[Musique en ligne] Problèmes de prêt, d'échange ou de revente des musiques achetées

Le
Jean-Marc Molina
Bonjour,

Important : il ne s'agit pas d'un Pour ou Contre la « Musique en ligne ».

Nouveau sur le newsgroup j'ai pensé à poser une question concernant un
problème qui me turlupine en cette soirée

Je commence à tester Napster mais je suis déçu par le contenu qu'il propose.
Je me pose tout de même une question concernant ces systèmes d'achat de
musiques en ligne.

Peut-on prêter, échanger ou revendre un album ou une chanson acheté ?

Avec un CD c'est évident. Une fois acheté on peut :
- Le prêter quelques temps à un ami et le récupérer plus tard. L'ami n'a pas
besoin de l'acheter et comme on l'a écouté plein de fois, on peut vivre sans
:p
- On peut toujours envisager d'échanger ce CD contre un autre au lieu de le
revendre ou pire De le jeter :)
- Si on veut vraiment s'en débarrasser ou se faire un peu d'argent pour
éventuellement en acheter un autre, on peut le revendre.

Dans ces 3 cas de figures, avec la musique en ligne on ne peut ni prêter, ni
échanger et encore moins revendre cette « musique virtuelle » qui a été
achetée.

Qu'en pensez-vous ?

Pour moi les maisons d'édition on tout à y gagner finalement, et le
consommateur tout à y perdre. Les produits sont pour l'instant moins coûteux
que leurs homologues « physiques », 1? la chanson sur Napster Alors que
certains albums coûtent dans les 20?.

- Prêt : impossible de prêter une musique (surtout quand elles seront
certifiés, cf Microsoft, impossible de les copier ou de les jouer chez le
copain).
- Échange/Vente : impossible d'échanger un CD ou de le vendre pour en
acheter un nouveau. Fini l'occasion !

On peut étendre cette problématique aux livres en ligne (e-Books) et autres
produits « virtuels ». Par contre je crois que certains éditeurs proposent
le prêt de livres aux personnes d'une même « communauté », je ne sais pas
trop comment cela fonctionne. Sans doute qu'il faut s'échanger des clés
d'accès ou lire le livre en ligne.

JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Gerald
Le #13783601
Jean-Marc Molina
Pour moi les maisons d'édition on tout à y gagner finalement, et le
consommateur tout à y perdre. Les produits sont pour l'instant moins coûteux
que leurs homologues « physiques », 1? la chanson sur Napster... Alors que
certains albums coûtent dans les 20?.

- Prêt : impossible de prêter une musique (surtout quand elles seront
certifiés, cf Microsoft, impossible de les copier ou de les jouer chez le
copain).
- Échange/Vente : impossible d'échanger un CD ou de le vendre pour en
acheter un nouveau. Fini l'occasion !



Je crois que tu devrais examiner de plus près ce qui est proposé sur
l'iTunes Music Store d'Apple (iTMS en abrégé), le premier à avoir
proposé l'achat de musique en ligne : c'est plus subtil que cela :

je résume (et j'ai pas d'actions dans l'affaire !) :
- tu achètes en ligne une chanson quelconque pour 0,99$. Tu peux alors
la graver (depuis ton iTunes) sur un nombre *illimité* de CDs (pour ton
usage personnel naturellement, et sachant que la copie de seconde
génération ne sera pas possible !), la transférer sur un nombre
*illimité* d'iPods et l'écouter sur jusque sur TROIS ordinateurs mac ou
PC simultanés. Le changement (achat-vente) de machine ou de disque est
également prévu (en dé-validant l'autorisation du disque précédent). Tu
peux y ajouter la possibilité d'écoute par iTunes depuis un autre
ordinateur mac ou PC indifférent accédant en réseau local à un des trois
ordinateurs "certifiés" et tu te trouves devant une protection très
raisonnablement "soft" qui n'ennuiera véritablement que ceux qui ont une
réelle intention de piratage (et encore : le passage par l'analogique...
mais bon ce n'est pas le sujet ici). On note aussi que 0,99$ est un prix
plus que raisonnable pour un tel service, qui s'est vu récemment
renforcé de possibilités d'ouvrir un compte pour les mômes (sans leur
donner accès à votre carte bleue) et de faire des cadeaux.

On ne peut pas encore l'utiliser "en vrai" en Europe mais c'est une
question de semaines ou de mois, le temps que les "majors" arrivent à un
accord.

On se rappelle au passage qu'iTunes est compatible Windows et est
gratuit (modulo l'installation obligée de QuickTime 6 PC qui semble
avoir fait des misères à un contributeur ici, mais qui semble être
raisonnablement bien tolérée dans le ROTW (rest of the world)) :-) On
adoptera donc quand même la prudence nécessaire à toutes fins utiles
(clône préalable).

Et que le tout est téléchargeable en version française à l'adresse :
au-dessus pour avoir accès aux infos sur l'iTMS, mais l'iTunes français
donne *aussi* accès à toutes les fonctionnalités iTMS, SAUF, pour
l'instant l'*achat* en ligne si on n'a pas une adresse de facturation
aux USA, et sauf aussi l'apparition d'un bandeau d'alerte à ce sujet au
début de la connexion.

On note enfin que le téléchargement se fait par défaut en AAC (MPEG4),
bien que le MP3 soit aussi possible, et que je piaffe d'impatience de
tester ce que ça donne au niveau qualité sur leurs "new releases" du
catalogue classique et en particulier sur les motets de Josquin ou les
concerti grossi de Corelli... (3,99$ l'album de 35 plages !).

Euh, d'ailleurs j'ai été y voir directement tout de suite : suffit de
cliquer sur le titre pour en écouter 30 secondes gratuitement, ce qui
est déjà pas mal pour s'en faire une idée. Putain, vivement l'accès
qu'on puisse faire chauffer la carte ! Ça déchire !

--
Gérald
Jean-Noël Mégoz
Le #13783451
"Jean-Marc Molina" de news:btcldr$cdl$

Avec un CD c'est évident. Une fois acheté on peut :
- Le prêter quelques temps à un ami et le récupérer plus tard. L'ami n'a


pas
besoin de l'acheter et comme on l'a écouté plein de fois, on peut vivre


sans
:p



Je ne suis même pas certain que ce que tu avances soit vrai : pour les
vidéos, il est bien mentionné que le prêt est interdit, au même titre que
la location ou la projection publique.
*A priori*, il doit en être de même pour les enregistrements musicaux, même
si aucun texte ne le précise !

Si ton ami veut écouter "plein de fois" ton CD, il doit venir le faire chez
toi ! ;)
Jean-Marc Molina
Le #13783151
> Je ne suis même pas certain que ce que tu avances soit vrai : pour les


vidéos, il est bien mentionné que le prêt est interdit, au même titre que
la location ou la projection publique

À partir du moment où quelque chose t'appartiens je suppose que tu en fais
ce que tu veux.
Prêt, vente...
Le prêt est interdit en cas de location uniquement à mon avis.

Enfin d'après Gerald un système comme iTunes permet de « prêter » ses
musiques à un nombre limité de personnes. C'est déjà ça. Par contre pour
Napster on télécharger la musique et après on en fait ce qu'on veut
apparemment.

Merci pour vos remarques,
JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
nospam
Le #13783061
Jean-Marc Molina
À partir du moment où quelque chose t'appartiens je suppose que tu en fais
ce que tu veux.
Prêt, vente...
Le prêt est interdit en cas de location uniquement à mon avis.



