Conflit avec ma banque

Le
Guillaume A
Bonjour a tous,

En décembre de l'année dernière, je souhaitais (2002) je souhaitais faire un
crédit d'environ 4500 euros. La banque dans laquelle j'étais ne voulait pas.
Je me suis donc présenté à la banque X. En décembre la banque X semble être
d'accord pour m'accorder et me fait donc des propositions intéressantes à
l'ouverture du compte. EN effet je éducateur en formation par contrat de
qualification. Je suis donc assimilé fonctionnaire ce qui dans cette banque
me donne certains droit avantageux (autorisation de découvert de 400 euros,
moins d'agios etc..). Pour cela je signe une convention qui me fait
bénéficier de ces droit et me fait devenir membre d'une association Y qui
est une association pour le crédit et l'épargne des fonctionnaire et
assimilé (cette convention me coûte 10,83 euros par mois). Pour ce qui est
du crédit, il ne peut pas me le faire car mon salaire n'est pas encore viré
sur le compte de la banque X. Ce que je fais immédiatement.

En Janvier 2003, mon salaire viré je retourne à la banque X. Il avait entre
oublié le crédit. J'en refait la demande et me dit que ce n'est pas possible
mais qu'il va voir, qu'il va trouver une solution. Solution qu'il trouve en
me proposant une réserve d'argent de 4500 euros à un taux de 13 % rien avoir
avec les avantages dont il m'avait parlé en décembre. Ce qui fait que je
rembourse par mois 187 euros. Enfin, ayant besoin de cet argent j'accepte
quand même l'offre. Pas de soucis jusqu'à environ avril, mai 2003 ou je dois
faire face à des dépenses imprévus. Gagnant 597 euros par mois, remboursant
187 euros de crédit je me retrouve assez vite en difficulté. Passage
difficile pour ma part mais qui ne me semble pas une impasse. Néanmoins la
banque X ne fait guère de proposition pour m'en sortir me refuse, rejette
mes prélèvements et me rejette un chèque sans être avertis auparavant.
Auparavant, j'étais passé les voir pour leur expliquer que j'étais dans un
moment difficile. Je stabilise ma situation mais mon découvert reste au
dessus de l'autorisation. Le 2 septembre, mon compte présente un découverts
de 859 euros et m'écrit que je dois régulariser cette situation sinon je
m'exposerais au conséquence légales des incidents de paiement qui en
découleraient. Mon salaire tombe le 5 septembre ce qui fait retomber mon
découvert à 290 euros. Mais je dois faire face à mes dépenses mensuelles, le
15 septembre je suis à 375 euros de découvert et le 30 je suis de nouveau
941 euros. Le 23 septembre, il me relance par courrier. Je leur réponds que
j'ai trouvé une solution afin de faire face à mes difficultés, que je vais
vendre ma voiture pour une valeur de 5 000 euros mais que j'avais encore
besoins d'une quinzaine de jours. En réponse à ce courrier, le 29 septembre
ils me retires mes moyens de paiements et déclare le retrait de ma carte à
la banque de France. Mon salaire est donc pris en "otage" et je ne peu plus
utiliser celui-ci pour vivre. C'est alors qu'une autre banque L sur lequel
j'avais un petit découvert depuis longtemps me rappelle afin de prendre un
peu des nouvelles et de savoir ce que je comptais faire de ce compte. Il me
propose de trouver une solution a condition de revirer mon salaire sur ce
compte. Mon salaire de mois d'octobre étant bloqué sur la banque cela
m'arrangeait.

Durant le mois d'octobre, je me suis fait aider par ma famille qui m'on
couvert la plupart de mes dépenses. Mon salaire est viré sur la banque L le
5 novembre 2003. Ayant trouvé une solution a mes problèmes, je rembourse le
découvert à la banque X et y met depuis 250 euros (187 pour le crédit et 45
euros qui sont viré sur un Codevi). Depuis ma situation financière est
stable et mes 2 comptes courant sont à jour.

Seulement, début janvier, la banque X m'appelle et me laisse un message
comme quoi je dois les appeler d'urgence. Avant de rappeler je regarde mon
compte sur Internet et là surprise je suis à découvert de 200 euros. Divers
frais et agios sont tiré dont une somme de 165 euros intitulé
"régularisation cotisation convention". Je les appelle donc le lendemain et
je laisse me conseiller me parler qui me signifie que mon salaire n'est plus
viré et qu'il refuse de maintenir le crédit dans ses conditions, il me
propose 2 solution, remboursement intégrale de la somme du (si pas possible
il envoie mon dossier au contentieux) ou alors je remet mon salaire sur leur
compte. Je leur dis que je ne remettrai pas mon salaire sur leur compte,
qu'il m'avait mis dans une situation difficile en me coupant mes moyens de
paiement. Au moment de raccrocher je leur parle de ses 165 euros retirer et
il me répond que je n'ai pas respecté la convention (qui est propre à mon
compte courant et n'a rien avoir avec le crédit) et par ce fait, j'ai
résilier mon contrat. A la lecture de mes contrats je ne vois aucune
obligation de domiciliation de mon salaire que ce soit pour la réserve
d'argent ou alors pour mon compte.

Je leur ai ensuite envoyé une lettre recommandé leur disant que je tenais
être remboursé de cette somme de 165 euros qui ne semble pas justifié, rien
dans mon contrat ne me spécifie une telle en cas de résiliation (que je n'ai
jamais signé d'ailleurs). A ce jour, je n'ai eu aucun papier concernant et
justifiant ce prélèvement de 165 euros.

J'aimerais donc savoir quels sont mes droits et quel recours puis je avoir
car au jour d'aujourd'hui, je n'ai aucune réponse

Je vous remercie d'avance pour votre aide

Guillaume A
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Vincent Granville
Le #16265821
L'education est-elle tombee si bas en France que des Americains comme moi-meme
maitrisent la langue de Voltaire mieux que des fonctionnaires Francais?

Guillaume A wrote:

Bonjour a tous,

En décembre de l'année dernière, je souhaitais (2002) je souhaitais faire un
crédit d'environ 4500 euros. La banque dans laquelle j'étais ne voulait pas.
Je me suis donc présenté à la banque X. En décembre la banque X semble être
d'accord pour m'accorder et me fait donc des propositions intéressantes à
l'ouverture du compte. EN effet je éducateur en formation par contrat de
qualification. Je suis donc assimilé fonctionnaire ce qui dans cette banque
me donne certains droit avantageux (autorisation de découvert de 400 euros,
moins d'agios etc..). Pour cela je signe une convention qui me fait
bénéficier de ces droit et me fait devenir membre d'une association Y qui
est une association pour le crédit et l'épargne des fonctionnaire et
assimilé (cette convention me coûte 10,83 euros par mois). Pour ce qui est
du crédit, il ne peut pas me le faire car mon salaire n'est pas encore viré
sur le compte de la banque X. Ce que je fais immédiatement.

En Janvier 2003, mon salaire viré je retourne à la banque X. Il avait entre
oublié le crédit. J'en refait la demande et me dit que ce n'est pas possible
mais qu'il va voir, qu'il va trouver une solution. Solution qu'il trouve en
me proposant une réserve d'argent de 4500 euros à un taux de 13 % rien avoir
avec les avantages dont il m'avait parlé en décembre. Ce qui fait que je
rembourse par mois 187 euros. Enfin, ayant besoin de cet argent j'accepte
quand même l'offre. Pas de soucis jusqu'à environ avril, mai 2003 ou je dois
faire face à des dépenses imprévus. Gagnant 597 euros par mois, remboursant
187 euros de crédit je me retrouve assez vite en difficulté. Passage
difficile pour ma part mais qui ne me semble pas une impasse. Néanmoins la
banque X ne fait guère de proposition pour m'en sortir me refuse, rejette
mes prélèvements et me rejette un chèque sans être avertis auparavant.
Auparavant, j'étais passé les voir pour leur expliquer que j'étais dans un
moment difficile. Je stabilise ma situation mais mon découvert reste au
dessus de l'autorisation. Le 2 septembre, mon compte présente un découverts
de 859 euros et m'écrit que je dois régulariser cette situation sinon je
m'exposerais au conséquence légales des incidents de paiement qui en
découleraient. Mon salaire tombe le 5 septembre ce qui fait retomber mon
découvert à 290 euros. Mais je dois faire face à mes dépenses mensuelles, le
15 septembre je suis à 375 euros de découvert et le 30 je suis de nouveau
941 euros. Le 23 septembre, il me relance par courrier. Je leur réponds que
j'ai trouvé une solution afin de faire face à mes difficultés, que je vais
vendre ma voiture pour une valeur de 5 000 euros mais que j'avais encore
besoins d'une quinzaine de jours. En réponse à ce courrier, le 29 septembre
ils me retires mes moyens de paiements et déclare le retrait de ma carte à
la banque de France. Mon salaire est donc pris en "otage" et je ne peu plus
utiliser celui-ci pour vivre. C'est alors qu'une autre banque L sur lequel
j'avais un petit découvert depuis longtemps me rappelle afin de prendre un
peu des nouvelles et de savoir ce que je comptais faire de ce compte. Il me
propose de trouver une solution a condition de revirer mon salaire sur ce
compte. Mon salaire de mois d'octobre étant bloqué sur la banque cela
m'arrangeait.

Durant le mois d'octobre, je me suis fait aider par ma famille qui m'on
couvert la plupart de mes dépenses. Mon salaire est viré sur la banque L le
5 novembre 2003. Ayant trouvé une solution a mes problèmes, je rembourse le
découvert à la banque X et y met depuis 250 euros (187 pour le crédit et 45
euros qui sont viré sur un Codevi). Depuis ma situation financière est
stable et mes 2 comptes courant sont à jour.

Seulement, début janvier, la banque X m'appelle et me laisse un message
comme quoi je dois les appeler d'urgence. Avant de rappeler je regarde mon
compte sur Internet et là surprise je suis à découvert de 200 euros. Divers
frais et agios sont tiré dont une somme de 165 euros intitulé
"régularisation cotisation convention". Je les appelle donc le lendemain et
je laisse me conseiller me parler qui me signifie que mon salaire n'est plus
viré et qu'il refuse de maintenir le crédit dans ses conditions, il me
propose 2 solution, remboursement intégrale de la somme du (si pas possible
il envoie mon dossier au contentieux) ou alors je remet mon salaire sur leur
compte. Je leur dis que je ne remettrai pas mon salaire sur leur compte,
qu'il m'avait mis dans une situation difficile en me coupant mes moyens de
paiement. Au moment de raccrocher je leur parle de ses 165 euros retirer et
il me répond que je n'ai pas respecté la convention (qui est propre à mon
compte courant et n'a rien avoir avec le crédit) et par ce fait, j'ai
résilier mon contrat. A la lecture de mes contrats je ne vois aucune
obligation de domiciliation de mon salaire que ce soit pour la réserve
d'argent ou alors pour mon compte.

Je leur ai ensuite envoyé une lettre recommandé leur disant que je tenais
être remboursé de cette somme de 165 euros qui ne semble pas justifié, rien
dans mon contrat ne me spécifie une telle en cas de résiliation (que je n'ai
jamais signé d'ailleurs). A ce jour, je n'ai eu aucun papier concernant et
justifiant ce prélèvement de 165 euros.

J'aimerais donc savoir quels sont mes droits et quel recours puis je avoir
car au jour d'aujourd'hui, je n'ai aucune réponse...

Je vous remercie d'avance pour votre aide

Guillaume A


surfeur75
Le #16265811
Eh, tu soules avec ton poème, fait plus court, et pour quelqu'un qui
maîtrise mieux la langue de Voltaire qu'un français, comme tu dis, ben
corriges les fautes, y en a un paquet, recommence et abrège, ça s'appelle en
français "un résumé"!
--
@+, bye, Joe.
Pour m'écrire ng75AROBASEnoosPOINTfr
remplace AROBASE et POINT par leur vrai signe
Il l'a fait car il ne savait pas que c'était impossible, alea jacta est!


"Vincent Granville"
L'education est-elle tombee si bas en France que des Americains comme


moi-meme
maitrisent la langue de Voltaire mieux que des fonctionnaires Francais?

