france 2004 !

Le
menfin
L'objet de ces quelques lignes est double : d'une part, apporter un début de
réponse à la question cruciale : combien de musulmans en France en 2004 ?,
et, d'autre part, analyser les développements actuels du plan de conquête
des islamistes.

Officiellement, selon les chiffres avancés par nos dirigeants et par le
ministère de l'Intérieur, la France compterait aujourd'hui entre 5 et 6
millions de musulmans. Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) où,
rappelons-le, les islamistes sont majoritaires, énonce lui aussi le même
chiffre : 6 millions de musulmans en France.

Or, aussi bien le gouvernement que les représentants du CFCM ont intérêt à
mentir sur les chiffres. Les islamistes du CFCM (UOIF et leurs compères) ont
un objectif : prendre le pouvoir en France pour y instaurer un Etat
islamique régi par la Charia. La seule stratégie possible pour réussir dans
cette entreprise de conquête est d'avancer masqué. C'est exactement ce que
font les islamistes : les représentants du CFCM ont tout intérêt à minorer
le nombre de musulmans vivants en France pour ne pas attirer sur eux l'
attention des médias et donc de l'opinion publique (car les médias sont des
faiseurs d'opinion).

Nos dirigeants ont bien compris eux-aussi qu'il ne fallait surtout pas
alarmer nos concitoyens sur la réalité des chiffres et le désastre qu'il
annonce. De fait, l'immigration est devenue un sujet complètement tabou pour
une classe politique et des médias aux ordres. Quand la question de savoir
si le chiffre de 5 à 6 millions de musulmans présents sur notre sol n'est
pas sous-estimé, les autorités répondent que, de toute façon, il est
impossible de connaître le chiffre exact du fait que les interrogations sur
l'origine ethnique ou l'appartenance religieuse des individus sont
interdites en France.

En réalité, et même s'ils prétendent l'ignorer, nos gouvernants savent
approximativement le nombre réel de musulmans vivant en France. Ne nous y
trompons pas : il y a dans les cabinets ministériels une multitude de hauts
fonctionnaires compétents et maîtrisant les outils démographiques et
statistiques qui permettent d'extrapoler à partir de données parcellaires le
nombre effectif de musulmans.

Inutile d'être un brillant scientifique pour appréhender le nombre
approximatif de musulmans présents sur notre sol. Pour y parvenir, nous
allons recouper quatre méthodes selon trois approches différentes.

1/ Approche démographique (flux migratoires)

L'immigration massive qui touche notre pays a pour point de départ la
politique de regroupement familial initiée par l'ancien président de la
république Valéry Giscard d'Estaing au milieu des années 1970. Nous allons
donc considérer la période 1975-2004, soit pratiquement trente ans.
En moyenne annuelle, combien y a t-il de nouveaux arrivants ? Les politiques
ont l'habitude de dire qu'entre 100 000 et 150 000 étrangers viennent s'
installer en France chaque année. Or, d'après les dires d'un haut
fonctionnaire s'exprimant sous couvert de l'anonymat et dont les propos ont
été recueillis dans un article récent consultable sur le site Internet du
quotidien Le Figaro, l'hypothèse basse (c'est-à-dire l'hypothèse minimale)
fait état de 300 000 nouveaux immigrés chaque année. L'hypothèse haute,
elle, laisse à penser qu'il y a près de 600 000 nouveaux entrants tous les
ans.

Qui plus est, il convient de noter que nous sommes actuellement dirigés par
la « droite », moins laxiste que la gauche qui a pour habitude d'ouvrir
toutes grandes les vannes de l'immigration et de procéder à des
régularisations massives d'étrangers clandestins quand elle est au pouvoir.
Alors, en période où la gauche est aux affaires, combien d'immigrés
supplémentaires tous les ans ? 700 000 ? 800 000 ?
Par conséquent, nous allons considérer -et ce chiffre est loin d'être
irréaliste- qu'il y a eu en moyenne, chaque année, 500 000 nouveaux
arrivants en France sur la période 1975-2004. Au total, cela nous donne :

