Trollistiqueries culturelle !

Le
ptilou
Yoyo,

On arrete de parler informatique, sinon le public va attraper une meningite=
ou une ambolie cérébrale, un truc pas beau, donc on va passr =
un autre domaine :
Je me souviens d'un coin de rue
Aujourd'hui disparu.
Mon enfance jouait par là.
Je me souviens de cela.
Il y avait une palissade,
Un taillis d'embuscades.
Les voyous de mon quartier


Venaient s'y batailler.

A présent, il y a un café,
Un comptoir tout neuf qui fait de l'effet,
Une fleuriste qui vend ses fleurs aux amants
Et même aux enterrements.

Je me souviens d'un coin de rue
Aujourd'hui disparu.

Je me souviens d'un triste soir
Où, le coeur sans espoir,
Je pleurais en attendant
Un amour de quinze ans,

Un amour qui fut perdu
Juste à ce coin de rue

Et depuis, j'ai beaucoup voyagé,
Trop souvent en pays étrangers.
Mondes neufs, constructions et démolitions,
Vous me donnez des visions.

Je crois voir mon coin de rue
Et, soudain apparus,
Je retrouve ma palissade,
Mes copains, mes glissades,
Mes deux sous de muguet de printemps,
Mes quinze ans mes vingt ans,

Tout ce qui fut et qui n'est plus,
Tout mon vieux coin de rue.

Voila quelque chose qui peut décrotter la verve de certain, où c'=
est trop compliquer de réfléchire ?
Normalement c'est l'heure des RTT !

--
ptilou
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
ptilou
Le #26502396
Le vendredi 21 décembre 2018 13:34:14 UTC+1, ptilou a écrit  :
Yoyo,
On arrete de parler informatique, sinon le public va attraper une meningi te ou une ambolie cérébrale, un truc pas beau, donc on va passr à un autre domaine :
Je me souviens d'un coin de rue
Aujourd'hui disparu.
Mon enfance jouait par là.
Je me souviens de cela.
Il y avait une palissade,
Un taillis d'embuscades.
Les voyous de mon quartier
Venaient s'y batailler.
A présent, il y a un café,
Un comptoir tout neuf qui fait de l'effet,
Une fleuriste qui vend ses fleurs aux amants
Et même aux enterrements.
Je me souviens d'un coin de rue
Aujourd'hui disparu.
Je me souviens d'un triste soir
Où, le coeur sans espoir,
Je pleurais en attendant
Un amour de quinze ans,
Un amour qui fut perdu
Juste à ce coin de rue
Et depuis, j'ai beaucoup voyagé,
Trop souvent en pays étrangers.
Mondes neufs, constructions et démolitions,
Vous me donnez des visions.
Je crois voir mon coin de rue
Et, soudain apparus,
Je retrouve ma palissade,
Mes copains, mes glissades,
Mes deux sous de muguet de printemps,
Mes quinze ans... mes vingt ans,
Tout ce qui fut et qui n'est plus,
Tout mon vieux coin de rue.
Voila quelque chose qui peut décrotter la verve de certain, où c'est trop compliquer de réfléchire ?
Normalement c'est l'heure des RTT !
--
ptilou


Bon le reflet ou nous mène vos idées de société qui n ’est pas le monde libre que j’ima :
https://auxx.me/genius-illustrations-reveal-everything-wrong-with-todays-so ciety-by-chamalee/

François
Le #26502420
Le 21/12/2018 à 13:34, ptilou a écrit :
donc on va passr à un autre domaine :
(...)

C'est de qui ?
--
Fañch
ptilou
Le #26502434
Le vendredi 21 décembre 2018 15:55:35 UTC+1, François a écri t :
Le 21/12/2018 à 13:34, ptilou a écrit :
donc on va passr à un autre domaine :
(...)

C'est de qui ?


Charles Trenet
--
Fañch
Publicité
Poster une réponse
Anonyme