Guillaume A wrote:

> Bonjour a tous,
>
> En décembre de l'année dernière, je souhaitais (2002) je souhaitais


faire un
> crédit d'environ 4500 euros. La banque dans laquelle j'étais ne voulait


pas.
> Je me suis donc présenté à la banque X. En décembre la banque X semble


être
> d'accord pour m'accorder et me fait donc des propositions intéressantes


à
> l'ouverture du compte. EN effet je éducateur en formation par contrat de
> qualification. Je suis donc assimilé fonctionnaire ce qui dans cette


banque
> me donne certains droit avantageux (autorisation de découvert de 400


euros,
> moins d'agios etc..). Pour cela je signe une convention qui me fait
> bénéficier de ces droit et me fait devenir membre d'une association Y


qui
> est une association pour le crédit et l'épargne des fonctionnaire et
> assimilé (cette convention me coûte 10,83 euros par mois). Pour ce qui


est
> du crédit, il ne peut pas me le faire car mon salaire n'est pas encore


viré
> sur le compte de la banque X. Ce que je fais immédiatement.
>
> En Janvier 2003, mon salaire viré je retourne à la banque X. Il avait


entre
> oublié le crédit. J'en refait la demande et me dit que ce n'est pas


possible
> mais qu'il va voir, qu'il va trouver une solution. Solution qu'il trouve


en
> me proposant une réserve d'argent de 4500 euros à un taux de 13 % rien


avoir
> avec les avantages dont il m'avait parlé en décembre. Ce qui fait que je
> rembourse par mois 187 euros. Enfin, ayant besoin de cet argent


j'accepte
> quand même l'offre. Pas de soucis jusqu'à environ avril, mai 2003 ou je


dois
> faire face à des dépenses imprévus. Gagnant 597 euros par mois,


remboursant
> 187 euros de crédit je me retrouve assez vite en difficulté. Passage
> difficile pour ma part mais qui ne me semble pas une impasse. Néanmoins


la
> banque X ne fait guère de proposition pour m'en sortir me refuse,


rejette
> mes prélèvements et me rejette un chèque sans être avertis auparavant.
> Auparavant, j'étais passé les voir pour leur expliquer que j'étais dans


un
> moment difficile. Je stabilise ma situation mais mon découvert reste au
> dessus de l'autorisation. Le 2 septembre, mon compte présente un


découverts
> de 859 euros et m'écrit que je dois régulariser cette situation sinon je
> m'exposerais au conséquence légales des incidents de paiement qui en
> découleraient. Mon salaire tombe le 5 septembre ce qui fait retomber mon
> découvert à 290 euros. Mais je dois faire face à mes dépenses


mensuelles, le
> 15 septembre je suis à 375 euros de découvert et le 30 je suis de


nouveau
> 941 euros. Le 23 septembre, il me relance par courrier. Je leur réponds


que
> j'ai trouvé une solution afin de faire face à mes difficultés, que je


vais
> vendre ma voiture pour une valeur de 5 000 euros mais que j'avais encore
> besoins d'une quinzaine de jours. En réponse à ce courrier, le 29


septembre
> ils me retires mes moyens de paiements et déclare le retrait de ma carte


à
> la banque de France. Mon salaire est donc pris en "otage" et je ne peu


plus
> utiliser celui-ci pour vivre. C'est alors qu'une autre banque L sur


lequel
> j'avais un petit découvert depuis longtemps me rappelle afin de prendre


un
> peu des nouvelles et de savoir ce que je comptais faire de ce compte. Il


me
> propose de trouver une solution a condition de revirer mon salaire sur


ce
> compte. Mon salaire de mois d'octobre étant bloqué sur la banque cela
> m'arrangeait.
>
> Durant le mois d'octobre, je me suis fait aider par ma famille qui m'on
> couvert la plupart de mes dépenses. Mon salaire est viré sur la banque L


le
> 5 novembre 2003. Ayant trouvé une solution a mes problèmes, je rembourse


le
> découvert à la banque X et y met depuis 250 euros (187 pour le crédit et


45
> euros qui sont viré sur un Codevi). Depuis ma situation financière est
> stable et mes 2 comptes courant sont à jour.
>
> Seulement, début janvier, la banque X m'appelle et me laisse un message
> comme quoi je dois les appeler d'urgence. Avant de rappeler je regarde


mon
> compte sur Internet et là surprise je suis à découvert de 200 euros.


