[Envoye Special] Reportage sur le Turkmenistan

Le
darts
Le reportage d'Envoyé Spécial sur le Turkménistan ne montrait pas
assez la connivence entre la société Bouygues et le dictateur.
Pourquoi ? ça sent trop le gaz ? Pourtant, j'ai trouvé de drôles
choses sur le net (voir ci-dessous). C'est d'autant plus rageant que
le reportage de france2 a coûté la vie à une journaliste locale et le
fixeur est en prison La journaliste de France2 n'a même pas rendu
hommage à ses collègues, étonnant



Récit : TF1 et le dictateur. ( issu du site Telerama)

Voir la vidéo de l'émission très spéciale enregistrée en septembre
1996, à l'occasion de la visite en France de Saparmourad Niazov,
président du Turkmenistan. Animé par Jean Claude Narcy et jamais
diffusé :

http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=medias/20060301.OBS8882.html


"C'est une histoire gaguesque et déprimante. Celle d'une vraie-fausse
émission, enregistrée par TF1 à la gloire d'un des pires dictateurs de
la planète, le méconnu mais non moins sinistre Saparmourad Niazov,
auto-proclamé président à vie du Turkménistan. Une émission jamais
diffusée en France, restée cachée pendant dix ans, et que Télérama
s'est procurée à l'occasion de la sortie d'un livre édifiant sur les
relations entre le géant du BTP Bouygues et cette obscure dictature
d'Asie centrale, Le pays où Bouygues est roi, de David Garcia (Ed.
Danger Public).

Petit retour en arrière, il y a dix ans donc, en septembre 1996
précisément. Ce matin-là, c'est le branle-bas de combat dans les
studios télé de la chaîne. Saparmourad Niazov est en visite officielle
à Paris, et, pour l'occasion, TF1 lui a promis rien moins qu'une
émission spéciale de 40 minutes. Sur le plateau, le gratin de la
première chaîne est au garde-à-vous : Jean-Claude Narcy, alors
directeur adjoint de l'information et présentateur des JT de la
chaîne, anime « l'émission spéciale Niazov ». A ses côtés, Martin
Bouygues, pdg du groupe Bouygues, Patrick Le Lay, pdg de TF1 (faut-il
le rappeler, filiale de Bouygues), Pierre Gadonneix (1), président de
Gaz de France et Jacques Roger-Machart, directeur chargé du
développement d'Electricité de France. Derrière les caméras, une
vingtaine de techniciens et journalistes. Quarante minutes durant,
tout ce petit monde va dérouler un tapis rouge au Turkmenbachi
(autrement dit « le père de tous les Turkmènes »), sur sa vie, son
oeuvre, ses grands travaux, ses ressources énergétiques, etc. « Nous
faisions clairement plaisir à Bouygues en nous prêtant à ce petit jeu,
se souvient Jacques-Roger Machart. Je me doutais bien que c'était une
interview de complaisance. D'ailleurs je me souviens que Jean-Claude
Narcy m'avait fait part de ses réticences »

  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
choowie
Le #10341151
> Le reportage d'Envoyé Spécial sur le Turkménistan ne montrait pas assez la
connivence entre la société Bouygues et le dictateur. Pourquoi ? ça sent trop
le gaz ?


Ce n'était pas un reportage sur Bouygues. Le reportage a évoqué les
contrats fabuleux que Bouygues a gagné. Il a également montré une video
interne Bouygues. Bouygues, comme les autre sociétés, a fermé les yeux
sur les pratiques démentes du dictateur. Je pense que c'était
suffisant.

Pourtant, j'ai trouvé de drôles choses sur le net (voir ci-dessous).
C'est d'autant plus rageant que le reportage de france2 a coûté la vie à une
journaliste locale et le fixeur est en prison... La journaliste de France2
n'a même pas rendu hommage à ses collègues, étonnant...


La fin du reportage même est un hommage à ses collègues.
Les deux journalistes qui présentent l'émission ont déclaré à la fin du
reportage qu'ils parrainaient le fixeur via Reporter Sans Frontières.

Il n'est pas besoin de trouver de chaudron infernal derrière chaque
information. La journaliste a fait un travail honnete et elle a une
sacrée paire de couilles pour s'être balladée dans ce pays de fou. Rien
que pour ça, elle a tout mon respect.

--
Choowie
Poster une réponse
Anonyme