couleur comme vulgaire, moi je la vois
comme la vie, et le N&B comme une forme de snobisme, qui

s'est vu aussi
parfois au cinéma à une époque où la couleur était déjà

devenu
courante.

Chacun ses goûts et loin de moi l'envie de polémiquer, mais
c'est un fait, quand j'étais encore un "téléspectateur"
habituel (il y a longtemps, et pas de télécommande à l'époque)
j'avais cette manie de mettre à zéro la molette de réglages de
couleur cachée à l'arrière du téléviseur pour voir les films
de qualité. Le pompon ce sont les vieux films N&B d'avant
guerre ou des années 50 que les distributeurs, ou les
diffuseurs, se sont crus obligés de "coloriser" - une forme
d'atteinte aux oeuvres qui devrait être prohibée, d'ailleurs.
Préférer le N&B à la couleur me semble du même genre que

cette nouvelle
vogue du rejet du CD pour le vinyle, venant soit des

nostalgiques de
leur jeunesse, soit de jeunes pour qui c'est tout nouveau

tout beau, oh
la belle pochette, mais qui n'ont jamais eu à subir les

craquements, le
pleurage, la mauvaise séparation D/G, ou s'en amusent tandis

que les
puristes de l'époque s'en arrachaient le cheveux...

C'est une tout autre question. Sauf installation de fanatique,
platine de très très haut de gamme, le son "numérique"
l'emporte à l'évidence. Vous savez peut-être qu'on a fait des
platines à lecture laser pour lire les vieilles galettes,
sans aiguille, sans contact. Ça n'est évidemment pas donné !
--
Steph
François Guillet
Le #26446765
Steph avait énoncé :
...
Chacun ses goûts et loin de moi l'envie de polémiquer, mais
c'est un fait, quand j'étais encore un "téléspectateur"
habituel (il y a longtemps, et pas de télécommande à l'époque)
j'avais cette manie de mettre à zéro la molette de réglages de
couleur cachée à l'arrière du téléviseur pour voir les films
de qualité.

C'est toujours d'actualité sur les écrans plats, on peut passer en N&B.
Je suis quand même étonné de ce besoin. Vous avez une perception
normale des couleurs ? Il y a différentes pathologies qui pourraient
peut-être expliquer plus "objectivement" de meilleurs sensations en
N&B, mais bon, une question de goût aussi (et comme on ne discute pas
des goûts et des couleurs, a fortiori ne discutons pas des goûts sur
les couleurs :-) ).
Le pompon ce sont les vieux films N&B d'avant
guerre ou des années 50 que les distributeurs, ou les
diffuseurs, se sont crus obligés de "coloriser" - une forme
d'atteinte aux oeuvres qui devrait être prohibée, d'ailleurs.

Beaucoup de cinéastes, parmi ceux encore vivants qui ont fait des films
N&B, ont dit qu'ils auraient tourné en couleur s'ils avaient pu.
Les colorisations sont faites quand même avec soin. Même si on est loin
du naturel, ils essaient de retrouver les couleurs réellement utilisées
lors du tournage. Ca ne me gêne pas, au contraire.
...
C'est une tout autre question. Sauf installation de fanatique,
platine de très très haut de gamme, le son "numérique"
l'emporte à l'évidence.

Ah, je suis rassuré :-), c'est bien mon avis aussi.
Vous savez peut-être qu'on a fait des
platines à lecture laser pour lire les vieilles galettes,
sans aiguille, sans contact. Ça n'est évidemment pas donné !

Oui, mais je n'en ai jamais vu fonctionner. Je parie que les nouveaux
aficionados du vinyle vont trouver que c'est une hérésie...
Je trouve parfois des numérisations de vinyles sur le P2P, et le
résultat est exceptionnel. J'ai même dû vérifier avec Adobe Audition
que c'était bien de l'analogique au départ, je n'y croyais pas. Mais
si, on voit quand même bien le léger bruit du début de piste. Peut-être
le résultat d'un travail de passionnés, et peut-être de ces platines
laser.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme