[dem d'aide]comment coacher ses models?

Le
lepianiste
convaincre une personne de poser n'est pas le plus dur;
la mise en confiance est deja moins evidente;
mais proposer des poses, les expliquer clairement, passe, avec un
model experimenté, mais pas du tout avec un debutant;

comment reussir ses travaux,
si on a un beau model, un bon appareil, un portfoilo presentable,
mais un photographe sans formation, un mauvais sens du commercial et
un model à la tete qui sonne creux?

merci de vos reactions au 2nd degré


il depende de celui qui passe que je sois tombe ou tresor, que je
parle ou me taise, ami n'entre pas sans désir.//P.V.
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Philippe LAGARDE
Le #7345161
Le 16 Apr 2004 08:12:29 -0700, lepianiste a écrit :

convaincre une personne de poser n'est pas le plus dur;
la mise en confiance est deja moins evidente;
mais proposer des poses, les expliquer clairement, passe, avec un
model experimenté, mais pas du tout avec un debutant;

comment reussir ses travaux,
si on a un beau model, un bon appareil, un portfoilo presentable,
mais un photographe sans formation, un mauvais sens du commercial et
un model à la tete qui sonne creux?

merci de vos reactions au 2nd degré



C'est aussi au modèle de choisir dans quel mode il veut être : dirigé ou
proposant.
Ma méthode : du thé, des gateaux, du temps, bcp de temps. Une écoute
réciproque. Un matos déjà prêt, pour ne pas casser la construction ténue
entre lui/elle et toi. Une distance, ça c'est très important. Choisis ta
distance en fonction de la relation, pas de tes focales disponibles. Briser
le silence s'il est lourd, le savourer s'il est reposant. Bouger. Habituer
le modèle au bruit du déclencheur, quitte à ne pas avoir de film au début.
S'apprivoiser l'un l'autre. Savoir ou tu vas, si c'est une commande, puis
laisser la relation te perdre. Résister et suivre la pente.

Bref, c'est un peu comme en amour...

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org
graphistecomBOUCHONfr
Le #7345141
lepianiste
convaincre une personne de poser n'est pas le plus dur;
la mise en confiance est deja moins evidente;



Que faites-vous lorsque vous recevez un(e) ami(e) ?

mais proposer des poses, les expliquer clairement, passe, avec un
model experimenté, mais pas du tout avec un debutant;
comment reussir ses travaux,
si on a un beau model, un bon appareil, un portfoilo presentable,
mais un photographe sans formation, un mauvais sens du commercial et
un model à la tete qui sonne creux?



Je ne fais pas ce genre de photographie mais prendre un crob'art, un
crayon et se forcer à un peu d'imagination peut parfois rendre quelques
services avant de passer à la prise de vue.

Désolé pour le second degré, je ne sais pas ce que c'est.

--
Graphistecom
RigoloClic
Le #7344301
Dans son message précédent, lepianiste a écrit :
convaincre une personne de poser n'est pas le plus dur;
la mise en confiance est deja moins evidente;
mais proposer des poses, les expliquer clairement, passe, avec un
model experimenté, mais pas du tout avec un debutant;

comment reussir ses travaux,
si on a un beau model, un bon appareil, un portfoilo presentable,
mais un photographe sans formation, un mauvais sens du commercial et
un model à la tete qui sonne creux?

merci de vos reactions au 2nd degré





Un "modèle à la tête qui sonne creux" ?

Mais ce sont les meilleurs !

T'as pas à te soucier de tout le decorum relationnel, ils sont très
acommodants, rarement contrariants (ils ne comprennent rien à ce qui
leur arrive) et parfois même assez fiers d'eux pour te proposer les
poses auxquelles tu ne pensais pas (c'est peut-être là leur seul côté
contrariant, assez rare tout de même et facile à expédier : trois
clics/clacs et ils sont ravis).

Comment "coacher" un modèle ?

Comment se déroule une séance de prise de vue ?

Pas compliqué : le modèle se met en tenue. S'il s'agit de Nus on aura
préalablement averti la personne d'éviter les vêtements serrés (inutile
d'attendre trois plombes que les marques sur la peau disparaissent -
certains photographes n'avertissent pas et mettent ce temps à profit
pour offrir du thé et des gâteaux. Ah la la la la ligne ! :-p ) pas
question non plus de s'asseoir où que ce soit (toujours cette histoire
de marques).

Alors tandis que l'on place le modèle devant le fond, on lui explique
comment ça va se passer :

- Tu vas voir, c'est très simple : je vais te tourner autour,
t'examiner sous toutes les coutures, histoire de voir ce qu'il est
possible de faire avec toi,

- Puis je vais te demander de te placer à tel ou tel endroit dans la
lumière, éventuellement de changer légérement de position,

- Soudain tu entendras un hurlement : " Ne bouge plus ! ", puis le
bruit du déclenchement (Et t'as pas intérêt à bouger ! Ce n'est pas que
la photo pourrait être floue, non, c'est juste que la pose convient et
qu'il ne faut pas la perdre. Je risquerai de t'en vouloir à mort
sinon),

- Je déclencherai, je déclencherai, je déclencherai, je déclencherai,
etc, jusqu'a ce que tu entendes : "Tu peux bouger",

- Evidemment si la position est malcommode, tu as le droit de le
sussurer pour que je te libère, (mais un sussurement sans perte de pose
! )

- Puis tu changeras de position. Parfois je te guiderai, parfois je
t'estimerai assez grand pour te débrouiller tout seul,

- Puis à nouveau le hurlement : ne bouge plus !

- Il est possible aussi que je te touche pour ajuster une pose. Sois
tranquille ! Je ne te toucherai jamais, je ne m'attarderai jamais plus
qu'il ne faut.

- et ainsi de suite jusqu'à ce que, épuisé, en sueur, des crampe dans
tout le corps, le doigt douloureux à force d'appuyer sur le
déclencheur, j'exhale ce râle d'agonie : "Bon, ben je crois que ça y
est pour aujourd'hui, non ?",

S'il a été fait des Nus, le modèle pourra alors retrouver une tenue...
Comment dire... Urbaine ?

(Bien entendu le modèle peut rester en tenue de pose - ça ne gâche rien
- mais bon, ça risque aussi de relancer une nouvelle série de prises de
vues, et avec les crampes, les doigts douloureux, tout ça...)

Ensuite viennent les conclusions, dans le genre : "Bon ben on va
développer tout ça - ça prendra, voyons, ça prendra une petite
semaine...

- Plutôt deux bonnes semaines, corrigera l'assistant du photographe
(qui a l'habitude),


Voilà en gros comment coacher un modèle.

(Le modèle n'a pas à se plaindre, c'est très reposant pour lui, il a
vraiment le beau rôle, alors que le photographe ne cesse de lui tourner
autour, tout en évitant de cogner ou renverser les éclairages, de se
prendre les pieds dans les câbles, etc).


Evidemment tu auras compris que je parlais là d'une séance avec un
modèle masculin. Contrairement avec ce qui se passe du côté des modèles
féminins, le modèle Homme accepte une certaine "rudesse virile" dans sa
relation avec le photographe.

Les modèles féminins ont besoin d'être rassurés (ce n'est pas pour rien
que les bons gros photographes barbus, affectifs et quinquagénaires
parviennent à leurs fins avec elles).

Donc de la douceur, de l'idôlatrie presque (n'oublions pas qu'après
avoir été modèles elles deviendront Femmes et que la plupart des femmes
se marient pour faire des enfants et avoir raison. Cela en dit long sur
la déférence à laquelle elles s'imaginent avoir droit),

Tu es là pour chanter, célébrer l'éternel féminin : celui de moins de
60 kilos et plus de 1m80.

Ou alors celui avec des rondeurs (mais pas trop) que tu feras
habilement ressortir dans un clair-obscur de bon aloi.

J'espère avoir été utile.

La prochaine fois j'aborderai les thèmes suivants : "Comment faire
l'amour avec son modèle" et "Comment se débarrasser de son
photographe".


--
RigoloClic
http://www.rigoloclic.com
(des photos... comme à la maison ! )
RigoloClic
Le #7344291
Philippe LAGARDE a présenté l'énoncé suivant :

C'est aussi au modèle de choisir dans quel mode il veut être : dirigé ou
proposant.



Le Monsieur a dit "second degré" !


Ma méthode : du thé, des gateaux, du temps, bcp de temps.



Hé ! Ho ! J'ai pas toute la nuit moi !

(Et puis je suis déjà gros)


Une écoute
réciproque. Un matos déjà prêt, pour ne pas casser la construction ténue
entre lui/elle et toi. Une distance, ça c'est très important. Choisis ta
distance en fonction de la relation, pas de tes focales disponibles.



Hum ! Comment aurais-je fait "Présentoir" et "Obélisque" sans mon 16 mm
?

Dans ces deux clichés la distance a été choisie en fonction de la
focale.



Habituer
le modèle au bruit du déclencheur, quitte à ne pas avoir de film au début.



Ah bon ? Toi aussi tu travailles avec un moyen-format des années 60 ?


S'apprivoiser l'un l'autre. Savoir ou tu vas, si c'est une commande, puis
laisser la relation te perdre. Résister et suivre la pente.

Bref, c'est un peu comme en amour...



Hum ! Monsieur est de la vieille école ? :-p

:-)

--
RigoloClic
http://www.rigoloclic.com
(des photos... Comme à la maison ! )
Noëlle Adam
Le #7344181
> - Soudain tu entendras un hurlement : " Ne bouge plus !



Ils ne s'évanouissent jamais tes modèles ? Parce qu'un type qui hurle "Ne
bouge plus" en tenant entre les mains cet engin qui tient du à la fois du
mortier (pour le poids) et de la cocotte minute ( pour le l'inox ), ça
pourrait impressioner les âmes faibles !

Noëlle inquiéte.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme