Twitter iPhone pliant OnePlus 11 PS5 Disney+ Orange Livebox Windows 11

Ciel d'orage

18 réponses
Avatar
René S
http://www.cjoint.com/doc/16_07/FGtlNd6eC83_Orage-01.jpg
http://www.cjoint.com/doc/16_07/FGtlOGAStr3_Orage-02.jpg

10 réponses

1 2
Avatar
bp
Avatar
GhostRaider
Avatar
Jacques DASSIÉ
GhostRaider vient de nous annoncer :
http://www.cjoint.com/doc/16_07/FGtugX38euP_FGtlNd6eC83-Orage-002.jpg

Pas mal ! Mais faudrait peut-être faire le ménage sur ton capteur : les
pétouilles, ça fait négligé...
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Avatar
René S
"GhostRaider" a écrit dans le message de groupe de discussion :
nmm1h8$ri4$
Le 19/07/2016 à 13:41, René S a écrit :
http://www.cjoint.com/doc/16_07/FGtlNd6eC83_Orage-01.jpg

http://www.cjoint.com/doc/16_07/FGtugX38euP_FGtlNd6eC83-Orage-002.jpg

Ah, c'est plus dramatique, mais moins naturel.
Avatar
René S
"Jacques DASSIÉ" a écrit dans le message de groupe de discussion :
578ef996$0$19772$
Pas mal ! Mais faudrait peut-être faire le ménage sur ton capteur : les
pétouilles, ça fait négligé...

Oui, il faudrait que je m'y mette, mais j'hésite. Une mauvaise manip peut
aggraver les choses.
Avatar
GhostRaider
Le 20/07/2016 à 09:47, René S a écrit :
"Jacques DASSIÉ" a écrit dans le message de groupe de discussion :
578ef996$0$19772$
Pas mal ! Mais faudrait peut-être faire le ménage sur ton capteur :
les pétouilles, ça fait négligé...

Oui, il faudrait que je m'y mette, mais j'hésite. Une mauvaise manip
peut aggraver les choses.

Il faut le faire de temps en temps, sans ça les photos finissent par
ressembler à une concentration de montgolfières. Je l'ai fait plusieurs
fois déjà.
Ce n'est pas vraiment compliqué, il faut surtout la bonne spatule, de la
largeur exacte de celle de ton capteur, ne surtout pas mettre trop de
liquide dessus, une goutte, juste assez pour l'imbiber sur toute sa
largeur, et faire un seul aller-retour, pas deux, d'une main ferme et
sûre, exactement sur le capteur, à pression et vitesse constantes, sans
balayage ni reprise, en utilisant l'autre arête de la spatule pour le
retour.
Contrôler. Refaire si nécessaire.
Si on a mis trop de liquide, il restera des traces. Ne pas essayer de
les enlever, elles ne se verront pas.
Si une poussière reste collée, ne pas insister, la laisser où elle est.
C'est en voulant se débarrasser des irréductibles seulement visibles à
faibles ouvertures qu'on fait des bêtises.
Même après un nettoyage par le SAV Nikon, il en restait une toute
petite, seulement visible à >f16 sur le ciel, dans un coin. Ce sont
d'ailleurs les coins les plus difficiles à nettoyer complètement.
Avatar
René S
"GhostRaider" a écrit dans le message de groupe de discussion :
nmnci3$gjb$
Ce n'est pas vraiment compliqué, il faut surtout la bonne spatule, de la
largeur exacte de celle de ton capteur, ne surtout pas mettre trop de
liquide dessus, une goutte, juste assez pour l'imbiber sur toute sa
largeur, et faire un seul aller-retour, pas deux, d'une main ferme et sûre,
exactement sur le capteur, à pression et vitesse constantes, sans balayage
ni reprise, en utilisant l'autre arête de la spatule pour le retour.
Contrôler. Refaire si nécessaire.
Si on a mis trop de liquide, il restera des traces. Ne pas essayer de les
enlever, elles ne se verront pas.
i une poussière reste collée, ne pas insister, la laisser où elle est.
C'est en voulant se débarrasser des irréductibles seulement visibles à
faibles ouvertures qu'on fait des bêtises.
Même après un nettoyage par le SAV Nikon, il en restait une toute petite,
seulement visible à >f16 sur le ciel, dans un coin. Ce sont d'ailleurs les
coins les plus difficiles à nettoyer complètement.

Oulah, ça ne me rassure pas. Je tendrais plutôt vers le SAV Nikon. Mais pour
un appareil ancien...
Avatar
GhostRaider
Le 20/07/2016 à 11:56, René S a écrit :
"GhostRaider" a écrit dans le message de groupe de discussion :
nmnci3$gjb$
Ce n'est pas vraiment compliqué, il faut surtout la bonne spatule, de
la largeur exacte de celle de ton capteur, ne surtout pas mettre trop
de liquide dessus, une goutte, juste assez pour l'imbiber sur toute sa
largeur, et faire un seul aller-retour, pas deux, d'une main ferme et
sûre, exactement sur le capteur, à pression et vitesse constantes,
sans balayage ni reprise, en utilisant l'autre arête de la spatule
pour le retour.
Contrôler. Refaire si nécessaire.
Si on a mis trop de liquide, il restera des traces. Ne pas essayer de
les enlever, elles ne se verront pas.
i une poussière reste collée, ne pas insister, la laisser où elle est.
C'est en voulant se débarrasser des irréductibles seulement visibles à
faibles ouvertures qu'on fait des bêtises.
Même après un nettoyage par le SAV Nikon, il en restait une toute
petite, seulement visible à >f16 sur le ciel, dans un coin. Ce sont
d'ailleurs les coins les plus difficiles à nettoyer complètement.

Oulah, ça ne me rassure pas. Je tendrais plutôt vers le SAV Nikon. Mais
pour un appareil ancien...

La première fois que je l'ai fait, j'ai commis les erreurs ci-dessus :
trop de liquide, plusieurs passages etc. J'ai dû m'y reprendre à
plusieurs fois... Angoisses...
Maintenant, ça me prend 2 minutes.
C'est 30 à 50 ¤ facilement économisés.
Le capteur n'est pas si fragile que ça, mais il faut utiliser la spatule
spéciale, non abrasive, non pelucheuse etc.. et le liquide adéquat.
Je ne te recommande pas d'utiliser une poire, car même les poires à
entrée d'air arrière absorbent et renvoient la poussière de la pièce, à
moins de travailler dans une salle blanche.
Par ailleurs, la pression d'air en est très insuffisante.
Il ne faut pas oublier de dépoussiérer soigneusement la monture et
l'arrière de l'objectif.
Les zooms sont des pompes à poussières, quand j'utilise le mien (18/300,
un monstre), j'entends l'air sortir par les orifices du boîtier.
Avatar
Alf92
GhostRaider :
Le 20/07/2016 à 11:56, René S a écrit :
"GhostRaider" a écrit dans le message de groupe de discussion :
nmnci3$gjb$
Ce n'est pas vraiment compliqué, il faut surtout la bonne spatule, de
la largeur exacte de celle de ton capteur, ne surtout pas mettre trop
de liquide dessus, une goutte, juste assez pour l'imbiber sur toute sa
largeur, et faire un seul aller-retour, pas deux, d'une main ferme et
sûre, exactement sur le capteur, à pression et vitesse constantes,
sans balayage ni reprise, en utilisant l'autre arête de la spatule
pour le retour.
Contrôler. Refaire si nécessaire.
Si on a mis trop de liquide, il restera des traces. Ne pas essayer de
les enlever, elles ne se verront pas.
i une poussière reste collée, ne pas insister, la laisser où elle est.
C'est en voulant se débarrasser des irréductibles seulement visibles à
faibles ouvertures qu'on fait des bêtises.
Même après un nettoyage par le SAV Nikon, il en restait une toute
petite, seulement visible à >f16 sur le ciel, dans un coin. Ce sont
d'ailleurs les coins les plus difficiles à nettoyer complètement.

Oulah, ça ne me rassure pas. Je tendrais plutôt vers le SAV Nikon. Mais
pour un appareil ancien...

La première fois que je l'ai fait, j'ai commis les erreurs ci-dessus :
trop de liquide, plusieurs passages etc. J'ai dû m'y reprendre à
plusieurs fois... Angoisses...
Maintenant, ça me prend 2 minutes.
C'est 30 à 50 ¤ facilement économisés.

quelle tannéee.
c'est comme la courroie de distrib sur une voiture...
vive les compacts !
Avatar
Solanar
GhostRaider avait soumis l'idée :
Le 20/07/2016 à 11:56, René S a écrit :
"GhostRaider" a écrit dans le message de groupe de discussion :
nmnci3$gjb$
Ce n'est pas vraiment compliqué, il faut surtout la bonne spatule, de
la largeur exacte de celle de ton capteur, ne surtout pas mettre trop
de liquide dessus, une goutte, juste assez pour l'imbiber sur toute sa
largeur, et faire un seul aller-retour, pas deux, d'une main ferme et
sûre, exactement sur le capteur, à pression et vitesse constantes,
sans balayage ni reprise, en utilisant l'autre arête de la spatule
pour le retour.
Contrôler. Refaire si nécessaire.
Si on a mis trop de liquide, il restera des traces. Ne pas essayer de
les enlever, elles ne se verront pas.
i une poussière reste collée, ne pas insister, la laisser où elle est.
C'est en voulant se débarrasser des irréductibles seulement visibles à
faibles ouvertures qu'on fait des bêtises.
Même après un nettoyage par le SAV Nikon, il en restait une toute
petite, seulement visible à >f16 sur le ciel, dans un coin. Ce sont
d'ailleurs les coins les plus difficiles à nettoyer complètement.

Oulah, ça ne me rassure pas. Je tendrais plutôt vers le SAV Nikon. Mais
pour un appareil ancien...

La première fois que je l'ai fait, j'ai commis les erreurs ci-dessus : trop
de liquide, plusieurs passages etc. J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois...
Angoisses...
Maintenant, ça me prend 2 minutes.
C'est 30 à 50 ¤ facilement économisés.
Le capteur n'est pas si fragile que ça, mais il faut utiliser la spatule
spéciale, non abrasive, non pelucheuse etc.. et le liquide adéquat.
Je ne te recommande pas d'utiliser une poire, car même les poires à entrée
d'air arrière absorbent et renvoient la poussière de la pièce, à moins de
travailler dans une salle blanche.
Par ailleurs, la pression d'air en est très insuffisante.
Il ne faut pas oublier de dépoussiérer soigneusement la monture et l'arrière
de l'objectif.
Les zooms sont des pompes à poussières, quand j'utilise le mien (18/300, un
monstre), j'entends l'air sortir par les orifices du boîtier.

sur le mien il y a un nettoyage incorporé par vibrations subsoniques
qui marche très bien pour les poussières et quand ce n'est pas
suffisant, j'utilise un kit sans liquide, avec truc collant qui pique
les saletés et des papiers spéciaux qui les récupèrent. Ca fonctionne
parfaitement
C'est vrai que depuis que je n'utilise beaucoup moins mon zoom 18/250
ca arrive aussi moins souvent.
J'utilise objectif un macro de 100 pour la macro, un 300 qui prends à
un mètre pour les papillons, libellules et oiseaux et un lumix 18/600
(non reflex mais ouverture constante de 2.8, même a 600) avec
stabilisateur pour tout le reste.
--
Solanar
"Etre libre, c'est choisir ses chaînes"
1 2