[info] L'ICANN fait fermer le service de redirection de VeriSign

Le
Jerome
Copier/coller d'une dépêche de ce jour, 4 octobre 2003 à 19h21

Par Elinor Mills Abreu

SAN FRANCISCO (Reuters) - La société américaine VeriSign, qui gère
l'ensemble des noms de domaines en ".com" et ".net", a accepté vendredi
soir de fermer son site web SiteFinder, quelques heures après que
l'ICANN, l'instance de régulation d'internet, lui ait demandé d'arrêter
ce service controversé.


Depuis le 15 septembre dernier, VeriSign redirige automatiquement les
internautes qui tapent une adresse internet inexistante ou mal
orthographiée vers son site SiteFinder, que la société californienne
utilise pour vendre des espaces publicitaires aux annonceurs sous forme
de liens sponsorisés.


Dans la journée de vendredi, l'ICANN (Internet Corporation for Assigned
Names and Numbers) a publié un communiqué demandant à VeriSign de fermer
à SiteFinder, et d'orienter à nouveau les internautes qui se trompent
dans les adresses en ".com" et ".net" vers une page web indiquant
"erreur 404, site non trouvé".


L'ICANN a laissé jusqu'à samedi 01H00 du matin (GMT) à VeriSign pour
obéir à cette injonction, faute de quoi des sanctions pourront être
prises à l'encontre de la société pour violation de son contrat avec
l'ICANN.


"Nous allons accéder à la requête de l'ICANN tout en examinant toutes
les options possibles", a déclaré vendredi à Reuters Tom Galvin,
porte-parole de VeriSign.


Mary Hewitt, porte-parole de l'ICANN, s'est déclarée "évidemment
enchantée" de la réaction de VeriSign.


VeriSign a demandé un délai de quelques jours afin "que la communauté
technique ait le temps de mettre en oeuvre le retour à la situation
précédente", mais l'ICANN s'est opposé à cette requête, a précisé Tom
Galvin.


A 15H00 GMT, SiteFinder était toujours actif, a constaté Reuters.


Selon VeriSign, ce site rendait service aux internautes en leur évitant
les fameuses pages indiquant "erreur 404".


Mais les internautes, les administrateurs réseau et les rivaux de la
firme se sont indignés, accusant VeriSign d'outrepasser ses
attributions.


"Nous avons constaté d'importantes manifestations d'inquiétude
concernant l'impact que pourrait avoir (SiteFinder) sur la sécurité et
la stabilité d'Internet", a déclaré l'ICANN dans un communiqué.


SiteFinder neutralise les logiciels qui filtrent les emails
non-sollicités ("spam"), et affecte également d'autres outils et
services automatiques du web, créant une faille de sécurité "qui va
probablement attirer (sur elle) des attaques informatiques délibérées",
sans compter qu'il soulève des questions de respect de données privées,
selon l'ICANN.


L'activation de SiteFinder "ne correspond pas" au contrat qui fait de
Verisign le gestionnaire des bases de données des noms de domaine
("registrar") en ".com" et ".net", poursuit l'ICANN.


Avec ce service, VeriSign viole notamment le code de conduite défini
dans le contrat et manque à son obligation d'assurer un accès égal à
tous et de se comporter de manière neutre, précise l'ICANN.


Tom Galvin rétorque que les problèmes soulevés par l'ICANN sont
"anecdotiques et isolés", mais précise que VeriSign va "suspendre
temporairement SiteFinder".


Au moins trois actions en justice réclamant la fermeture du service ont
déjà été engagées contre VeriSign. /YP
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Fabien LE LEZ
Le #209989
On 05 Oct 2003 14:49:48 GMT, "Jerome"

Tom Galvin rétorque que les problèmes soulevés par l'ICANN sont
"anecdotiques et isolés"


Tant de mauvaise foi me fait penser au porte-parole de Microsoft quand
il parle de la sécurité de Windows...

--
http://www.giromini.org/usenet-fr/repondre.html

Poster une réponse
Anonyme