Google revisite sa politique suite à des problèmes de sites racistes

Le
roger gonnet
(Google translation)


San Francisco Chronicle (Etats-Unis), avr. 23, 2004 http://www.sfgate.com
par Verne Kopytoff, moteur de recherche d'auteur de personnel de Chronicle
pour reconsidérer de marquer en réponse au groupe juif dérangé par Google
content antisémitique, le principal moteur de recherche d'Internet,
considère identifier plus clair les emplacements blessants d'enchaînement
dans ses résultats de recherche, de ce type des groupes antisémitiques,
comme emplacements de haine. Le changement possible suit des plaintes d'un
groupe juif. La compagnie peut classifier les emplacements racistes dans
leur propre catégorie et peut-être pour offrir l'information additionnelle,
y compris une note explicative environ pourquoi les emplacements
potentiellement blessants apparaissent du tout. La politique ferait partie
d'un plus large changement chez Google pour rapporter des étiquettes de
catégorie à tous les résultats de recherche, pas simplement pour des
emplacements d'enchaînement que certains trouvent l'offensive. Jusqu'à ce
qu'une nouvelle conception de site Web il y a quelques semaines, la
compagnie ait inclus de telles étiquettes pour tout des voitures aux chats à
camper. Elle s'est arrêtée en raison des issues de qualité, selon David
Krane, d'un porte-parole de Google. La revue de Google vient un couple des
semaines après la ligue d'Anti-Diffamation et les inquiétudes exprimées par
pétitionnaires en ligne au-dessus d'un site Web antisémitique, montre de
juif, révélant parmi les résultats supérieurs pour le terme "juif de
recherche." C'est actuellement le résultat supérieur. Google, basé dans le
Mountain View, a au commencement répondu en soulignant que ses résultats de
recherche sont produits automatiquement, basé sur un algorithme
mathématique. La compagnie a refusé d'omettre le site Web de montre de juif
mais a ajouté qu'elle approuve nullement ses vues. Sous peu ensuite, Google
a pris la mesure peu commune d'inclure un lien au-dessus du résultat de
recherche de montre de juif qui l'a marqué en tant qu'offensive. Les
utilisateurs qui ont cliqueté dessus le lien se sont déplacés une
explication pourquoi le site Web a été donné un rang supérieur. Google a
indiqué qu'à la différence des termes "judaism" et "juif," le "juif" est
souvent employé dans un contexte antisémitique. La plupart des emplacements
traditionnels d'enchaînement n'emploient pas le terme, Google dit, biaisant
de ce fait les résultats. Quel Google considère élargirait la politique
d'attacher simplement une explication à la montre de juif, pour la question
"juif." Krane a indiqué que sa compagnie est ouverte d'inclure les notes
explicatives avec d'autres résultats de recherche, bien qu'il dit aucunes
décisions aient été faits environ quand ou pour quels mots. Krane a dessiné
une distinction entre les recherches du terme "juif," que certains peuvent
écrire rechercher l'information innofensive. Mais les gens qui écrivent la
question "KKK" en effet cherchent le site Web de Ku Klux Klan et peuvent
probablement donc ne pas avoir besoin d'une note explicative, il a dit. Le
changement potentiel de Google de la politique a émergé jeudi après qu'anti
la ligue de diffamation ait libéré une lettre qu'elle a reçue du
Co-président de Google, Sergey Brin. Dans la lettre, Brin a expliqué
quelques "modifications techniques possibles" que sa compagnie regardait, y
compris montrer la catégorie étiquette avec des résultats de recherche et
"toute autre information auxiliaire." "c'est clairement une issue que nous
nous inquiétons profondément environ, et nous projetons explorer des
manières additionnelles de l'adresser à l'avenir," Brin avons écrit. Brian
Marcus, directeur d'Internet surveillant pour la ligue d'Anti-Diffamation,
basé à New York, a indiqué qu'il a été satisfait avec la réponse de Google.
"nous avons compris que Google n'allait pas changer comment ils allaient
faire les résultats, mais nous nous sommes demandés s'ils pourraient mettre
vers le haut un drapeau ou noter que c'est un emplacement de haine, comme
ils avaient jusqu'il y a à quelques semaines." Google indique qu'il n'a
jamais omis un site Web de ses résultats sans être exigé à faire ainsi par
des autorités. En Allemagne, par exemple, Google est exigé pour enlever
tous les pro-Nazi emplacements. En 2002, Google a été exigé pour enlever
des liens sur une poignée d'emplacements d'enchaînement qui critiquaient
l'église de Scientology après que l'église dite ces emplacements
d'enchaînement aient violé son copyright.

