Twitter iPhone pliant OnePlus 12 PS5 Disney+ Orange Livebox Windows 11 ChatGPT

En 2016, Nasab, sa femme Attal et leurs deux filles ont décidé de quitter leur pays d’origine, le Liban

1 réponse
Avatar
Martial
(pas de chance ils ne sont pas noir ou mineur isolé(voyou)) ils ne sont pas du gout
de Emmanuel Macron ils n'ont que des filles lui ce qu'il aime c'est les petit
négros dans son lit./

Change.org

En 2016, Nasab, sa femme Attal et leurs deux filles ont décidé de quitter leur pays
d’origine, le Liban, pour trouver un meilleur avenir en France. Installée dans la
ville de Decazeville, en Occitanie, la famille est parfaitement intégrée : ils ont
acheté une maison, les deux parents travaillent et les enfants vont Í  l’école et se
font des amis.
Aujourd’hui, Nasab et sa famille sont menacés d’une expulsion imminente. Eric,
signez la pétition et aidez cette famille Í  rester en France.




URGENT : UNE FAMILLE LIBANAISE EN DÉTRESSE


2”¯984 personnes ont signé la pétition de Carine DURAND. Prochain objectif : 5”¯000 !


Signez cette pétition en un seul clic

M Nasab et Mme Attal sont venus du Liban en 2016 avec leurs deux petites filles,
aujourd’hui Í¢gées de 7 et 9 ans pour leur offrir une vie meilleure. Après un
parcours long et difficile, ils commençaient Í  croire que leur vie prenait la
direction qu’ils souhaitaient et que cette vie meilleure était Í  portée de main.
Ils ont acheté une maison dans un village du Bassin de Decazeville, dans l’Aveyron,
les filles ont trouvé un équilibre dans cette nouvelle vie rurale, M Nasab
travaille dans le b͢timent et Mme Attal a le projet de devenir aide ͠ domicile. Ces
avancées réelles et concrètes sont aujourd’hui mises en péril car ils ont reçu une
obligation de quitter le territoire.

De demandes en recours, ils n’ont jamais réussi Í  obtenir un titre de séjour qui
leur permettent de se poser tranquillement, eux et leurs deux filles de 7 et 9 ans.
Afin de donner Í  leurs enfants un toit et une scolarité normale, ils achètent une
petite maison Í  Combes (Aubin) en janvier 2021 et déposent un ultime demande de
carte de séjour « vie privée et familiale » Í  la Préfecture de Rodez.
L’espoir est permis : en effet, tous les deux cochent toutes les cases d’une bonne
intégration Í  la société française. Ils parlent et comprennent bien le français, M
Nasab parvient Í  créer une petite société de multiservices en auto-entreprise ;
habile de ses mains, il retape sa maison et obtient des chantiers de rénovation
(carrelage, maçonnerie, pose de cuisine,...), elle s’investit dans l’APE de l’école
de Combes et rêve de travailler avec des enfants. Généreux en coups de main, ils
entretiennent d’excellentes relations avec le voisinage et aspirent Í  vivre
tranquille, loin du chaos de leur pays o͹ ils n’ont plus guère d’attaches.
Mais, début octobre, tous les deux reçoivent une OQTF de la Préfecture (Obligation
de Quitter le Territoire Français).
Aidez-nous Í  les aider en signant cette pétition pour qu’ils puissent continuer Í 
avancer dans leur vie.
Rentrer aujourd’hui au Liban, d’o͹ leurs frères et sœurs sont partis, o͹ les filles
n’ont aucun souvenir, o͹ il n’y a ni médicaments, ni pain, ni essence n’est pas
envisageable.
Signez et envoyez Í  vos proches, c’est urgent !
Merci pour votre soutien.
LA BOUSSOLE, collectif d’entraide aux exilés de Decazeville, apporte son soutien
actif Í  cette famille.