Divers
> frais et agios sont tiré dont une somme de 165 euros intitulé
> "régularisation cotisation convention". Je les appelle donc le lendemain


et
> je laisse me conseiller me parler qui me signifie que mon salaire n'est


plus
> viré et qu'il refuse de maintenir le crédit dans ses conditions, il me
> propose 2 solution, remboursement intégrale de la somme du (si pas


possible
> il envoie mon dossier au contentieux) ou alors je remet mon salaire sur


leur
> compte. Je leur dis que je ne remettrai pas mon salaire sur leur compte,
> qu'il m'avait mis dans une situation difficile en me coupant mes moyens


de
> paiement. Au moment de raccrocher je leur parle de ses 165 euros retirer


et
> il me répond que je n'ai pas respecté la convention (qui est propre à


mon
> compte courant et n'a rien avoir avec le crédit) et par ce fait, j'ai
> résilier mon contrat. A la lecture de mes contrats je ne vois aucune
> obligation de domiciliation de mon salaire que ce soit pour la réserve
> d'argent ou alors pour mon compte.
>
> Je leur ai ensuite envoyé une lettre recommandé leur disant que je


tenais
> être remboursé de cette somme de 165 euros qui ne semble pas justifié,


rien
> dans mon contrat ne me spécifie une telle en cas de résiliation (que je


n'ai
> jamais signé d'ailleurs). A ce jour, je n'ai eu aucun papier concernant


et
> justifiant ce prélèvement de 165 euros.
>
> J'aimerais donc savoir quels sont mes droits et quel recours puis je


avoir
> car au jour d'aujourd'hui, je n'ai aucune réponse...
>
> Je vous remercie d'avance pour votre aide
>
> Guillaume A



Marius
Le #16265741
Vincent Granville wrote:
L'education est-elle tombee si bas en France que des Americains comme
moi-meme maitrisent la langue de Voltaire mieux que des
fonctionnaires Francais?



Bravo, mais attention au melon quand meme ...

M.
Chris
Le #16265611
Vincent Granville a écrit :

L'education est-elle tombee si bas en France que des Americains comme moi-meme
maitrisent la langue de Voltaire mieux que des fonctionnaires Francais?




A défaut de maîtriser la situation en Irak... (désolé, c'était plus fort que moi
:-))
cécile
Le #16264371
http://www.afub.org/index.php
Avez-vous essayé de contacter l'association des usagers des banques?
"Vincent Granville" news:
L'education est-elle tombee si bas en France que des Americains comme


moi-meme
maitrisent la langue de Voltaire mieux que des fonctionnaires Francais?

Guillaume A wrote:

> Bonjour a tous,
>
> En décembre de l'année dernière, je souhaitais (2002) je souhaitais


faire un
> crédit d'environ 4500 euros. La banque dans laquelle j'étais ne voulait


pas.
> Je me suis donc présenté à la banque X. En décembre la banque X semble


être
> d'accord pour m'accorder et me fait donc des propositions intéressantes


à
> l'ouverture du compte. EN effet je éducateur en formation par contrat de
> qualification. Je suis donc assimilé fonctionnaire ce qui dans cette


banque
> me donne certains droit avantageux (autorisation de découvert de 400


euros,
> moins d'agios etc..). Pour cela je signe une convention qui me fait
> bénéficier de ces droit et me fait devenir membre d'une association Y


qui
> est une association pour le crédit et l'épargne des fonctionnaire et
> assimilé (cette convention me coûte 10,83 euros par mois). Pour ce qui


est
> du crédit, il ne peut pas me le faire car mon salaire n'est pas encore


viré
> sur le compte de la banque X. Ce que je fais immédiatement.
>
> En Janvier 2003, mon salaire viré je retourne à la banque X. Il avait


entre
> oublié le crédit. J'en refait la demande et me dit que ce n'est pas


possible
> mais qu'il va voir, qu'il va trouver une solution. Solution qu'il trouve


en
> me proposant une réserve d'argent de 4500 euros à un taux de 13 % rien


avoir
> avec les avantages dont il m'avait parlé en décembre. Ce qui fait que je
> rembourse par mois 187 euros. Enfin, ayant besoin de cet argent


j'accepte
> quand même l'offre. Pas de soucis jusqu'à environ avril, mai 2003 ou je


dois
> faire face à des dépenses imprévus. Gagnant 597 euros par mois,


remboursant
> 187 euros de crédit je me retrouve assez vite en difficulté. Passage
> difficile pour ma part mais qui ne me semble pas une impasse. Néanmoins


la
> banque X ne fait guère de proposition pour m'en sortir me refuse,


rejette
> mes prélèvements et me rejette un chèque sans être avertis auparavant.
> Auparavant, j'étais passé les voir pour leur expliquer que j'étais dans


un
> moment difficile. Je stabilise ma situation mais mon découvert reste au
> dessus de l'autorisation. Le 2 septembre, mon compte présente un


découverts
> de 859 euros et m'écrit que je dois régulariser cette situation sinon je
> m'exposerais au conséquence légales des incidents de paiement qui en
> découleraient. Mon salaire tombe le 5 septembre ce qui fait retomber mon
> découvert à 290 euros. Mais je dois faire face à mes dépenses


mensuelles, le
> 15 septembre je suis à 375 euros de découvert et le 30 je suis de


nouveau
> 941 euros. Le 23 septembre, il me relance par courrier. Je leur réponds


que
> j'ai trouvé une solution afin de faire face à mes difficultés, que je


vais
> vendre ma voiture pour une valeur de 5 000 euros mais que j'avais encore
> besoins d'une quinzaine de jours. En réponse à ce courrier, le 29


septembre
> ils me retires mes moyens de paiements et déclare le retrait de ma carte


à
> la banque de France. Mon salaire est donc pris en "otage" et je ne peu


plus
> utiliser celui-ci pour vivre. C'est alors qu'une autre banque L sur


lequel
> j'avais un petit découvert depuis longtemps me rappelle afin de prendre


un
> peu des nouvelles et de savoir ce que je comptais faire de ce compte. Il


me
> propose de trouver une solution a condition de revirer mon salaire sur


ce
> compte. Mon salaire de mois d'octobre étant bloqué sur la banque cela
> m'arrangeait.
>
> Durant le mois d'octobre, je me suis fait aider par ma famille qui m'on
> couvert la plupart de mes dépenses. Mon salaire est viré sur la banque L


le
> 5 novembre 2003. Ayant trouvé une solution a mes problèmes, je rembourse


le
> découvert à la banque X et y met depuis 250 euros (187 pour le crédit et


45
> euros qui sont viré sur un Codevi). Depuis ma situation financière est
> stable et mes 2 comptes courant sont à jour.
>
> Seulement, début janvier, la banque X m'appelle et me laisse un message
> comme quoi je dois les appeler d'urgence. Avant de rappeler je regarde


mon
> compte sur Internet et là surprise je suis à découvert de 200 euros.


Divers
> frais et agios sont tiré dont une somme de 165 euros intitulé
> "régularisation cotisation convention". Je les appelle donc le lendemain


et
> je laisse me conseiller me parler qui me signifie que mon salaire n'est


plus
> viré et qu'il refuse de maintenir le crédit dans ses conditions, il me
> propose 2 solution, remboursement intégrale de la somme du (si pas


possible
> il envoie mon dossier au contentieux) ou alors je remet mon salaire sur


leur
> compte. Je leur dis que je ne remettrai pas mon salaire sur leur compte,
> qu'il m'avait mis dans une situation difficile en me coupant mes moyens


de
> paiement. Au moment de raccrocher je leur parle de ses 165 euros retirer


et
> il me répond que je n'ai pas respecté la convention (qui est propre à


mon
> compte courant et n'a rien avoir avec le crédit) et par ce fait, j'ai
> résilier mon contrat. A la lecture de mes contrats je ne vois aucune
> obligation de domiciliation de mon salaire que ce soit pour la réserve
> d'argent ou alors pour mon compte.
>
> Je leur ai ensuite envoyé une lettre recommandé leur disant que je


tenais
> être remboursé de cette somme de 165 euros qui ne semble pas justifié,


rien
> dans mon contrat ne me spécifie une telle en cas de résiliation (que je


n'ai
> jamais signé d'ailleurs). A ce jour, je n'ai eu aucun papier concernant


et
> justifiant ce prélèvement de 165 euros.
>
> J'aimerais donc savoir quels sont mes droits et quel recours puis je


avoir
> car au jour d'aujourd'hui, je n'ai aucune réponse...
>
> Je vous remercie d'avance pour votre aide
>
> Guillaume A



Publicité
Poster une réponse
Anonyme