30 * 500 000 = 15 millions d'individus

Nous savons tous que ces 15 millions d'individus sont dans leur immense
majorité d'origine extra-européenne. Hormis quelques européens de l'Est, les
flux migratoires ont pour origine l'Afrique et, dans une moindre mesure, l'
Asie. Selon les experts, 80% de ces immigrés sont musulmans (du Maghreb et d
'Afrique noire essentiellement), les 20% restants rassemblant les européens
de l'Est, les asiatiques et les noirs chrétiens, animistes ou autre. En
définitive :

15 000 000 * 80% = 12 millions de musulmans

Si l'on rajoute, à la « louche », trois millions d'individus pour tenir
compte des naissances et des conversions à l'islam, toujours plus
nombreuses, il y aurait donc en France le chiffre effarant de 15 millions de
musulmans.

2/ Approche démographique (fécondité et accroissement de population)

Il y a de cela une vingtaine d'année, la France comptait très officiellement
55 millions d'habitants. Au dernier recensement de l'INSEE, les français
étaient exactement au nombre de 61,7 millions et on peut penser qu'ils sont
aujourd'hui 62 millions. Or, la population française est vieillissante et ne
se renouvelle même plus depuis la fin du baby-boom. Le seuil de
renouvellement de la population est évalué par les démographes à 2,1 enfants
par femme. Le taux de natalité en France remonte depuis quelques années,
mais il se situe néanmoins en deçà du seuil de renouvellement : 1,9 enfants
par femme aujourd'hui.

Par conséquent, sans « l'apport » de l'immigration, la France ne compterait
même plus 55 millions d'habitants comme il y a 20 ans. Nous serions environ
52 millions. La différence, soit 10 millions d'individus (62 - 52)
correspond au nombre d'immigrés qui se sont installés en France depuis le
milieu des années 1980. Dix millions d'individus en deux décennies. Si l'on
extrapole sur 30 ans ( 1975-2004) cela nous fait 15 millions. Certes, l'
immigration était moins forte de 1975 à 1984 que de 1985 à 2004 et le
chiffre de 5 millions pour la période 1975-1984 est exagéré. Certainement,
mais ceci est compensé par le fait que le taux de natalité en France est à l
'heure actuelle soutenu par la plus forte fécondité des femmes musulmanes.
Sans elles, le taux de natalité serait sans doute plus proche de 1,6 ou 1,7
que de 1,9. La France, avec une immigration « zéro » entre 1985 et 2004 n'
aurait même pas compté les 52 millions d'âmes que nous avons pris comme
référence. Ceci compense donc cela.

Sur ces 15 millions d'immigrés, tous ne sont pas musulmans, mais si l'on
tient compte comme précédemment de la surnatalité musulmane et des
conversions, on retombe grosso modo sur le chiffre de 15 millions de
musulmans.

3/ Approche historique

En tous lieux et de tous temps, les musulmans entrent en conflit ouvert avec
les peuples ou nations au sein desquels ils sont implantés dès lors que leur
nombre atteint plus ou moins 30% de la population totale. En France, les
musulmans n'ont pas encore déclaré les hostilités mais les prémices du
conflit à venir s'accumulent avec toutes les revendications communautaristes
des musulmans (port du voile, viande hallal, exactions.). Ainsi, nous
pouvons en déduire que les musulmans ne représentent pas encore 30% de la
population française mais leur attitude belliqueuse allant crescendo laisse
supposer que nous ne somme plus très loin de ce seuil. 25% peut-être ? 25%
de musulmans, sur 62 millions de français, cela nous donne :

62 000 000 * 25% = 15,5 millions de musulmans

4/ Approche empirique

Le meilleur moyen d'appréhender le réel, c'est encore d'ouvrir les yeux et
de regarder autour de soi pour voir la situation telle qu'elle est vraiment.
L'Ile de France est la région la plus peuplée de notre pays, avec 11
millions d'habitants. Force est de constater que les français de souche (les
blancs pour simplifier) sont minoritaires en région parisienne. Certes, ils
sont encore majoritaires dans les quartiers chics ou touristiques de la
capitale intra-muros mais cette illusion ne peut tromper que le touriste
japonais ou le provincial peu habitué

Inutile d'aller en Seine-St-Denis, le fameux « 93 », ce « laboratoire » en
temps réel de ce que sera la France de demain, pour se rendre compte de la
situation. Promenez-vous en Seine-et-Marne par exemple : 50% de noirs, 30% d
'arabes, 10% d'asiatiques et accessoirement 10% de blancs. Sur les 80% que
représentent les noirs et les arabes, combien de musulmans ? L'immense
majorité. Donc, sur les 11 millions d'habitants d'Ile de France on peut
considérer qu'il y a au bas mot 6 millions de musulmans. Le schéma est le
même pour Marseille et sa banlieue, pour Lyon et sa banlieue et, dans une
moindre mesure, pour les autres grandes villes de province. Roubaix est la
première ville de notre pays reconnue comme étant à majorité musulmane. Très
bientôt, elle ne sera plus la seule, si ça n'est pas déjà le cas.

Si l'on agrège les observations empiriques que chacun peut faire, ville par
ville, région par région, le chiffre de 15 millions de musulmans ne semble
pas exagéré. Pour appuyer ce chiffre, soulignons que les musulmans ont
tendance à vivre en vase clos : ils sortent relativement peu des quartiers
et des territoires qu'ils ont conquis. Ils sont autosuffisants et organisent
leurs propres circuits économiques parallèles. Ce n'est pas parce qu'on ne
voit pas beaucoup de musulmans dans certains centre-villes qu'il n'y a pas
énormément de musulmans à la périphérie de ces villes. Simplement, ils
évitent les contacts avec le reste de la population : c'est cela le
communautarisme.

En recoupant les estimations obtenues selon ces différentes approches, on
aboutit au chiffre de 15 millions de musulmans implantés sur notre sol. Ce
chiffre doit en surprendre plus d'un. Mais, au fond, qu'il y ait 2,5 fois
plus de musulmans présents en France que ce que veulent bien nous faire
croire les autorités, est-ce aussi surprenant que ça en a l'air ? Est-ce
réellement invraisemblable ?

Des imams du Moyen et du Proche-Orient clament haut et fort que la France
sera une république islamique à l'horizon 2020. 2020, c'est dans seulement
15 ans. Ces imams -qui sont loin d'être des idiots- penseraient-ils cela s'
il n'y avait aujourd'hui que 6 millions de musulmans sur notre territoire ?
Nicolas Sarkozy, lorsqu'il était encore ministre de l'Intérieur et des
Cultes avait peur. Oui, il avait peur. Peur au point de dire au journaliste
de France 2 qui lui posait une question sur les islamistes : « attention,
ils nous écoutent ». Peur au point d'aller demander à un imam égyptien
réputé de valider son projet de loi sur le port du voile à l'école. Peur au
point de voter fin 2002 une loi permettant de réquisitionner et de mobiliser
les retraités de l'armée, de la police et de la gendarmerie « au cas
où ».etc.etc.

Nicolas Sarkozy aurait-il peur à ce point s'il n'y avait que 6 millions de
musulmans en France ? Ou bien est-ce parce qu'ils sont en réalité beaucoup
plus nombreux, 15 millions par exemple ? C'est en tous cas à ce nombre que
conduisent les différents recoupements que nous venons d'effectuer. Le
chiffre exact est sans doute plus proche des 15 millions que des 6 millions.

Qu'en est-il, maintenant, de l'état d'avancement du plan de conquête des
islamistes ?

L'existence d'un plan de conquête est une réalité irréfutable. Nous ne
reviendrons pas là-dessus : plusieurs auteurs ont mis en évidence l'
existence de ce plan ainsi que ses grands principes (le lecteur pourra, s'il
le souhaite, se référer utilement à l'ouvrage de l'islamologue René Marchand
La France en danger d'Islam publié aux éditions l'Age d'Homme). Nous
rappellerons simplement que ce plan n'est pas le fait d'un seul homme, mais
le fruit des réflexions d'un groupe d'oulémas égyptiens et saoudiens. Tous
les islamistes ont aujourd'hui plus ou moins connaissance de ce plan. Le
musulman « de base » ne le connaît pas. Il n'a d'ailleurs pas vocation à le
connaître. Il fera ce que l'imam lui ordonnera de faire.

Un point important mérite d'être souligné : le plan de conquête des
islamistes s'appuie sur la réalité concrète, sur la connaissance du terrain,
des forces et des faiblesses de l'ennemi (nous en l'occurrence). Les
islamistes sont réalistes et pragmatiques : ils adaptent leur stratégie en
fonctions des modifications de l'environnement dans lequel ils évoluent.

Ces derniers jours, le nouveau ministre de l'Intérieur et des Cultes,
Dominique de Villepin, a procédé à l'expulsion vers leur pays d'origine de
plusieurs imams ouvertement intégristes (prônant notamment la lapidation des
femmes) sans que cela ne provoque de protestations chez les fondamentalistes
musulmans. Alors, Dominique de Villepin aurait-il réussi l'impensable, c'
est-à-dire « dompter » l'islam ? Bien sûr que non. Ceux qui s'imaginent que
l'islam est « soluble » dans la république (selon la formule à la mode) n'
ont rien compris (veulent-ils d'ailleurs seulement comprendre ?). Les
islamistes n'ont pas renoncé à islamiser la France. Ils n'y renonceront
jamais. C'est inscrit dans leurs gènes. Simplement, ils ont décidé de «
calmer le jeu » pour plusieurs raisons :

Tout d'abord, pour donner l'impression à nos hommes politiques qu'ils ont
« repris la main ». MM. Chirac et De Villepin doivent avoir le sentiment de
maîtriser la situation et de pouvoir façonner l'islam comme bon leur semble
mais il ne s'agit évidemment que d'une impression.

Ensuite, les musulmans ne se sentent pas encore suffisamment nombreux. Ils
savent qu'ils ont une occasion unique d'islamiser la France et l'Europe. Ils
n'ont pas l'intention de tout gâcher en précipitant les événements. Ils sont
patients et ils savent que le temps joue pour eux. Sans doute est-ce pour
cela que les très intégristes musulmans de l'UOIF se sont désolidarisés de l
'appel à manifester de l'imbécile Mohammed Latrèche et de son Parti des
Musulmans de France. Avec son discours ouvertement conquérant et haineux, il
risquait de ruiner 25 ans d'efforts. De fait, sa manifestation n'avait réuni
que quelques milliers de musulmans. Mais ils auraient pu être 10 ou 20 fois
plus nombreux si les leaders islamistes avaient suivi Latrèche. De même,
lorsque le président de l'UOIF déclare qu'il est contre le projet de loi sur
le voile mais qu'il se pliera à la loi si elle est votée, sa seule intention
est de calmer temporairement le jeu.

Enfin, les islamistes n'ont pas encore achevé leur entreprise de
réislamisation des musulmans peu ou pas pratiquants et ils cherchent avant
tout à renforcer leur maillage sur tout le territoire. Quadriller le
terrain, développer leurs réseaux, accumuler des armes, faire de la
propagande : voici le programme des islamistes à brève échéance. La
prochaine étape, c'est le déclenchement des hostilités.

L'objet de ces quelques lignes est double : d'une part, apporter un début de
réponse à la question cruciale : combien de musulmans en France en 2004 ?,
et, d'autre part, analyser les développements actuels du plan de conquête
des islamistes.

Officiellement, selon les chiffres avancés par nos dirigeants et par le
ministère de l'Intérieur, la France compterait aujourd'hui entre 5 et 6
millions de musulmans. Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) où,
rappelons-le, les islamistes sont majoritaires, énonce lui aussi le même
chiffre : 6 millions de musulmans en France.

Or, aussi bien le gouvernement que les représentants du CFCM ont intérêt à
mentir sur les chiffres. Les islamistes du CFCM (UOIF et leurs compères) ont
un objectif : prendre le pouvoir en France pour y instaurer un Etat
islamique régi par la Charia. La seule stratégie possible pour réussir dans
cette entreprise de conquête est d'avancer masqué. C'est exactement ce que
font les islamistes : les représentants du CFCM ont tout intérêt à minorer
le nombre de musulmans vivants en France pour ne pas attirer sur eux l'
attention des médias et donc de l'opinion publique (car les médias sont des
faiseurs d'opinion).

