Nouvel élan pour le câble en Alsace

Le
Fabien
Nouvel élan pour le câble en Alsace


Détenue jusqu'au 23 décembre 2002 par Electricité de Strasbourg, Est
Vidéocommunication est désormais filiale à 95% de la société Altice France
Est.

Créé au courant de l'année dernière, le groupe Altice a été fondé à l'
initiative quatre personnes issues du monde du câble. Altice affiche
aujourd'hui une volonté de développement de son activité sur l'Alsace mais
aussi sur sa périphérie. Rencontre avec Angélique Benetti : ancienne chargée
de mission auprès du CSA, elle est Secrétaire Générale au sein du groupe
Altice, détenteur majoritaire de la société Est Vidéocommunication.

L'Alsace bien positionnée : oui mais.
Les études montrent qu'aujourd'hui, l'Alsace peut se prévaloir de la
meilleure situation en France en terme d'infrastructure câblée. Mais si le
taux de pénétration du câble reste élevé dans notre région, il reste encore
inférieur à ceux de nos voisins européens.
Pour Angélique Benetti, "Historiquement ce décalage entre les pays
s'explique parfaitement. Au début des années 80, les gouvernements français
et allemands ont chacun décidé d'un " Plan câble ". En France, on a
sélectionné les 49 premières villes du pays, l'infrastructure ayant été
confiée à l'opérateur historique et l'exploitation à d'autres intervenants.
En Allemagne la démarche a été différente, on a estimé que le câble
représentait un enjeu majeur de l'aménagement du territoire. C'est pourquoi
les pouvoirs publics ont financé tout le déploiement. La privatisation n'est
intervenue que lorsque l'ensemble du territoire a été couvert, en 2002." En
Belgique, le pays est aussi quasiment entièrement câblé depuis les années 50
car la télévision n'est pas diffusée sur les réseaux hertziens mais sur le
câble. Le déploiement s'est effectué sur un mode intercommunal. La situation
est identique au Luxembourg et en Suisse.

Des entraves juridiques
Aujourd'hui les câblo-opérateurs attendent avec impatience la transposition
en droit français des directives européennes sur les communications
électroniques. En effet, la législation française actuelle fait peser sur
les opérateurs du câble des contraintes juridiques plus fortes que sur les
autres opérateurs de réseaux de communications électroniques. "Le
législateur n'a pas pris en compte le fait que l'activité d'un opérateur de
câble ne se limite pas à celle d'un constructeur de réseaux. Son activité
essentielle consiste à apporter des services variés : voix/données/images.
Notre métier est comparable à celui d'un fournisseur d'accès Internet ou à
celui d'un opérateur de satellite. Pourtant nous sommes le seul secteur à
être autant réglementé" déplore Angélique Benetti.
Les nouvelles directives européennes, encadrant la libéralisation du
secteur, devraient rétablir l'équilibre puisqu'elles mettent sur un pied
d'égalité tous les opérateurs quelque soit les services distribués. La
France devra transposer ces textes dans les plus brefs délais, sommée par la
Commission européenne d'établir "l'égalité de traitement pour des réseaux
câblés dans la fourniture des services de télécommunications", dans un avis
du 8 avril dernier.

Câble vs ADSL ?
Le câble et l'ADSL offrent à l'utilisateur final les mêmes services en terme
d'accès haut débit. Certains s'interrogent sur l'issue d'une telle
concurrence, pronostiquant même le déclin du câble face à l'arrivée massive
des connections ADSL. "La concurrence n'est pas un problème, bien au
contraire! Elle va permettre de dynamiser le marché du haut débit. Cette
situation crée une augmentation de l'appétence du marché pour les hauts
débits. Ce n'est que lorsque la concurrence s'est développée dans la
téléphonie mobile que les offres tarifaires se sont adaptées au grand public
et que le marché a connu un réel essor." rappelle Angelique Benetti.
En terme d'offre commerciale, EVC dispose de solutions compétitives par
rapport à l'ADSL. De nouvelles offres et de nouveaux tarifs ont été l'un des
premiers dossiers sur lesquels Altice a travaillé après le rachat.
Aujourd'hui il est notamment possible, à travers l'abonnement "Internet
Solo" de disposer d'un accès Internet haut débit sans nécessairement avoir
pris un abonnement TV. Ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

L'avenir du câble
L'autorité de régulation des télécommunications (ART) a rendu publique une
étude, au mois de janvier 2003, intitulée "L'économie du câble en France".
Ce document souligne la faible pénétration du câble dans notre pays, et bien
que rappelant l'importance d'une telle technologie alternative pour
dynamiser la concurrence, dresse un tableau assez morose de la situation. Au
sein du groupe Altice, cet état des lieux ne surprend pas et s'explique en
partie par l'approche commerciale des câblo-opérateurs: "Les sociétés qui
ont exploité les réseaux cablés de France n'avaient pas l'habitude de
commercialiser des produits qui ne présentaient pas une nécessité absolue
pour le consommateur". Pour l'avenir, l'étude dévoilée par l'ART envisage
trois scenarii possibles pour l'évolution du câble en France. Le premier
prognostique une fusion des cablô-opérateurs, le deuxième tend vers une
séparation des infrastructures et des services, quant au troisième il
pourrait consister en un statu quo accompagné d'une érosion technologique du
câble.
Pour Angélique Benetti : "la réunion des tous les opérateurs est la solution
la plus vendue mais elle reste difficile à croire. Pour la séparation de l'
infrastructure et des services, l'idée est séduisante mais se poserait alors
la question de savoir à qui serait confiée la gestion des infrastructures. L
'évolution la plus probable serait une stagnation de la situation, mais l'
érosion technologique est difficile à envisager." Mais ces perspectives peu
encourageantes ne semblent pas affecter les fondateurs du groupe Altice pour
qui les projets ne manquent pas au sein d'Est Vidéocommunication.

