Behringer A500

Le
ftrl
Bonjour,

J'ai récemment évoqué un problème avec un ampli A500 de chez Behringer
que j'ai en prêt, une distorsion sur un morceau de piano très doux.
J'avais constaté qu'en baissant le volume de la source et en mettant
l'ampli à fond, c'était ok (mais bonjour le souffle et la peur de tout
cramer sur une erreur de manip).

Ca se confirme, on m'a prêté un module de mixage toujours de chez
Behringer, l'Europack Pro RX1602 et là, nickel.

Pas de souffle, pas de distorsion, pas de bruit (le préampli est relié à
l'ampli par de courts câbles symétriques).

Le son de l'ampli est assez "sec", "metallique" je dirais, mais plutôt
précis et une sensation de pêche (mais peut être les faiblesses de
l'ampli que je cherche à remplacer, un vieux Sansui bas de gamme,
expliquent cette impression).

Bon, le look laisse à désirer, ça fait un peu "musicos", "studio du
pauvre" mais pour le prix que l'on me demande, 180 euros pour l'ampli et
110 euros pour le module de mixage, ça me paraît être une solution très
intéressante.

Je sens que je vais garder l'ensemble, c'est pour moi très pratique
d'avoir 8 entrées, je peux brancher plein de sources de niveaux
différents, l'ordinateur, un piano.

Le type que me propose ce matériel (un revendeur de matériel musical
local) est visiblement très pro-behringer et je sais qu'il y a les
anti-behringer (moi, je suis plutôt je-m-en-fous-behringer du moment que
j'ai un truc qui me convient).

Il me parle désormais d'un autre produit soit disant magique, un
égaliseur DEQ2496, sensé corriger automatiquement les défauts de
reproduction (bon, c'est plus cher et ça, il n'arrivera pas à me le
vendre tout de suite, surtout qu'il ne l'a pas en prêt). J'ai à peu près
compris comment ça fonctionne. Ca paraît réaliste. Que penser d'un tel
produit ? Est-ce intéressant pour la hifi ou est-ce vraiment réservé à
la sonorisation ? Merci pour vos avis.

JL
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
spmic
Le #13018111
Bonsoir,

J'ai un DEQ 2496 acheté d'occase et voici mon avis la dessus.
Déjà pour en exploiter correctement le potentiel il faut avoir le micro de
mesure qui va avec.
Ensuite c'est séduisant à première vue, ca permet effectivement d'égaliser
la réponse acoustique du système et de la pièce de façon quasi automatique.
Le problème c'est que quand c'est bon à un endroit précis deux mètres à coté
c'est alors tout faux :-(
Ensuite à force de tatonner et d'essayer on finit par l'utiliser de façon
différente, on s'en sert pour mesurer et comprendre ce qui se passe, et les
corrections on joue plus fin, du genre mieux placer les enceintes ou autres
astuces simples. Et la on arrive à un résultat assez satisfaisant et l'engin
est fort utile.
J'ai aussi constaté que les convertisseur A/N et N/A qui y sont intégrés
sont assez primaires et grossiers, et qu'il valait mieux s'en servir en
entrant et sortant en numérique, et mettre un bon convertisseur derrière.
Donc pour moi DEQ 2496 = aide à mise au point à retirer une fois que tout
est OK.
Au début j'avais dans mon bureau une config de folie avec caisson de graves,
égalisation, etc, et j'en suis revenu, 2 petites enceintes bonnes et bien
placées ca va bien mieux en fait :-)
Bon pour le prix c'est quand même trés bien comme matériel.

L'ampli Behringer A500 je suis trés intéressé par ses caractéristiques voire
défauts. J'ai en effet dans mon bureau une petite chaine qui doit rester
petite pour des raisons de place. J'ai essayé plein d'enceintes pour
finalement rester sur des Dynaudio audience 40 (l'ancêtre des 42, presque
pareilles en fait). C'étaient les seules trés petites enceintes ou le grave
bien que descendant pas trés bas est assez propre à mon gout. Par contre il
me semble que c'est trés mal accordé avec mon petit machin tout intégré
denon udm-30. Bizarrement le grave va bien alors que les Dynaudio sont
réputées gourmandes en courant, enfin j'écoute pas fort, mais dans le
médium/aigu je trouve que c'est mou et que ca manque de dynamique. Alors un
truc un peu sauvage et pas cher branché sur le pré-out du Denon et planqué
sous un meuble ça pourrait être un truc jouable :-)
J'écoute soit radio (tuner intégré), soit depuis un PC en compression sans
perte ou en non compressé via un vieux convertisseur audio alchemy dde v1.1
tout petit. Ce convertisseur est censé être typé un peu agressif, mais le
résultat est quand même mou :-(

