Pas HS pour les stats...

Le
filh
Il est étrange qu'un simple regard ainsi posé visant avec précision
l'espace entre l'exceptionnel et le banal puisse être autant répété sans
que ne s'installe la moindre lassitude. Ces images qui se multiplient,
qui semblent éclorent ici et là, provoquent un sentiment double, à la
sauce aigre-douce, d'un plaisir désespéré, plaisir de chaque pause
photographique, désespoir devant leur nombre immense où se noie la
moindre chance d'action, de conservation, de collecte. Il ne reste qu'à
contribuer immodestement avec l'obstination du désespoir.

Le temps des bâtisseurs d'images remarquables, des bâtisseurs d'oeuvres
semble fini. J'ai grandi les pieds dans cet ancien monde où nous
tentions encore de construire ; les pieds encore chargés des boues du
chantier, je traîne dorénavant dans des images plus légères. Huysmans
construisait une étroite collection de choses précieuses et rares,
d'envolées subtiles et riches, étouffant tombeau de lueurs chaudes où
même une tortue finissait par y crever ; il nous faut maintenant danser
en regardant des flocons tomber, sans la moindre chance d'en saisir les
cristaux, avec la douleur de rester nu et de sentir la brûlure
incéssante de cette chute insaisissable, avec pour seule châleur les
larmes qui coulent trop doucement en brûlant nos joues avides.

Les anachroniques tombeaux de nos ouvrages artistiques ne s'allignent
plus qu'en des allées à la répétition sans surprise ni intérêt ; seuls
quelques obstinés creusent ça et là des cryptes encore visitables d'où
ils vont, non sans légitimté, par en dessous, chatouiller les ossements
d'ancètres, continuer de consolider les fondations, continuer de
labourer ces champs si rapidement en friche.

Ces gardiens au travail ingrat et incessant, compulsent méthodiquement
leurs plans à la recherche de quelque zone vierge où ils pourraient
poser définitivement leur empreinte. Ils ne leur reste, hélas, qu'a
maintenir les méats ouverts, obscurs soutiers méprisés dont les rêves
cependant portent le monde, sa justice et son art possible.

Alors, entre ces adolescents qui de leur grâce ignorante parcourent le
monde avec légèreté et les mécaniciens, se joue une partie vicieuse ;
entre les premiers trop oublieux des règles de la pesanteur et les
seconds qui de leurs outils tranchants marquent les chairs trop
inocentes des chaînes du devoir, il y a pourtant moyen de s'entendre,
accepter d'un côté les morsures, de l'autre l'oubli des liens. Car il
s'agit de cette question totale de la mémoire, de ce que nous acceptons
de porter avec nous, de ce qui d'un air goguenard contemple malgré tout
nos gesticulations prétendument artistiques.

Je suis né entre les deux mondes, fils des anciens, j'ai ouvert les yeux
sur un monde qui fleurissait, et pourtant je ne peux sortir mes pieds de
la glèbe. Faut-il leur rappeler une fois de plus le poids de leur
histoire où la garder la posture ingrate du gardien silencieux et
débonnaire ? Où tenter de contruire ces fragiles aéroplanes qui nous
donnerons l'illusion de nous libérer de l'attraction terrestre ?

FiLH 01-2004

Un texte inspiré par les photos de jeunes gens ailleurs sur la toile

--
Le fondement du constat bougeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Rolland Barthes.
http://www.filh.org
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Philippe LAGARDE
Le #1694267

Ce texte est sur ton site, non? Il me semble l'avoir déjà lu.
Merci en tous cas, c'est "bien" d'ouvrir des fils comme ça. Reste tout de
même le doute : le post-modernisme ne serait-il pas une vieille illusion,
voire une illusion permanente, voire (je m'avance) une illusion fondatrice?
J'ai l'impression, comme toi, que non, mais tellement ont eu cette
impression avant nous...

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org
FiLH
Le #1694238
Philippe LAGARDE

Ce texte est sur ton site, non? Il me semble l'avoir déjà lu.
Oui.


Merci en tous cas, c'est "bien" d'ouvrir des fils comme ça. Reste tout de
même le doute : le post-modernisme ne serait-il pas une vieille illusion,
voire une illusion permanente, voire (je m'avance) une illusion fondatrice?
J'ai l'impression, comme toi, que non, mais tellement ont eu cette
impression avant nous...


Je ne suis pas sûr de parler ici de post modernisme. Je me place
effectivement à la fin d'une histoire.

Je perçois le post-modernisme s'inscrivant malgrés tout dans l'art
contemporain institutionnel. Comme une tentative de justification
d'une sorte d'esssouflement. Comme les remix des tubes des années 80.
Certes l'idée est intéressante, elle permet même d'afficher une
certaine érudition, voire même de se complaire dans un artisanat de
bon aloi.

De l'autre côté, il ne s'agit pas non plus d'une imbecillité
revendiqué, ou de cet art vaporisé dont certains ont parlé.

FiLH



--
FiLH photography. A taste of freedom in a conventional world.
Web: http://www.filh.org e-mail
FAQ fr.rec.photo : http://frp.parisv.com/
Sitafoto la photo a Bordeaux : http://sitafoto.free.fr/

Philippe LAGARDE
Le #1694237

Philippe LAGARDE

Ce texte est sur ton site, non? Il me semble l'avoir déjà lu.
Oui.


Merci en tous cas, c'est "bien" d'ouvrir des fils comme ça. Reste tout de
même le doute : le post-modernisme ne serait-il pas une vieille illusion,
voire une illusion permanente, voire (je m'avance) une illusion fondatrice?
J'ai l'impression, comme toi, que non, mais tellement ont eu cette
impression avant nous...


Je ne suis pas sûr de parler ici de post modernisme. Je me place
effectivement à la fin d'une histoire.


C'est bein ce que j'avais compris, et c'est à ça que je réagissais.

Je perçois le post-modernisme s'inscrivant malgrés tout dans l'art
contemporain institutionnel. Comme une tentative de justification
d'une sorte d'esssouflement. Comme les remix des tubes des années 80.
Certes l'idée est intéressante, elle permet même d'afficher une
certaine érudition, voire même de se complaire dans un artisanat de
bon aloi.


Mais l'essouflement est-il réel? Vu d'ici , oui, mais cela n'a-t-il pas
déjà été le cas (et même souvent)? Bref, je trouve qu'on est trop collé au
présent pour pouvoir affirmer ça.

De l'autre côté, il ne s'agit pas non plus d'une imbecillité
revendiqué, ou de cet art vaporisé dont certains ont parlé.

Pas compris cette dernière phrase.



--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org


FiLH
Le #1694230
Philippe LAGARDE
Philippe LAGARDE
Je perçois le post-modernisme s'inscrivant malgrés tout dans l'art
contemporain institutionnel. Comme une tentative de justification
d'une sorte d'esssouflement. Comme les remix des tubes des années 80.
Certes l'idée est intéressante, elle permet même d'afficher une
certaine érudition, voire même de se complaire dans un artisanat de
bon aloi.


Mais l'essouflement est-il réel? Vu d'ici , oui, mais cela n'a-t-il pas
déjà été le cas (et même souvent)? Bref, je trouve qu'on est trop collé au
présent pour pouvoir affirmer ça.


En résumé :

L'art moderne dit : l'art c'est ça et pas autre chose (manifestes du
futurisme du cubisme du surréalisme du machinisme du XXXisme...).

Après les années 60-80 sont une exploration systèmatique de ce qui est
possible de faire sans la contrainte des manifeste, c'est plus : l'art
c'est aussi ça et ça et ça. Et la conclusion simple : on peut faire
art de tout bois (à ne pas confondre avec tout bois fait art).

Le post-modernisme se trouve avec se tas de bois sur les bras, beaucoup
de matériel sans trop savoir quoi en faire. Un bagage finalement bien
encombrant et devant lui un espace sans borne. Ce que je vois de l'art
actuel me semble bien trop souvent une redite sans trop de risque, ou
alors le piège technologique.


De l'autre côté, il ne s'agit pas non plus d'une imbecillité
revendiqué, ou de cet art vaporisé dont certains ont parlé.

Pas compris cette dernière phrase.



Je ne sais trop qui a sorti un bouquin sur « l'art a l'état gazeux ».
En gros de ce que j'en carricature, nous vivons une époque où on fait
un pschiitt pschitt d'art sur les objets du quotidien.

FiLH

--
FiLH photography. A taste of freedom in a conventional world.
Web: http://www.filh.org e-mail
FAQ fr.rec.photo : http://frp.parisv.com/
Sitafoto la photo a Bordeaux : http://sitafoto.free.fr/


Poster une réponse
Anonyme