--
--
\ / Croire c'est le contraire de savoir,
-- o -- si j'y crois, je ne sais pas,
/ \ si je sais, pas la peine d'y croire.
--> Je crois pas, car je sais que c'est faux malgré tout...
https://www.facebook.com/groups/2301145973445072
https://www.caminteresse.fr/culture/dou-vient-lexpression-etre-connu-comme-le-loup-blanc-1184674/

1 réponse

Avatar
Martial
Le 19 octobre 2022 Í  18:55 , Martial, C'est exprimé :
(pas de chance ils ne sont pas noir ou mineur isolé(voyou)) ils ne sont pas du gout
de Emmanuel Macron ils n'ont que des filles lui ce qu'il aime c'est les petit
négros dans son lit./
Change.org
En 2016, Nasab, sa femme Attal et leurs deux filles ont décidé de quitter leur pays
d’origine, le Liban, pour trouver un meilleur avenir en France. Installée dans la
ville de Decazeville, en Occitanie, la famille est parfaitement intégrée : ils ont
acheté une maison, les deux parents travaillent et les enfants vont Í  l’école et se
font des amis.
Aujourd’hui, Nasab et sa famille sont menacés d’une expulsion imminente. Eric,
signez la pétition et aidez cette famille Í  rester en France.
URGENT : UNE FAMILLE LIBANAISE EN DÉTRESSE
2”¯984 personnes ont signé la pétition de Carine DURAND. Prochain objectif : 5”¯000 !
Signez cette pétition en un seul clic
M Nasab et Mme Attal sont venus du Liban en 2016 avec leurs deux petites filles,
aujourd’hui Í¢gées de 7 et 9 ans pour leur offrir une vie meilleure. Après un
parcours long et difficile, ils commençaient Í  croire que leur vie prenait la
direction qu’ils souhaitaient et que cette vie meilleure était Í  portée de main.
Ils ont acheté une maison dans un village du Bassin de Decazeville, dans l’Aveyron,
les filles ont trouvé un équilibre dans cette nouvelle vie rurale, M Nasab
travaille dans le b͢timent et Mme Attal a le projet de devenir aide ͠ domicile. Ces
avancées réelles et concrètes sont aujourd’hui mises en péril car ils ont reçu une
obligation de quitter le territoire.
De demandes en recours, ils n’ont jamais réussi Í  obtenir un titre de séjour qui
leur permettent de se poser tranquillement, eux et leurs deux filles de 7 et 9 ans.
Afin de donner Í  leurs enfants un toit et une scolarité normale, ils achètent une
petite maison Í  Combes (Aubin) en janvier 2021 et déposent un ultime demande de
carte de séjour « vie privée et familiale » Í  la Préfecture de Rodez.
L’espoir est permis : en effet, tous les deux cochent toutes les cases d’une bonne
intégration Í  la société française. Ils parlent et comprennent bien le français, M
Nasab parvient Í  créer une petite société de multiservices en auto-entreprise ;
habile de ses mains, il retape sa maison et obtient des chantiers de rénovation
(carrelage, maçonnerie, pose de cuisine,...), elle s’investit dans l’APE de l’école
de Combes et rêve de travailler avec des enfants. Généreux en coups de main, ils
entretiennent d’excellentes relations avec le voisinage et aspirent Í  vivre
tranquille, loin du chaos de leur pays o͹ ils n’ont plus guère d’attaches.
Mais, début octobre, tous les deux reçoivent une OQTF de la Préfecture (Obligation

j'ai signé!
<https://chng.it/8JVBGhJJPT>
--
--
/ Croire c'est le contraire de savoir,
-- o -- si j'y crois, je ne sais pas,
/ si je sais, pas la peine d'y croire.
--> Je crois pas, car je sais que c'est faux malgré tout...
https://www.facebook.com/groups/2301145973445072
https://www.caminteresse.fr/culture/dou-vient-lexpression-etre-connu-comme-le-loup-blanc-1184674/