Michel


"ftrl" 434a8c04$0$11757$
Bonjour,

J'ai récemment évoqué un problème avec un ampli A500 de chez Behringer que
j'ai en prêt, une distorsion sur un morceau de piano très doux. J'avais
constaté qu'en baissant le volume de la source et en mettant l'ampli à
fond, c'était ok (mais bonjour le souffle et la peur de tout cramer sur
une erreur de manip).

Ca se confirme, on m'a prêté un module de mixage toujours de chez
Behringer, l'Europack Pro RX1602 et là, nickel.

Pas de souffle, pas de distorsion, pas de bruit (le préampli est relié à
l'ampli par de courts câbles symétriques).

Le son de l'ampli est assez "sec", "metallique" je dirais, mais plutôt
précis et une sensation de pêche (mais peut être les faiblesses de l'ampli
que je cherche à remplacer, un vieux Sansui bas de gamme, expliquent cette
impression).

Bon, le look laisse à désirer, ça fait un peu "musicos", "studio du
pauvre" mais pour le prix que l'on me demande, 180 euros pour l'ampli et
110 euros pour le module de mixage, ça me paraît être une solution très
intéressante.

Je sens que je vais garder l'ensemble, c'est pour moi très pratique
d'avoir 8 entrées, je peux brancher plein de sources de niveaux
différents, l'ordinateur, un piano.

Le type que me propose ce matériel (un revendeur de matériel musical
local) est visiblement très pro-behringer et je sais qu'il y a les
anti-behringer (moi, je suis plutôt je-m-en-fous-behringer du moment que
j'ai un truc qui me convient).

Il me parle désormais d'un autre produit soit disant magique, un égaliseur
DEQ2496, sensé corriger automatiquement les défauts de reproduction (bon,
c'est plus cher et ça, il n'arrivera pas à me le vendre tout de suite,
surtout qu'il ne l'a pas en prêt). J'ai à peu près compris comment ça
fonctionne. Ca paraît réaliste. Que penser d'un tel produit ? Est-ce
intéressant pour la hifi ou est-ce vraiment réservé à la sonorisation ?
Merci pour vos avis.

JL


Stéphane Guillard
Le #13018091
Bonjour,

Il me parle désormais d'un autre produit soit disant magique, un égaliseur
DEQ2496, sensé corriger automatiquement les défauts de reproduction (bon,
c'est plus cher et ça, il n'arrivera pas à me le vendre tout de suite,
surtout qu'il ne l'a pas en prêt). J'ai à peu près compris comment ça
fonctionne. Ca paraît réaliste. Que penser d'un tel produit ? Est-ce
intéressant pour la hifi ou est-ce vraiment réservé à la sonorisation ?
Merci pour vos avis.



Les intégristes de l'audiophilie crieront à l'hérétique à la question "utile
en HiFi". Surtout ceux qui n'ont jamais regardé à quoi cet appareil peut
bien servir.

J'ai le modèle d'avant, le DSP8024 (mêmes fonctions, mais 48KHz et pas 96).
Mon point de vue est différent, le voici ci-dessous. Pardonnez le ton "oui
oui au pays de l'audio", mais j'ai découvert tout ça en tirant différents
fils par curiosité ; cette compréhension autodidacte est sans doute
approximative, mais après tout, je n'oblige personne à lire mon blabla :)

Cherchant à améliorer la qualité de la restitution audio HiFi chez moi, je
me suis longtemps intéressé aux enceintes, en survolant complètement les
qualités de ma salle d'écoute (ou plutôt ses défauts). Ainsi je m'intéresse
en parallèle à l'étude d'un système stéréo à amplifications 3 voies
séparées, et à l'écoute prospective d'enceintes "de qualité".