Les grands "chantiers" d'EVC
Aujourd'hui Est Videocommunication dispose, en Alsace, de 300 000 prises
dont 220 000 sont interconnectées entre elles. En effet, pour permettre l'
accès à Internet, il est nécessaire que les différents réseaux câblés
communiquent entre eux et soient connectés vers l'extérieur grâce à un
backbone classique. L'un des grands chantiers d'EVC pour les prochains mois
est donc d'interconnecter les 80 000 prises restantes, pour permettre à tous
les abonnés Est Vidéocommunication de pouvoir se connecter à Internet.
Le volet télévision est également très important. "Le développement des
télévisions locales fait partie de nos grands dossiers. Nous croyons à la
télévision régionale." affirme Angélique Benetti. En effet, les télévisions
locales émergent de plus en plus avec bien évidemment les limites de leur
financement et de leur territoire. Mais Est Vidéocommunication qui leur
fournit un canal de distribution propose de leur offrir une aide pour un
investissement de départ.
Quant à la télévision interactive, elle suppose qu'Est Vidéocommunication
développe sa propre plate-forme de télévision numérique. La société y
travaille et les premiers services interactifs devraient voir le jour à la
fin de l'année 2003.
Altice est consciente que tous les services interactifs ne sont pas adaptés
à la télévision qui reste un outil convivial que l'on consulte généralement
en famille ou entre amis. Les applications plus personnelles du type
consultation de comptes bancaires ne sont donc pas ceux qui rencontreront le
plus d'utilisateurs. Cependant on peut miser sur des services tels que la
météo, les paris type PMU ou encore le traffic routier. "Par ailleurs, la
télévision numérique nous permettra facilement d'associer le multilinguisme
aux programmes diffusés." ajoute Angélique Benetti.
A plus long terme la voix sur IP fera également partie des services proposés
par Est Vidéocummunication. Dès que les équipements présenteront un niveau
de fiabilité suffisant. Mais il faudra encore patienter jusqu'en 2004-2005!

  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
r2d2
Le #1219493
Désolé, mais on ne peut pas laisser ce satisfecit sur EVC ainsi. Il y a
probablement des clients heureux, mais pour moi et bien d'autres, Est
Video Communication, c'est coupures internet régulières de plusieurs
heures à plusieurs jours, le week end de préférence, hot line
injoignable, débits non conformes, etc.. Il n'y a qu'a jeter un oeil sur
le forum interne à EVC (heureusement pour eux inaccessible hors EVC)
pour voir le nombre important de personnes se plaignant des mauvaises
connections et coupures....Article aussi paru dans l'Alsace....

J'ai basculé sur ADSL (nerim) depuis 2 mois et en suis parfaitement
content (une coupure de 5min au plus et débit enfin conforme au contrat)
pour un prix equivalent à celui facturé par EVC.

A mon avis, EVC a des efforts à faire sur les prix et la qualité de
service si ils veulent conserver leur activité internet....

r2d2


A plus long terme la voix sur IP fera également partie des services proposés
par Est Vidéocummunication. Dès que les équipements présenteront un niveau
de fiabilité suffisant. Mais il faudra encore patienter jusqu'en 2004-2005!





Rudi
Le #1219489
1) EVC et FT, meme combat : Tarifs élevés et promotions pour attirer de
nouveaux clients. Les clients fidèles n'ont qu'a mettre la main au
portefeuille et se taire.

2) Le forum EVC n'est pas accessible aux clients EVC tv, un comble.
Surement pour eviter que ceux-ci ne viennent se plaindre des coupures ou
de la qualité de reception ? Mais il y a surement des clients EVC tv qui
souhaitent dialoguer ou s'informer via le forum EVC.

Do-IT
Client EVC qui n'a pas accés au forum EVC

r2d2 wrote:

Désolé, mais on ne peut pas laisser ce satisfecit sur EVC ainsi. Il y a
probablement des clients heureux, mais pour moi et bien d'autres, Est
Video Communication, c'est coupures internet régulières de plusieurs
heures à plusieurs jours, le week end de préférence, hot line
injoignable, débits non conformes, etc.. Il n'y a qu'a jeter un oeil sur
le forum interne à EVC (heureusement pour eux inaccessible hors EVC)
pour voir le nombre important de personnes se plaignant des mauvaises
connections et coupures....Article aussi paru dans l'Alsace....

J'ai basculé sur ADSL (nerim) depuis 2 mois et en suis parfaitement
content (une coupure de 5min au plus et débit enfin conforme au contrat)
pour un prix equivalent à celui facturé par EVC.

A mon avis, EVC a des efforts à faire sur les prix et la qualité de
service si ils veulent conserver leur activité internet....

r2d2


A plus long terme la voix sur IP fera également partie des services
proposés
par Est Vidéocummunication. Dès que les équipements présenteront
un niveau
de fiabilité suffisant. Mais il faudra encore patienter jusqu'en
2004-2005!








Poster une réponse
Anonyme