Nos dirigeants ont bien compris eux-aussi qu'il ne fallait surtout pas
alarmer nos concitoyens sur la réalité des chiffres et le désastre qu'il
annonce. De fait, l'immigration est devenue un sujet complètement tabou pour
une classe politique et des médias aux ordres. Quand la question de savoir
si le chiffre de 5 à 6 millions de musulmans présents sur notre sol n'est
pas sous-estimé, les autorités répondent que, de toute façon, il est
impossible de connaître le chiffre exact du fait que les interrogations sur
l'origine ethnique ou l'appartenance religieuse des individus sont
interdites en France.

En réalité, et même s'ils prétendent l'ignorer, nos gouvernants savent
approximativement le nombre réel de musulmans vivant en France. Ne nous y
trompons pas : il y a dans les cabinets ministériels une multitude de hauts
fonctionnaires compétents et maîtrisant les outils démographiques et
statistiques qui permettent d'extrapoler à partir de données parcellaires le
nombre effectif de musulmans.

Inutile d'être un brillant scientifique pour appréhender le nombre
approximatif de musulmans présents sur notre sol. Pour y parvenir, nous
allons recouper quatre méthodes selon trois approches différentes.

1/ Approche démographique (flux migratoires)

L'immigration massive qui touche notre pays a pour point de départ la
politique de regroupement familial initiée par l'ancien président de la
république Valéry Giscard d'Estaing au milieu des années 1970. Nous allons
donc considérer la période 1975-2004, soit pratiquement trente ans.
En moyenne annuelle, combien y a t-il de nouveaux arrivants ? Les politiques
ont l'habitude de dire qu'entre 100 000 et 150 000 étrangers viennent s'
installer en France chaque année. Or, d'après les dires d'un haut
fonctionnaire s'exprimant sous couvert de l'anonymat et dont les propos ont
été recueillis dans un article récent consultable sur le site Internet du
quotidien Le Figaro, l'hypothèse basse (c'est-à-dire l'hypothèse minimale)
fait état de 300 000 nouveaux immigrés chaque année. L'hypothèse haute,
elle, laisse à penser qu'il y a près de 600 000 nouveaux entrants tous les
ans.

Qui plus est, il convient de noter que nous sommes actuellement dirigés par
la « droite », moins laxiste que la gauche qui a pour habitude d'ouvrir
toutes grandes les vannes de l'immigration et de procéder à des
régularisations massives d'étrangers clandestins quand elle est au pouvoir.
Alors, en période où la gauche est aux affaires, combien d'immigrés
supplémentaires tous les ans ? 700 000 ? 800 000 ?
Par conséquent, nous allons considérer -et ce chiffre est loin d'être
irréaliste- qu'il y a eu en moyenne, chaque année, 500 000 nouveaux
arrivants en France sur la période 1975-2004. Au total, cela nous donne :

30 * 500 000 = 15 millions d'individus

Nous savons tous que ces 15 millions d'individus sont dans leur immense
majorité d'origine extra-européenne. Hormis quelques européens de l'Est, les
flux migratoires ont pour origine l'Afrique et, dans une moindre mesure, l'
Asie. Selon les experts, 80% de ces immigrés sont musulmans (du Maghreb et d
'Afrique noire essentiellement), les 20% restants rassemblant les européens
de l'Est, les asiatiques et les noirs chrétiens, animistes ou autre. En
définitive :

15 000 000 * 80% = 12 millions de musulmans

Si l'on rajoute, à la « louche », trois millions d'individus pour tenir
compte des naissances et des conversions à l'islam, toujours plus
nombreuses, il y aurait donc en France le chiffre effarant de 15 millions de
musulmans.

2/ Approche démographique (fécondité et accroissement de population)

Il y a de cela une vingtaine d'année, la France comptait très officiellement
55 millions d'habitants. Au dernier recensement de l'INSEE, les français
étaient exactement au nombre de 61,7 millions et on peut penser qu'ils sont
aujourd'hui 62 millions. Or, la population française est vieillissante et ne
se renouvelle même plus depuis la fin du baby-boom. Le seuil de
renouvellement de la population est évalué par les démographes à 2,1 enfants
par femme. Le taux de natalité en France remonte depuis quelques années,
mais il se situe néanmoins en deçà du seuil de renouvellement : 1,9 enfants
par femme aujourd'hui.