:==gin Quote
[Internet] Google revisits policy on hate sites
Item 6929 . Posted: Fri, Apr. 23 2004 . Weblogged by
ReligionNewsBlog.com
http://www.religionnewsblog.com/6929-.html

San Francisco Chronicle (USA), Apr. 23, 2004
http://www.sfgate.com
By Verne Kopytoff, Chronicle Staff Writer

Search engine to reconsider labeling in response to Jewish group upset
by anti-Semitic content

Google, the leading Internet search engine, is considering more
clearly identifying offensive Web sites in its search results, such as
those of anti-Semitic groups, as hate sites. The possible change
follows complaints by a Jewish group.

The company may classify racist sites in their own category and
perhaps offer additional information, including an explanatory note
about why the potentially offensive sites appear at all.

The policy would be part of a broader change at Google to bring back
category labels to all search results, not just for Web sites that
some people find offensive. Until a Web site redesign a few weeks ago,
the company included such labels for everything from cars to cats to
camping. It stopped because of quality issues, according to David
Krane, a Google spokesman.

Google's review comes a couple weeks after the Anti-Defamation League
and online petitioners expressed concern over an anti-Semitic Web
site, Jew Watch, showing up among the top results for the search term
"Jew." It is currently the top result.

Google, based in Mountain View, initially responded by emphasizing
that its search results are generated automatically, based on a
mathematical algorithm. The company refused to omit the Jew Watch Web
site but added that it in no way endorses its views.

Shortly thereafter, Google took the unusual step of including a link
above the Jew Watch search result that labeled it as offensive. Users
who clicked on the link got an explanation about why the Web site was
given a top ranking.

Google said that unlike the terms "Judaism" and "Jewish," "Jew" is
often used in an anti-Semitic context. Most mainstream Web sites don't
use the term, Google said, thereby skewing the results.

What Google is considering would broaden the policy of simply
attaching an explanation to Jew Watch, for the query "Jew." Krane said
that his company is open to including explanatory notes with other
search results, though he said no decisions have been made about when
or for what words.

Krane drew a distinction between searches for the term "Jew," which
some people may enter looking for innocuous information. But people
who enter the query "KKK" are indeed probably seeking the Ku Klux Klan
Web site and therefore may not need an explanatory note, he said.

Google's potential change in policy came to light Thursday after the
Anti- Defamation League released a letter it received from Google's
co-president, Sergey Brin. In the letter, Brin explained some possible
"technical modifications" his company was looking at, including
displaying category tags with search results and "other auxiliary
information."

"This is clearly an issue that we care deeply about, and we plan to
explore additional ways of addressing it in the future," Brin wrote.

Brian Marcus, director of Internet monitoring for the Anti-Defamation
League, based in New York, said he was pleased with Google's response.

"We understood that Google was not going to change how they were going
to do the results, but we wondered whether they could put up a flag or
notice that this is a hate site, like they had until a few weeks ago."

Google says it has never omitted a Web site from its results without
being required to do so by authorities.

In Germany, for example, Google is required to remove all pro-Nazi
sites.

In 2002, Google was required to remove links to a handful of Web sites
that were critical of the Church of Scientology after the church said
those Web sites were violating its copyrights.
:End Quote

Anton
--
Anton and Janet Hein-Hudson
Apologetics Index
Research resources on religions, cults, sects, doctrines, and related
issues:
http://www.religionnewsblog.com (News and news archives)
http://www.apologeticsindex.org (Other research resources)
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Bigjoe
Le #677436
"roger gonnet" 408a1b94$0$22859$
(Google translation)

San Francisco Chronicle (Etats-Unis), avr. 23, 2004 http://www.sfgate.com
par Verne Kopytoff, moteur de recherche d'auteur de personnel de Chronicle
pour reconsidérer de marquer en réponse au groupe juif dérangé par Google
content antisémitique, le principal moteur de recherche d'Internet,
considère identifier plus clair les emplacements blessants d'enchaînement
..................cut du blabla illisible tellement c'est mal traduit



Heureusement que le moteur de recherche de Google
est meilleur que son traducteur, sinon quelle cata ! :o)

Pour le reste, le rôle d'un moteur de recherche "honnête"
est de *rechercher* et non de prendre position sur des
considérations politico-politiciennes, sinon nous sommes
dans un système digne des pires dictatures obscurantistes !
Si on commence à supprimer le référencement de certains
sites parce qu'ils sont considérés comme "non-politiquement
-corrects", personne ne peut dire où cela s'arrêtera...
Les libertés d'expression et de pensée sont de plus en plus
menacées !

Publicité
Poster une réponse
Anonyme