Dans le cas d'oeuvres musicales, le droit est régi par l'article L122-5
du 11 mars 1957 du Code de la Propriété Intellectuelle, évidemment
obsolète mais bizarrement toujours en vigueur, qui limite l'utilisation
de l'enregistrement au "cercle de famille". C'est assez flou, mais ça
exclut implicitement la vente ou la location, ainsi bien sûr que la mise
à disposition sur Internet (bien que ce cas n'ait probablement pas été
prévu à l'époque où l'article a été rédigé).

Si vous avez quelques heures (jours ?) à perdre, une petite recherche
sur Google Groups vous ramènera sur ce sujet des tonnes d'enfilades et
de polémiques sans fin du forum fr.misc.droit (mais ne vous attendez pas
à être beaucoup plus avancé après... :-)

A++
--
Christian
Gerald
Le #13783021
Jean-Marc Molina
Enfin d'après Gerald un système comme iTunes permet de « prêter » ses
musiques à un nombre limité de personnes. C'est déjà ça. Par contre pour
Napster on télécharger la musique et après on en fait ce qu'on veut
apparemment.



J'ai pas dit ça : j'ai simplement recopié les limites des protections
des fichiers achetés sur l'iTMS telles que décrites sur le site.

Je n'ai pas parlé de "prêt", avec ou sans guillemets :-)

Les morceaux téléchargées sur l'iTMS peuvent être gravés sur un nombre
ILLIMITÉ de CDs, c'est une bonne chose, qui permet de ne pas se
retrouver avec le risque de "perdre" son achat. Le risque est même
moindre que de gondoler un CD sur une plage arrière de voiture, ou de le
voir enduit de confiture par le gamin de la voisine. La manière dont on
utilise ce nombre illimité de CDs est ensuite de la responsabilité de
chacun.

Rappelons qu'en matière de droits, la faute est à celui qui *utilise*
une copie illégale, pas à celui dont il l'a obtenue.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je suis toujours très sévère
moins vis-à-vis de ceux qui utilisent des logiciels piratés (qui
prennent après tout pour eux-même les risques qu'ils veulent) que de
ceux qui les y *incitent* en leur proposant (parfois sans risques s'ils
détiennent la licence) une installation non réglementaire.

--
Gérald
Jean-Marc Molina
Le #12919691
> Rappelons qu'en matière de droits, la faute est à celui qui *utilise*


une copie illégale, pas à celui dont il l'a obtenue.

Tu voulais parler des pirates et non pas des utilisateurs j'espère :).
C'est le même problème pour les téléchargements sur Kazaa suite aux
poursuites de la RIAA (?).
Poursuivre les utilisateurs n'est pas une solution. Des millions
d'utilisateurs pour quelques groupes de pirates qui rippent et gravent sans
relâche.

Par contre autre question, concernant le re-téléchargement d'une musique.
Si on achète une musique sur iTunes et qu'on perd son disque dur ou ses CDs.
Est-ce qu'on a un « compte » qui indique qu'on avait bien acheté cette
musique et qu'on peut la retélécharger ?

Enfin pour l'instant ces solutions ne m'intéressent pas car je n'ai encore
trouvé aucun, ou presque, album ou chanson qui m'intéresse.

JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
Jean-Marc Molina
Le #12919681
> Dans le cas d'oeuvres musicales, le droit est régi par l'article L122-5


du 11 mars 1957 du Code de la Propriété Intellectuelle, évidemment
obsolète mais bizarrement toujours en vigueur, qui limite l'utilisation
de l'enregistrement au "cercle de famille".

Entre la loi et la pratique...
Économiquement le prêt, l'échange et l'occasion doivent être vus comme des
freins. L'idéal serait de tout recycler, renouveler et de tout revendre sous
une forme différente. Un peu du Lavoisier mais à la sauce économique.

Perso j'achète beaucoup d'ouvrages en occaz et j'avoue que le côté virtuel
du e-book me rebute un peu pour ça. Il faudrait que je jete un coup d'oeil
sur numilog ou ebook-eyrolles pour savoir ce qu'il en est. Même problème
pour la musique...

JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
Gerald
Le #12919531
Jean-Marc Molina
> Rappelons qu'en matière de droits, la faute est à celui qui *utilise*
une copie illégale, pas à celui dont il l'a obtenue.

Tu voulais parler des pirates et non pas des utilisateurs j'espère :).



Qu'appelles-tu un "utilisateur" ? Je crois que tu espères mal : si pour
toi l'utilisateur est celui qui télécharge un morceau pour lequel il n'a
pas les droits d'utilisation, c'est bien de lui dont je parlais et
récemment, un certain nombre ont commencé à s'en bouffer les c... de
voir benoîtement débarquer les douanes chez eux et de se prendre en
amendes pharaoniques de quoi détruire une vie. Ne pas oublier que sur
Kazaa et autres, ceux qui mettent les morceaux à disposition sont de
plus en plus les éditeurs eux-mêmes, aux fins de détecter les
"utilisateurs" qui téléchargent ou de leur balancer de la daube au
téléchargement et que la connexion PtP, par définition, n'est pas
anonyme.

Poursuivre les utilisateurs n'est pas une solution. Des millions
d'utilisateurs pour quelques groupes de pirates qui rippent et gravent sans
relâche.



Justement, c'est comme pour les radars automatiques, ça rapporte
beaucoup plus ! Attends seulement qu'ils s'organisent et tu vas voir.

Par contre autre question, concernant le re-téléchargement d'une musique.
Si on achète une musique sur iTunes et qu'on perd son disque dur ou ses CDs.
Est-ce qu'on a un « compte » qui indique qu'on avait bien acheté cette
musique et qu'on peut la retélécharger ?



La question a déjà été posée sur les forums macs mais je ne me souviens
plus de la réponse (chercher sur "iTMS"). Au pire, c'est comme de perdre
son CD original...

Enfin pour l'instant ces solutions ne m'intéressent pas car je n'ai encore
trouvé aucun, ou presque, album ou chanson qui m'intéresse.



Et c'est quoi qui t'intéresse et qui ne se trouve pas dans un catalogue
de 500 000 titres ?

--
Gérald
Jean-Marc Molina
Le #12919361
> Je ne sais pas, mais il ne faut peut-être pas rêver... Quand on achète un


CD
à la Fnac... puis qu'il brûle dans un incendie... la présentation de la
preuve d'achat, avec les références du CD, accompagnée du bon d'intervention
des pompiers suffit-elle à ce que la Fnac te redonne le CD en question ?...

Ce qui est vrai pour les CDs ne devrait pas l'être pour les chansons à
télécharger.
Il s'agit d'un support physique alors qu'ici on parle de virtuel.
Tout indique que Mr X a acheté telle ou telle chanson alors il devrait être
possible de la retélécharger.
De même pour un ebook... Une sorte d'assurance après incendie pour reprendre
ton analogie.

JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
Jean-Marc Molina
Le #12919351
> Et c'est quoi qui t'intéresse et qui ne se trouve pas dans un catalogue


de 500 000 titres ?

En fait j'écoute de la musique un peu "hors norme", musique asiatique, remix
techno, gothique... On trouve que les « classiques », les « TOP 50 » sur
Napster. Par exemple on peut trouver du Manson mais pas du « Welle
Erdball », groupe allemand... 500 000 est un chiffre ridicule comparé à
toute l'offre qui est proposée dans le monde mais qui n'intéresse qu'une
minorité de personne.

Il faut encore convaincre les artistes et les éditeurs que la musique en
ligne est un autre, voire un meilleur moyen, pour vendre sa musique,
promouvoir son dernier album, etc...

JM

--
Europe > France > Lyon
Clé anti-pourriel : « PASUNPOURRIEL » (doit apparaître dans le sujet ou le
corps de votre message si vous me répondez personnellement)
Poster une réponse
Anonyme