Par conséquent, sans « l'apport » de l'immigration, la France ne compterait
même plus 55 millions d'habitants comme il y a 20 ans. Nous serions environ
52 millions. La différence, soit 10 millions d'individus (62 - 52)
correspond au nombre d'immigrés qui se sont installés en France depuis le
milieu des années 1980. Dix millions d'individus en deux décennies. Si l'on
extrapole sur 30 ans ( 1975-2004) cela nous fait 15 millions. Certes, l'
immigration était moins forte de 1975 à 1984 que de 1985 à 2004 et le
chiffre de 5 millions pour la période 1975-1984 est exagéré. Certainement,
mais ceci est compensé par le fait que le taux de natalité en France est à l
'heure actuelle soutenu par la plus forte fécondité des femmes musulmanes.
Sans elles, le taux de natalité serait sans doute plus proche de 1,6 ou 1,7
que de 1,9. La France, avec une immigration « zéro » entre 1985 et 2004 n'
aurait même pas compté les 52 millions d'âmes que nous avons pris comme
référence. Ceci compense donc cela.

Sur ces 15 millions d'immigrés, tous ne sont pas musulmans, mais si l'on
tient compte comme précédemment de la surnatalité musulmane et des
conversions, on retombe grosso modo sur le chiffre de 15 millions de
musulmans.

3/ Approche historique

En tous lieux et de tous temps, les musulmans entrent en conflit ouvert avec
les peuples ou nations au sein desquels ils sont implantés dès lors que leur
nombre atteint plus ou moins 30% de la population totale. En France, les
musulmans n'ont pas encore déclaré les hostilités mais les prémices du
conflit à venir s'accumulent avec toutes les revendications communautaristes
des musulmans (port du voile, viande hallal, exactions.). Ainsi, nous
pouvons en déduire que les musulmans ne représentent pas encore 30% de la
population française mais leur attitude belliqueuse allant crescendo laisse
supposer que nous ne somme plus très loin de ce seuil. 25% peut-être ? 25%
de musulmans, sur 62 millions de français, cela nous donne :

62 000 000 * 25% = 15,5 millions de musulmans

4/ Approche empirique

Le meilleur moyen d'appréhender le réel, c'est encore d'ouvrir les yeux et
de regarder autour de soi pour voir la situation telle qu'elle est vraiment.
L'Ile de France est la région la plus peuplée de notre pays, avec 11
millions d'habitants. Force est de constater que les français de souche (les
blancs pour simplifier) sont minoritaires en région parisienne. Certes, ils
sont encore majoritaires dans les quartiers chics ou touristiques de la
capitale intra-muros mais cette illusion ne peut tromper que le touriste
japonais ou le provincial peu habitué

Inutile d'aller en Seine-St-Denis, le fameux « 93 », ce « laboratoire » en
temps réel de ce que sera la France de demain, pour se rendre compte de la
situation. Promenez-vous en Seine-et-Marne par exemple : 50% de noirs, 30% d
'arabes, 10% d'asiatiques et accessoirement 10% de blancs. Sur les 80% que
représentent les noirs et les arabes, combien de musulmans ? L'immense
majorité. Donc, sur les 11 millions d'habitants d'Ile de France on peut
considérer qu'il y a au bas mot 6 millions de musulmans. Le schéma est le
même pour Marseille et sa banlieue, pour Lyon et sa banlieue et, dans une
moindre mesure, pour les autres grandes villes de province. Roubaix est la
première ville de notre pays reconnue comme étant à majorité musulmane. Très
bientôt, elle ne sera plus la seule, si ça n'est pas déjà le cas.

Si l'on agrège les observations empiriques que chacun peut faire, ville par
ville, région par région, le chiffre de 15 millions de musulmans ne semble
pas exagéré. Pour appuyer ce chiffre, soulignons que les musulmans ont
tendance à vivre en vase clos : ils sortent relativement peu des quartiers
et des territoires qu'ils ont conquis. Ils sont autosuffisants et organisent
leurs propres circuits économiques parallèles. Ce n'est pas parce qu'on ne
voit pas beaucoup de musulmans dans certains centre-villes qu'il n'y a pas
énormément de musulmans à la périphérie de ces villes. Simplement, ils
évitent les contacts avec le reste de la population : c'est cela le
communautarisme.