Du coté "système triphonique", je me suis intéressé aux produits Behringer
sur les conseils de FYLG, en particulier à l'A500, bien adéquat pour
amplifier une voie grave (en effet, rapport prix / prestations ahurissant,
comme la plupart des matériels Behringer), et à leur filtre actif DCX2496
que beaucoup d'utilisateurs de systèmes tri amplifiés connaissent bien (très
abordable aussi).

Du coté "enceintes de qualité", j'ai eu récemment l'occasion d'écouter des
B&W série 800, dans le contexte d'une salle très bien traitée (par un
professionel, DSR Audio), et de bénéficier à cette occasion de quelques
éclairages de ces spécialistes. Ces informations m'ont donné envie d'aller
plus loin dans la réflexion sur le traitement de salle, et après avoir
beaucoup lu, expérimenté et écouté, j'ai forgé ma conviction que :

1 - toute salle d'écoute a ses modes propres (fréquences auxquelles elle se
met à résonner, parce que l'aller retour du son d'un point à un autre se
fait dans un multiple de la période correspondante). Le son se déplace à 330
m/s dans les "conditions normales de température et de pression, donc la
fréquence correspondant à la résonnance primaire entre deux murs de distance
d est 330/(2*d) (aller / retour). Ca coule de source, n'est-ce pas, surtout
une fois qu'on a lu http://www.etfacoustic.com/modes.html (1er lien ramené
par Google à la recherche "room resonant frequencies") ou tout autre article
du même genre, et réfléchi un peu :). Pour illustrer le concept : ça
correspond à pousser / tirer de l'eau dans votre baignoire, dans le sens de
la longueur, juste à la fréquence qui provoque la résonance : à effort
minimal vous faites des vagues qui vont la faire déborder. La largeur de la
baignoire étant différente de la longueur, la fréquence de résonance en
largeur est évidemment différente. En sus des modes propres de 1er rang,
rentrent évidemment en ligne de compte les rebonds en diagonale, les
harmoniques etc. Nota bene : ces modes propres BF sont quasiment
indépendants des revêtements de vos murs, ils dépendent uniquement des
dimensions et de la géométrie de votre salle. Pour illustrer : collez ce que
vous voulez sur les parois de votre baignoire (moquette, boites d'oeufs
etc), vous ne changez pas ses modes propres.

Chez moi, les modes propres de ma salle d'écoute sont 28, 31 et 57 Hz, et
croyez moi, avec un géné BF et un sonomètre, on s'aperçoit sans problème que
le niveau de pression sonore augmente de l'ordre de +15 dB (!!!) à l'accord
avec ces fréquences, et de près de la moitié sur leurs harmoniques de rang 1
! (le dB étant une échelle logarithmique, +3dB correspond à puissance x2,
donc progression géométrique...).



2 - toute salle d'écoute a en sus ses caractéristiques de réverbération "HF"
(au dessus de disons 200 Hz), qui eux sont quasiment exclusivement liés aux
caractéristiques amortissantes ou réfléchissantes des murs et du mobilier.

Chez moi, pour des raisons de choix d'aménagement intérieur partagés avec ma
moitié, j'ai très peu de matériaux ou mobiliers amortissants ou diffusants
(murs béton peints, sol parquet, 1 mur entièrement vitré, plafond béton
peint), d'où un son très "clair" fatiguant. Test simples : avec un sinus pur
à 2 KHz, il est quasiment impossible de déterminer le placement des
enceintes à l'oreille !



En conclusion : vous pouvez avoir les meilleures enceintes du monde, et les
amplis les plus linéaires de l'univers, si vous ne travaillez pas aussi sur
l'amortissement sélectif de vos modes propres, et sur le traitement des
réverbérations HF, vous aurez un son pas bô.


Or... si vous pouvez changer ce que vous avez sur vos murs, voire au sol ou
en termes de mobilier, vous ne pouvez généralement pas trop changer les
dimensions de la salle ! Donc, si le "traitement HF" est modérément complexe
à mettre en oeuvre (par exemple, le concept Live End / Dead End préconisera
d'amortir en arrière des enceintes, et de diffuser en arrière de la position
d'écoute), le traitement BF n'est pas gagné !

La seule manière de compenser les "bosses" principales des modes propres (et
des bosses et creux secondaires de même nature) est d'utiliser un système
qui va les atténuer en amont, avant qu'ils ne sortent des HP. Une fois ceci
admis (et ce n'est pas dur, ce n'est que du bon sens), Google est encore
notre ami, et nous amène par exemple à trouver
http://www.enjoythemusic.com/magazine/equipment/0101/behringer8024.htm qui
raconte par le menu comment un égaliseur numérique du genre DSP8024, ou son
frère moderne DEQ2496, permet :

- la recherche automatique des modes propres,
- la programmation de filtres hyper sélectifs (largeur de bande 1/60e
octave) pour atténuer ces fréquences.

En substance, voici ce qui est raconté dans ce texte :

- l'appareil est un égaliseur numérique 1/3 octave (donc 31 bandes de
fréquences sur 20 Hz / 20 KHz) : vous avez un curseur par fréquence
normalisée ISO, pour atténuer ou booster chaque fréquence par pas de 0,5 dB
sur ue échelle de +/- 16 dB

- l'appareil est fait pour la scène (c'est du matos pro, bouh diront les
audiophiles), donc il a en plus une fonction de "feedback destroyer",
autrement dit d'auto détection et de suppression d'effet larsen. Pour ce
faire, il dispose de 3 filtres supplémentaires par canal (gauche / droit),
nommés "notch filters", qui peuvent soit être programmés en mode "recherche
automatique fréquence / atténuation" (application scène), soit manuellement
en donnant la fréquence, la largeur de bande, et l'atténuation. C'est ce
dernier mode qui nous intéresse ici ! On va pouvoir rentrer nos 3 modes
propres fondamentaux, donner une largeur de bande en multiples de 1/60e
octave, et une atténuation (ou un boost) +/- 16 dB. NB : seuls des filtres
numériques permettent cette sélectivité sans générer d'autres effets de bord
insupportables avec de fortes atténuations, c'est sans doute pourquoi les
audiophiles rejettent les égaliseurs, s'étant forgés leur point de vue dans
les années 70 avec les appareils entièrement analogiques.

- enfin, l'appareil possède, en plus de ces fonctions d'égalisation et de
"notch filter", une fonction "RTA" ou Real Time Analyzer. Il affiche au 1/3
d'octave le spectre énergie / fréquence de tout signal appliqué à son
entrée... Et il dispose d'un générateur intégré sinus, bruit rose ou bruit
blanc ! Et il dispose d'une entrée microphone de calibration ! Et il est
assez malin pour auto calibrer, c'est à dire générer un bruit rose, écouter
ce qui revient dans le microphone, et ajuster la courbe d'égalisation pour
rendre l'ensemble du système "plat" (ou toute autre courbe de votre choix,
et le processus est réalisé séparément pour les voies D / G ) ! Et on peut
itérer : partir d'une courbe d'égalisation plate, de notch filters à zéro,
faire une auto calibration, la transférer dans la courbe d'égalisation ou
dans les notch filters, et recommencer !

Chez moi, la fonction RTA trouve sans aucun problème mes 3 modes propres. Je
les programme dans les notch filters, et je refais une calibration. La
courbe résultante est débarassée des énormes trous liés aux modes propres,
et reflète d'une part la brillance de ma salle d'essai (qui ne peut être
corrigée que par traitement des murs et aménagement du mobilier), et d'autre
part la coloration particulière de mes Triangle dans le medium, que je peux
ajuster à ma guise.

En plus de l'atténuation très sélective et très efficace des modes propres
BF (qui à mon avis ne peut pas être réalisée efficacement autrement), la
fonction "égaliseur 30 bandes" permet de "tuner" finement la réponse de
votre système pour l'ajuster à vos goûts (ou tempérer ses défauts).

Moi je trouve ça génial, indispensable, et dépenser 200 euro là dedans me
semble infiniment plus justifié que dans un lecteur de CD ! (surtout si on
utilise la sortie numérique du lecteur, raccordé à l'entrée du DSP, ce qui
permet d'économiser une conversion N/A et une conversion A/N).

http://jmraudio.free.fr/diy/dsp8024/dsp.html raconte exactement la même
expérience en Français :)

Quelques autres détails sur le 8024 :

- il a des entrées symétriques XLR et des entrées asymétriques sur jack 6.35
(ça ne fait pas audiophile, mais avecd es adaptateurs RCA/jack ça marche
impec).

- idem en sortie

- il a un module optionnel E/S numérique (que j'ai pris). L'entrée numérique
pro se fait en XLR (AES/EBU) mais il avale sans problème la sortie coax
SPDIF "consumer level" de votre lecteur de CD. Adapter la sortie numérique
XLR AES/EBU à l'entrée numérique coax SPDIF d'un ampli se fait avec 2
résistances, mais le Behringer embarque des convertisseurs N/A (et A/N) 24
bits AKM probablement bien meilleurs que ceux de pas mal d'amplis (et en
tout cas du mien). Donc j'utilise ses sorties analogiques, et mon ampli en
mode "direct".

- l'appareil est fait pour travailler juste en dessous de 0 dB "pro" ce qui
est un niveau considérablement supérieur au consumer level. Quand on rentre
en numérique, pas de problème, on exploite les 24 bits de résolution, mais
quand on rentre sur ses entrées analogiques asymétriques en provenance d'un
apapreil non pro, on perd facilement 15 dB... Mais quand on rentre en
numérique et qu'on sort sur ses sorties analogiques on fabrique largement
+/- 5 V à la sortie :) donc attention à ne pas saturer les étages d'entrée
d'amplis "consumer" (j'ai de la chance, pas de problème avec le mien).

- c'est pour ça qu'ils ont sorti le DCX2496 (qui apporte le travail à 96
KHz, mais si vous entrez en numérique il utilisera la fréquence de
numérisation, soit 44.1 KHz pour la plupart des lecteurs de CD). En plus des
E/S pro, le DCX2496 possède des entrées et sorties consumer level, il
possède les E/S numériques en standard (pas besoin de module en +), il
possède des E/S optiques (pas le 8024), et il est 2 x moins haut !

Cordialement,
--
Stéphane Guillard
ftrl
Le #13018081
François Yves Le Gal a écrit :

Est-ce intéressant pour la hifi ou est-ce vraiment réservé à
la sonorisation ?



Le DEQ est une superbe bestiole mais son utilisation dans votre contexte
est-elle justifiée ?




En fait, je ne sais pas.

J'expliquais à mon vendeur que j'avais du mal à régler mon caisson de
basses. J'ai une pièce en L et j'ai parfois la sensation d'un
déséquilibre, qu'il faudrait "toucher" quelque chose sur la canal
gauche, sans vraiment pouvoir le déterminer.
Rien de "vital" mais l'impression que quelque chose pourrait être fait.
Du côté de l'organisation de la pièce, je ne peux rien changer.

De plus, lorsque j'écoute la musique à faible volume, j'aime bien dans
certains cas avoir un effet loudness (notamment lorsque la musique est
plutôt un fond sonore). Pour cet aspect, je pense que cet égaliseur
pourrait fonctionner (ça fait cher le loudness !), maintenant, je ne
sais pas si ça serait très pratique. Il faudrait que l'égaliseur puisse
mémoriser plusieurs réglages facilement accessibles : un plat, un
loudness, un pour le piano, etc.

Bref, j'espère qu'un jour je pourrais l'avoir en prêt pour l'essayer.

Dans quel "contexte" pensez-vous que l'utilisation de cet appareil soit
"justifiée" ?

Merci.

JL
ftrl
Le #13018071
Stéphane Guillard a écrit :

Les intégristes de l'audiophilie crieront à l'hérétique à la question "utile
en HiFi". Surtout ceux qui n'ont jamais regardé à quoi cet appareil peut
bien servir.


...
Cordialement,



Merci pour cette réponse très intéressante.
Elle me donne envie d'essayer...

JL
ftrl
Le #13018061
spmic a écrit :

Au début j'avais dans mon bureau une config de folie avec caisson de graves,
égalisation, etc, et j'en suis revenu, 2 petites enceintes bonnes et bien
placées ca va bien mieux en fait :-)



Je comprends et je suis un peu dans ce cas. Je me suis lontemps régalé
avec me petites PEL Quattro. Mais l'ajout d'un caisson m'a quand même
ajouté une nouvelle dimension et mon habitude de l'installation m'a
permis de déceler des problèmes que je qualifierais de "déséquilibres".

Alors, je ne sais pas... Je ne cherche pas à obtenir LA courbe la plus
plate mais simplement à régler un peu mieux les basses et corriger
quelques défauts audibles. L'idée d'un réglage "loudness" ou "piano"
m'intéresse aussi.

Merci pour votre message complet.

JL
Stéphane Guillard
Le #13018051
Re,

sais pas si ça serait très pratique. Il faudrait que l'égaliseur puisse
mémoriser plusieurs réglages facilement accessibles : un plat, un
loudness, un pour le piano, etc.



Le 8024 a 100 mémoires de réglage (nommables à volonté), donc je suppose que
le 2496 en a au moins autant.

Amicalement,
--
Stéphane Guillard
Stéphane Guillard
Le #13018041
Bonjour,

Quelques ajouts :

- pour donner une idée du boost de pression acoustique lorsqu'on est à la
résonance entre les murs, en restant dans la baignoire : agiter à la
résonance, et voir la baignoire quasiment déborder sans aucun effort ;
ensuite, agiter plus rapidement, et voir qu'on fait à peine des vaguelettes
avec une énergie d'excitation 10 fois plus importante. C'est le "facteur de
qualité" du système résonant
(http://perso.wanadoo.fr/f6crp/elec/ca/freqre.htm).

- le micro que j'utilise est l'electret omnidirectionnel de mesure Behringer
ECM8000 (je l'ai payé 20 Euro, son prix public est à peine au dessus, ce qui
est proprement hallucinant comtpe tenu de sa linéarité et de la qualité de
construction, voir ci-après), calibré par un ami qui travaille dans une
société vibration / acoustique avec un étalon Bruel & Kjaer (cette
calibration est inutile : le micro à 20 euro est linéaire entre 20 Hz et 20
Khz à environ +/- 1 dB !!!). Le DSP intègre le préampli avec alimentation du
micro, donc un simple câble XLR de 10 m permet de raccorder le micro au DSP.

- le DSP8024 a 100 mémoires de réglage nommables, ce qui est très pratique
pour affiner. Il a en plus une fonction très pratique pour la mise au point
/ comparaison : dès que vous retouchez un preset d'une des 100 mémoires, il
le copie dans une mémoire "B", et vous avez une touche de switch "A/B" pour
basculer immédiatement entre le preset et le preset modifié.

- je suis d'accord avec le post de 'spmic' sur le sujet : une fois
l'atténuation des modes propres paramétrée dans les notch filters (avec des
atténuations importantes, genre -12 dB), ensuite on joue très doux sur le
réglage des 30 bandes (genre + à - 2 dB). Par contre, je ne trouve rien à
reprocher aux convertisseurs N/A du Behringer, et étant donné l'usage que
j'en fais (suppression des résonances BF, et retouche légère de la réponse
medium de mes enceintes actuelles), je ne pourrais plus m'en passer :)

- l'égaliseur paramétrique de ce type permet de traiter les modes propres
BF, mais ne permet pas de traiter la réverbération rendant une pièce
brillante, pour ça rien d'autre que le traitement des parois et
l'ameublement

- enfin, sans doute parce qu'à 2 heures du matin j'étais fatigué, j'ai
oublié de remercier chaleureusement FYLG, qui est toujours disponible pour
éclairer ma lanterne. J'apprécie de trouver chez lui des conseils et des
réponses qui ne sentent jamais le vaudou, mais toujours la science (pour ses
détracteurs, "gourou" n'est donc pas approprié, "professeur" le serait
mieux). Je fais partie de ceux qui cherchent à "raisonner" leur hifi, dans
le but d'essayer d'améliorer la quantité d'émotion reçue à l'écoute d'un
disque.

Cordialement,
--
Stéphane GUILLARD -
Stéphane Guillard
Le #13017961
Bonjour,

Comme toujours avec la capsule Panasonic MCE-2000, utilisée par à peu près
tout le monde comme base de leurs micros de mesure d'entrée de gamme. Je
l'ai même dans du Clio version OCSL - monté et calibré par le père
d'Appolito himeuselfeu.



En fait, MCE2000 est la référence rebadgée par Monacor, la référence
originale Panasonic est WM60 (éventuellement -A, voire WM61 voire -A
voire -B).

Cette capsule ultra linéaire vaut approximativement 1 euro, et le web
fourmille de schémas de préamplis à base d'AOP faible bruit alimentés par
pile :)

--
Cordialement,
--
Stéphane GUILLARD -
Publicité
Poster une réponse
Anonyme