Pour lutter contre le piratage ils veulent faire payer tout le monde ! Loi DADVSI de noel

Le
nospam
Vers noel les députés risquent de voter une loi qui va simplement
interdire d'utiliser emule et plein d'autres programmes qui permettent
d'ecouter des musiques ou voir des videos ! Les Webradio devront
integrer et donc payer des DRM, etc.

Les grosses compagnie du cinéma ou de la musique vont nous faire un
"bébé dans le dos" pour apres les fêtes domages vous qui aurez recu du
petit papa noel , cd vierges, clé mp3, super enceintes etc..alors faites
passer le message:


http://www.zataz.com/news/9764/Vous-allez-arreter-de-publier-vos-logicie
ls.html

=
Vendredi 18 novembre 2005, au ministère de la Culture, le SNEP et la
SCPP déclarent aux auteurs de Logiciel Libre : « Vous allez changer vos
licences. » La SACEM ajoute : « Vous allez arrêter de publier vos
logiciels. » Et se déclare prête à « poursuivre les auteurs de logiciels
libres continuant de divulguer leur code source » si l'amendement «
VU/SACEM/BSA/FT Division Contenus » [1] était voté par les
parlementaires.

Car nous en sommes là : publier des Logiciels Libres permettant
d'accéder à la culture est en passe de devenir un délit de contrefaçon.
France Télécom R&D sera donc poursuivie par la SACEM pour avoir publié
Maay et Solipsis (solutions logicielles de P2P permettant l'échange de
données) [2] ?

Jusqu'à présent le débat assez technique autour du projet de loi DADVSI
(droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information)
pouvait laisser planer un doute sur la volonté de contrôle des
industriels de la culture. Mais il semble que plusieurs années
d'arguties aient eu raison des demi-mesures.

Ce qui aurait dû être la dernière réunion de la Commission Sirinelli du
CSPLA [3] s'est transformée en bataille rangée autour de l'amendement «
VU/SACEM/BSA/FT Division Contenus ». Christophe Espern, représentant les
Creative Commons France et co-fondateur d'EUCD.INFO [4], a dû faire
valoir le droit d'exister du Logiciel Libre durant 13 heures, sans
obtenir gain de cause. C'est comme à regret que les conclusions
préliminaires constatent que l'amendement ne peut « être proposé par le
CSPLA dans les délais impartis ». Est-ce pour tenter de l'imposer qu'une
nouvelle réunion a été programmée aujourd'hui, 25 novembre 2005, à
18h30, rue de Valois ?

« Le loup est sorti du bois. », déclare Christophe Espern. « Comment des
personnes peuvent-elles à la fois prétendre défendre la culture et
vouloir faire interdire les seuls logiciels permettant à tous d'y
accéder ? À mon sens, la contradiction n'est qu'apparente : leurs
intentions visent le contrôle du public, la culture n'est qu'un
prétexte. »

La mise en coupe réglée de la culture numérique proposée par le projet
de loi DADVSI, aussi absurde qu'elle soit, pourrait avoir lieu quelques
jours avant les fêtes de Noël [5], dans l'indifférence générale.

Pour éviter ce désastre il suffirait dans un premier temps au cabinet du
Premier ministre de lever l'urgence sur le projet de loi DADVSI pour
donner une chance au débat démocratique.

* Références *
[1] Amendement VU/SACEM/BSA/FT
http://eucd.info/index.php?2005/11/14/175-exclusif-amendement-interdisan
t-les-logiciels-non-equipes-de-mesures-techniques

[2] Maay et
Solipsis

[3] La Commission Sirinelli est une commission spécialisée du Conseil
supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) chargée de
réfléchir, notamment, à la question de la responsabilité éventuelle de
certains intermédiaires qui inciteraient à la contrefaçon par la
fourniture de moyens, l'information sur les moyens et les méthodes, ou
la promotion ().

[4] EUCD.INFO : www.eucd.info

[5]

* À propos de la Free Software Foundation France *
La FSF France (http://www.fsffrance.org/) est une association loi 1901
se consacrant à tous les aspects du Logiciel Libre. Pour la FSF France,
l'accès au logiciel conditionne la participation des individus à la
société de l'information. Par conséquent, les libertés d'utilisation, de
copie, de modification et de redistribution du logiciel, telles que
décrites dans la définition du Logiciel Libre, permettent une
participation équitable à l'ère de l'information. Susciter l'intérêt
pour ces sujets, protéger le Logiciel Libre politiquement et légalement,
et libérer tout un chacun en participant au développement de Logiciels
Libres sont les préoccupations centrales de la FSF France.
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Elie Arié
Le #1883134
"Atar" 1h6n3ma.546buww7w4dwN%
Vers noel les députés risquent de voter une loi qui va simplement
interdire d'utiliser emule et plein d'autres programmes qui permettent
d'ecouter des musiques ou voir des videos ! Les Webradio devront
integrer et donc payer des DRM, etc....



C'est très curieux, cet état d'esprit qui s'est installé chez les
internautes, selon lesquels tout doit être gratuit: musique, films, etc.

Ca pouvait marcher tant qu'ils n'étaient qu'une petite poignée de malins à
réussir à télécharger gratuitement.

À partir du moment où tout le monde sait le faire, ça revient évidemment à :
plus de musique ni de films pour personne, puisqu'interprètes, compositeurs,
créateurs et diffuseurs ne travailleront évidemment pas bénévolement.

clear
Le #1883130
Atar wrote:


Il y a plein d'hebergeur a l'etranger ou tu peux faire tourner ce que tu
veux. C'est encore un truc franco francais, la SACEM et autres cherchent
juste une rente.