En recoupant les estimations obtenues selon ces différentes approches, on
aboutit au chiffre de 15 millions de musulmans implantés sur notre sol. Ce
chiffre doit en surprendre plus d'un. Mais, au fond, qu'il y ait 2,5 fois
plus de musulmans présents en France que ce que veulent bien nous faire
croire les autorités, est-ce aussi surprenant que ça en a l'air ? Est-ce
réellement invraisemblable ?

Des imams du Moyen et du Proche-Orient clament haut et fort que la France
sera une république islamique à l'horizon 2020. 2020, c'est dans seulement
15 ans. Ces imams -qui sont loin d'être des idiots- penseraient-ils cela s'
il n'y avait aujourd'hui que 6 millions de musulmans sur notre territoire ?
Nicolas Sarkozy, lorsqu'il était encore ministre de l'Intérieur et des
Cultes avait peur. Oui, il avait peur. Peur au point de dire au journaliste
de France 2 qui lui posait une question sur les islamistes : « attention,
ils nous écoutent ». Peur au point d'aller demander à un imam égyptien
réputé de valider son projet de loi sur le port du voile à l'école. Peur au
point de voter fin 2002 une loi permettant de réquisitionner et de mobiliser
les retraités de l'armée, de la police et de la gendarmerie « au cas
où ».etc.etc.

Nicolas Sarkozy aurait-il peur à ce point s'il n'y avait que 6 millions de
musulmans en France ? Ou bien est-ce parce qu'ils sont en réalité beaucoup
plus nombreux, 15 millions par exemple ? C'est en tous cas à ce nombre que
conduisent les différents recoupements que nous venons d'effectuer. Le
chiffre exact est sans doute plus proche des 15 millions que des 6 millions.

Qu'en est-il, maintenant, de l'état d'avancement du plan de conquête des
islamistes ?

L'existence d'un plan de conquête est une réalité irréfutable. Nous ne
reviendrons pas là-dessus : plusieurs auteurs ont mis en évidence l'
existence de ce plan ainsi que ses grands principes (le lecteur pourra, s'il
le souhaite, se référer utilement à l'ouvrage de l'islamologue René Marchand
La France en danger d'Islam publié aux éditions l'Age d'Homme). Nous
rappellerons simplement que ce plan n'est pas le fait d'un seul homme, mais
le fruit des réflexions d'un groupe d'oulémas égyptiens et saoudiens. Tous
les islamistes ont aujourd'hui plus ou moins connaissance de ce plan. Le
musulman « de base » ne le connaît pas. Il n'a d'ailleurs pas vocation à le
connaître. Il fera ce que l'imam lui ordonnera de faire.

Un point important mérite d'être souligné : le plan de conquête des
islamistes s'appuie sur la réalité concrète, sur la connaissance du terrain,
des forces et des faiblesses de l'ennemi (nous en l'occurrence). Les
islamistes sont réalistes et pragmatiques : ils adaptent leur stratégie en
fonctions des modifications de l'environnement dans lequel ils évoluent.

Ces derniers jours, le nouveau ministre de l'Intérieur et des Cultes,
Dominique de Villepin, a procédé à l'expulsion vers leur pays d'origine de
plusieurs imams ouvertement intégristes (prônant notamment la lapidation des
femmes) sans que cela ne provoque de protestations chez les fondamentalistes
musulmans. Alors, Dominique de Villepin aurait-il réussi l'impensable, c'
est-à-dire « dompter » l'islam ? Bien sûr que non. Ceux qui s'imaginent que
l'islam est « soluble » dans la république (selon la formule à la mode) n'
ont rien compris (veulent-ils d'ailleurs seulement comprendre ?). Les
islamistes n'ont pas renoncé à islamiser la France. Ils n'y renonceront
jamais. C'est inscrit dans leurs gènes. Simplement, ils ont décidé de «
calmer le jeu » pour plusieurs raisons :

Tout d'abord, pour donner l'impression à nos hommes politiques qu'ils ont
« repris la main ». MM. Chirac et De Villepin doivent avoir le sentiment de
maîtriser la situation et de pouvoir façonner l'islam comme bon leur semble
mais il ne s'agit évidemment que d'une impression.