====================================================== > Vendredi 18 novembre 2005, au ministère de la Culture, le SNEP et la
SCPP déclarent aux auteurs de Logiciel Libre : « Vous allez changer vos
licences. » La SACEM ajoute : « Vous allez arrêter de publier vos
logiciels. » Et se déclare prête à « poursuivre les auteurs de logiciels
libres continuant de divulguer leur code source » si l'amendement «
VU/SACEM/BSA/FT Division Contenus » [1] était voté par les
parlementaires.

Car nous en sommes là : publier des Logiciels Libres permettant
d'accéder à la culture est en passe de devenir un délit de contrefaçon.
France Télécom R&D sera donc poursuivie par la SACEM pour avoir publié
Maay et Solipsis (solutions logicielles de P2P permettant l'échange de
données) [2] ?

Jusqu'à présent le débat assez technique autour du projet de loi DADVSI
(droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information)
pouvait laisser planer un doute sur la volonté de contrôle des
industriels de la culture. Mais il semble que plusieurs années
d'arguties aient eu raison des demi-mesures.

Ce qui aurait dû être la dernière réunion de la Commission Sirinelli du
CSPLA [3] s'est transformée en bataille rangée autour de l'amendement «
VU/SACEM/BSA/FT Division Contenus ». Christophe Espern, représentant les
Creative Commons France et co-fondateur d'EUCD.INFO [4], a dû faire
valoir le droit d'exister du Logiciel Libre durant 13 heures, sans
obtenir gain de cause. C'est comme à regret que les conclusions
préliminaires constatent que l'amendement ne peut « être proposé par le
CSPLA dans les délais impartis ». Est-ce pour tenter de l'imposer qu'une
nouvelle réunion a été programmée aujourd'hui, 25 novembre 2005, à
18h30, rue de Valois ?

« Le loup est sorti du bois. », déclare Christophe Espern. « Comment des
personnes peuvent-elles à la fois prétendre défendre la culture et
vouloir faire interdire les seuls logiciels permettant à tous d'y
accéder ? À mon sens, la contradiction n'est qu'apparente : leurs
intentions visent le contrôle du public, la culture n'est qu'un
prétexte. »

La mise en coupe réglée de la culture numérique proposée par le projet
de loi DADVSI, aussi absurde qu'elle soit, pourrait avoir lieu quelques
jours avant les fêtes de Noël [5], dans l'indifférence générale.

Pour éviter ce désastre il suffirait dans un premier temps au cabinet du
Premier ministre de lever l'urgence sur le projet de loi DADVSI pour
donner une chance au débat démocratique.

* Références *
[1] Amendement VU/SACEM/BSA/FT
http://eucd.info/index.php?2005/11/14/175-exclusif-amendement-interdisan
t-les-logiciels-non-equipes-de-mesures-techniques

[2] Maay et
Solipsis

[3] La Commission Sirinelli est une commission spécialisée du Conseil
supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) chargée de
réfléchir, notamment, à la question de la responsabilité éventuelle de
certains intermédiaires qui inciteraient à la contrefaçon par la
fourniture de moyens, l'information sur les moyens et les méthodes, ou
la promotion ().

[4] EUCD.INFO : www.eucd.info

[5]

* À propos de la Free Software Foundation France *
La FSF France (http://www.fsffrance.org/) est une association loi 1901
se consacrant à tous les aspects du Logiciel Libre. Pour la FSF France,
l'accès au logiciel conditionne la participation des individus à la
société de l'information. Par conséquent, les libertés d'utilisation, de
copie, de modification et de redistribution du logiciel, telles que
décrites dans la définition du Logiciel Libre, permettent une
participation équitable à l'ère de l'information. Susciter l'intérêt
pour ces sujets, protéger le Logiciel Libre politiquement et légalement,
et libérer tout un chacun en participant au développement de Logiciels
Libres sont les préoccupations centrales de la FSF France.




Pikatchu
Le #1883129
"Elie Arié" 4388716a$0$4369$

"Atar" 1h6n3ma.546buww7w4dwN%
Vers noel les députés risquent de voter une loi qui va simplement
interdire d'utiliser emule et plein d'autres programmes qui permettent
d'ecouter des musiques ou voir des videos ! Les Webradio devront
integrer et donc payer des DRM, etc....



C'est très curieux, cet état d'esprit qui s'est installé chez les
internautes, selon lesquels tout doit être gratuit: musique, films, etc.

Ca pouvait marcher tant qu'ils n'étaient qu'une petite poignée de malins à
réussir à télécharger gratuitement.

À partir du moment où tout le monde sait le faire, ça revient évidemment à
: plus de musique ni de films pour personne, puisqu'interprètes,
compositeurs, créateurs et diffuseurs ne travailleront évidemment pas
bénévolement.


c'est tres curieux cet état d'esprit qui s'est installé chez les "braves
gens", selon lesquels la mise sous tutelle et reglementation stricte des
individus serait porteur de bienfait.

Les experiences nombreuses par le passé, de mise en place de cette société
autoritaire ont pourtant montré et leur inefficacité et leur dangerosité.

Quand au "drame" que vous evoquer concernant la fin de la creation
artistique au motifs de telechargement faute de subside, il ne repose que
sur les affirmations sans fondements prouvés des maisons d'edition et autre
timewarner.

Sachant par ailleurs que les chiffres de recettes ne refletent pas ce
"drame", par exemple les entrées dans les cinema ont fortement progressé.

Enfin interdire la creation de logiciel libre c'est tout simplement de
l'atteinte a la liberté individuel, mais qu'en dit Fiekielkraut.... lol


Publicité
Poster une réponse
Anonyme