Ensuite, les musulmans ne se sentent pas encore suffisamment nombreux. Ils
savent qu'ils ont une occasion unique d'islamiser la France et l'Europe. Ils
n'ont pas l'intention de tout gâcher en précipitant les événements. Ils sont
patients et ils savent que le temps joue pour eux. Sans doute est-ce pour
cela que les très intégristes musulmans de l'UOIF se sont désolidarisés de l
'appel à manifester de l'imbécile Mohammed Latrèche et de son Parti des
Musulmans de France. Avec son discours ouvertement conquérant et haineux, il
risquait de ruiner 25 ans d'efforts. De fait, sa manifestation n'avait réuni
que quelques milliers de musulmans. Mais ils auraient pu être 10 ou 20 fois
plus nombreux si les leaders islamistes avaient suivi Latrèche. De même,
lorsque le président de l'UOIF déclare qu'il est contre le projet de loi sur
le voile mais qu'il se pliera à la loi si elle est votée, sa seule intention
est de calmer temporairement le jeu.

Enfin, les islamistes n'ont pas encore achevé leur entreprise de
réislamisation des musulmans peu ou pas pratiquants et ils cherchent avant
tout à renforcer leur maillage sur tout le territoire. Quadriller le
terrain, développer leurs réseaux, accumuler des armes, faire de la
propagande : voici le programme des islamistes à brève échéance. La
prochaine étape, c'est le déclenchement des hostilités.
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Hamiral
Le #15008341
Le Mon, 02 Aug 2004 21:38:11 +0200, menfin a écrit :
Les islamistes du CFCM (UOIF et leurs compères) ont
un objectif : prendre le pouvoir en France pour y instaurer un Etat
islamique régi par la Charia.



Vite ! Appelons Fox Mulder !!!

--
Hamiral
Jacques Caron
Le #15008301
On Mon, 2 Aug 2004 21:38:11 +0200, menfin wrote:
Un ramassis de sornettes.



1. Beurk.

2. N'importe quoi.

3. Beurk.

4. Et alors?

5. Quel est le rapport avec le droit?

Jacques.
Nanard
Le #15008191
"menfin" a écrit dans le message de
news:410e971a$0$369$
L'objet de ces quelques lignes est double : d'une part, apporter un début


de
réponse à la question cruciale : combien de musulmans en France en 2004 ?,
et, d'autre part, analyser les développements actuels du plan de conquête
des islamistes.


............
D'urgence tu devrais voir un psychiatre !
Paul Atreides
Le #15006281
In article

"menfin" a écrit dans le message de
news:410e971a$0$369$
> L'objet de ces quelques lignes est double : d'une part, apporter un début
de
> réponse à la question cruciale : combien de musulmans en France en 2004 ?,
> et, d'autre part, analyser les développements actuels du plan de conquête
> des islamistes.
............
D'urgence tu devrais voir un psychiatre !



Quand ils vous chasseront de chez vous, c'est vous qui en aurez besoin.

http://deepanger.free.fr/scum/

--
ICQ# 114297372
jpr
Le #14994511
menfin wrote:

pas mal de conneries, qu'il me semblait bien avoir lu quelque part.

Et j'avais raison, j'ai retrouvé la source de ces élucubrations
islamophobes.
La voici: http://www.refractaires.org/presence-musulm-france.htm

émanation du tristement célèbre sos-racaille.

Pour info, vous pouvez lire la référence en bas de la page d'accueil du
site:

"Je n'ai rien contre l'Islam, parce que cette religion se charge
elle-même d'instruire les hommes, en leur promettant le ciel s'ils
combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille: bref,
c'est une religion très pratique et séduisante pour un soldat.
- HIMMLER - 1943"

Faut-il qu'ils aient les fils qui se touchent, ces pauvres garçons ?
Je les plains.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme